Accueil / A C T U A L I T É / L?affaire Assange est une affaire d?Etat pour les USA

L?affaire Assange est une affaire d?Etat pour les USA

Jean-Luc MELENCHON

L?article que vous allez lire traite de l?affaire Assange, de l?Equateur, de nos m?dias.
C?est un extrait (la deuxi?me partie) d?un long article (??Le MEDEF ne sent plus d?arrogance?!??) ?crit sur son blog par Jean-Luc M?lenchon.

Si nous le publions ici, ce n?est pas parce qu?il cite aimablement LGS quand d?autres le d?nigrent, ni parce que nous sommes d?accord sur tout. C?est parce que nous avons dans cet article la d?monstration de ce qu?un homme politique peut savoir, s?il le veut, sur l?Am?rique latine, sur l??tat de la libert? d?expression l?-bas et chez nous et parce que l?auteur donne ? nos id?ologues cach?s derri?re leur carte de presse, ? nos journaleux qui tr?buchent sous leur burka mentale, une le?on de professionnalisme journalistique.

Et puis, voyez la coh?rence?: Charlie Hebdo attaque le Grand Soir. La presse priv?e (de scrupule) ?quatorienne attaque Rafael Correa. LGS fait conna?tre la v?rit? sur Rafael Correa et sur Julian Assange. Charlie Hebdo attaque Correa et Assange et s?appuie sur Reporters sans fronti?res. Jean-Luc M?lenchon d?fend LGS, Correa, Assange et d?nonce RSF. Notre presse priv?e (de scrupule) attaque Jean-Luc M?lenchon, LGS, Correa, Assange et promeut RSF.

Le Grand Soir.

L?affaire Assange, c?est une affaire d?Etat?pour les Etats Unis d?Am?rique. D?s lors que le gouvernement progressiste de Rafael Correa s?est interpos?, il a d?clench? contre lui l?assaut des boules puantes des agences d?influence nord-am?ricaines. Les grands journaux de la ??boucle?? se sont mis en mouvement. Et aussi, de fa?on plus surprenante ceux de la p?riph?rie, comme ??Charlie Hebdo??, ? qui Maxime Vivas et ??Le grand soir??http://www.legrandsoir.info/quand-charlie-hebdo-chasse-avec-…?[?Note du GS?: en fait, l?article auquel renvoie le lien cit? ici est sign? Vladimir Marciac, mais Maxime Vivas, Viktor Dedaj et leurs acolytes l?assument?] ont r?pliqu? de fa?on tr?s argument?e compte tenu de l?importance de ce journal dans nos milieux de l?autre gauche. Mais l?essentiel de la ??grande presse?? s?est vite mis en ordre de tir ? vue. Insidieux d?abord puis carr?ment accusatoires ensuite. Le pilonnage s?est d?roul? sur deux plans. Le premier contre la personne d?Assange. D?crit comme un personnage isol?, dont les soutiens se seraient tous d?dits, instable psychologiquement et de surcroit accus? de ??viols et agressions sexuelles??, au pluriel, bien s?r?! L?autre plan d?attaque vise le gouvernement et le pr?sident ?quatorien. Ils ont ?t? pr?sent?s fielleusement comme ennemis de la libert? de la presse, et professant une conception ? g?om?trie variable du droit d?asile. Dans ces registres les mod?les les plus affligeants dans le domaine de la reprise d??l?ments de langage import?s sont dans certains articles du ??Figaro???J?en donne un exemple, tout en notant que tous les articles ne sont pas de la m?me veine selon les r?dacteurs. Cela permet d?affiner la liste des gens sous influence. La technique est toujours la m?me?: une addition d?affirmations pr?sent?es comme des ?vidences ??bien connues??, et qui sont en r?alit? autant de mensonges ?hont?s que le lecteur n?a aucun moyen de deviner. Dans la m?me veine,?la demi-page du ??Monde???? propos du droit d?asile pr?tendument refus? ? un bi?lorusse en Equateur est aussi un mod?le de papier qui sent fort les effets d?amicales influences. En tous cas c?est une suite d?affirmations et d?insinuations qui ont toutes ?t? d?menties depuis?!

