Accueil / T Y P E S / Articles / Jouez au Darfour : Peut-on faire un jeu sur une crise humanitaire ?

Jouez au Darfour : Peut-on faire un jeu sur une crise humanitaire ?

Des ?tudiants de l’University of Southern California ont con?u un jeu flash en ligne, darfourisdying.com, pour sensibiliser les joueurs ? la situation dramatique qui s?vit en Afrique.

Con?u pour ?tre jou? en 15 minutes, le jeu raconte la vie des gens du Darfour oblig?s de survivre ? une guerre, chercher de l’eau au p?ril de leur vie ou d’?tre coinc?s dans des camps de r?fugi?s. Le jeu se veut viral afin de propager rapidement le message ? travers le net.

Press ’space’ to hide

Inutile de dire que la question d’?thique a ?t? imm?diatement pos?e :

Peut-on faire un tel jeu ?

 Oui, car de nos jours, le jeu rejoint beaucoup de jeunes qui ne seraient pas sensibilis?s autrement.

 Non, rien ne peut s’approcher de l’horreur de cette guerre et le jeu ne fait que le banaliser.

La mont?e du jeu s?rieux (Serious Games Initiative) dans le monde acad?mique (voir ma note de la semaine derni?re ?ducation 2.0 ?) poss?de une bifurcation nomm?e Games for Change (G4C) charg?e de supporter, de propager et partager des ressources ? des organisations utilisant les jeux vid?os comme moteur de changements sociaux.

Ce jeu est en fait inspir? d’un autre jeu plus pouss? : www.food-force.com initi? par… l’ONU. Le seul objectif avou? : propager le message. Le jeu n’est que l’h?te d’un « viral », ou d’un meme… Ce qui compte c’est que l’information se r?pande le plus possible.

C’?tait le but des vid?os themeatrix.com ? propos de l’illusion entretenue par l’industrie agro-alimentaire nord-am?ricaine -et dans le monde industrialis? en g?n?ral – et de sa suite The Meatrix II sur l’horrible HFCS et le boeuf Frankenstein. Mais ici avec l’id?e d’interactivit? ludique en plus. Et c’est l? que la question ?thique se pose.

?thique et mat

Donc, on nous prend pour des relais. Voyons alors qui est derri?re.

Pour rendre ?a plus trouble, disons que le jeu vid?o a ?t? con?u dans le cadre du Darfur Digital Activist Contest o? il a ?t? d?voil? samedi dernier, en partenariat avec, tenez-vous bien, le Reebok Human Rights Foundation et International Crisis Group (de George Soros) et lanc? par, accrochez-vous encore, par MTV, ou plus pr?cis?ment MTV-u, la branche de la cha?ne de clips nich?e r?seau coll?gial et universitaire.

Que ce soit des soci?t?s multinationales, c’est ? la fois rassurant (les marchants ne font pas que d?truire la plan?te) et simoniaque (ils s’ach?tent des indulgences morales pour masquer leur insuffisance sociale), mais on ne peut pas les traiter de malhonn?tes (ils n’ont pas d’int?r?ts au Darfour).

Nous sommes au confluent o? se rejoignent les int?r?ts d’activistes tiers-mondistes et ceux de grandes corporations (le concours et MTV-U ont une audience tr?s estudiantine, donc contestataires par nature). La cause est bonne, tout le monde y gagne, donc.

Le jeu vid?o va (peut-?tre) faire le tour du monde (d’Internet, je veux dire). Et si la cause du Darfour peut ?tre entendue, c’est tant mieux.

Weltanschauung made in USA

Le jeu, r?ducteur comme tout jeu, appelle la crise « un g?nocide ». Mais l’ONU a reconnu l’an pass? que si la crise g?n?rait certes des massacres, elle ne pouvait ?tre appel?e g?nocide, car ils ne d?coulaient pas d’un plan voulant la destruction partielle ou totale d’un peuple. Mais nous ne sommes pas loin des crimes contre l’humanit?.

Dans ce conflit, seuls les am?ricains insistent pour parler de « g?nocide ». Le jeu v?hicule donc leur vision des choses – leur weltanschauung- et leur vocabulaire politique. Une certaine culture de l’activisme et de leur focus g?opolitique se propage sur la toile – et dans les t?tes. On peut ?tre contre le jeu ou on peut rester insensible m?me apr?s avoir jou?, mais le terme « g?nocide » sera « top-of-mind » dans la t?te des gens. Qui peuvent faire « pressions » aupr?s de leurs dirigeants…

La consommation d’information change aussi de forme.

Avec le jeu, l’information se propage. Mais qu’est ce qui se propage ? la controverse sur le jeu ? le sentiment d’identification avec les personnages du jeu ? le meme de la guerre au Dafour ?

On assiste ? une nouvelle fa?on de maintenir vivant dans l’esprit des gens et dans la sph?re m?diatique ce conflit afin qu’il ne tombe pas dans l’oubli. Il n’y a pas pire cauchemar pour un peuple que de voir sa souffrance dispara?tre des radars m?diatiques occidentaux.

Mais le jeu est-il le meilleur vecteur ?

 Oui, si on consid?re la quantit? de jeunes qui ne lisent pas les nouvelles.

 Non, si on croit que l’information ne doit pas laisser de place ? la s?duction. Vraiment ? Pourtant informer est devenu un acte de s?duction

S’informer, un acte ludique ? Ceux qui s’informent de fa?on « traditionnelle », via les journaux par exemple, le font parce qu’ils y trouvent du plaisir -dans leurs moments de loisir d’ailleurs. Depuis plusieurs d?cennies, l’information doit « s?duire » pour ?tre « consomm?e ». Les images prennent de plus en plus de place dans les journaux et la t?l?vision n’h?site jamais ? l?cher ses pr?sentations pour garder l’oeil captif…

Internet est un monde de micro-plaisirs, ?ph?m?res, sans d?but ni fin. L’information s’est finalement m?tamorphos?e en jeu pour s’adapter ? son nouveau m?dium…

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Quand Alain Soral se fait petit épicier bio… pour la frime !

Alors-là, je vous avoue, c’est le hasard qui a joué (1). Pour découvrir une belle ...