Accueil / A C T U A L I T É / Je r?vais d’un autre monde (3)

Je r?vais d’un autre monde (3)

Image Flickr par timaz (TimClarkeHDR.com)

3. Les objectifs ?volutifs

La question de fond, c’est qu’il s’agit (de faire comme les capitalises sociaux en fin de compte) de contrecarrer par avance les vell?it?s qui condamnent la vie sur notre plan?te. (quand ce sont les capitalistes, eux ils contrecarrent par avance les vell?it?s qui condamnent leur us et coutumes).

Ceci n’est pas une parole en l’air, quand on sait que toute la pollution de la terre est condamn?e ? aller se faire filtrer par notre foie, l’?tre humain est plac? par la nature comme un filtre ?cologique qui doit engouffrer toute la pollution qu’il a sem?. Ensuite on br?le les corps, et ainsi la pollution ira en diminuant.
Ah mais oui mais il fallait y penser avant.

Et pour faire cela il faut placer son esprit dans l’axe du cr?ateur de toutes choses, ce celui qui innove et qui fait abstraction des freins et des obstacles qui habituellement emp?chent de penser ? des ?vidences pourtant flagrantes. C’est cela, ??le monde meilleur?? dont se proclament les aficionados de grands slogans sans pour autant se donner la peine d’y r?fl?chir.

Et dans ce domaine, il y a ?norm?ment de choses ? faire et ? cr?er.

En fait, il y a tellement d’oeuvres ? cr?er, tellement d’?nergie ? consacrer ? ce plan de r?forme du syst?me social, tellement de temps et de discussions ? avoir, que 7 milliards d’individus bien portants et bien ?duqu?s y suffiraient tout juste.

Si vous voyez ce que je veux dire…

Il y a tellement de chantiers ? mettre en oeuvre, de r?gles et de lois ? faire sortir de terre, d’id?es grandioses de simplicit? ? d?couvrir subitement au moment o? on s’y attend le moins, en plus des probl?mes de petite comme de grande ?chelle ? r?soudre, ainsi que toutes les lois des syst?mes ? assimiler afin de s’assurer de la coh?sion des fonctionnements harmoniques, que la t?che peut sembler impossible ? faire, ? moins d’attendre deux ou quatre mille ans.

Mais?:

Quand on d?couvre une nouvelle source d’?nergie ?lectrique,
quand on d?couvre un nouveau moyen d’?conomiser 90% d’eau potable (tout b?te et tr?s simple),
quand les effets toxiques et canc?rig?nes des produits de consommation courante arrivent ? ?tre r?v?l?s au public,
quand on d?couvre les oc?ans de plastique qui s’effrite en particules fines qu’on retrouve ensuite dans toute la cha?ne alimentaire et qui vient ensuite terminer sa course dans le foie du dernier des pr?dateurs, l’homme,
quand la conscience collective admet finalement la r?alit? de faits qui ?taient pourtant pr?dits avec soin par les moins ?cout?s et plus intelligents,
?
avant m?me de chercher ? parler d’?volution de la soci?t?,
il conviendrait peut-?tre de s’accorder un moment pour r?fl?chir ? cela et oser se demander brutalement?:

POURQUOI n’y a-t-on pas pens? avant???

Et si on avait pris en compte telle et telle information plus t?t, si on avait d?couvert tel proc?d? ou telle technique plus t?t, combien de maux auraient ?t? ?conomis?s??? (au sein d’une soci?t? dont le but est d’amasser du papier-monnaie).

Et si on n’avait pas assassin?, rendu alcoolique et traumatis? les g?nies qui auraient pu avoir ces id?es il y a d?cennies??

Quelle t?te font les gens habituellement quand on leur dit quelque chose qu’ils entendent pour la premi?re fois??

Je veux dire, avant m?me de se mettre ? esp?rer un ??autre monde possible??, observez une seconde les autres mondes manqu?s?!

Ils sont colossaux, fantasmagoriques. Et quelle erreur a ?t? r?p?t?e encore et encore??
Eh bien c’est vous, c’est de votre faute, personnellement et collectivement, c’est de votre faute ? tous, si vous n’avez m?me pas eu le courage de vous arr?ter une seconde dans votre vie pour penser patiemment, ind?pendamment, et avec votre propre esprit, aux solutions et aux actions qui auraient conduites ? produire d?s aujourd’hui un monde meilleur.

Ah mais a pour ?a, pour ce qui est de culpabiliser les peuples abasourdis par des journ?es de travail harassantes qui ne laissent plus une seconde pour r?fl?chir aux choses importantes, ils sont tr?s forts, nos politiciens?! Surtout quand ?a leur permet de rejeter la faute sur les autres alors pourtant qu’ils sont les seuls aux commandes.