En fait les ??arguments?? des six familles?qui tiennent la quasi-totalit? de la presse ?quatorienne sont repris par toute la presse internationale. Mais qui les relaie?? Veut-on croire que les journalistes en sous-effectif des rubriques internationales des grands quotidiens s?astreignent ? la lecture quotidienne des journaux de l?Equateur?? Non, bien s?r. Alors qui fournit les synth?ses?? En tous cas le r?sultat est probant. Rafael Correa est d?crit partout, avec les m?mes mots et les m?mes registres que la presse de droite et d?extr?me droite de l?Equateur comme ??peu soucieux des libert?s d?expression??, et m?me, sans aucune preuve ni commencement d?explication comme ???tat qui est connu pour ses violations continues de la libert? de la presse?? (Le Figaro), comme ??malmenant la libert? d?expression chez lui?? (Le Monde), comme quand il n?est pas carr?ment trait? de ??dictateur?? (dans les m?dias latino-am?ricains). Les ??m?dias ind?pendants??, nous connaissons d?j? chez nous?! Mais ceux-l? sont sp?cialement gratin?s?!

Les ??m?dias ind?pendants?? ?quatoriens?sont la propri?t? personnelle de six familles totalement engag?es dans l?opposition de droite et d?extr?me droite. Elles connaissent bien l?affaire Assange puisqu?elles interdirent ? leurs journaux de publier les t?l?grammes de Wikileaks. ??Le Monde??, ??El Pais??, ??Der Spiegel??, ??The Guardian?? et ??The New York Times??, l?avaient pourtant fait. Et ce fut m?me ? grand renfort de publicit? et avec toute sortes de ??bla bla?? d?autoc?l?brations. On a pu mettre en doute les intentions de leur z?le ? publier. N??tait-ce pas un bon moyen de mettre en sc?ne ce qui leur convenait?? Leur tri pr?alable des t?l?grammes avait en effet parfois ?tonn?. N?anmoins on avait pu d?couvrir des sc?nes assez hallucinantes. Comme ce d?fil? de responsables socialistes venus assurer les USA de leur soutien ? la guerre du Golfe que venait de refuser de faire la France ? l?initiative du pr?sident Jacques Chirac.

Depuis ce temps-l? tout ce petit monde m?diatique a tourn? casaque. Tous ont l?ch? Assange, et avec lui la traditionnelle doxa sur la protection des sources qui vaut pourtant ? Assange la vindicte acharn?e des agences de s?curit? des USA?! De fa?on tr?s significative, c?est dire ayant valeur de signature, les coups se concentrent sur la mise en cause de l?Equateur et de son gouvernement progressiste. On comprend bien alors si l?on avait un doute qu?il n?y pas d?affaire ??Assange?? mais une affaire d?agence de s?curit? dans une partie o? les pratiques imp?riales sont mise en cause et ses bras arm?s tenus en ?chec?! Au lieu de lire les ???l?ments de langage?? des ambassades et les d?p?ches sous influence, il suffirait ? un journaliste de se rendre en Equateur. Il y constaterait que la libert? de calomnier et d?insulter le gouvernement et le pr?sident dans la presse est totale. Il verrait qu?il est m?me tr?s difficile de trouver quelque journal ou quelque livre favorable au gouvernement tant l?oligarchie locale est libre de se d?chainer contre le pr?sident. On devine alors comment et sur quelle subvention s?appuie ??Reporter sans Fronti?res??, la mangeoire du n?o lep?niste Robert M?nard, pour classer l?Equateur au 104?me rang sur 179 en mati?re de libert? de la presse?! On attend de connaitre les crit?res d?un tel classement?! Car on devine que ce n?est pas pour d?noncer la main mise des six familles sur les m?dias. On comprend alors que Le Figaro donne la parole ? une ancienne ministre d?Aznar pour fustiger une ??fraude ? l?Etat de droit?? dans le cas Assange dans la mesure o? son avocat conseil est l?ancien juge Baltasar Garzon sur lequel son gouvernement s?est acharn?, ce que le noble journal ??ind?pendant?? oublie de rappeler?! Ce qui permet au grand quotidien de droite de croire sans autre question que la preuve du caract?re dictatorial du gouvernement de Correa est donn? par le fait qu?il soit soutenu par l?Alliance Bolivarienne des Am?riques (ALBA) et donc par le Venezuela et Cuba?! En effet, voila une preuve fulgurante?! Et on saluera l?exploit d?investigation du ??Monde??, qui sans attendre que la Justice ?quatorienne rende son verdict, d?nonce ??l?hospitalit? ?quatorienne ? g?om?trie variable?? dans le cas du bi?lorusse Alexandre Barankov. ??Le Monde?? par simple respect de ses lecteurs aurait pu mentionner que le pr?sident Correa est tenu par la s?paration des pouvoirs entre l?ex?cutif et le judiciaire ? ne pouvoir se prononcer sur l?extradition du bi?lorusse Aliaksandr Barankov avant la Cour Nationale de Justice?! Ces gens mentent donc, insinuent, calomnient sans vergogne. Leur r?le est de conditionner l?opinion internationale pour qu?elle ne r?agisse pas en cas de coup d?Etat. Car bien s?r, l?empire ne d?sarme pas et il pr?pare et m?ne sans rel?che des coups d??tat. Il en a tent? un contre Correa, Chavez, Evo Moral?s. Il en r?ussi deux r?cemment celui contre Fernando Lugo au Paraguay et contre Manuel Z?laya au Honduras. Le ch?ur des griots avait alors disparu. Et m?me leur corporatisme ordinaire s?est tu. Dans ces deux pays des journalistes ont ?t? arr?t?s et assassin?s sans que cela ne trouble la sieste d?aucune de ces grandes consciences ? g?om?trie variables.

