Accueil / A C T U A L I T É / Infodémie de Covid-19

Infodémie de Covid-19

Infodémie de Covid-19 ; le fiasco de la communication

 

1) Infodémie, un nouveau concept. Dans un commentaire publié fin février sur le réseau LinkedIn, un scientifique indien spécialiste en vaccins écrit ceci : « S’il vous plaît, ne paniquez pas. Ce n’est pas une épidémie, c’est une sorte d’infodémie. Beaucoup de messages et de fausses informations se sont répandus depuis décembre 2019 ». Ayant trouvé excellent ce néologisme, je me suis empressé de l’employer non sans faire une recherche pour voir si ce terme était déjà utilisée et c’est bien le cas. Sur le blog santé destinés aux professionnels on peut lire ces quelques lignes :

« Aujourd’hui, bien que de nombreuses caractéristiques du virus restent inconnues, les agences et les organisations de santé doivent se préparer à faire face à une possible pandémie. Cette équipe de spécialistes en médecine d’urgence de l’Université d’Alabama Birmingham présente dans le JACEP Open, une très large revue de la littérature. Les conclusions de cet examen conditionnent une bonne réponse de santé publique à la prise en compte des retours d’expériences des précédentes pandémies et des bonnes données virales et épidémiologiques. Plus simplement, pour bien répondre à une nouvelle épidémie, nous rappellent ces médecins de l’urgence, il faut à tout prix éviter l’infodémie. Un rappel du message de l’OMS, qui dès le 2 février, publiait un rapport de situation appelant à lutter contre l’« infodémie ». »

Autres trouvailles, sur le site de LCI, le 26 février : « L’explosion du nombre de personnes contaminées par le coronavirus en Italie s’est accompagnée d’une hausse de l’activité des groupes Facebook dédiés au sujet. Comptant plusieurs dizaines de milliers de membres, ils sont devenus les lieux propices à ce que l’OMS qualifie d’infodémie ». Et plus loin ce propos du directeur de l’OMS « Nous ne combattons pas seulement une épidémie, nous combattons aussi une infodémie – Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS »

 

2) L’infodémie n’est pas que sur les réseaux sociaux. L’étymologie du mot « infodémie » est la même que celle de l’épidémie ou de la pandémie qui vient du grec et signifie pan, tous, et démos, peuple. En ce sens, l’infodémie pourrait définir une information propagée par les populations et donc, sur les réseaux sociaux à l’ère de l’Internet. Néanmoins, l’infodémie s’applique aussi à des phénomènes de société anciennement connus, par exemple la rumeur d’Orléans qui fit l’objet d’une fameuse analyse par Edgar Morin. Lors de cet épisode, la rumeur ne s’est pas propagée par les canaux numériques mais tout simplement par le bouche à oreille.

Dans le contexte de la pandémie de Covid-19, l’infodémie est une notion possédant une connotation négative, signifiant la propagation de fausses informations et autre fake news. Vous aurez remarqué que c’est toujours le peuple qui est infecté par les news virales et d’ailleurs, le concept de propagation virale est maintenant d’usage commun, désignant la diffusion d’une vidéo visionnée par des centaines de milliers d’internautes. Et alors, quel serait donc le seuil infodémique établi par les professeurs d’infodémiologie ?

Le « bas peuple » se complait dans la diffusion d’informations virale mais alors, les autorités, situées sur le piédestal de la légitimité conférée aux experts, ne diffuseraient pas de fausses informations. Pourtant, le niveau 6 de pandémie décrété par Margaret Chan (alors directrice de l’OMS) lors de la grippe H1N1 ne pourrait-il pas être considéré comme une infodémie, autrement dit une information qui sans être fausse résulte d’une fausse appréciation et se propage dans les systèmes de santé et les médias de masse ? Les experts se sont posé la question à l’époque. Et maintenant, que penser en 2020 du taux de létalité officiellement annoncé début mars par l’OMS, fixé à 3.4%, alors que des scientifiques du très réputé CDC d’Atlanta ont établi que ce taux pourrait être bien inférieur à 1% ?

 

3) Le Covid-19, une crise infodémique ? Cette question se pose car la confusion et le doute se sont installés parmi les populations mais aussi les professionnels de santé, les politiques, les Bouvard et Pécuchet invités sur les chaînes de news, sans oublier les journalistes couvrant cet événement devenu planétaire. Ayant suivi le déroulement de la pandémie H1N1 en 2009, je peux vous dire que le Covid-19 me sidère. J’ai le sentiment d’être assailli par une propagation d’informations provenant d’innombrables sources, des chiffres, des tests, des morts, des variations d’un pays à un autre, des commentaires, des avis d’expert, mais rien de cohérent et un doute global explicité par une question centrale : quelle est l’intensité de cette menace virale ?

La question n’a pas de réponse actuellement. Je note juste un bombardement d’infos si bien que si l’on voulait comparer le H1N1 de 2009 au Covid de 2019, on dirait alors que c’est comme un coup de vent face à une tempête, une lame de fond face à un tsunami, une pluie fine face à une averse.

L’incohérence des informations provient de multiples facteurs qu’il serait bon d’analyser. D’abord les données scientifiques, et l’obsession des chiffres ; donnés de manière brute, sans interprétation. On calcule la létalité en utilisant la comptabilité des morts et le nombre de cas détectés. Ce qui est une erreur de débutant que même un stagiaire en sciences statistiques saurait apprécier tant le biais cognitif est énorme. La comptabilité des patients détectés comme viro-positifs au SARS-CoV-19 n’indique pas la prévalence de ce virus dans les populations. En plus, la dynamique joue et la situation évolue. Et pour se faire une idée de l’impact sanitaire, les signes de comorbidité devraient être précisés, ce qui suppose une bonne centralisation des données remontant depuis le terrain.

Un autre facteur est venu interférer avec le phénomène d’infodémie de Covid-19, c’est le facteur politique qui joue dans deux secteurs et nous en avons pris conscience avec la Chine. (i) D’abord la politique intérieure et la diffusion des informations par les autorités. Notre époque est marquée par un manque de confiance généralisée. Si le gouvernement exagère la menace, les esprits à tendance complotiste penseront que le pouvoir veut faire peur et qu’il y a des intérêts industriels derrière cette épidémie. Si le gouvernement minimise la menace, d’autres penseront que les autorités nous cachent la réalité. (ii) Ensuite la géopolitique et la défiance mutuelle des Etats, sans oublier une sorte de concours sanitaire, chaque pays cherchant à prouver qu’il est le meilleurs dans la riposte antivirale. Bref, c’est la confusion totale à l’heure où j’écris ces lignes, le 5 mars 2020.

 

En conclusion, l’infodémie caractérise le Covid-19 autant que la pandémie en tant que crise sanitaire généralisée. Plus on propage l’inquiétude, plus elle tend à se répandre et à contaminer les âmes sur la planète.

En 2009, le premier cas d’infection virale H1N1 remontait à fin mars et quatre mois plus tard, on pouvait anticiper et penser cette pandémie serait un millésime peu sévère. Le Covid-19 a commencé début décembre à Wuhan. Seulement trois mois de recul. Mon avis provisoire est qu’il s’agit d’une infection de type respiratoire dont la dangerosité se situe au niveau d’une grippe sévère. Et comme le dit mon ami africain, quand un virus circule, il faut mieux être jeune, en bonne santé, que vieux ou souffreteux.

 

Bernard Dugué

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de Bernard Dugué

avatar

Check Also

Petit, mais passionnant : le Musée d’Histoire de la Médecine

Installé au cœur du Quartier Latin, dans une très belle salle du 3e étage de ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.