Accueil / T H E M E S / CULTURE / Arts / Injustement oubli?e : Lavinia Fontana

Injustement oubli?e : Lavinia Fontana

Dans le monde entier, tous ceux qui s?int?ressent ? l?art pictural portent un regard particulier, et souvent fascin?, sur les ?uvres des ma?tres italiens de la Renaissance. ? juste titre, eu ?gard au g?nie dont ont fait preuve nombre de peintres d?une p?ninsule petite par la surface mais immense par le talent de ses artistes. Il est pourtant une cat?gorie de peintres injustement m?connue du public?: les femmes. Et parmi elles la talentueuse Lavinia Fontana…

Prospero Fontana (1512-1597) ?tait non seulement un peintre mani?riste r?put?*, notamment pour la qualit? de ses portraits, mais ?galement le fondateur de l?Acad?mie de peinture de Bologne lorsqu?en 1550 il fut pr?sent? par Michel-Ange au pape Jules III qui en fit l?un des peintres officiels du palais pontifical. C?est donc dans le foyer d?un homme reconnu et d?barrass? de tout souci mat?riel que naquit deux ans plus tard, le 24 ao?t 1552, celle qui, dans le sillage de l?aust?re mais ? combien talentueuse Sofonisba Anguissola (1532-1625), allait devenir l?un des plus beaux fleurons de la peinture f?minine de la Renaissance italienne, ouvrant la voie ? la g?niale et tourment?e Artemisia Gentileschi (1593-1653).

On ne sait pas grand-chose de l??ducation de la jeune Lavinia, si ce n?est qu?elle fut form?e ? l?art mani?riste par son propre p?re et qu?elle b?n?ficia sans aucun doute d?une ?ducation bourgeoise de qualit? comme en t?moigne, dans son ??Autoportrait ? l??pinette avec une servante ? sa ma?trise de l?instrument et la pr?sence d?une servante d?vou?e.

Lorsqu?elle ?pousa en 1577, ? l??ge de 25 ans, le peintre Gian Paolo Zappi, Lavinia ?tait d?j? une artiste confirm?e comme le montre ??Le Christ et les symboles de la Passion ? (Museum of Art d?El Paso) ex?cut? l?ann?e pr?c?dente apr?s ??L?enfant au singe ? malheureusement perdu. Lavinia, dont le talent fut rapidement reconnu, r?ussit sans trop de difficult? ? conqu?rir une client?le de choix parmi les notables dont elle ex?cutait les portraits. Survint alors un fait ?tonnant pour l??poque?: reconnaissant avec une louable humilit? qu?il ?tait manifestement moins dou? que son ?pouse, Gian Paolo Zappi se mit ? son service comme assistant peintre, probablement en charge des arri?res-plans, et gestionnaire des comptes. Sans doute aussi comme assistant maternel car, en l?absence de contraception, Lavinia multipliait les grossesses?: elle donnera naissance ? onze enfants dont seuls trois survivront.

Malgr? ces grossesses ? r?p?tition, Lavinia s?adonna ? son art en explorant des styles, des formats et des sujets inattendus chez une femme du 16e si?cle?: peinture sur cuivre, tryptiques, sujets profanes, mythologiques et religieux, tout ou presque fut l?objet de sa curiosit? cr?atrice. Lavinia osa m?me s?affranchir des tabous pour ex?cuter des nus, tant f?minins que masculins, ce qui ne manqua sans doute pas de faire jaser dans l?Italie du Cinquecento. Pas au point toutefois de couper Lavinia du Vatican o? son p?re ?tait introduit. Deux papes poseront d?ailleurs pour elle?(Gr?goire XIII et Cl?ment VIII) et ? fait l? encore in?dit dans l?Italie du 16e si?cle?? lui passeront d?importantes commandes r?mun?r?es ? l??gal des commandes pass?es aux hommes. Parmi ces ?uvres figurent notamment ??L?apparition de J?sus ? Marie-Madeleine ? et ??La Sainte famille ?. L??uvre religieuse majeure de Lavinia, un tryptique de plus de 6 m de longueur ex?cut? en 1601 ? la demande de Cl?ment VIII, disparut malheureusement dans l?incendie de l??glise romaine de Saint-Paul-hors-les-murs ; ce tryptique mettait en sc?ne ??Le martyr de Saint ?tienne ?.

