Accueil / T Y P E S / Chroniques / Jeb Bush, prochain Président des Etats-Unis

Jeb Bush, prochain Président des Etats-Unis

Après les présidences de George H.W. Bush (1989 à 1993) et de son fils George W. (2001 à 2009) c’est maintenant le frère cadet Jeb qui annonce sa possible candidature aux primaires républicaines sur sa page Facebook « ?J’ai décidé d’explorer activement la possibilité d’être candidat à la présidence des Etats-Unis? »
Autant dire que le possible ne trompe personne, il sera candidat. D’après les médias étasuniens, les Américains auraient une affection particulière pour les dynasties. Les Kennedy, Clinton, Bush et d’autres encore se sont partagés le pouvoir depuis de nombreuses années. Porter un nom célèbre et avoir des relations dans les affaires sont des atouts incontestables aux Etat Unis, peut-être plus qu’ailleurs encore, pour lever les fonds nécessaires au financement de ses ambitions.

Qui est Jeb Bush

Episcopalien il s’est converti au catholicisme en 1995. Il est marié et père de 3 enfants. Il gouverna la Floride de 1999 à 2007. Opposé à l’avortement et favorable à la peine de mort, il est présenté comme un républicain centre droit modéré. Proche du monde des affaires il débuta sa carrière à la Texas Commerce Bank.

Avec le soutien de sa famille et de la finance, a-t-il une réelle possibilité de gagner

Malgré le nombre important de candidats à la primaire, dont Mike Huckabee, Rand Paul, Ted Cruz et Marco Rubio, les chances de l’emporter de Jeb Bush ne seraient pas négligeables. Mais comme le disait le 43ème présidents des Etats-Unis qui est aussi son frère. Le jour où il s’est présenté, il s’est retrouvé avec la moitié des amis de son père et avec tous ses ennemis. D’autant que les positions politiques du prétendant à la fonction suprême ne sont pas toutes appréciées de l’aile dure du parti républicain. Notamment sur l’immigration qu’il veut favoriser avec un « statut de résident légal permanent » pour les millions d’immigrants rentrés illégalement dans le pays. Jeb Bush ne va pas se faire que des amis dans sa famille politique, surtout lorsqu’il prétend « qu’aujourd’hui, au fond, la seule voie de venir à ce pays, autre que le regroupement familial, est de venir illégalement ». D’après lui, ceux qui traversent la frontière illégalement sont des pères inquiets que leurs enfants manquent de nourriture sur la table.

Ce Bush là serait-il différent des autres Bush ? Toujours est-il qu’encourager l’immigration clandestine, même si les Hispaniques et Latino-Américains représentaient déjà 16,7% de la population en 2011 semble un pari électoral risqué.

Pour la bonne bouche, un petit message aux Français

Jeb Bush qui trouve la population de son pays trop pessimiste et prône au contraire l’optimisme, déclare « nous ne sommes pas la France pour nous morfondre ». Voudrait-il réenchanter le rêve américain. Mais la traduction Google de l’article est trop médiocre pour comprendre correctement le sens de ses paroles. C’est peut-être mieux ainsi.

Pour conclure, faut-il rappeler la réputation justifiée de va-t-en guerre du parti Républicain, et faut-il souhaiter qu’une femme démocrate soit la prochaine possible présidente des Etats-Unis. La réponse est peut-être dans le commentaire d’une internaute américaine, qui toutefois, comme une hirondelle ne fait pas le printemps. Elle écrivait que de toute façon le parti républicain et démocrate étaient génétiquement pas très éloignés.

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Voilà à quoi mènent QAnon et un président fou (7)

Nous voici arrivés à la fin de cette mini-série, c’est le jour de la prise ...