Accueil / A C T U A L I T É / Ivanov, ?Dope Inc.? et le Glass-Steagall

Ivanov, ?Dope Inc.? et le Glass-Steagall

29 novembre 2011

? ? Les affirmations sur le r?le pr?valant de l?argent de la drogue dans la crise globale sont aussi confirm?es par de nombreuses autres preuves y compris par les donn?es dont dispose notre Agence. Il est ?galement ?vident, et les analyses le confirment, que le syst?me financier existant, qui met en ?uvre de nombreux instruments financiers de plus en plus r?pandus comme les options, les contrats ? terme, les swaps et autres d?riv?s venant emplir la ?bulle de savon financi?re?, ne peut plus subsister sans les injections d?argent sale.

? ? Une transformation drastique du syst?me financier international va ?tre n?cessaire pour liquider le trafic de drogue mondial.

? ? Dans une certaine mesure, l?on observe ?galement un retour ? la logique de la loi Glass-Steagall adopt?e par les ?tats-Unis en 1933, au plus fort de la Grande d?pression, et qui s?pare les activit?s de d?p?t et d?investissement des banques. Toutefois, des restrictions encore plus dures sont n?cessaires pour emp?cher la circulation de l?argent sale. En clair, la liquidation de la bulle financi?re ne sera pas suffisante ? elle seule. La cl? pour liquider le trafic de drogue est de reformater l??conomie existante vers un mod?le excluant l?argent du crime et permettant une reproduction des encours liquides nets, c?est-?-dire une ?conomie de d?veloppement o? les choix sont fond?s sur les projets de d?veloppement et des cr?dits dirig?s. ?

Stupeur ? Washington : Ivanov demande le Glass-Steagall et la liquidation du syst?me financier !

Les citations ci-haut mentionn?es sont tir?es d?une allocution donn?e le 18 novembre par Viktor Ivanov, le directeur du Service F?d?ral Russe pour le Contr?le des Stup?fiants (FSKN), devant un parterre ? de diplomates am?ricains et europ?ens, de nombreux analystes et officiels de la CIA, du FBI et de la Drug Enforcement Administration (DEA), ainsi que de nombreux officiers militaires alors qu?il ?tait l?invit? du Center for
Strategic and International Studies
(CSIS) pour une conf?rence sur Les flux narcotiques mondiaux et la crise ?conomique et financi?re ?. Ivanov occupait auparavant les fonctions d?assistant-en- chef du personnel au Kremlin et, par la suite, assistant du pr?sident Poutine.

L?importance strat?gique du discours de Viktor Ivanov r?side dans le fait que ce soit un proche de l?actuel premier ministre Vladimir Poutine qui, ? Washington, demande le retour de la loi am?ricaine Glass-Steagall [1] et qui discute ouvertement de la liquidation du syst?me financier international.

Dans son expos? sur les flux de narco dollars dans le syst?me financier, Ivanov a examin? des pistes qui avaient ?t? expos?es publiquement pour la premi?re fois dans le livre Dope, Inc., [2] publi? par nos coll?gues de la revue Executive Intelligence Review fond? par Lyndon LaRouche. De plus le site web du Service F?d?ral Russe pour le Contr?le des Stup?fiants (FSKN) a fait un lien vers www.larouchepac.com et son analyse du discours d?Ivanov ? Washington.

Les narcodollars ont sauv? les banques en 2008

Ivanov, lors de sa pr?sentation a cit? les ?valuations d?Antonio Maria Costa, directeur g?n?ral de l?Office des Nations unies ? Vienne et directeur ex?cutif de l?Office des Nations unies contre la drogue et le crime entre 2002 et tout r?cemment.

Ivanov d?clara devant son auditoire ? Washington qu? ? il est assez significatif que ce haut responsable international ait soulign? que ce n?est pas un probl?me de banques prises individuellement mais de l?organisation du syst?me financier international dans son ensemble. ?

Antonio Maria Costa lors d?une interview avec l?hebdomadaire autrichien Profil le 27 janvier 2009 avait en effet d?clar? qu? ? en de nombreux cas, l?argent de la drogue est actuellement la seule source de liquidit? disponible. (?) Pendant la deuxi?me moiti? de 2008, le manque de liquidit? ?tant le principal probl?me du syst?me bancaire, ces capitaux liquides sont devenus un facteur important ?. Il avait annonc? que son agence ? avait trouv? les preuves que les pr?ts interbancaires ont ?t? financ?s par des capitaux provenant du trafic de drogue et d?autres activit?s ill?gales. Certaines pistes indiquent que les banques ont ?t? sauv?es de cette mani?re ?.

