Accueil / A C T U A L I T É / Japon : un fascisme qui a r?ussi ? 2

Japon : un fascisme qui a r?ussi ? 2

(Toile de Hokusa?, tir?e du site Visipix.dynalias.com)

Yan Barcelo, 3 avril 2011

(Dans ma chronique de la semaine derni?re, j?avan?ais l?id?e que le Japon constitue une manifestation concr?te de l?id?al fasciste tel que celui-ci a ?t? ?labor? chez certains penseurs de l?id?alisme, Hegel en premier lieu. Comme le propose le titre, le Japon est un cas o? l?id?al fasciste a ??r?ussi??.

Je poursuis cette semaine en exposant quelques exemples frappants de cette int?gration pouss?e de l?individu aux volont?s de l??tat qu?a accomplie le Japon, ph?nom?nes et pratiques dont nous sommes peu inform?s ici.

-????????????? Au sommet de la soci?t? japonaise on trouve un conglom?rat qui r?unit la triade gouvernement, entreprises et banques dans un tissage extr?mement serr?. Entre les parties de cette triade, les hauts dirigeants circulent tr?s librement, un haut fonctionnaire pouvant devenir dirigeant d?entreprise, pour ensuite devenir ministre puis retourner au mandarinat d??tat. Les grands groupes dominants, qu?on nomme les zaibatsu et o? on trouve les colosses Mitsubishi, Mitsui, Sumitomo et quelques autres, sont les faisceaux autour desquels les ?lites du pays articulent et organisent la soci?t? japonaise.

-????????????? Ces grands groupes ont des comportements qui sont inimaginables pour nous, en Occident. Par exemple, quand j??tais l? en 1990, tous les jeunes recrut?s par les grandes soci?t?s vivaient dans des colonies et dortoirs entretenus et pay?s par leurs entreprises. Ce n?est qu?au moment de se marier que ces jeunes avaient la permission d?acheter une maison et de quitter la ??colonie??. En fait, 40% des mariages ?taient arrang?s, planifi?s, organis?s et pay?s par les entreprises.

-????????????? Le syst?me d??ducation est une vaste cha?ne de promotion organis?e comme une pyramide qui s?appuie ? sa base sur les ?coles primaires dans les pr?fectures et au sommet de laquelle tr?nent quelques universit?s, comme celles de Tokyo et de Kyoto. Et au-dessus de ces universit?s, prennent place les zaibatsu, qui ne recrutent que parmi les finissants de celles-ci. Pour le jeune, c?est une longue course ? obstacles extr?mement ?prouvante, o? l??chec est co?teux. Chaque ann?e, on assiste ? des dizaines de suicides de la part de jeunes qui se sentent d?shonor?s parce qu?ils n?ont pas r?ussi les examens d?entr?e des ?coles sup?rieures, souvent m?me d??coles ou de coll?ges ? des ?chelons inf?rieurs. Quand a-t-on entendu parler au Qu?bec, au Canada ou en France de jeunes qui se sont suicid?s parce qu?on leur avait refus? l?acc?s ? un coll?ge ou ? une universit?, je vous le demande?

-????????????? Tout Japonais qui a ?t? en poste ? l??tranger est vu avec m?fiance par la soci?t? qui l?accueille ? son retour, et c?est pourquoi il est soumis ? une p?riode de ??purification?? s??talant sur une ann?e ou deux?: il est assign? ? un emploi moins d?cisionnel, une sorte de ??poste de quarantaine??, o? il est soumis ? l?observation de ses pairs qui tentent de d?celer chez lui les d?viations ?trang?res et d?terminent s?il est digne pour des responsabilit?s accrues. En m?me temps ses enfants sont envoy?s dans des ?coles sp?cialis?es de ??d?contamination?? pour une ann?e ou deux et, son ?pouse, elle aussi, est tenue sous observation.

-????????????? La pression de se conformer aux exigences du groupe est consid?rable et omnipr?sente et toute d?viation par rapport aux normes est directement r?primand?e ou silencieusement condamn?e. Et cet imp?ratif de conformit? op?re d?s l?enfance. Quelqu?un me rapportait l?anecdote r?v?latrice d?un ?l?ve ? l??cole primaire qui avait fait un dessin dans lequel il avait color? les arbres en rose et bleu. Son professeur l?a vertement r?primand? et ridiculis? devant toute la classe au nom de cette ?vidence ?l?mentaire?: les arbres sont verts.

