Accueil / A C T U A L I T É / Internet – Petite leçon pour écrire un article qui fera le buzz

Internet – Petite leçon pour écrire un article qui fera le buzz

 

Après lecture de cet article, si vous suivez minutieusement tous mes conseils, vous n’aurez plus une seule minute pour souffler tellement l’audience de votre blog aura littéralement explosé.

Première recommandation pour faire le buzz sur internet.

Ne soyez jamais aussi prétentieux que l’auteur de ce texte, restez modeste est la bonne attitude qui vous évitera bien des ennuis dans les commentaires de vos lecteurs.

D’ailleurs les règles précises à observer pour rédiger un bon article sur internet ne sont pas le fruit de ma propre expérience, heureusement pour vous d’ailleurs. Mais d’un auteur belge que vous ne connaissez peut-être pas, Eric Verhaeghe. Le titre de son blog, « Jusqu’ici, tout va bien…

Son objectif, aider les blogueurs débutants qui souhaitent augmenter le trafic de leur site.

 

L’audience et l’influence sur internet

Bien faire la distinction entre l’audience et l’influence est fondamentale. L’auteur belge parle de « fétichisme de l’audience » et peut le comprendre. Mais il faut aussi tenir compte que « le contenu éditorial doit-être extrêmement vendeur ». Pour y parvenir, il conseille de multiplier les supports (photos, graphiques, vidéos).

Quant à l’influence, son objectif n’est pas forcément la recherche d’un maximum de lectures, son but et de toucher les gens les plus qualifiés dans un domaine précis. Dans ce cas, le contenu prime sur les formes. La meilleure solution serait toutefois de mixer les deux.

Prévoir son référencement sur internet

Toujours proposer à ses lecteurs des fils RSS, mais aussi les liens hyper-textes des articles auxquels on fait référence.

good_buzz

Mais attention de ne pas accorder trop d’importance à l’audience et se méfier « des montreurs d’ours » attirés par la doctrine de la balise, du H2, du H3 pour gonfler l’audience. Un bon blog ne gagne rien à l’utilisation de tels « subterfuges.

L’importance du sujet sur internet

Là nous entrons dans le vif et le gras du sujet. Car combien d’auteur se pose cette question « Mais que vais-je bien pouvoir écrire pour intéresser le lecteur si prompt à critiquer sur tout et n’importe quoi ». Quelquefois à juste titre d’ailleurs. « La question du choix du sujet est majeure pour définir la ligne éditoriale qui permettra de gagner de l’influence ». Mais, il y a un mais !

Car la ligne éditoriale ne doit pas être « un espace psychorigide »…Un petit détour par le dictionnaire du Web n’est peut-être pas inutile pour définir le mot psychorigide.

« Qui, mentalement, manque de souplesse, d’autocritique, de fantaisie, qui fait preuve d’autoritarisme et de méfiance ; Qui se trouve psychiquement dans l’incapacité à se mettre à la place de l’autre. Caractéristique propre aux paranoïaques »

Maintenant que vous savez, revenons à notre cher auteur que vous aimez tant contrarier. Car oui, plus encore que le thème , « c’est la personne qui est derrière qui retient l’attention ». Donc si vous voulez favoriser une attitude bienveillante de vos lecteurs, « un changement de style » ou « donner à voir des aspects cachés de soi-même », pour le divertir et ainsi sortir de la routine habituelle, seraient de bons atouts pour réussir à obtenir de bons sentiments à votre égard.

Malgré cela personne n’est à l’abri d’un « flop », car un sujet n’est rien si l’auteur ne sait pas le présenter avec « vivacité » et « originalité, ce qui n’est pas toujours si simple.

Que font les blogueurs avertis d’internet

Selon notre nouvel ami belge, spécialiste en communication, ils utilisent des gimmicks, c’est à dire la logique par liste ou par classement. Par exemple, « les 5 erreurs à ne pas commettre ou les 8 mensonges du président », ect. Ou pratique la mystérieuse « ronde-bosse », exemple – « Ce que vous avez manqué pendant les vacances ». Une technique à réserver à ceux qui manque cruellement d’imagination.

Les trois types d’informations pour bâtir un sujet sur internet

1) L’analyse 

Le plus difficile, car parfois très long sans apporter d’informations nouvelles. Beaucoup de blogueurs préfèrent l’analyse courte et essaient de faire la différence par un changement de style ou de ton pour que leurs articles soient plus lus.

2) Le décryptage

Qui consiste à déconstruire une information officielle, genre les « décodeurs du Monde » C’est une pratique qui est déjà très utilisée et qui a beaucoup d’avenir.

3) L’information pure

Dénicher l’exclusivité n’est évidemment pas à la portée de tout le monde. Mais c’est ce qui rapporte le plus en influence et en audience.

En outre, la durée de vie d’un article est liée à son type. L’investigation à une durée courte (48 heures maximum). Alors qu’un décryptage sur le fond d’un sujet peut vivre plusieurs mois.

L’utilisation du mot-clé sur internet

Il est recommandé de choisir un mot-clé qui résume l’article, ou un groupe de mot. Le mot ne doit pas être trop général comme, Hollande, politique, social, ect. Sauf pour les blogs spécialisés. L’auteur du blog « doit avoir à l’esprit que tout écart de rédaction par rapport à ce mot-clé le condamne à perdre de l’influence ». Il devra donc saturer son article avec ce mot-clé et absolument l’utiliser dans le titre, de préférence au début.

Internet, les intertitres et la longueur des articles

Les intertitres (au moins 3) avec le mot-clé permettent de « normer » et de « clarifier la rédaction et la formulation de la pensée en plusieurs chapitres », ce qui facilite la lecture du texte et apporte une aide au raisonnement du rédacteur.

Selon une rumeur, peut-être belge, Google n’aimerait pas référencer des articles trop courts, « moins de 2000 signes espaces compris ». Donc mieux vaut éviter d’écrire un article de moins de 300 mots. Mais la longueur d’un texte peut également nuire au-delà de 5000 signes, car ils risquent de fatiguer le lecteur.

À titre personnel et si vous envisagez de vous lancer dans la rédaction d’un blog ou pourquoi pas, participer à l’animation de Centpapiers. Je vous souhaite, de l’intuition, de l’imagination, de l’originalité des idées, de la persévérance, surtout bonne chance…Et une armure en acier inoxydable !

J’adresse mes plus sincères excuses à l’auteur Eric Verhaeghe pour mon honteux plagiat de son excellent article, et le piétinement de sa propriété intellectuelle. 

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Coke en Stock (CCLVII) : par bateaux, aussi…

Aujourd’hui, exceptionnellement, et les jours suivants, on va parler bateaux.  Et surtout voiliers.  Lors du ...