Bulle financi?re mondiale : 600 000 milliards de dollars d?encours dont 540 000 non-s?curis?s. cr?dit :www.fskn.gov.ru

?

Bulle financi?re vs ?conomie r?elle. cr?dit :www.fskn.gov.ru

Ivanov a pr?sent? ? son auditoire du Center for Strategic and International Studies un graphique montrant que la bulle des produits financiers d?clar?s est de 600 000 milliards de dollars (soit 10 fois le PIB mondial) dont seulement 1/10?est s?curis?. Dans la diapo suivante, Ivanov a exhib? la finance sous les traits d?une bulle gigantesque ?crasant l??conomie physique symbolis?e par un train ? grande vitesse. Devant une carte d?taillant les flux mondiaux de drogues, Ivanov a d?clar? que ? l?argent et le trafic de la drogue ne sont pas seulement des atouts pr?cieux pour le syst?me mon?taire, mais, en tant que fournisseur de liquidit? en dernier ressort, ils en sont une composante indispensable et vitale ?.

?

…Chaque ann?e, 1800 tonnes de coca?ne et d?h?ro?ne inject?es dans vos veines et vos narines… cr?dit :www.fskn.gov.ru

?

…et 350 milliards en cash pour les banques. cr?dit :www.fskn.gov.ru

?

Le groupe bancaire Inter-Alpha et Dope, Inc.

Pour Lyndon LaRouche, l??conomiste du ? syst?me am?ricain ? d?Alexandre Hamilton et de Henry Carey, la ? crise de l?euro ? n?est qu?un sympt?me de la crise globale du syst?me financier. Au centre de la tourmente se trouve le groupe bancaire Inter-Alpha, [3] un cartel bancaire europ?en fond? en 1971 et dirig? par Lord Jacob Rothschild. Ce groupe contr?le ? lui seul 70% des actifs bancaires mondiaux. Inter-Alpha est le nouvel empire britannique qui ?tend ses tentacules ? travers la plan?te. L?antre de l?empire britannique se trouve dans ? la City ? qui g?re divers centres financiers de par le monde comme autant de satrapies pour l?empire. L?empire britannique d?aujourd?hui est autant un empire Dope, Inc. qu?il l??tait ? son apog?e lors des guerres de l`opium du 19? si?cle. ? L?empire survit sur les revenus de la drogue comme les vampires survivent sur le sang humain ?. [4]

L?h?ro?ne d?Afghanistan

? Lors d?une s?ance du Conseil Russie-OTAN ? Bruxelles le 24 mars 2010, Viktor Ivanov expliquait qu?avec 2,5 millions de toxicomanes ? accros ? ? l?h?ro?ne, provenant ? 90% d?Afghanistan, la Russie voyait exploser le nombre de d?c?s caus?s par ? overdose ?. Cependant, elle n?est pas seule. D?apr?s les statistiques de l?ONU, que citait Ivanov, la consommation mondiale d?h?ro?ne pour 2008 se d?cline ainsi : 70 tonnes (21%) pour la Russie, 88 tonnes (26%) pour l?Europe et 22 tonnes (6.5%) pour les ?tats-Unis et le Canada.

? ? sa conf?rence de presse ? Bruxelles, Ivanov d?clarait que, selon les statistiques des Nations unies, l?opium en provenance d?Afghanistan a conduit 1 million de personnes ? leur mort par ? overdose ? au cours de la derni?re d?cennie. Ivanov posait ensuite la question : ? Est-ce que cela ne repr?sente pas une menace ? la paix et ? la s?curit? mondiale ? ? [5]

Dope, Inc., et la ? trahison ? d?Obama

Quelques jours apr?s la conf?rence de presse d?Ivanov ? Bruxelles, Lyndon LaRouche soulignait qu?en Afghanistan ? les ?tats-Unis sous la pr?sidence d?Obama, s?occupent ? d?fendre le droit des trafiquants de drogue ? poursuivre leurs affaires sans entraves. Nous menons une guerre et nous envoyons des troupes en Afghanistan pour tuer et se faire tuer afin de prot?ger des trafiquants de drogue !

? Ces trafiquants de drogue sont ?galement une force logistique majeure pour le contr?le de la Russie. Ils font du tort ? la Russie ; ils facilitent des ?v?nements comme les actes terroristes qui ont ?t? perp?tr?s ? Moscou r?cemment. ?