C?dant ? la fascination de son temps pour la d?capitation d?Holopherne, Lavinia peignit elle aussi Judith. Mais ? la diff?rence d?autres toiles de l??poque, et notamment des ultra-violentes repr?sentations du supplice par sa tourment?e cadette Artemisia Gentileschi dans le sillage du Caravage, Lavinia se contenta de montrer Judith le glaive dans une main et la t?te tranch?e d?Holopherne dans l?autre, l? o?, quelques d?cennies plus tard, Artemisia se mettra en sc?ne en justici?re tranchant le cou de son violeur.

Une autre ?uvre de Lavinia attire l?attention, moins par son ex?cution que par le sujet trait??: il s?agit du spectaculaire portrait de l?infortun?e Tognina Gonsalvus. Conserv? au mus?e de Blois, cet ?tonnant tableau montre, en habit de cour, une jeune femme atteinte, comme son p?re Petrus*, d?hypertrichose (ou hirsutisme), une terrible anomalie g?n?tique caract?ris?e par une anormale pilosit? de tout ou partie du corps.

Au fil des ans, Lavinia Fontana r?ussit ? hisser son art au niveau des meilleurs, et sa r?putation franchit les fronti?res. ? tel point qu?en 1589, le roi Philippe II d?Espagne lui commanda un portrait de la famille royale. Appel?e ? Rome en 1603 par le pape Cl?ment VIII, Lavinia, reconnue comme l?un des artistes majeurs de son ?poque, fut la premi?re femme admise au sein de la prestigieuse Accademia di San Luca (1611). Elle mourut ? Rome le 11 ao?t 1614.

135 ?uvres encore existantes de nos jours sont attribu?es ? Lavinia Fontana, mais seules 35 ?dont 32 dat?es et sign?es?? le sont de mani?re indiscutable. Parmi ces ?uvres, trois toiles attribu?es ? tort ? Guido Reni (1575-1642) dont ??La visite de la reine de Saba ? Salomon ? (Dublin?: National Gallery of Ireland). Profanes, mythologiques ou religieuses, toutes les ?uvres de la Bolognaise sont d?excellente facture et notamment remarquables par la finesse de reproduction des broderies, des dentelles et des bijoux dont elle aimait parer ses mod?les. Les experts affirment que Lavinia Fontana fut influenc?e par Sofonisba Anguissola. C?est possible, et m?me probable. Mais une chose est s?re?: elle influen?a, ? son tour, nombre de ses cadets et cadettes en peinture tant fut grande la qualit? de sa production.

*?Prospero Lavinia participa ?galement ? la superbe d?coration du Palazzo Vecchio de Florence au c?t? de Giorgio Vasari.

**???Homme-singe?? comme on disait alors, Petrus Gonsalvus, originaire de T?n?riffe, avait ?t? ramen? des Pays-Bas pour… distraire la cour d?Henri II au ch?teau de Fontainebleau. Le pauvre homme b?n?ficia en ?change d?une ?ducation de qualit? qu?il put transmettre ? ses quatre enfants, malheureusement tous atteints, ? des degr?s divers, du m?me mal.

Lien vid?o?:

Le superbe ? Lamento della Ninfa ??de Claudio Monteverdi, illustr? par des ?uvres de Lavinia Fontana dont le compositeur fut le contemporain.

Liens sur mes pr?c?dents articles consacr?s aux femmes-peintre m?connues?:

Sofonisba Anguissola

Artemisia Gentileschi

Ad?la?de Labille-Guiard

Marie-Gabrielle Capet

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Courbet et « Le retour de la conférence »

Le peintre naturaliste Gustave Courbet a toujours aimé, par le biais de son art, défier ...