Accueil / A C T U A L I T É / Jérôme Lavrilleux – Comparaison vaseuse avec l’affaire Boulin ?
Jérôme Lavrilleux

Jérôme Lavrilleux – Comparaison vaseuse avec l’affaire Boulin ?

Jérôme Lavrilleux serait-il vraiment menacé de mort ou seulement intimidé. Sa référence à l’affaire Boulin est-elle pertinente ? Et lorsque l’ex directeur adjoint de campagne de Sarkozy déclare… »Je ne protège personne mais il m’arrive d’avoir peur. Je n’ai pas envie d’apprendre à nager dans 20 centimètres d’eau comme Robert Boulin ». C’est surtout à l’ancien président de la République qu’il met le nez dans la vase.

Pour répondre immédiatement à la question du titre de l’article. Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’on réduit au silence des gens trop bavards. Mais tout de même, dans son cas, n’est-ce pas tomber trop vite dans le roman de série noire. Lavrilleux n’a pas l’intention de briguer la fonction de 1er ministre, c’est même complètement le contraire. Puisqu’il déclare vouloir abandonner la politique à la fin de son mandat de député européen. Et puis d’habitude on tue le traître avant qu’il ne parle, sauf pour assouvir une sourde vengeance évidemment. Mais Lavrilleux n’a peut-être pas encore tout dit.

Jérôme Lavrilleux

Mais qui dans l’ombre pousse le pion et qui sont en coulisse les auteurs qui écrivent le scénario et tirent les ficelles ? Encore du conspirationnisme me direz-vous, seulement cette fois la conspiration s’avère parfaitement crédible. L’enjeu est de taille, le butin important, les ambitieux nombreux. Mais au jeu du Bygmalion tous pourraient perdre devant la justice. Quant à l’opinion publique elle a déjà perdu depuis longtemps ses illusions.

À l’évidence les suspects ne manquent pas dans cette affaire, les menteurs non plus. À commencer par Lavrilleux lui-même, qui lors de sa confession publique en larmes sur BFMTV avait déclaré que ni Copé ni Sarkozy étaient au courant des manigances ni impliqués dans le dépassement des comptes de campagne. Dès le départ ses déclarations sonnaient faux.

Aujourd’hui changement de ton de l’ami de l’ex président de l’UMP, un sigle devenu tabou qu’il faut absolument effacer du tableau noir, car désormais il cible et charge Nicolas Sarkozy.

« Sarkozy ment, il se défausse » dit-il, ce n’est pas un scoop, puis de déclarer « je vais vous dire quelque chose que je n’ai jamais dit et dont j’ai la certitude ». La montagne va-t-elle accoucher d’un dos d’âne ?

Voilà sa révélation – « Les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 ont dérapé, et pas seulement le buget consacré aux meetings. Il ne faudrait plus appeler cette affaire Bygmalion, mais celle des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy ».

En fait c’est « une hiérarchie de haut en bas qui a bafoué les règles de façon calculée et admise pour gagner à tout prix ». Lavrilleux estime également que la campagne aurait coûté 50 millions, contre 22,5 aurorisés. Y a-t-il là des raisons suffisantes pour assassiner un homme ?

Sous le feu des projecteurs, Sarkozy a répondu aux accusations avec le plus grand calme et dans la sérénité, comme s’il n’attachait « aucune importance et aucune crédibilité aux propos de Jérôme Lavrilleux ».

La stratégie est toujours la même, passer vite à autre chose et taper comme des sourds sur les socialistes pour faire diversion. Brice Hortefeux, l’ami fidèle, n’a pas attendu très longtemps pour distiller la bonne parole sur des chaînes d’infos en continu. En attendant le temps passe, la primaire approche et les juges se rapprochent.

« La justice est saisie, eh bien elle dira » (Sarkozy)

« J’ai dit à mes proches que si un jour j’avais un accident de voiture, il faudrait faire une expertise. C’était de l’humour noir… quoique. » (Lavrilleux)

 

Bourdin, noyade

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Notre covid et nous

Ça nous est tombé dessus, ma femme et moi, alors que nous ne nous y ...

5 Commentaire

  1. avatar

    Je vais redire ce que je vous ai dit chez Agoravox : le titre est fort mal chois, car il laisse entendre que ça n’a pas de sens cette assertion et qu’elle est gratuite.

    Or c’est tout l’inverse : Lamelleux CRAINT POUR SA VIE, et de le dire l’en protège. Car vous oubliez que Chirac était un tueur en politique et que son bras armé s’appelait Pasqua et ses hommes du SAC, la milice gaulliste chargé d’éradiquer l’OAS qui est à l’origine de belles dérives, comme j »ai pu l’expliquer ici.

    Pasqua est celui qui a formé Sarkozy, quoi l’a bine baisé quand il a pris sa place sur les affiches alors que Pasua était coincé à l’hôpital et que Sarko a pris sa place pour se faire élire maire de Neuilly.

    Il n’y a pas que Boulin qui a été l’objet de ce genre d’éviction de la vie politique. Il y a aussi le cas du journaliste envoyé au fond d’un lagon avec un pavé de béton aux pieds car il menaçait de révéler le fond bancaire japonais de Chirac.

    Ces gens-là sont des tueurs et agissent comme des mafieux ; avant l’élection de Sarko, une bande de cambriolages sans précédents à touché tous les gens qui pouvaient lui nuire, ou même des alliés encombrants (je pense au gars de Chasse et Pêche qui s’était rallie, et dont l’ordinateur avait été volé).

