Accueil / T Y P E S / Chroniques / « Je suis tellement idiot ! » – Phil Mickelson

« Je suis tellement idiot ! » – Phil Mickelson

Phil Mickelson s’est pr?sent? au 72i?me trou de cette comp?tition du US Open avec une avance d’un coup, et tout ce qu’il avait ? faire ?tait de jouer « safe » pour s’assurer au pire d’une prolongation ou au mieux d’une autre victoire dans un tournoi majeur et un ch?que de 1.3 millions de dollars US. Le sc?nario ?tait vraiment simple : un coup de fer dans l’all?e, une approche dans le milieu du vert, 2 coups roul?s, une accolade de la femme et des enfants, on prend l’avion et on retourne ? la maison ! ?a c’?tait avant que Phil prenne des d?cisions idiotes et prouve une fois de plus qu’il ?tait l’un des meilleurs pour s’?ffondrer quand la victoire ?tait entre ses mains.

Le tout a commenc? sur le tertre de d?part du 18i?me trou de la ronde finale hier apr?s-midi. Phil a choisi de sortir son bois #1, bref, sa grosse mailloche ! La premi?re r?action que j’ai eu fut la suivante : « Quess? que tu fais la l’?mile ! ». Pour ceux qui ne connaissent pas le golf, la mailloche est le b?ton que l’on prend pour le coup de d?part. C’est le b?ton qui permet les plus longs coups, et par le fait m?me, les plus croches si on manque son ?lan. Hors donc, plut?t que de prendre son fer 3 ou 4 et se placer assur?ment dans le milieu de l’all?e, Phil a d?cid? d’y aller avec la puissance. La balle ?tait tellement ? gauche qu’elle a frapp? la tente d’hospitalit?. Chanceux dans sa malchance, Phil n’a pas perdu de coup, se retrouvant apr?s le rebond avec un 2i?me coup qui l’obligeait pratiquement ? jouer le milieu de l’all?e.

L’?pisode des idioties se poursuit alors que Phil sort un long fer et d?cide d’y aller pour le vert. Ma r?action a ?t? celle ci : « Tu vas te mettre dans la marde Phil…Dans la grosse grosse marde… ». Et comme de fait, la balle a pas fait 30 verges frappant un arbre et revenant vers l’arri?re ! La situation se compliquait quelque chose de rare parce que la, les options s’effritaient. Phil allait jouer son 3ieme coup, il se devait de faire au maximum 5 pour ?galiser le score de Geoff Ogilvy. Hors donc, on parlait d’un coup au milieu du vert et d’un roul?. Le hic, c’est que la balle ?tait encore dans l’herbe longue et derri?re les arbres. Le coup #3 s’est retrouv? dans la fosse de sable ? la gauche du vert, semi-ernsevelie de sable. D?s ce moment, Phil savait qu’il n’?tait plus question de seulement jouer, mais de survivre.

La sortie de trappe a ?t? ce qu’elle devait ?tre. La balle n’a jamais arr?t? sa course, d?fonc?e le vert et s’est retrouv?e dans l’herbe longue bordant le vert. Coup #5, se devant d’?tre dans la coupe, vous imaginez le reste, Ogilvy a remport? le tournoi et Phil va devoir vivre avec ses d?cisions stupides pour un bon bout de temps. Une des expressions que j’aime utiliser est celle disant qu’il vaut mieux pr?venir que gu?rir. Elle s’applique tellement bien ici. Pourquoi y aller pour la fin de tournoi spectaculaire et finir avec un oiselet quand une nomale suffit ? Seul Phil a la r?ponse ? cette question, mais la r?ponse qu’il a fourni est la bonne, il est idiot !

Le golf est un sport difficile, voir m?me fait pour les sado-masos. Tout ce que vous faites au golf ne peut ?tre rattrap? par le jeu d’un co?quipier. Le golf vous rappelle ? chaque coup que si vous ne frappez pas sur le sens du monde, le prochain coup risque d’?tre encore plus dur ? frapper. Je suis un golfeur du dimanche, je comprends tout ?a. Phil aurait du savoir, lui qui gagne sa vie avec ce sport. Il aurait du savoir mieux que quiconque, sur un terrain qui n’a cr?e que des emmerdes pendant 4 jours que la seule issue possible ?tait celle de la facilit?, de la prudence.

En bon qu?b?cois, Phil a chi? dans la pelle…et contrairement ? un sport d’?quipe, il n’a que lui, et lui seul ? bl?mer pour cette lamentable prestation lors du dernier trou du US Open de 2006.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (1)

Avec cette série d’articles (1), jusqu’au 21 juillet, date fatidique, je vous propose de revenir ...