Accueil / T Y P E S / Articles / Kiosques à journaux parisiens : Hidalgo revoit sa copie

Kiosques à journaux parisiens : Hidalgo revoit sa copie

Dans un article du 12 juillet intitulé Paris : Hidalgo s’en prend au patrimoine !, j’exprimais mon irritation devant le projet d’éradication des kiosques à journaux traditionnels et je relayais la pétition mise en œuvre sur le site change.org par des amoureux du mobilier urbain de la capitale. Une initiative qui a débouché sur un nouveau projet de la Maire de Paris…

Anne Hidalgo vient en effet d’adresser – en date du 21 septembre – une lettre aux 57 000 signataires de la pétition mise en ligne sur le site change.org au printemps 2016. Ce courrier, le voici :

Chers signataires,

Vous vous êtes passionnés pour le débat sur le design des nouveaux kiosques parisiens.

Amoureuse de Paris comme vous, je suis touchée par l’attachement que vous portez à cet élément du mobilier urbain. Votre intérêt a été entendu et au terme d’un processus de co-construction de plusieurs semaines, impliquant les kiosquiers et tous les groupes politiques du Conseil de Paris, le nouveau modèle des kiosques de presse parisiens a été présenté la semaine dernière. Je suis heureuse de le partager avec vous.

Celui-ci comporte plusieurs évolutions par rapport au design non définitif qui avait circulé au début de l’été dans la presse et conduit à votre pétition :

– Le vert utilisé est proche de celui des kiosques précédents ;

– Le toit a été retravaillé, notamment rehaussé, des stries (nervures) y ont été ajoutées, rendant plus évidente l’évocation des toitures parisiennes courbes. Il sera lui aussi en vert, et non plus couleur zinc comme envisagé dans un premier temps

– Des festons ont été ajoutés sur le haut des façades et des gondoles.

Respectueux du paysage parisien, il comportera sur ses façades 20% de surface de publicité en moins par rapport aux kiosques actuels (et reprend des matériaux strictement identiques aux kiosques précédents : métal, verre et résine)

Ce modèle de kiosque, respectueux du patrimoine et à l’image de Paris, améliorera considérablement les conditions de travail des kiosquiers :

+ de confort thermique : isolation des façades et de la toiture, dispositif de chauffage écologique, plancher isolant et vitrage amovible

+ de praticité : temps réduit d’ouverture et de fermeture du kiosque, armoire pour effets personnels, distributeur de gel hydro alcoolique, toilettes selon le modèle et la demande du kiosquier

+ accueillant : espace de vente repensé, mise en avant de la presse et des autres produits ou services proposés par le kiosquier ;

Par ailleurs, les 49 kiosques actuellement en place, non originaux mais reprenant le modèle conçu en 1857 par l’architecte Gabriel Davioud (1823-1881), seront maintenus dans les rues de Paris et rénovés, afin d’accueillir de nouveaux usages, par exemple liés à la participation citoyenne.

Continuez à vous engager pour Paris,

Anne Hidalgo

Que faut-il retenir de cette lettre ?

Tout d’abord, et c’est un point évidemment très important, les conditions de travail des kiosquiers vont se trouver très nettement améliorées par rapport au passé, ce dont les signataires de la pétition se félicitent sans la moindre ambiguïté.

Ensuite, les observations très critiques émises par de nombreux Parisiens, amoureux de leur patrimoine, sur le look de l’édicule envisagé initialement par Matali Crasset, la « designeuse industrielle » du projet, ont été prises en compte et ont permis de trouver, sous-entend le courrier de Madame Hidalgo, un compromis entre tradition et modernité. Adieu donc, la « grosse benne à ordures verte » à laquelle avait été assimilée la maquette antérieure.

Enfin, la pérennité de 49 kiosques édifiés sur le modèle conçu par l’architecte Davioud est actée par la Mairie de Paris, à charge pour celle-ci de redéfinir précisément leur rôle dans la cité, la « participation citoyenne » étant un concept flou en l’état actuel des échanges.

Comment réagissent les signataires à la lecture de la lettre de Madame Hidalgo ?

Manifestement, de manière très négative. Clamer son amour de la capitale, c’est bien, mais à l’évidence cela ne suffit pas à convaincre les signataires de la pétition qui ont réagi au contenu de la réponse d’Anne Hidalgo. Toutes et toutes ont la nette impression que la Maire de Paris cherche à leur faire prendre une fois de plus les vessies pour des lanternes, et en l’occurrence un édicule à peine moins laid que le projet initial pour une œuvre d’art digne de la capitale.

Il suffit pour illustrer la colère qui anime les intervenants de prendre connaissance des réactions que la lettre de Mme Hidalgo a suscitées :

« C’est moche ! » s’exclament plusieurs intervenants ; « C’est comme un urinoir avec un chapeau », regrette Irma ; « Même une tente Ushuaia serait plus esthétique », observe Marc tandis que Bernard va encore plus loin : « Elle se moque de nous. D’un parfait cynisme. Ces kiosques sont immondes. »

Au-delà de l’apparence de l’édicule proposé, d’autres internautes réagissent sur le fond. C’est notamment le cas de Nina qui pose cette question de pur bon sens : « Pourquoi ne pas utiliser cet argent à aménager l’existant que nous aimons pour que les kiosquiers y trouvent également leur compte ? » Un avis partagé par Hervé qui, lui aussi, s’interroge : « Pourquoi l’aspect extérieur des kiosques n’est pas conservé tout en améliorant effectivement l’intérieur ? »

En définitive, c’est Laure qui résume le mieux la tonalité des réactions : « C’est une blague ? Elle est saumâtre… Ou Madame Hidalgo est stupide, ou elle est inculte, ou elle manque totalement de goût, ou elle a des intérêts dans cette affaire, ou elle hait Paris, ou elle est tout cela à la fois. Ce qui est certain, c’est qu’elle nous prend pour des c… Sa réponse est une insulte à notre intelligence. »

Comment donner tort à toutes ces femmes et tous ces hommes, si profondément attachés au patrimoine mobilier de Paris ? Des personnes consternées par les nouvelles propositions d’Anne Hidalgo. Non pour ce qui concerne les avancées liées aux conditions de travail des kiosquiers – elles devaient à l’évidence être repensées –, mais pour tout ce qui touche à l’aspect de ces édicules si caractéristiques du paysage urbain parisien, particulièrement dans les quartiers historiques et haussmanniens.

Compte tenu des derniers développements, je ne doute pas qu’une nouvelle pétition soit rapidement lancée pour contrer cette parodie d’écoute. Il va de soi que je la soutiendrai sans réserve.

Commentaires

commentaires

A propos de Fergus

avatar
Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Check Also

Disparition d’Emiliano Sala : un rapport nébuleux, mais des découvertes explosives (3)

Au fil des recherches, certains incidents survenus dans les environs de la zone footballistique et ...