L?acharnement contre le pr?sident Correa?a aussi un ancrage local si l?on peut dire. Dans toute l?Am?rique du sud en voie de lib?ration la question du r?le des m?dias est pos?e?! Tous nos amis ont d?fini des strat?gies d?action diff?rente d?un pays ? l?autre. Mais ? pr?sent nous rendons les coups. Les taches de lib?ration et d??mancipation sont ?tendues ? la sph?re m?diatique. Des lois de lib?ration sont discut?es et vot?es. Elles visent toutes, sans exception ? briser les monopoles de presse et ? garantir la pluralit? d?expression. L??quateur aussi a pris ? bras le corps le probl?me.

Le gouvernement est bien d?cid??? faire appliquer la Constitution ?quatorienne, adopt?e par r?f?rendum ? 63,9%. Celle-ci pr?voit notamment ? son article 17 l?interdiction des oligopoles ou monopoles dans les m?dias et le soutien aux m?dias publics, communautaires et priv?s. Afin de se conformer ? la Constitution, le gouvernement propose une loi organique de communication. L?opposition, donc en premier lieu les m?dias eux-m?mes, d?nonce ce projet de loi qu?elle surnomme la ??ley mordaza?? (??loi b?illon??). En fait de ??b?illon??, cette loi interdit toute censure pr?alable ? la publication ou diffusion. Un conseil de r?gulation de l?information sera charg? de lutter contre la censure. Et aussi, mais a posteriori, contre toute apologie de la violence, des discriminations, du racisme, de la toxicomanie, du sexisme, et de l?intol?rance religieuse ou politique, conform?ment ? la Constitution ?quatorienne. Le texte astreint aussi les m?dias ? la transparence sur leur mode de fonctionnement. Il oblige le gouvernement ? mettre en ?uvre tous les moyens n?cessaire pour garantir l?acc?s de tous les citoyens ? une information plurielle. Les sous-titres et la traduction en langue des signes deviendraient obligatoires. Quant ? la pluralit? elle serait notamment assur?e par une division en trois du spectre des fr?quences de radio et de t?l?vision?: 1/3 serait priv?, 1/3 serait associatif (sans but lucratif) et 1/3 serait public (propri?t? de l??tat mais aussi des collectivit?s territoriales). Voil? quelle est la ??terrible loi?? qui menace l?oligarchie ?quatorienne et que les m?dias internationaux d?noncent en ch?ur sans ?gard pour la pluralit? de l?information et le respect du vote des ?quatoriens.

