Accueil / A C T U A L I T É / Irak : l?impardonnable g?nocide culturel

Irak : l?impardonnable g?nocide culturel

Depuis 1991, l’ancienne M?sopotamie, l?un des plus anciens berceaux de la Civilisation humaine, est d?vast?e avec un acharnement sans pr?c?dent : pillage des sites arch?ologiques et des mus?es, bombardement des ?difices historiques, incendie de la Grande Biblioth?que et des Archives nationales, d?gradation des pi?ces des mus?es caus?e par treize ans d’embargo.
Tout au long de l’occupation du pays, la destruction des cit?s antiques et m?di?vales et des sites arch?ologiques, par l’Alliance anglo-am?ricaine, s?est poursuivie ? une ?chelle jamais connue dans l’Histoire, m?me au temps des invasions mongoles.
De 2003 ? 2010, et, encore, de nos jours, l’Occupant a transform? des villes antiques irakiennes en camps militaires, dont les engins enterrent les vestiges d’une tr?s longue Histoire, dont le puzzle ne pourra plus jamais ?tre reconstitu?. A la mi-janvier 2009, le quotidien britannique, ?The Guardian?, a r?v?l? un rapport alarmant du British Museum, sur l’?tat du site de Babylone. Comment ce patrimoine unique, qui appartient ? l’Humanit? enti?re, a-t-il pu ?tre, ainsi, an?anti, dans l’indiff?rence g?n?rale ?
Dans son article, le quotidien ?crit : « Les troupes am?ricaines n’ont pas, seulement, n?glig? de prot?ger les sites historiques et les biens culturels, elles ont particip? elles-m?mes ? ces exactions. Elles ont bombard? la grande Universit? Moustansirya b?tie au XIIIe si?cle et c?l?bre pour son horloge astronomique ; ces troupes ont transform? le site d’Ur en base militaire, creusant m?me des tranch?es, dans le sol. Tout au long de l?offensive et pendant les huit ans qu?a dur? l?occupation, les chars am?ricains ont roul? ? travers les vieilles rues de Babylone, quitte ? ?craser les maisons, les boutiques et les quartiers anciens, dont l’origine remonte, pour certains d?entre eux, ? la pr?histoire.
La campagne de bombardements intenses des agresseurs a d?truit ou endommag? plusieurs mus?es, celui de Bagdad, bien s?r, mais aussi, plusieurs mus?es, en province. Et que dire de la biblioth?que nationale et des Archives d?Etats, dont le personnel s’efforce toujours et sans grand succ?s de sauver les documents rescap?s du grand incendie de mars 2003, tout en travaillant, dans de tr?s mauvaises conditions. A l?heure qu?il est, les archives ottomanes de la biblioth?que, qui retracent l’histoire du pays, du XVe au XXe si?cle, sont en grand p?ril. Apr?s avoir ?t? arros?es d’eau, en 2009, elles commencent ? moisir et ont d? ?tre stock?es, dans de grandes chambres froides souffrant des pannes d’?lectricit? g?n?ralis?es, ? travers tout Irak.
En Irak, les palais et les ?difices religieux ne sont pas rest?s, non plus, ? l?abri des saccages er des pillages syst?matiques. Par le pass?, Bagdad fascinait ses visiteurs, par ses multiples mosqu?es aux d?mes recouverts de feuilles d’or et ses minarets d?cor?s de mosa?ques bleues, ses souks et ses habitations traditionnelles, aux bords de l’Euphrate. De cette splendeur d?antan, il ne reste plus aujourd?hui grande chose. En 2006, une c?l?bre photo, parue, dans un grand quotidien anglais, a suscit? un grand ?moi ; celle-ci montrait des soldats am?ricains en train d’arracher des fragments de fresques des murs d’une mosqu?e, sous l??il bienveillant de leurs sup?rieurs. Ces cas de pillages sont multiples, mais la ville sainte de Nadjaf constitue un exemple ? part. La vieille cit?, fond?e, au VIIe si?cle av. J.-C., qui fut la capitale de l’empire assyrien, est l’une des rares villes m?sopotamiennes mentionn?es dans la Bible. Apr?s que ses maisons traditionnelles, ses mosqu?es, ses madrasas (?coles coraniques), ses march?s, ses catacombes et son cimeti?re sacr? (l’un des plus grands du monde, o? sont enterr?s plus de deux millions de personnes), aient subi les assauts des chars et des missiles, la ville a ?t? livr?e aux bulldozers. En effet, le « gouvernement » de Iyad Alaoui, l?ancien Premier ministre import? dans les valises am?ricaines, a d?cid? de terminer le « nettoyage » de la ville, pour mettre en ?uvre l’un des premiers grands projets de « reconstruction » du pays qui profiteront aux compagnies am?ricaines. La d?molition du vieux quartier a commenc?, dans un p?rim?tre de 60 m autour du mausol?e de l’Imam Ali, l’un des principaux sites du Chiisme. Ce qui n’a pas ?t? d?truit, par le feu, l’a ?t? par les bulldozers des multinationales am?ricaines.
Mais ce g?nocide culturel est-il permis ? Les articles de la Convention de la Haye de 1954 et la Convention de l’UNESCO de 1970 obligent les forces occupantes ? prot?ger les biens culturels. C’est ? l’inverse qu?on a assist?, en Irak: les agresseurs ont d?truit le patrimoine culturel du pays avec la b?n?diction des plus hauts responsables am?ricains. Dans l’ann?e qui a pr?c?d? l’invasion de 2003, les reportages sur l’Irak diffus?s dans l’ensemble de la presse ?crite et audiovisuelle occidentale tentaient de pr?senter un pays sous-d?velopp?, un peuple arri?r?, et les souffrances insupportables d’une jeunesse d?soeuvr?e, priv?e d’Internet et d?autres avanc?es technologiques, par un tyran sadique, qui, rappelons-le, fut longtemps l?un des plus proches alli?s de l?Occident.
Pas un mot sur l’Histoire du berceau m?sopotamien de l’humanit?, de sa richesse arch?ologique unique au monde, et du haut niveau d’?ducation de sa population. C’est, seulement, lorsque l’on cr?t le pays « pacifi? », que certains medias, ? vocation dite culturelle, ont os? consacrer, de tr?s rares ?missions th?matiques ? la M?sopotamie et aux pillages de ses tr?sors.
L?Irak, qui rec?le plus d’un demi-million de sites arch?ologiques, (dont la moiti?, seulement, avait commenc? d’?tre fouill?e), est, en r?alit?, comme l’a soulign? le Dr John Curtis, assyriologue du British Museum, ?un seul immense site virtuel ? : 90% de ses collines enferment les vestiges de villages antiques, des vases, des statuettes, des bijoux, des sceaux-cylindres sum?riens, et des centaines de millions de tablettes cun?iformes, dont, seulement, moins d’un pour cent aurait ?t? retrouv? ? ce jour. La seule perte de ces tablettes, qui racontent la vie de ?nos plus lointains anc?tres connus en ligne directe est ?, elle seule, une catastrophe irr?parable?.
Les vrais auteurs des pillages des richesses culturelles d?Irak sont organis?s par de puissantes organisations mafieuses, au service de collectionneurs cupides, de galeries, voire, de grands mus?es. C?est ainsi qu?on retrouve les pi?ces vol?es, ? Gen?ve, Londres, ? Tokyo ou encore, ? New York. Or, ?un objet d’art qu’on a exhum?, sans faire le relev? de la strate g?ologique qui lui est associ?e, comme le rappelle John Curtis, devient un orphelin de la chronologie?. ?En outre, s’il est expos?, sans mention de provenance arch?ologique, il est priv? du contexte ?conomique, social, id?ologique et historique, sans lequel, l’Art ancien reste inexplicable?.
S’attaquer ? leur culture, surtout, quand elle est aussi riche, est un moyen efficace d’humilier des peuples fiers de leur Histoire, comme le sont les Irakiens. Et quelle jouissance, pour les occupants, de contempler des membres de cette m?me population, r?duite ? la mis?re et aux maladies, et souvent ? la rue (en raison des destructions syst?matiques des habitations, comme en Palestine), piller, avec honte, leur propre patrimoine, pour acheter quelques rares m?dicaments disponibles, pour soigner les leuc?mies, maladies graves, blessures ou amputations caus?es ? leurs enfants, depuis 1991, par les armes ? l’uranium appauvri, treize ans d’embargo et huit ans de guerre sans merci et des attentats qui n’en finissent pas. Tout se passe comme si l?invasion et l?occupation de l’Irak avait pour but de l’effacer, non seulement de la carte g?ographique, mais aussi de l’Histoire de l’Humanit?, par tous les moyens.

