Accueil / A C T U A L I T É / L?affaire Turcotte: Le crime parfait?

L?affaire Turcotte: Le crime parfait?

 

 

D’entr?e de jeu, je vous avoue que je n’ai pas suivi ce proc?s de tr?s pr?s. Je n’aime pas ce genre de voyeurisme sordide qui accompagne ce genre de cirque, qui pour moi, tire franchement trop pr?s du coeur. Ma fille est du m?me ?ge que l’?tait Anne-Sophie. La couverture du proc?s ?voquait pour moi des visions trop cauchemardesques. Je suis incapable d’imaginer comment un p?re pourrait poser un geste aussi ignoble envers ses propres enfants. Je crois que c’est au-del? de la compr?hension de la plupart des gens d’ailleurs. Je peux donc parfaitement comprendre le sentiment de r?volte qu’a ?voqu? le verdict. et dans une certaine mesure, je le partage.

Pour moi, il ne suffit pas d’expliquer pourquoi ce verdict est parfaitement plausible du point de vue l?gal (Merci Renart pour la r?f?rence ? ce texte ?clairant). Ce genre d’explication aidera s?rement les jur?s ? mieux dormir, mais il n’arrivera pas ? convaincre que la justice a ?t? servie. En r?alit?, il ne sert qu’? d?montrer que le Dr. Turcotte a r?ussi ? convaincre les jur?s de sa « folie temporaire », mais de nombreux doutes subsistent encore dans mon esprit.

On a d?crit Guy Turcotte comme ayant une personnalit? narcissique. J’ai d?j? eu plus que ma part de d?m?l?es avec plusieurs personnes ayant ce trouble de personnalit?, assez pour avoir beaucoup lu sur ce sujet. J’ai trouv? le livre « Les manipulateurs sont parmi nous » de Isabelle Nazare-Aga particuli?rement ?clairant. Je ne pourrais pr?tendre avoir l’expertise pour analyser la personnalit? de Guy Turcotte, mais dans mon exp?rience personnelle, il arrive fr?quemment aux personnes narcissiques de mal r?agir aux ruptures qu’ils consid?rent comme un affront personnel. Il leur arrive ?galement de se servir des enfants pour atteindre et manipuler leur ex-conjoint(e). R?gle g?n?rale, il s’agit de violence psychologique et verbale, chantage et ali?nation parentale, mais la violence physique est ?galement possible. Je ne connais pas Guy Turcotte. Il m’est impossible de savoir s’il est vraiment capable de tuer froidement pour se venger d’une rupture, mais ce n’est pas impossible.

Les lettres que Guy Turcotte ? envoy? ? sa conjointe, cinq mois apr?s le drame, sont un peu r?v?latrices de son caract?re. Si le Dr. Turcotte avait vraiment « perdu les p?dales » au point de ne pas ?tre capable d’appr?cier la nature et la qualit? de ses actes, on devrait normalement s’attendre ? ce qu’il soit rong? par les remords apr?s l’acte. Si c’est le cas, les extraits de ces lettres n’en montrent aucun signe. Si c’?tait moi, il me semble que je serais hant? par les cauchemards, revoyant sans cesse mon fils me supplier d’arr?ter pendant que je le poignarde et avoir leurs cris r?sonnant dans ma t?te. Le ton des lettres du Dr. Turcotte, si peu longtemps apr?s le drame, me donne froid dans le dos. Pourtant, ces lettres ont ?t? exclues du proc?s.

Supposons pour un instant que le bon docteur ait pr?m?dit? ses actes. Supposons que non seulement il avait r?solu de tuer ses enfants dans le but de se venger de sa conjointe, mais qu’il avait aussi planifi? sa d?fense. Guy Turcotte est une homme intelligent et il est parfaitement capable d’assimiler les informations m?dicales n?cessaires pour simuler une folie temporaire et ainsi confondre les experts. Ayant convaincu les experts, convaincre le jury serait un jeu d’enfant. Les narcissiques sont des menteurs chevronn?s et jouent tr?s bien la com?die. La m?thode m?me du meurtre pourrait avoir ?t? choisie pour donner l’apparence d’un acc?s de rage meurtri?re. Qui pourrait croire qu’un homme sain d’esprit tuerait ses enfants de fa?on aussi violente, alors qu’en tant que m?decin, il aurait certainement pu leur donner une mort beaucoup plus douce? Le Dr. Turcotte aurait-il pu d?jouer les experts et les jur?s de cette fa?on? Nous ne le saurons probablement jamais, mais si c’etait le cas, ce serait le crime parfait n’est-ce pas?

Sommes-nous trop prompts ? d?responsabiliser les individus? Accordons-nous, par hasard, plus d’empathie envers un meurtrier qu’envers ses victimes? Franchement, je ne sais pas. Notre syst?me est fond? sur la pr?misse qu’il est pr?f?rable de laisser un coupable partir que de condamner un innocent. Cependant, il y a des fois que je ne peux m’emp?cher de penser que le syst?me en laisse passer un peu trop.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Parmi les visiteurs de Normandie, beaucoup d’anciens avions… de la CIA ! (3)

Dans les deux épisodes précédents, nous avons pu voir que certains appareils venus nous visiter ...

9 Commentaire

  1. avatar

    « …alors qu’en tant que médecin, il aurait certainement pu leur donner une mort beaucoup plus douce? »

    Et c’est exactement là où la réponse se trouve. Il se devait de présenter une rage irrépressible. Par contre, au niveau du suicide, la rage était « disparue »; non pas tuée par le remord, il n’y a pas eu de remord à aucun moment du procès; seulement de l’apitoiement personnel. Alors qu’est-ce qui a stoppé la « rage »?