Alors comme ?a maintenant, l’?cologie c’est une question de responsabilit? individuelle, et on vous invite cordialement et sur un ton c?r?monieux et mystique ? vivre comme ? l’?poque des cavernes, ? utiliser des bougies plut?t que des ampoules, ? ?teindre votre ordinateur?! (sisi, il y a des gens qui le pr?conisent s?rieusement?!), ? recycler vos d?chets domestiques avec vos excr?ments afin d’y faire pousser vos propres l?gumes et ainsi, de laisser une emprunte carbone qui soit nulle?! (pour peu que ce terme ait une quelconque signification, la vie ?tant bas?e sur la chimie du carbone… et les arbres qu’on coupe ?tant les premiers ? le consommer pour le convertir en oxyg?ne…)

Mais par contre pour remettre en cause ce qui est responsable de 99% de la d?gradation de la vie sur terre, de la famine, des guerres interminables, de la souffrance humaine, du poids insupportable qui ?crase les consciences afin que jamais elles ne puissent penser par elles-m?mes, et de toutes les id?es et de tout le travail qu’il y a ? faire pour produire un monde plus juste, ?a, ?a reste du domaine de ce qui est catalogu? comme ?tant utopique.

Ah Ah Ah qu’ils disent.

Et pourtant un monde bien meilleur pourrait d?j? exister si eux-m?me n’avaient pas balay? du revers d’un rire carnassier les proph?ties et les solutions qui s’imposaient face ? ces proph?ties.

Si on y pense une seconde c’est presque normal, naturel, logique, bon comment dire, c’est presque pr?visible que la r?action ? une innovation qui pourrait sauver la vie de millions de gens + ceux des g?n?rations futures.
Ce n’est pas seulement que ce poids est trop lourd et que chacun, prit individuellement, n’a pas la force de rev?tir l’habit d’une personne historique, ? c?t? de qui tous les autres passent pour des idiots (du coup),
c’est surtout que, pour tout syst?me qu’on r?nove, l’impact de cette r?novation perturbe tout le syst?me dans son ensemble. « Perturbe » dans le sens o? ?a implique que beaucoup plus de choses qu’on ne se l’imagine doit s’en trouver modifi? de fa?on ? ce que l’innovation soit harmonique.

On peut exprimer cela autrement, et plus simplement, quand une nouvelle invention appara?t, aussit?t son potentiel nous saute aux yeux, mais tr?s vite, la r?alit? du syst?me va restreindre de fa?on drastique les applications ? cette invention.
Avec un exemple c’est plus clair?: lors de l’invention de t?l?phone, les gens s’imaginaient d?j? un monde tel qu’il l’est devenu, seulement une fois internet arriv?, gr?ce ? ‘informatique.
On pouvait d?s lors s’imaginer que tout le monde pourrait parler avec n’importe qui, que des haut-parleurs seraient constamment branch?s entre le lieu de travail et le domicile pour parler avec sa famille. On pouvait s’imaginer un monde f??rique, o? les gouvernements du monde n’auraient plus jamais de probl?mes de communication, et o? les d?bats importants seraient men?s 24 heures sur 24 tout autour du globe, toute l’ann?e. On pouvait percevoir l’acc?l?ration extraordinaire de l’?volution de l’humanit? poindre ? l’horizon.

Mais ce n’est pas ainsi que ?a s’est pass?.

Et c’est l? que je veux en venir?: Au sein d’un syst?me qui fonctionne mal, les inventions ? fort potentiel du point de vue de l’acc?l?ration de l’?volution seront toujours, « syst?matiquement », sabord?s. Eh oui car le t?l?phone est tr?s vite devenu une source de revenus puissants attirant l’avidit?, de sorte que les communications soient limit?es ? ce qui ?tait possible techniquement, tout en g?n?rant le maximum d’argent.
Si on en croit le capitalisme cela aurait ?t? une bonne chose puisque cet argent aurait fait grandir ces r?seaux et cette puissance, mais 1?: c’?tait une autre ?poque (celle o? le capitalisme marchait) et 2?: l’avidit? est bien plus grande, de sorte qu’on peut toujours r?ver d’avoir des communications gratuites.
Cela a bien ?t? essay? via internet, mais allez comprendre pourquoi, les logiciels qui permettent cela sont sous-d?velopp?s, frein?s, emp?ch?s…

Et il en sera ainsi de tout ce qui pourrait rendre la vie meilleures, elle ne la rendra meilleure qu’? ses propri?taires, jamais ? ses utilisateurs?; car voyez-vous, c’est toute une mentalit? qui est h?rit?e du capitalisme, une mentalit? qui consiste ? ne pas permettre ? quelqu’un de recevoir un bienfait sans qu’en contrepartie il ne l’ai pay? le prix le plus ?lev? possible.

A la question de savoir si le peuple a besoin, collectivement, d’une innovation ou d’une invention, la seule r?ponse apport?e se situe au niveau de l’addition des consommateurs potentiels.
?s lors comment s’?tonner que ce soient les fabricants de voitures qui aient, seuls et ? la vitesse qui leur convient le mieux, la responsabilit? de cr?er des moyens de transports ?cologiques?? N’est-il pas de notori?t? publique qu’on devrait rouler dans des voitures ?lectriques depuis d?j? plus de cinquante ans??

Alors bon,
puisque « je r?vais d’un autre monde » en ?coutant de la musique,
prenons un exemple au hasard (sachant qu’on a largement le choix des exemples), et sachant que quel qu’il soit il sera suffisant pour amorcer un processus r?volutionnaire de r?forme globale du syst?me, et ?tablir par antonomase les objectifs ?volutifs communs vitaux.

