Accueil / A C T U A L I T É / Je flotte, je coule, je suis observ?, je suis aux abonn?s absents ?

Je flotte, je coule, je suis observ?, je suis aux abonn?s absents ?

 

 

Image Flickr par firewarrior

Si je suis arriv? en dialyse, c?est bien en marche arri?re, je n?ai jamais accord?, ?une confiance aveugle en ces sortes de sorciers, appel?s aussi m?decin, que le grand ordonnateur a plac?s sur ma route et si, de plus, ce ?certifi??, ?me d?clarait d’entr?e: ? ne vous en faites pas, je vais vous gu?rir!? ma m?fiance ?tait en alerte, surtout si la liste des m?dicaments prescrits ?tait impressionnante. Sans doute cette r?action de prudence vient du fait que j?avais vu ma brave m?re absorber des tonnes de m?dicaments divers, des pilules de toutes les couleurs et de toutes les tailles qui ont soign? un nombre incalculable de maladies imaginaires mais il devait y avoir dans ce tas pas mal de placebos car elle a tout de m?me bien r?sist?, au moins, jusqu’? son 88?me anniversaire. Comme ?l?avait fait son p?re qui ?tait aussi mon grand-p?re, cet Edouard qui lui, n?a jamais touch? s?rieusement aux m?dicaments!

 

 

Mon arriv?e discr?te dans le sanctuaire de la dialyse?

 

Impression surprenante, celle d?entrer dans un lieu d?routant, aveugle ou les technologies modernes voisinent avec le d?suet. Dans chacune des petites cellules que comporte ce local tr?ne une sorte de machine ? sous qui ?gr?ne des sons plus ou moins joyeux mais sans jamais cracher le moindre jeton. En d?couvrant pour la premi?re fois ce lieu je suis intrigu?, mais aussi, pourquoi ne pas l?avouer, l’inqui?tude n?est pas bien loin non plus. J?observe les d?placements de tous ces gens ?qui coop?rent ? la bonne marche de cette ?boutique insolite ou tous les intervenants semblent accapar?s par des protocoles complexes. Et chez eux pas la moindre trace de f?brilit?, ?il flotte m?me une certaine s?r?nit?.. J?observe le moindre mouvement, cela m?occupe avant que l?on me prenne en main. J?assiste en spectateur-acteur ? l?arriv?e de la fourn?e du matin de tous ces sinistr?s des reins qui viennent confier, pour ?puration, leur sang ? de bons et gentils robots.

Comme les jockeys les aspirants ? la dialyse sont pes?s ? leur arriv?e soit directement avec leur lit ou sur le fauteuil balance qui tr?ne dans l?entr?e. Une op?ration basique op?r?e, tant par les ambulanciers que par le personnel du centre. Tout cela se passe dans une ambiance d?tendue, je remarque aussi que le plus grand nombre des patients pr?sents sont ? mobilit? r?duite. Tous ou presque paraissent confiants et facilitent de leur mieux les intervenants qui les d?barrassent de leurs chaussures et de quelques ?l?ments vestimentaires, avant la pes?e. Mon tour arrive et apr?s cette premi?re ?tape, toujours en fauteuil je suis achemin? jusqu’? la petite niche qui m?est attribu? pour cette premi?re s?ance. Pas de luxe inutile, dans des locaux en fin de vie -eux aussi- ou tout parait tout de m?me net ?et fonctionnel ! Ces niches sont mono ou biplaces et accueillent soit un lit et un robot soit deux lits et deux robots. Me voila install? sur mon lit pr?t ? ?tre branch? pour la premi?re fois apr?s la pose, ? ?l?ancienne, de ce fameux branchement pr?vu pour seulement deux s?ances .Op?ration somme tout basique mais pas franchement si facile et si agr?able. ?Quant au robot, il est pr?t et semble tout guilleret d?accueillir mon sang pour le d?barrasser des impuret?s que mes reins d?faillants n?ont pas pu ?liminer. Cette machine qui tr?ne non loin de mon lit attire beaucoup ma curiosit?. Elle ?met des sons ?tonnants qu?elle ?gr?ne ? intervalle plus ou moins r?gulier. Son grand ?cran tactile, tapot? par l?intervenante qui entre tous les ?l?ments utiles ? la s?ance, qui ne va plus tarder ? d?buter.

Ok! Je suis branch?, je suis totalement d?pendant du robot qui ?pure mon sang et affiche sur son ?cran de nombreux param?tres. Au sommet de la machine un voyant, au vert scintille, mais pour qu?elle esp?rance?

Allong? dans mon lit je scrute le local qui n?est pas bien grand et a un petit air vieillot, je suis seul dans cette niche car tous les intervenants ce sont retir?s les uns apr?s les autres. En premier les deux toubibs qui ont r?alis? le branchement et que mon n?phrologue avait rejoints pour me faire une visite de courtoisie ? laquelle j?ai ?t? sensible. La derni?re ? quitter les lieux, apr?s m?avoir parl? abondamment de la suite des ?v?nements, fut la conductrice, celle qui dompte le robot sans fouet.

Je suis maintenant seul et je guette tous les bruits ?mis par cette machine un peu d?routante. A intervalle r?gulier le brassard qui enserre mon bras droit se gonfle pour r?aliser le contr?le de ma tension. Comme elle est ?lev?e l?alerte se d?clenche et cela dure un peu avant qu’un intervenant ne vienne contr?ler le ph?nom?ne. La premi?re alerte m?a surpris mais rapidement je me suis adapt?! Cette premi?re s?ance ne durera que deux heure, demain trois heures et apr?s quatre heures : c?est long, pas amusant mais comme je n?ai pas le choix je dois bien accepter.

 

Une alerte du robot me tire de ma torpeur, un coup d’?il sur l??cran de contr?le me rassure 30 minutes restent au compteur!

La fin de cette premi?re s?ance arrive rapidement, je suis d?solidaris? de la machine, je suis ? nouveau un homme, presque libre, mais pas flambant. Vint la pes?e et apr?s une courte attente une ?quipe de brancardiers m’entra?n?rent par couloirs et ascenseurs jusqu?? ma chambre du 6i?me ?tage m?offrant la perspective de voir d?filer des plafonds assez peu attrayants!

 

Anomalies, d?sespoir, le temps s??coule avec une lenteur atroce ? l’h?pital J. Monod! Tout cela est, ? la fois, subjectif, r?el et finalement totalement faux!

Mon silence ne vous paraitra plus si curieux??

(? suivre)

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (6)

Hier nous avons découvert une personnalité attachante, aujourd’hui disparue, celle de Neil Armstrong, premier homme ...