    Potentiellement, en effet, Lavrilleux pourrait très bien finir dans un accident de voiture bien organisé. Une Volvo comme celle du jeune Aubin, par exemple, car il n’y a pas que la noyade de Boulin. Ou une voiture arrêtée sur l’autoroute et broyée par un camion, comme celle de Charles Bignon…

    relisez ceci et vous aurez une idée comme quoi les craintes de Lavrilleux sont plus que FONDEES… et non « vaseuses »…

    http://www.centpapiers.com/les-cadavres-dans-le-placard-de-charly-14-pour-boulin-laffaire-est-dans-le-sac/

    ou ça

    http://www.centpapiers.com/les-cadavres-dans-le-placard-de-charly-14-pour-boulin-laffaire-est-dans-le-sac/

    Charles Bignon lui aussi est mort dans le secteur de la forêt de Rambouillet, là où a été retrouvé le corps de Robert Boulin. Dans des circonstances presqu’ aussi surprenantes. Il disparaît à peine 5 mois à peine après le ministre de Raymond Barre. Il « meurt le 29 mars 1980, à 1 h 45 du matin. Sa voiture, arrêtée tous feux éteints sur la voie lente de l’autoroute A 10, près de Rambouillet, est percutée par un camion danois. La voiture est carbonisée, le corps est à l’intérieur. Pour étayer la thèse de l’assassinat de Charles Bignon, Fabienne Boulin-Burgeat (la fille de Robert Boulin) s’appuie sur une note blanche des Renseignements généraux datée du 28 mai 1982. Cette note « met sérieusement en doute la thèse de l’accident du député, écrit l’auteur. Curieusement, elle figure au dossier judiciaire de mon père ; tout aussi curieusement, elle n’a jamais été exploitée. » Or qu’avait eu le tort de dire Bignon quelques mois auparavant ? Ceci : « lors d’un vote interne au conseil national du RPR, le 20 juin 1979. « Avec quelques autres, dont Charles Bignon, Boulin avait obtenu de Chirac que le vote soit annulé et que Pasqua soit évincé du Conseil national, rappelle l’auteur. Conseil qu’il réintégra huit jours à peine après la mort du ministre du Travail. » En résumé, Bignon ET Boulin avaient réussi à éliminer Pasqua du circuit politique et de la hiérarchie du RPR, ou sa présence pesait chaque jour un peu plus davantage ! Les deux députés craignaient que le parti ne dérive mafieux, connaissant l’oiseau corse, capable de mensonges pendables avec un aplomb incroyable, comme les vidéos de l’époque le montrent encore avec éclat. Que savaient exactement Bignon et Boulin des trafics divers de Charles Pasqua, qu’avaient-ils découvert, on ne le saura sans doute jamais. Mais il est à noter que les deux qui ont osé le défier l’ont payé du même tarif fatal. Le fils de Charles Bignon, Jérôme, reprendra le flambeau gaulliste et deviendra à son décès maire de Bermesnil, poste repris en 2001 par le second fils, Jean-Paul. Mais personne dans la famille Brignon n’osera remettre en doute la cause officielle du décès de Charles. Gaullisme oblige, diront certains.

  2. avatar

    pour « lamelleux  » lire Lavrilleux, bien sûr…

    • avatar

      À la fin du titre se trouve un point d’interrogation ? C’était un titre sous forme de question, et non une affirmation.
      D’autre part cette phrase était dans l’introduction du texte « Ce n’est pas d’aujourd’hui qu’on réduit au silence des gens trop bavards ». Donc je ne mets pas en doute que de tels actes soient possibles. Ce qui ne veut pas dire que Boulin a été assassiné, jusqu’à preuve du contraire.
      Enfin « Vaseuse avait un double sens » un rapport avec la vase de l’étang où Boulin a été retrouvé mort, mais aussi un rapport avec la crédibilité de Lavrilleux. Donc le titre était pas si mal chois i que ça, mais ce n’est que mon avis.

  3. avatar

    « Enfin « Vaseuse avait un double sens » un rapport avec la vase de l’étang où Boulin a été retrouvé mort, mais aussi un rapport avec la crédibilité de Lavrilleux. Donc le titre était pas si mal chois i que ça, mais ce n’est que mon avis. »

    décidément vous êtes le seul à pouvoir y voir une dose d’humour dans ce titre raté.

    vous venez de mettre en doute ce que vous appelez « la crédibilité de Lavrilleux ».

    Donc vous DOUTEZ de lui. Et de sa crainte de finir au fond de l’eau. Bref, vous n’avez toujours pas compris qu’il vient d’écrire sa garantie pour ne pas finir ainsi, comme vous doutez de la dangerosité des sbires sarkozystes…

    bref, pour vous, Boulin, Brignon, JP Couraud ne vous disent pas plus que ça et c’est… DRAMATIQUE autant de légèreté sur pareil sujet… comme ne vous dit rien la banque Tokyo Siowa.

    • avatar

      « …C’était de l’humour noir… quoique. » (Lavrilleux) Je suis sur la même ligne que lui. Quand à la crédibilité de ses déclarations, oui je les mets en doute.

      C’est Fergus sur Ago, qui le premier a estimé que les déclarations de Lavrilleux était son assurance vie. Et j’étais absolument d’accord avec lui. Vous prenez vraiment les gens pour des imbéciles.