La guerre pour la libert? des m?dias?contre les monopoles d?argent ou d?opinion avance. Elle doit nous inspirer. La tactique change suivant les pays, cela va de soi. Mais la preuve est faite d?abord qu?on peut se passer de l?approbation et des compliments de la presse, surtout ?crite, ? la condition d?une claire strat?gie frontale de refus des connivences et d?assauts cibl?s sur leurs points faibles. Ces points faibles nous les connaissons. Evidemment d?abord le noir corporatisme qui s?vit, sans exception, jusqu?au d?triment de la v?rit? des faits qui est pourtant cens? justifier l?infaillibilit? des nouveaux grands pr?tres. Ensuite la grossi?ret? des insultes que prof?rent les plus importants bouddhas m?diacr?tiques contre qui leur d?plait, d?menti de leur refrain contre l?agressivit? et l?intol?rance qu?ils pr?chent hypocritement. Enfin il est rare que le d?faut de la cuirasse des int?r?ts qui les dominent n?apparaisse pas. Voyez le silence g?n? qui entoure les r?v?lations de ??Marianne 2?? et de ??M?diapart?? sur le ??contrat?? pris par la multinationale de l?eau contre Gabriel Amard et sa r?gie publique de l?eau. A l?exception du ??Canard Enchain? qui a approfondi le cas, l?omerta est absolue. Pourtant l?agence d?influence annonce clairement dans le contrat qu?elle compte obtenir de ??bons articles de presse?? pour d?molir Gabriel Amard. L?homme charg? de l?op?ration, dont la soci?t? a touch? cent mille euros pour le faire est ? pr?sent chef de cabinet du ministre de l?agriculture?! Quand on se souvient des investigations men?es pas les uns et par les autres sur l?affaire Bettencourt dans les cabinets des ministres et des juges, on s??tonne?! En fait on ne s??tonne pas. Les uns donnait secr?tement de l?argent ? des partis les autres ? des journaux. Nuance?!

Dans tous nos pays en voie de lib?ration?nos amis gouvernent sans et contre la plupart des m?dias. Nous aurons ? notre tour exactement la m?me situation, le moment venu. Pourtant nos amis n?y perdent rien quant ? leur niveau de popularit?. Depuis des d?cennies les six familles qui tiennent les principaux m?dias ?quatoriens font la pluie et le beau temps en mati?re de politique en Equateur. Pourtant le pr?sident Correa se maintient ? 80% des intentions de votes ? la veille de nouvelles ?lections. Pire pour elles?: leurs ventes chutent, les preuves des progr?s mis en ?uvre par le gouvernement ?tant assez tangibles pour que les ?quatoriens et les ?quatoriennes soient lass?s des mensonges des m?dias. La m?me situation se constate en Argentine dont nous allons bient?t entendre parler et dont je vous dirai mon mot ici avant peu. Avant cela je parlerai dans mon prochain post du Venezuela o? la campagne ?lectorale s?avance bien. En septembre en effet de nombreux articles et ??documentaires?? vont faire couler des torrents de boue sur nos amis. La consigne des agences est en effet de pr?parer les opinions en vue du coup qui se pr?pare comme d?habitude. Si nous gagnons largement les r?actionnaires ne pourront rien faire. Mais si nous gagnons de peu nous aurons droit ? une grosse campagne de d?stabilisation et sans doute ? des op?rations violentes.

