Accueil / T Y P E S / Articles / In extenso

In extenso

j’ai juste envie de dire que je ne sais pas quoi dire Vers le ciel de Le Monolecte, sur Flickr

Ce sont les derniers mots qu’a ?crits un des mes contacts Facebook sur son
mur. Ensuite, il est sorti de chez lui et a mis fin ? ses jours. Terriblement
abrupte comme ?pitaphe. Il avait mon ?ge, un chouette boulot, une chouette
famille, mais il ?tait arriv? au bout des mots. Ou alors, c’est juste que les
grandes douleurs sont indicibles.?

Nous sommes n?s seuls, nous vivons seuls, nous mourons seuls ce n’est que
par notre amour et l’amiti? que nous pouvons cr?er l’illusion d’un instant que
nous ne sommes pas seuls.

Orson Welles

Il est vrai que j’ai bien du mal ? ne pas me sentir seule, ces derniers
temps. De cette solitude
profonde et intime
qui peut na?tre jusqu’au c?ur de la foule. Seule et au
bout des mots. Il m’est extr?mement d?plaisant d’avoir raison et de voir
chacune de mes pires pr?visions prendre forme dans l’indiff?rence g?n?rale. Je
ne me vois pas ?crire r?guli?rement ici pour rab?cher quelque chose de l’ordre
du Vous voyez, je vous l’avais bien dit?! Nous sommes dans le pire
du possible et ?a ne fait que commencer. Et notre passivit? m’effraie, me
t?tanise, me cloue le bec. C’est une sorte d’apocalypse molle et silencieuse qui
se propage in?luctablement du bas vers le haut. Et elle est totalement voulue, planifi?e
et amplifi?e par chaque d?cision politique prise. J’ai du mal ? croire ? une
cascade de co?ncidences fortuites et malvenues.
On nous ressort l’?pouvantail
int?griste
barbu du placard, avec l’?l?gance de l’?l?phant dans le magasin
de porcelaine. De 250 excit?s un peu mous du bulbe, on nous monte un ?norme
plan com’ sur la d?ferlante mondiale islamiste pendant que, dans le m?me temps,
10?% de la
population du Portugal
descend dans la rue pour r?clamer la fin d’une
politique ?conomique qui la r?duit ? la mis?re la plus sordide.
Mais on ne vous aura parl? que des 250 gus paum?s sur un trottoir, pas de ceux
qui hurlent leur douleur sous la f?rule de
cette politique m?me que l’on compte vous appliquer
d?s
maintenant.?
Parce que l’on vous veut peureux, soumis et ignorants.
Comme d’habitude.
Alors quoi??
Vous distraire avec ma petite vie insignifiante?? Vous faire sourire
en dissimulant la mochitude des choses?? Piquer une de mes l?gendaires
col?res qui fouettent le sang et les sens quelques instants avant de retomber
dans la pesanteur du quotidien, mais avec l’illusion de s’?tre senti un peu
vivant, le temps d’une indignation ? peu de frais??
? force, je vais finir par me caricaturer moi-m?me. Me mettre en sc?ne et
me payer de mots. Me regarder ?crire dans un pitoyable appel ? la flagornerie,
histoire de me prendre un petit shoot de r?assurance, histoire de combler, un
temps, notre vide existentiel.
On est l? et on attend. La fin du monde, celle des haricots, le grand
soir, les petits matins bl?mes, les jours meilleurs. Juste que quelque chose
bouge. Juste un mouvement, pour se convaincre qu’on n’est pas encore totalement
morts, totalement r?sign?s. Et on fait semblant d’agir, en s’?puisant en vaines
exaltations. Une petite manif par ci, un petit like par l?, en
s’autocongratulant d’?tre tous aussi d’accord avec nous-m?mes, notre cul mou
?pousant chaque jour un peu plus l’assise de notre fauteuil ? v?rin
hydraulique, celui qui soulage le dos et pr?vient les escarres de toute une
civilisation d’hommes-troncs. On passe le temps, en fait, en esp?rant juste ne
pas ?tre rattrap? par la vague de merditude,
qu’elle passe juste un peu plus loin, un peu plus haut, un peu plus
tard.?
Comme de gros l?ches.?
Comme de grosses loches.

=-=-=-=-=
Powered by Blogilo

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le commerce préhistorique (6)

Naissance des cités sumériennes. Le premier « Puissant » à venir s’installer à Sumer fut EN.KI. Il ...