    Quant à sa capacité de « planification »; on n’a qu’à revoir toute cette planification qu’il a fait par la suite, pour « organiser » l’administration de son budget.

    Impossible de découvrir un fil d’Ariane logique dans ce verdict; du moins, pas au moyen de mon cerveau débile.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

  2. avatar

    Un médecin qui n’est pas capable de se suicider, ce n’est pas sérieux. S’il y a une chose qu’un médecin sait, c’est comment s’enlever la vie et avec quel produit.

    Imaginez quelles ont été les délibérations du jury pour en arriver à un verdict unanime. C’est quand même incroyable que les jurés ait conclu unanimement comme il l’ont fait.

  3. avatar

    J’ai moi aussi quelque chose à dire sur cette affaire et je publierai bientôt un article. Je ne répèterai rien. C’est un autre aspect du mystère qui complète celui que vous en montrez.

    En attendant: http://nouvellesociete.wordpress.com/2011/07/08/le-mystere-du-jury-turcotte-1-4-194-304/

    Pierre JC Allard

  4. avatar

    Voilà un grand doute raisonnable très bien expliqué.

  5. avatar

    @Phillipe et les suivants:

    L’auteur,
    L’artiste,
    Pierre JC allard
    Bonjour à tous, mais il faut du « courage » pour s’exprimer ainsi.
    Voici la réponse que j’ai faite à Pierre JC Allard sur:
    http//www.panda-france.net
    Pierre,
    A la suite de divers articles nous entrons en la circonstance au départ dans ce que les Tribunaux en France et en Europe:
    Les « assasins » ne risquent absolument RIEN !!

    L’article 64 du code pénal
    Lien ci-dessous:

    http://psychiatrie.histoire.free.fr/legisl/resp/resp.htm
    En est-il de même au Québec ? Au Candada ?
    Je pense qu’il est utile et surtout pour le « magistrat » que tu es de faire comprendre le sens du droit en fonction des pays ou nations.
    En dehors de cela, il y a le côté « psychologique » que chaque parent des victimes comprenne, qu’il n’y ait pas de sanctions égale à l’horreur du/des crimes commits.

    Là, je serais heureux heureux de connaitre ta position d’homme et d’avocat.

    Ce dont je te remercie.
    Car nous pourrons débattre de la valeur de l’article 64.
    De ses dérives et de son utilisation parfois politique qui classe sans « FIN »

    Amicalement,
    Le Panda
    Patrick Juan

    Pardon à l’auteur et aux autres mais je connais bien cette « attribution » donc nous pouvons rentrer plus à fond dans le sujet et d’autres dérives, vous en pensez quoi ?
    Je vous poste le lien de l’article posté sur Les Voix et m’en excuse par avance.
    http://www.panda-france.net/?p=9870

    Voila le débat est lancé plus fort que jamais, et je suis votre « débiteur »
    Je comprends, la remarque de Pierre à l’égard de Renart lors de dernier article.
    Amicalement,
    Le Panda
    Patrick Juan

  6. avatar

    Pierre et tous,

    Suivez ce lien vous comprendrez peut-être la difficulté de condamner une personne à la peine capiale et pourtant c’étai en 1957.

    Avons nous évolués ?

    J’ai mal au coeur

    Je tente pourtant de rester objectif, mais un « HOMME » à lui seul peut tout démonter en « COMITE » restreint regardez et livrer votre point de vue.
    http://www.dailymotion.com/video/x8hhd2_12-hommes-en-colere-part-1_news

    Tout le film ou presque se trouve dans le lien je n’ai rien voulu enlevé.
    Cordialement,
    Le Panda
    Patrick Juan

  7. avatar

    « Notre système est fondé sur la prémisse qu’il est préférable de laisser un coupable partir que de condamner un innocent »

    Effectivement. Sauf que dans le cas de Turcotte peut importe son état mental (en admettant qu’il aurait dit la vérité) il était bien coupable de meurtre et pas du tout innocent.

    • avatar

      Bonjour Raymond,
      @Line
      Merci de la réponse, peux-tu nous faire parvenir la PETITION qui est en « cours au Québec » afion de la faire circuler en Europe et par voie de conséquence en France.
      Merci de bien vouloir prendre connaissance de ce lien ci-dessou.
      Tu as mon accord totyal pour le tranporter sur ton BLOG avec tous mes remerciements.

      Suivez ce lien vous comprendrez peut-être la difficulté de condamner une personne à la peine capiale et pourtant c’étai en 1957.

      Avons nous évolués ?

      J’ai mal au coeur

      Je tente pourtant de rester objectif, mais un « HOMME » à lui seul peut tout démonter en « COMITE » restreint regardez et livrer votre point de vue.
      http://www.dailymotion.com/video/x8hhd2_12-hommes-en-colere-part-1_news

      Tout le film ou presque se trouve dans le lien je n’ai rien voulu enlevé.
      Cordialement,
      Le Panda
      Patrick Juan

      Je suis hors de moi de voir de tels faits et un corps en couvrir d’autres sous prextextes de même famille.
      Tu vois ce que je veux écrire, nous nous connaisons suffisament pour savoir la valeur que nous apportons à la vie et au respect de chacun

  8. avatar
    SylvainGuillemette

    Sa place est effectivement en prison, avec des soins, jusqu’à preuve du contraire.

    Je suis d’accord avec le jury sur son verdict, donné sur les faits qu’il connaissait, mais pas d’accord pour que le type soit libre, mais pas du tout.