Je reviens au cas de Julian Assange. Il a fait couler beaucoup d?encre. Bien des sottises ont ?t? dites. Et du coup il y a eu des inqui?tudes assez l?gitimes. Ne ferions-nous pas preuve d?une insupportable indiff?rence ? l??gard du crime de viol dont il est accus??? Le journal ??M?diapart a publi? une enqu?te s?rieuse et document?e sur cette accusation contre Assange. Elle fait voir la situation sous un tout autre jour que celui de la propagande officielle?! Pour ma part je m?en tiendrai ici ? vous ?clairer sur un point?: Julian Assange n?a jamais refus? de r?pondre aux questions que la justice su?doise veut lui poser dans le cadre de l?enqu?te pour ??viol mineur?? dont il fait l?objet. Vous avez bien lu?: ??l?enqu?te??. Julien Assange n?est inculp? ni mis en examen d?aucune fa?on ? ce jour. Il est accus?. Non pas par les deux femmes en cause avec lesquelles il a eu des rapports sexuels ce jour-l?, mais par des avocats. Il est pr?t ? r?pondre ? toutes les questions. Mais il demande la garantie qu?il ne sera pas extrad? vers les Etats-Unis o? il risque la peine de mort ou la prison ? perp?tuit? pour ??espionnage?? ou ??terrorisme??. Ces peines qui sont d?cid?es aux USA par un tribunal militaire et donc sans garantie de respect des droits de la d?fense. Malgr? deux longs mois de n?gociations, le gouvernement ?quatorien n?a pas pu obtenir une telle garantie de la part de la Su?de. Pourtant ce pays ne devrait pas permettre d?extradition de vers un pays o? une personne risque la peine de mort, conform?ment ? la Convention europ?enne des droits de l?Homme dont il est signataire?! L?Equateur n?a pas obtenu non plus la garantie de la part des Etats-Unis que Julian Assange ne serait pas inqui?t? une fois arriv? en Su?de. Julian Assange n?essaie donc pas de fuir la justice su?doise, contrairement ? ce que d?aucuns laissent entendre. Il a m?me propos?, avec son avocat Baltasar Garzon, de recevoir un procureur su?dois dans l?ambassade de l?Equateur pour r?pondre ? ses questions. Cette possibilit? a ?t? refus?e par la justice su?doise. Notez au passage que Le Figaro n?a pas eu froid aux yeux lorsqu?il s?est agi de publier la tribune de Madame Ana Palacio, ancienne ministre des Affaires ?trang?res d?Aznar, o? celle-ci compare Julian Assange ?? Pinochet?! Faisant mine de ne pas savoir que la Convention de Gen?ve sur le statut de r?fugi? tombe en cas de crime contre l?Humanit?, elle s?est permis de fustiger le juge Garzon en le d?crivant en ces termes ??un d?fenseur fervent de l?interpr?tation la plus ?troite qui soit de l?asile politique. Il b?n?ficie d?une notori?t? internationale depuis la proc?dure d?extradition qu?il avait lanc?e ? l?encontre de l?ancien dictateur chilien Augusto Pinochet. Or, aujourd?hui, il d?fend une position diam?tralement oppos?e??. La mobilisation de la droite espagnole quand il s?agit d?un probl?me en Am?rique du sud montre la mentalit? coloniale toujours ? l??uvre dans ces milieux. Mais, surtout, elle souligne l?ind?cence de ces gens?! Ils avaient milit? pour la libert? de Pinochet et obtenu son d?part en libert? lorsqu?il avait ?t? retenu en Angleterre. Ceux qui ont laiss? partir Pinochet, meurtrier de 3000 chiliens, s?opposent au d?part de Julian Assange. Ce seul rapprochement permet de mesurer l?infamie de ceux qui travaillent dans l?ombre de ce dossier, les USA, leurs agences d?influence et leurs supp?ts dans les m?dias.

Reste l?affaire du r?fugi? Barankov?dont la presse internationale s?est saisie dans le but ?vident de discr?diter le pr?sident Correa. Ainsi ??Le Monde?? qui rappelle que Barranco a obtenu le statut de r?fugi? politique en Equateur et que la justice ?quatorienne doit r?pondre ? une demande d?extradition d?pos?e par la Bi?lorussie en Juin dernier. Pourtant il se permet d??mettre un jugement parfaitement gratuit sur le gouvernement ?quatorien en pr?tendant qu?il ??appara?t moins r?solu dans le cas d?un autre r?fugi? politique, le Bi?lorusse Alexandre Barankov.?? Le fait que le Minist?re des Affaires ?trang?res ?quatorien ait d?clar?, de m?me qu?il l?a fait dans le cas Assante, qu?il ne permettrait pas d?extradition si les garanties de respect des droits de l?Homme n??taient pas suffisantes n?a visiblement pas convaincu Le Monde. L?article poursuit en disant ??Loin des assurances donn?es au fondateur de WikiLeaks – « Lorsqu?il est question des droits de l?homme, l?Equateur ne n?gocie pas », proclamait encore, mercredi 22 ao?t, le pr?sident ?quatorien Rafael Correa?-, M.?Barankov attend depuis sa cellule de la prison num?ro un de Quito la d?cision de la Cour nationale de justice ?quatorienne (CNJ) sur sa possible extradition vers Minsk, d?cision qui reviendrait ? r?voquer l?asile politique dont il b?n?ficie dans le pays depuis 2010.?? Le Monde demanderait-il ? Rafael Correa de revenir sur la s?paration des pouvoirs?? Pire?: le journal se permet m?me de laisser penser que le pr?sident Correa pourrait soutenir le r?gime de Louckachenko alors m?me que l?Equateur avait d?j? accord? l?asile politique ? Aliaksandr Barankov?! La cour s?est prononc?e mardi soir?: le r?fugi? bi?lorusse ne sera pas extrad??! Il a recouvr? imm?diatement sa libert??! On attend que l?info soit donn?e par le grand quotidien ?thique et ind?pendant?! Que valait la demi-page d?insinuations fielleuses?? De la propagande sous influence, rien de plus.