Nous allons explorer, ? partir d’une volont? public, et d’une r?ponse logique ? cet objectif, les multiples mutations du syst?me que cela appelle.

Regardez?: A un moment on devrait supprimer le support informatique nomm? ??CD-ROM?? et passer ? l’?re du transport des donn?es. Mais cela suppose une petite mutation au niveau du fonctionnement de la soci?t?, et cela ne peut pas se faire sans cette mutation, qui a son tour a des r?percussions sur de nombreux autres domaines.

Que voulez-vous?? C’est comme ?a qu’on r?forme une m?canique, on est oblig? de d?monter les pi?ces qui sont autour m?me si elles fonctionnent bien. C’est la loi des syst?mes. On ne peut pas op?rer une mutation sans d?monter le moteur et aller trifouiller dans des endroits ?loign?s, o? par ailleurs on risque de rencontrer d’autres choses qui seront n?cessaires ou accessoires de r?former au pr?alable.

C’est pareil quand on fait le m?nage chez soi, au d?but on d?poussi?re une ?tag?re, et progressivement on se retrouve en train de tout passer ? la javel. (c’est normal puisque le reste para?t plus sale quand un endroit est mit au propre?!)
C’est pareil avec les logiciels, quand on r?nove un composant, on se retrouve en train de r?former des tonnes de choses dans la foul?e.

Cette motivation qui consiste ? s’?pargner des millions de tonnes de plastique pourrissant dans la nature n’a pas l’air de suffire ? r?gir un fonctionnement novateur, et ? se donner la peine d’aller chercher une id?e qui p?se z?ro gramme et qui prend z?ro virgule une seconde ? avoir, afin de r?soudre ce probl?me (m?me si le subconscient p?se fortement pour s’?viter la dur labeur qui va forc?ment s’en suivre).

Et la r?ponse des gouvernements ? cette n?cessite criante va compl?tement dans le sens oppos? ? celui d?sir? par l’?volution, l’histoire, et la sauvegarde de l’humanit??: ils s’aper?oivent que le march? du disque va s’?crouler, alors ils rendent illicite le transport des donn?es par voie informatique (criminalisant ceux qui font cela en les traitant de ??pirates??) et en m?me temps elles subventionnent les fabricants de support plastiques de faible densit?s de donn?es. (parce que ? 1 gramme de plastique par Giga-octets de donn?es, c’est totalement ahurissant comme densit??!)

Ils font cela parce que c’est tout un syst?me?: ces m?me fabricants de plastique financent beaucoup les m?dias (au moyen des publicit?s) qui permettent ? ces politiciens de rendre plus cr?dible leur folie incons?quente.

Pourtant, en une seconde, le temps d’avoir l’id?e ajout? au temps de se f?liciter d’avoir eu l’id?e, on peut s’?conomiser des millions de tonnes de plastique et en prime, permettre une distribution ?quitable (non pas des richesses ? ce stade mais) de la culture.

Ah mais oui mais plein de questions se posent, qui finance tout cela, pourquoi les ordinateurs qui transmettent les donn?es sont-ils financ?s par autre chose, pourquoi les ?diteurs de produits culturels ne peuvent-ils plus se mettre 96% du prix du produit dans la poche et laisser 4% aux artistes, pourquoi les grands m?dias n’auront-ils plus l’exclusivit? de leur soupe culturelle, et comment l’argent va-t-il sortir de la poche des utilisateurs et pourquoi on laisseraient les pauvres obtenir des choses gratuitement??

Tant de questions qui resteront sans r?ponse.

Mais le fait est que si la volont? est collective,
le but (arr?ter de produire des supports de donn?es en plastique qui finissent dans notre foie),
et la m?thode (lib?rer le transfert de donn?es par voie ?lectronique sans condition – parce que, il faut le dire en passant, ajouter des conditions va multiplier les co?ts de fa?on surnaturelle)
alors, comme dans un trac? dont on cherche un point en intersection avec un autre trac?, la solution coule de source.

Si on admet cette probl?matique et si on veut la r?soudre,
(et si on donne un coup de pied au derri?re aux politiciens fervents d?fenseurs des int?r?ts imm?diats des industriels inutiles, qui ne vont pas pouvoir s’emp?cher d’utiliser la m?thode qui consiste ? vicier la probl?matique en y superposant une autre qui n’a rien ? voir et qui a pour effet de d?tourner l’attention de l’objectif prioritaire qu’on s’est fix?s, selon la m?thode habituelle)
alors on abouti ? une conclusion qui va de soi et qui coule de source.

(je vous laisse faire l’op?ration tranquillement dans votre t?te, si vous n’y arrivez pas, ne dites pas que le probl?me est impossible ? r?soudre, car aucun probl?me n’est impossible ? r?soudre?; vous allez voir c’est super-simple).

8119

http://w41k.info/50714

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Bla, bla, bla… Tu parles trop !

Cette vieille rengaine yéyé, chantée par les Chaussettes Noires, chères à Eddy Mitchell, (lien) et ...