http://french.irib http://french.irib

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Général Electric : une banqueroute nommée Macron !

Général Electric : une banqueroute nommée Macron ! Quarante-huit heures seulement après les élections européennes, ...

5 Commentaire

  1. avatar

    C’est un crime contre l’humanité tout simplement.

    L’irresponsabilité des hommes envers l’histoire est effarante.

    Y’a rien à faire avec ces animaux humains.

    Amicalement

    Elie l’Artiste

  2. avatar

    L’artiste l’a dit avant moi. L’invasion américaine de l’Irak a été une crime contre l’humanité. Une invasion barbare. Une guerre qui, comme Dumont l’a dit à l’époque, deshonore l’Occident. C’est la consécration de ce déshonneur – si on peut dire – que les coupables de ce crime soient à mourir dans leur lit à leur heure sans avoir été jugés et punis et que l’avenir n’aura d’autre consolation que d’aller cracher sur leur tombe.

    Parmi leurs crimes avoir détruit une partie importante de notre patrimoine historique. On verra si l’Histoire remplacera un jour le qualificatif « vandale » par celui d’américain, ou les gardera tous deux avec des nuances de sens qui sont encore à se préciser tous les jours.

    Pierre JC Alllard

  3. avatar

    « Je pense qu’il y a plus de barbarie à manger un homme vivant qu’à le manger mort, à déchirer par tourments et par géhennes, un corps encore plein de sentiment, à le faire rôtir par le menu (…) (comme nous l’avons non seulement lu, mais vu de fraiche mémoire, non entre des ennemis anciens, mais entre des voisins et des concitoyens, et, qui pis est, sous prétexte de piété et de religion) que de le rôtir et manger après qu’il est trépassé (…) »

    — Michel de Montaigne, Les Essais, I, 31

    Et quelle jouissance, pour les occupants, de contempler des membres de cette même population, réduite à la misère et aux maladies, et souvent à la rue (en raison des destructions systématiques des habitations, comme en Palestine), piller, avec honte, leur propre patrimoine, pour acheter quelques rares médicaments disponibles, pour soigner les leucémies, maladies graves, blessures ou amputations causées à leurs enfants, depuis 1991, par les armes à l’uranium appauvri, treize ans d’embargo et huit ans de guerre sans merci et des attentats qui n’en finissent pas.

    ***

    Dégoûtant!….

  4. avatar

    Très bon texte en effet. Le jour est proche où tous ces criminels seront jugés. Pour l’instant, nous subissons la « justice internationale à deux vitesses ». C’est révoltant.