Accueil / A C T U A L I T É / Il faut sauver les Indiens Huichols

Il faut sauver les Indiens Huichols

 

Photos de :norma delia

Plaidoyer.?Au Mexique, une compagnie mini?re canadienne menace la montagne sacr?e de ce peuple. Indign?, le Prix Nobel de litt?rature J.M.G. Le Cl?zio ?crit au Point.

L?Histoire b?gaie, on le sait. Parfois, il y a tellement d?insupportable dans ce b?gaiement qu?on ne peut l?accepter. Le g?nocide am?rindien fut organis? pour une grande part ? cause de la convoitise des conqu?rants pour l?or et l?argent, chose tellement incompr?hensible pour les habitants du Nouveau Monde que certains (les Purepecha du Michoacan) se pos?rent m?me la question : « Assur?ment, ces hommes doivent se nourrir de ces m?taux pour les d?sirer ? tel point. » Pour eux, ces m?taux ?taient « l?excr?ment du Soleil et de la Lune » et ne servaient qu?aux objets de culte.

Depuis 2009, la compagnie mini?re canadienne First Majestic Silver, sp?cialis?e dans la prospection des m?taux pr?cieux, a pu racheter 22 concessions ? l?ouest de l?Etat de San Luis Potosi, dans le nord du Mexique, dans une montagne nomm?e Cerro Quemado, pr?s de la station de chemin de fer Real de Catorce. Cette montagne est depuis toujours le lieu mythique pour les Indiens Wixaritari ? plus connus du grand public sous le nom de Huichols ? o? ils s?approvisionnent en peyotl pour leurs c?r?monies de divination th?rapeutique et leurs rituels li?s au culte du Soleil.

L?Histoire ici b?gaie outrageusement : au XVIIIe si?cle, les Huichols furent au centre d?une r?volte contre le pouvoir colonial espagnol, car leur territoire ?tait envahi par les prospecteurs ? comme dans le cas de la ru?e vers l?ouest, des aventuriers et des hommes de main de toutes origines, attir?s par la perspective de riches filons. A la fin du XIXe si?cle, un m?tis du nom de Manuel Lozada organisa une autre r?volte pour d?fendre l?autonomie des peuples habitant l?Etat du Nayarit ? Coras et Huichols -, et sa d?faite sonna le glas de la relative libert? que les Indiens avaient acquise sur leur territoire. Fragilis?e par les divisions, la population autochtone figure aujourd?hui parmi les ultimes r?sistants de l?indianit? dans un monde de plus en plus conformiste et mat?rialiste.

Le projet de la First Majestic Silver n?arrive pas par hasard. La crise ?conomique mondiale a donn? un regain de popularit? ? la valeur refuge que constituent les m?taux pr?cieux. Mais la prospection et l?exploitation des anciens filons ne peuvent se faire actuellement que dans des conditions d?extr?me agressivit? : recherche en profondeur, ?ventration ? la dynamite, utilisation de polluants (mercure et cyanure), rejets de boue contamin?e qui mettent en danger la nappe aquif?re. Partout dans le monde de tels projets sont combattus par les associations de protection de l?environnement ? comme cela fut le cas r?cemment en France avec le projet minier de Salsigne (Aude), stopp? par les militants.

Cause juste.?Que restera-t-il de la montagne sacr?e des Huichols apr?s de tels outrages ? M?me si ?ventuellement le filon est abandonn? faute de rentabilit? (ou parce que le cours des m?taux sera retomb?), le mal sera irr?m?diable. La montagne o? les Indiens se rendaient chaque ann?e au bout d?une longue marche pleine de souffrance et de mysticisme sera devenue un lieu d?vast?, fractur?, violent?.

Certes, l?on peut regarder tout cela comme l??ni?me ?pisode de la d?faite du monde am?rindien traditionnel et penser que, apr?s le g?nocide perp?tr? au XVIe si?cle par les conqu?rants, ce drame est le dernier souffle qui ?parpille dans l?oubli des peuples d?j? devenus fant?mes. Ce doit ?tre, j?imagine, la r?ponse des ing?nieurs et des dirigeants de la First Majestic Silver. Il y a quelques d?cennies, les compagnies qui ?ventr?rent le territoire des Indiens Navajos, au sud des Etats-Unis, ironisaient sur cette manie qu?ont les Indiens de consid?rer que le monde entier serait « terre sacr?e ».

Mais la question n?est pas, qu?on y r?fl?chisse, seulement celle des Huichols et du Cerro Quemado. Il ne s?agit pas d?affirmer un privil?ge exotique en vue de maintenir une poign?e d?hommes dans leur droit, contre l?abus d?une compagnie mini?re nord-am?ricaine ? m?me si, de toute ?vidence, la beaut?, la pens?e et la justice sont de leur c?t?. La question est de mettre un frein, chaque fois que cela est possible, ? la rapacit? des puissants exerc?e contre ce qu?il y a de pr?cieux et d?unique ? l?h?ritage, le respect, l??quilibre du monde -, mieux que des symboles, la substance vivante de notre commune humanit?. Nous devons tous soutenir la juste cause des Huichols et demander au gouvernement mexicain d?annuler l?autorisation d?exploiter le Cerro Quemado accord?e h?tivement ? la First Majestic Silver.

Click here to find out more!J.M.G. LE CL?ZIO, PRIX NOBEL DE LITT?RATURE

Les ?crivains se mobilisent

Le romancier et po?te Homero Aridjis, figure majeure de la litt?rature mexicaine contemporaine, auteur notamment du  » Temps des anges  » (Mercure de France), a fond? avec son ?pouse Betty l?association de protection de l?environnement Grupo de los Cien. Dans une p?tition sign?e par 150 artistes et intellectuels (dont les Nobels J.M.G. Le Clezio et Tomas Transtr?mer, l??crivain canadien Margaret Atwood ou encore Francisco Toledo, Lawrence Ferlinghetti, Jerome Rothenberg et Peter Matthiessen), il demande ? Felipe Calderon d?annuler les concessions mini?res sur le territoire sacr? du peuple Huichols. Contact pour signer la p?tition : bettyaridjis@yahoo.com.

Source du texte: Dazibaoueb

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Peut-on faire confiance aux économistes ?

Le Chili, seule nation d’Amérique Latine admise au sein du club de l’OCDE, il y ...