? ? Nous avons un pr?sident am?ricain qui enhardit l?ennemi et commet pratiquement un acte de trahison, en d?ployant les troupes am?ricaines dans cette r?gion, pour se faire tuer, par des ennemis financ?s par une force logistique que d?fend Obama. Si cela n?est pas ?quivalent ? de la trahison, alors je ne sais pas ce qui l?est. ? [6]

Depuis 2010 la liste des crimes d?Obama [7] contre la Constitution am?ricaine s?est consid?rablement allong?e. La seule fa?on de s?assurer le passage de la loi Glass-Steagall aux ?tats-Unis est de proc?der le plus t?t possible au proc?s de destitution du pr?sident Obama au Congr?s ou d?invoquer l?article 4 du 25? amendement [8] ? la Constitution afin de remplacer le pr?sident Obama le plus t?t possible.

Le Canada et le rapport Angelides [9]

En f?vrier 2010 la Commissiond?enqu?te du Congr?s am?ricain sur la crise financi?re (FCIC) publie son rapport de 600 pages http://www.fcic.gov/sur les causes de la crise financi?re et ?conomique. La commission conclue que cette crise financi?re, qui a jet? 4 millions de familles ? la rue, ?tait pr?visible et ?vitable.

Le rapport indiquait que l?abrogation de la loi Glass-Steagall en 1999 et l?adoption le 15?d?cembre 2000 de la loi sur le ? Commodity Futures Modernization Act ?, qui l?galisait les produits d?riv?s de gr? ? gr?, furent deux des causes principales de cette crise d?effondrement g?n?ralis?e. Il est urgent de r?tablir la s?paration entre les deux cat?gories de banques ? banques de d?p?t (commercial banks) et banques d?affaires (investment banks) comme premi?re mesure d?urgence au Canada et cela en coordination avec d?autres nations afin d??tablir un Glass-Steagall global et subs?quemment de regrouper ces nations autour d?un nouveau syst?me de cr?dit Hamiltonien [10] ? parit? fixe.

D?j? en 2009 nous avions demand? que soit ?tablie une commission d?enqu?te parlementaire sur la crise financi?re. Une de nos recommandations ? l??poque ?tait que ? le gouvernement f?d?ral donne des moyens ?largis aux enqu?teurs canadiens afin d??liminer le blanchiment de fonds occultes dans les paradis fiscaux :

? puisque selon certaines estimations, le trafic de drogue international g?n?rerait entre 500 et 1000 milliards de dollars annuellement, en grande partie blanchis, via les paradis fiscaux, par des op?rateurs financiers, et

? compte tenu du nombre ?lev? de succursales de banques canadiennes dans les paradis fiscaux et compte tenu qu?? maintes reprises ces succursales ont ?t? trouv?es coupables de lessivage de fonds occultes ?

La r??dition du livre Dope, Inc. comprend plusieurs chapitres sur les banques canadiennes et le lessivage de fonds dans les paradis fiscaux. Voil? un bon point de d?part pour une commission d?enqu?te de type ? Pecora ? au Canada, un pr?lude ? une future l?gislation bancaire qui soit au service d?une v?ritable politique nationale de reconstruction de l??conomique physique.

Notes

[1] 18 juin 2011 : ? Glass-Steagall r?tabli ? – la proposition qui fait trembler Wall Street et la City.

[2] Dope, Inc. : Britain?s Opium War Against theWorld, by the Editors of Executive Intelligence Review, Joshua Tree, Calif. : Progressive Press, 2010, 328 pages, paperback, $25

[3] John Hoefle : Le Groupe Inter-Alpha?Des destructeurs de nations pour un g?nocide imp?rial

[4] Book review by Jeffrey Steinberg : The Book That Still Drives British Royals Mad, Is
Back

[5] L?Afghanistan, l?opium et la ?trahison ? d?Obama

[6] L?Afghanistan, l?opium et la ? trahison ? d?Obama

[7] 10 novembre 2011 : La paix mondiale passe par la destitution d?Obama?les 7 chefs d?accusation.

[8] Obama & le 25e amendement

[9] Le Canada et le rapport Angelides

[10] Nancy Spannaus : Alexandre Hamilton: Une question de principe

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

MH370 (41) : l’armée privée de l’émir

Les Emirats sont de la partie dans le trafic d’armes, comme on a pu le ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Si Obama était destitué (faudrait d’abord qu’il soit admissible) on aurait le président Jo Biden. C’est épeurant.

    • avatar

      Et Ron Paul ne pourra rien contre ces mafieux et ces véreux. Ce sera le cul de sac, comme pour les autres.

      Obama qui se faisait le champion de la lutte contre les paradis fiscaux, quelques semaines après cette promesse, faisait l’éloge du Ghana, un paradis fiscal africain, où l’État est de moins en moins présent et où on va même jusqu’à privatiser le droit d’aller pisser, au travail…

      Les paradis fiscaux blanchissent le fric sale des États-Unis d’Amérique et d’autres puissances économiques, et ces pays soutiennent ces paradis fiscaux.