Il ne faudrait pas croire que le gout de l?injure gratuite?et des pressions commensales sur le pouvoir politique soit une sp?cialit? du folklore latino-am?ricain qui peuple l?imaginaire de nos ch?res plumes ? gage?! La fain?antise professionnelle et le gout des intrigues frappent aussi chez nous. Cette semaine, ??Le Canard Enchain? m?en a appris une bien bonne ? ce sujet. Non, je ne parle pas de ses r?v?lations sur le rapport affectueux de la multinationale de l?eau avec des responsables de toutes sortes. ?a m?a aussi int?ress?, c?est s?r. A la une, sous le titre ??hebdos ? dos??, il y avait autre chose. Il s?agit de la comparaison des sujets d?appel des hebdos cet ?t?. Il apparait que le ??Nouvel Observateur?? a recopi? syst?matiquement une semaine apr?s ??Le Point?? les th?mes ? la ??une?? de ce dernier. Le prix de l?immobilier, les philosophes du bonheur, les origines de l?homme tout pareil comme le journal de TF1 et celui de France 2 la plupart du temps. Dieu aussi. Dieu?? Oui, sous forme interrogative au ??Point?? (??Y a-t-il un Dieu??) et totalement affirmative dans le journal de l?amie d?enfance de madame Le Pen?: ??Dieu?: 10 raisons d?y croire??. La gauche ??relais et ch?teaux?? d?j? si moderne va-t-elle faire un nouveau pas en avant dans la modernit? en devenant aussi bigote?? Mais noooon, c??tait juste une audace estivale pour les Jean Patou et Marie flocon d?avoine, les ??prout prout?? de la branchouille qui bronzent idiot. Ils ont frissonn? de plaisir devant cette transgression?! Une autre transgression m?a fait frissonner aussi. Mais de d?gout. Je ne parle pas des habituels couplets naus?abonds contre moi. Je parle de l?insinuation gratuite et sans aucune preuve destin?e ? fl?trir Audrey Pulvar et la t?te ? claque du MEDEF, le sieur ministre Montebourg. Sans aucune preuve il s?agissait de faire croire que la nomination de madame Pulvar ?tait la contrepartie d?un ?change d?attribution de march? public ? la banque de Matthieu Pigasse?! Naturellement personne d?inform? ne peut croire une histoire pareille. Ni Audrey Pulvar de son c?t?, ni la banque Lazard du sien n?ont besoin de tels arrangements pour atteindre leurs objectifs. ??Le Nouvel Observateur?? a donc menti de sang-froid, pour nuire. Son fond de commerce dans ce cas a ?t? le voyeurisme et le machisme ordinaire misant sur le sentiment de m?fiance g?n?ralis?e que le journal lui-m?me qualifierait d?ordinaire de ??populisme?? et nous de d?magogie?! Le vrai scandale est ailleurs. Pourquoi un gouvernement de gauche fait-il appel ? une banque priv?e pour organiser une cr?ation de banque publique?? Il n?a donc pas la ressource intellectuelle dans ses propres rangs?? Je ne suis pas dupe du coup de billard ? douze bandes qu?est cette ignominie. C?est un clin d??il au MEDEF qui hait Montebourg et veut en faire la victime expiatoire de son rapport de force avec le gouvernement. Le vrai scandale est qu?un hebdomadaire calomnie impun?ment pour prouver au gouvernement sa capacit? de nuisance et acc?l?rer certaines promotions individuelles attendues?! Quand elles se r?v?leront dans les nominations ? la t?l? publique ou ? la radio publique vous saurez comment elles sont parvenues ? s?imposer. Parvenu, c?est le mot.

Jean-Luc M?lenchon.?Le 4 sept 2012.

http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/09/04/le-medef-ne-sent…

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Plus ça change, moins ça change…

La ministre de la transition écologique était l’invitée d’Ali Baddou, sur l’antenne de France Inter, ...