Accueil / T Y P E S / Chroniques / L?anarchie, ce n?est pas le bordel !

L?anarchie, ce n?est pas le bordel !

aanarchie

ROBERT GIL :

Les m?dias?font toujours tout pour amalgamer et confondre l?anarchie avec le d?sordre, le bordel ? alors que c?est exactement le contraire : l?anarchie place l?homme au centre des pr?occupations de chacun alors que le capitalisme nie la vie de l?homme et consid?re celui-ci comme une vulgaire marchandise soumise aux?r?gles de la production, de la concurrence et de la consommation.

L?anarchie c?est?la d?mocratie directe, la forme la plus parfaite de d?mocratie. C?est en pratiquant la d?mocratie directe que l?on peut am?liorer le bien commun pour l?avantage de tous et ce dans le respect des autres et de la nature. L?anarchie n?est pas le chaos, mais la responsabilit? collective.
L?on comprend ais?ment pourquoi l?anarchie est si violemment caricatur?e par le syst?me dominant, et par une partie des sociaux-d?mocrates qui ne souhaitent plus changer le monde, et acceptent le cadre capitaliste comme seul cadre imaginable. Ils ont abandonn? leurs id?aux, notamment le d?sir d??mancipation par liquidation du capitalisme, que ce soit par r?volution ou par r?formes.

Le mouvement anarchiste, fonci?rement anticapitaliste par essence,? est l?abolition du pouvoir ?tatique, religieux, ?conomique et politique. Une partie essentielle du mouvement anarchiste, d?finit la lib?ration collective comme un des moyens de la libert? individuelle, et pense que la compr?hension du monde passe par une analyse des classes sociales. Au final l??mancipation de l?humanit? doit ?tre la fin de toutes les grandes exploitations et oppressions .Ce socle commun ? une partie des anars, des marxistes ou des anticapitaliste explique que les uns et les autres se retrouvent dans des batailles communes, dans un camp commun, m?me si les oppositions et divergences peuvent parfois ?tre violentes.

Marx pensait-il?que le but ultime du communisme ?tait l?anarchie lorsqu?il ?crivait : ? Tous les socialistes entendent par anarchie ceci : le but du mouvement prol?taire ? l?abolition des classes ? une fois atteint, le pouvoir d??tat dispara?t et les fonctions gouvernementales se transforment en de simples fonctions administratives. ?. Il est vrai que Marx ne connaissait pas les socialistes d?aujourd?hui, et serait ?tonn? par nos communistes !

Les hommes ne sont-ils pas capable?de s?int?resser quotidiennement, hebdomadairement, ou mensuellement ? la vie politique ? Ne sont-ils pas capable de d?finir ensemble, les r?gles de la vie sociale dans le respect du bien commun et de la chose publique par une d?mocratie directe ? Ou bien doivent-ils continuer ? pratiquer la ? d?mocratie ? que l?on connait chez nous ? C?est-?-dire de voter ? intervalles fixes pour des professionnels de la politique au service d?int?r?ts particuliers d?un clan de nantis qui nous consid?rent comme la France d?en bas et dont les d?cisions une fois ?lus ne tiennent m?me pas compte de la personne humaine. Bon certes, le ph?nom?ne n?est pas nouveau, mais je crois que nous sommes d?sormais arriv?s ? un tel point de putr?faction de la soci?t?, qu?il y a maintenant une urgente n?cessit? ? dresser d?abord un constat des lieux, un diagnostic s?rieux, et ?tablir le constat de d?c?s de la d?mocratie, qui s?est faite occire par la ploutocratie, au service du capitalisme, qui est notre r?alit? d?aujourd?hui.

Sinon, en attendant,?on peut toujours aller voter et changer autant qu?on veut nos dirigeants ; Tant qu?on ne renversera pas ce syst?me (ploutocrate) lui-m?me, en an?antissant toutes ces institutions qui le servent si docilement, on n?en sortira pas ! Vive la gr?ve g?n?rale expropriatrice, vive la r?volution sociale et libertaire, vive l?autogestion, vive l?anarchie.

Alex CAPUCIN

Lire ?galement 😕APRES LES URNES, LA LUTTE?!

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (1)

Avec cette série d’articles (1), jusqu’au 21 juillet, date fatidique, je vous propose de revenir ...

One comment

  1. avatar

    …. Mais grâce à la « Toile » d’Internet, nous nous engageons dans une voie intermédiaire : le vote permanent, quotidien, tous azimuts : les citoyens internautes pasent une partie de leurs journées à signer des pétitions !… Puis nous serons de plus en plus nombreux à en propser, puis à créer des « clubs » politico-informatiques : les réseaux sociaux en sont déjà une ébauche !… C’est de leurs débats que surgira la Société de Demain ( … ou il n’y aura pas de Société du tout !…) .