-????????????? Le Japon n?est pas raciste, mais x?nophobe. Cette x?nophobie, fr?quente chez nombre de peuples, ne tient pas seulement ? une r?action de peur et de malaise devant l??tranger. Elle tient ? une notion que les Japonais sont la race ?lue, la seule race vraiment humaine, ? c?t? de qui toutes les autres sont carenc?es. Une telle vision peut facilement basculer du c?t? du racisme actif, comme on l?a vu dans la premi?re moiti? du XXe si?cle avec l?invasion japonaise de la Cor?e et de la Chine et au cours de laquelle les Japonais se sont adonn?s ? des exactions inhumaines. Mais encore une fois, cette sup?riorit? que s?assignent les Japonais rel?ve plus de la x?nophobie, je crois, que du racisme, et n?a certainement rien ? voir avec le racisme ??scientifique?? et d?lirant des Nazis. Et parfois, cette x?nophobie emprunte au plus haut burlesque. On ne compte plus le nombre de livres qui pr?tendent expliquer l?unicit? sans ?gal du Japonais. Les raisons vont d?un intestin plus long de 3 ? 5 m?tres que chez les autres humains ? un organe sp?cial et exclusif au cerveau des Japonais qui explique leur intuition ou leur force int?rieure sup?rieure. Ces th?ories ne sont pas le fait de maniaques isol?s, aussi farfelus qu?obscurs, mais d??minents chercheurs ou d?honorables docteurs dont les propositions sont largement discut?es dans les m?dias et dans les caf?s.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLVII) : par bateaux, aussi…

Aujourd’hui, exceptionnellement, et les jours suivants, on va parler bateaux.  Et surtout voiliers.  Lors du ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Nous divergeons plus sur le sens et surtout sur ce qu’il peut y avoir a apprendre du modele japonais que sur sa réalité. Qund on supprime les parenthèses et qu’on simplifie l’équation, on revient vite à la notion de liberté que vous définissez comme l’adhésion à un Principe, alors que j’utilise le concept dans une sens strictement neutre d’absence de contraintes…

    Je prend cet exemple de votre texte de la semaine dernière. Vous dites en mode interrogation:  » À quoi servent la raison et la liberté si elles ne sont pas portées par chacun des membres du corps social?  » Je dirais plutôt, en mode affirmation:  » Le corps social sert à porter la raison et la liberté qui ne le sont pas par chacun de ses membres…  »

    PJCA

    • avatar

      @PJCA
      Je ne suis pas certain de souscrire à cette idée de la « liberté en tant qu’adhésion à un Principe » que vous m’assignez. Je dirais plutôt que la liberté relève de la zone intime par excellence, cet esprit insaisissable que chacun est, à l’origine de l’être individuel, qui existe avant tout choix et d’où procède tout choix devant les conditions et contraintes concrètes de la vie. Or, comme je le disais, tout assentiment ou toute soumission aux conditions et contraintes met immédiatement en jeu la responsabilité en tant que face verso d’une même pièce. On pourra en parler; bientôt, j’espère.

      L’inversion que vous faites de ma formule qui parle de raison et liberté est bienvenue, et j’y souscris tout à fait. En fait, je crois qu’il faut tenir les deux propositions en même temps. D’un côté, il est certain que la simple réalité fait en sorte que le corps social et les institutions doivent disposer de l’autorité nécessaire pour porter la raison et la liberté là où elles sont absentes chez nombre de citoyens. Mais le projet démocratique à long terme, et probablement utopique, est d’en arriver à ce que chaque membre porte raison et liberté comme résultat d’un choix délibéré et éclairé.

      Je ne voudrais pas dire que la société japonaise n’est constituée que d’une collection de pantins téléguidés de haut. Mais il est certain, je crois, que cette civilisation a fait l’économie de la créativité individuelle au profit d’un ordre, passablement unidimensionnel, qui a été diffusé de haut. En même temps, certains aspects de cette culture se présentent comme étant déroutants, fascinants et, pour certains d’entre eux, très souhaitables.