Accueil / A C T U A L I T É / Joyeux No?l!

Joyeux No?l!

 

 

Infantilisme

?tat pathologique consistant dans la persistance, chez l’adulte, de certains caract?res morphologiques, sexuels ou psychologiques propres aux enfants.

***

Dans le feu de l?action, c?est la mitraillette ? promesses qui gicle ses balles ? la vitesse de la lumi?re. Un encan qui prend ses offrandes de cadeau dans la tirelire des contribuables. On n?en finit plus d?en rajouter? Quelqu?un a compt??: on en serait rendus ? 4$ milliards.

Le Qu?bec est une fabrique ? p?re No?l. En ao?t, et en outrage. On avait le No?l des campeurs, on a le No?l des? ??d?campeurs??. Ils se sauvent tous en avant, pris de convulsion devant une possible d?faite, agit?s comme s?ils ?taient assis sur un gla?on, ce pistolet ? h?morro?des. Ils tremblotent de malepeur, ?devant la grande chemin?e du pouvoir.

Car, maintenant, les politiciens sont devenus les incultes insens?s.

Le peuple a ?volu?.

Le politicien a sa recette verd?tre, comme les vieux pains qu?on laissait tra?ner sur le comptoir quand j??tais enfant?: au bout de deux ou trois jours, les moisissures y tressaient leur nid.

La perception r?aliste de ce qu?il faut faire pour am?liorer la vie au Qu?bec, le peuple l?a compris.

Mais pas le politicien? Non.

?trange!

Alors que c?est lui le ??sp?cialiste???

Irr?fragable preuve que nous ?levons maintenant une grappe de marmots f?briles, infantilis?s, alors qu?ils croient que ce sont ??NOUS?? les enfants ? r?veiller la nuit.

Voil? pr?s de 20% de la population du Qu?bec, ind?cis, ? ?tudier ce zoo aux tigres de papier m?ch?, sortant ses griffes et ses sourires de carton.

On les regarde ? travers un ?cran plasma, cet aquarium ? cristaux liquides, ?incr?dules, soud?s comme un gang de rue, pr?t ? vous vendre une carte de cr?dit dont on ne veut plus.

Chacun est une vadrouille ? laver le plancher du Qu?bec. Mais, c?est le moulin ? parole qui fabrique ?l?eau qui n?existe pas.

On est ? sec.

Et pas moyen de nettoyer?

Il y a quelqu?un dans la salle qui voit la ??magie?? de No?l?

 

Le syndrome Renato Vallanzasca

?

-????????? Tu as quel ?ge, mon? gar?on?

-????????? 20 ans.

-????????? Alors, tu viens de frapper le Jackpot?

 

C?est la derni?re phrase du film L’ange du mal .

 

 

?Renato Vallanzasca Costantini (n? ? Milan, le 4 mai 1950) est un criminel italien. ? compter des ann?es 1960, il est responsable de nombreux vols, hold-up, s?questrations, homicides et ?vasions. Il purge actuellement une peine de quatre perp?tuit?s et 290 ann?es de r?clusion.

Son histoire est atypique mais pourtant symptomatique des ann?es de plomb ? Milan et du fonctionnement de la justice italienne.

? seulement neuf ans, Renato n’est qu’un enfant mais a d?j? des aspirations lourdes de sens?: il lib?re les tigres d’un cirque itin?rant avec des amis d’enfance.

Renato Vallanzasca est une premi?re fois arr?t? le 14 f?vrier 1972 pour vol ? main arm?e. Il s’?vade en juillet 1976.

Il devient kidnappeur en voulant offrir ??la belle vie?? ? ceux qu’il enl?ve, marquant son entr?e progressive dans le grand banditisme. Il est finalement captur? le 15 f?vrier 1977. Le 28 avril 1977, il s’?vade une nouvelle fois de la prison de Milan mais il est imm?diatement repris. Sa derni?re ?vasion remonte au 18 juillet 1987 et est repris le 7 ao?t 1987.

Malgr? un lourd passif, son charisme et son humour ont d?fray? la chronique, lui conf?rant m?me l’admiration ? la limite du malsain des foules. Wiki

Surnomm? la fleur du mal?

?vad? et libre en 1987, tellement imbu de sa gloire, qu?il s?offre pratiquement en p?ture aux policiers.

Il ?fut celui qui choisit ?la gloire plut?t que la libert? acquise et quasiment assur?e ? la suite de son ?vasion.

Son jugement fut totalement fauss? par la bulle gonflante de sa personnalit??

Renato-Qu?bec

Non, les politiciens ne sont pas tous des bandits. Mais pour leur gloire, barbouill?e de propos mielleux, ils sont pr?ts ? donner des cadeaux irr?fl?chis dans un ?univers d?aust?rit?.

On a les h?morro?des entre deux chaises? Pour se tenir un peu ? l?aise.

Le peuple ne comprend plus rien.

Il pousse des Renato partout au Qu?bec.

Et les voil? qui passent dans les airs avec leurs carrosses de cadeaux, leur rennes volants, et les nuages, et les ?toiles?

Ouah!

La m?galomanie est un d?lire de grandeur, une surestimation de soi qu?on rencontre chez certains sujets dont le raisonnement est affaibli. source

Un politicien qui ne sait pas sonder son peuple est un incomp?tent.

Quand on en a trois ou quatre, il faut se gratter le cr?ne? pour savoir comment recoller les morceaux de ces fendill?s de la jugeote, pour avoir une boule de No?l qui ne tombera pas de l?arbre apr?s trois mois de pouvoir.

?a, ils ne le savent pas.

On a au moins compris deux choses?:

Un. Les enfants, c?est nous qui les payons pour qu?ils ach?tent des cadeaux.

Deux. Le citoyen ne veut pas s?ouvrir les veines pour avoir un costume de p?re No?l rouge-sang.

Une orange dans un bas de laine, ?a ferait sans doute l?affaire.

Quant ? la chemin?e, ?teignez le feu. Le souffle de la mondialisation et les b?ches du n?olib?ralisme sont en train de nous carboniser.

Oui, de temps en temps on vous crache dessus?

Il faut bien quelques millions de pompiers qui usent de leur salive pour ?teindre la grande chemin?e ?conomique qui nous r?chauffe avec des billets de banque.

On est pr?ts ? b?cher, mais on n?est pas des b?ches?

 

Ga?tan Pelletier

17 ao?t 2012

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Langouët : le village écologique modèle en lutte contre le glyphosate

Il y a quelques semaines, le maire de Langouët a une nouvelle fois fait parler ...

2 Commentaire

  1. avatar

    «Un politicien qui ne sait pas sonder son peuple est un incompétent»

    Le politichien moderne sonde d’abord les poches, puis la patience de son peuple et enfin il retire la sonde dès qu’elle crée un inconfort majeur afin d’éviter de trop faire chier l’électeur.

    Preuve que la polichiche c’est viscéral et qu’on devrait d’abord l’aborder avec beaucoup de recul et un pince-nez!

    Joyeux Noël (ils sont fous ces québécois). Voyez où ça mène le libre-échange!