Accueil / A C T U A L I T É / Il faut aimer les bons massacres

Il faut aimer les bons massacres

Image Flickr par Ben Heine

A No?l, en 2010, c’est toujours valable. Ce ne sont pas des vieux cons ridicules comme moi qui le disent, mais des jeunes cathos tout ? fait sinc?res, altruistes et pacifiques, et tr?s bien dans leur peau.

Les bons massacres sont forc?ment religieux, mais tous les massacres religieux ne sont pas bons. Il ne faut donc pas les aimer tous. Il ne faut aimer que les massacres tr?s anciens, qui ont ?t? vraiment command?s par Dieu. Et vraiment par le vrai, par le seul bon Dieu.

Mais surtout – c’est le plus important – il faut bien les interpr?ter.

Car des gens qui croient en Dieu lisent, dans les textes sacralis?s par leur religion, les appels ? massacrer en les interpr?tant b?tement au premier degr?. Quand ils lisent « Dieu vous commande d’aller massacrer tous ces gens » ils croient que cela signifie que Dieu commande d’aller massacrer tous ces gens.

C’est l? l’erreur funeste qui, depuis 3000 ans, am?ne des croyants ? tuer effectivement mais stupidement au nom de Dieu.

De plus, de tels ?cervel?s transmettent leur mauvaise interpr?tation ? de nouvelles religions. Et dans celles-ci de nouveaux mauvais lecteurs interpr?tent mal et commettent ? leur tour des mauvais massacres.

On ne peut pourtant pas dire que des efforts n’ont pas ?t? faits pour donner aux croyants de bonne volont? les moyens de bien interpr?ter. Les th?ologiens catholiques l’ont toujours dit, le Nouveau Testament a port? sur l’Ancien l’?clairage n?cessaire ? la juste compr?hension de la bienfaisante volont? de violence de Dieu.

De nos jours encore, apr?s que Ratzinger futur Beno?t XVI eut confirm?, dans le Nouveau Cat?chisme, que les appels ? massacrer contenus dans l’Ancien Testament ?taient bien des appels du vrai bon Dieu, ses th?ologiens ont consacr? beaucoup d’?nergie ? faire conna?tre, gr?ce ? leur savoir acquis par de longues ann?es d’?tudes, les bonnes interpr?tations.

Ainsi, par exemple, le g?nocide des canan?ens command? par Dieu annon?ait la venue, mille ans plus tard, du bon J?sus qui, prenant mod?le sur Josu?, ob?irait totalement ? Dieu. Et, comme aurait pu dire un c?l?bre politicien fran?ais contemporain, le fait que Josu? ait ob?i en massacrant tout un peuple et J?sus en donnant sa propre vie pour l’amour universel n’est qu’un d?tail, sur lequel il n’y a pas lieu de s’appesantir.

C’est pourtant simple et facile ? comprendre : il y a de bons massacres qui ont ?t? command?s par le bon Dieu, qui constituent de bons symboles d?s lors que l’on est dans la bonne d?marche religieuse, et qu’on veut bien faire l’effort de rechercher la bonne interpr?tation.

Et alors il faut continuer de justifier ces bons massacres, d’enseigner les raisons de les aimer, de transmettre aux g?n?rations futures leur qualit? symbolique au service de l’amour universel et de la paix du monde.

Quand ce sont des th?ologiens cathos en culotte courte qui l’affirment ?a signifie que le message de Beno?t XVI est bien pass?. Et qu’il sera bien repass? aux g?n?rations suivantes.

Et que la situation va perdurer pendant des si?cles et des si?cles si la vie religieuse continue normalement : il y aura toujours des massacres commis au nom de Dieu mais ce ne seront que de tr?s mauvais, de tr?s d?testables massacres qu’il ne faudra pas aimer.

Et l’on pourra donc continuer ? verser des larmes de crocodile, et s’indigner ? juste titre quand seront massacr?s des chr?tiens d’Orient, quand seront pendus l?-bas des homosexuels, quand seront lapid?es des femmes ayant os?, en milieu musulman, comparer les m?rites de J?sus et de Mohamed, quand seront ?gorg?es des jeunes filles ayant os? s’amouracher d’un non-musulman, ou des fillettes ayant commis le crime de? se faire violer par des musulmans.

F?tons No?l et la naissance du petit J?sus qui, devenu grand, sera pour nous l’ineffa?able merveilleux mod?le de g?n?rosit?, de paix et d’amour universel?

compl?tant, dans notre bonne croyance, l’amour des bons massacres tr?s anciens et tr?s bien interpr?t?s.

Pierre R?gnier

auteur de « Beno?t XVI, premier responsable de la violence religieuse » qu’on peut lire ici :

http://www.centpapiers.com/benoit-xvi-premier-responsable-de-la-violence-religieuse-1/38279

ou ici :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/benoit-xvi-premier-responsable-de-82099

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Jeffrey Epstein : ses « Lolita Express », une Lolita pilote… et Donald Trump

Le monstre se serait donc suicidé.  Ce qui reste difficile à accepter, tant il pouvait compromettre ...

7 Commentaire

  1. avatar

    INFORMATION (complémentaire, je crois, de ma publication de ce jour sur Centpapiers et Agoravox, mais évidemment BEAUCOUP PLUS IMPORTANTE) :

    Ce samedi 18 décembre 2010, malgré les tentatives des islamistes et de leurs complices de droite et « de gauche » de les faire interdire, se sont tenues à Paris les ASSISES SUR L’ISLAMISATION DE L’EUROPE.

    Ces Assises sont à l’opposé du colloque de mardi dernier au Palais Bourbon (dont Daoud Boughezala, dans son article « Le PS piégé par le communautarisme » sur le site Causeur, a très bien dit les ambiguïtés et les insuffisances manifestes,).

    Le numéro 176 de Riposte Laïque indique dans son éditorial le lien permettant de voir et entendre dès maintenant les interventions de tous les invités.

    On peut penser que le site Bivouac ID, qui fait depuis quelques années un remarquable travail d’information sur les dangers de l’islamisation, et qui reproduit ces interventions des Assises nous donnera bientôt, en plus, les traductions des discours en langue étrangère comme il l’a fait précédemment pour d’autres vidéos importantes.

    Le même numéro 176 de Riposte Laïque publie le

    MANIFESTE DE PARIS publié à la fin des Assises par les 32 organisations qui les ont réalisées ou soutenues.

  2. avatar

    Pour tous les croyants qui ont besoin d’une religion et qui sont persuadés de la supériorité de leur dogme sur les autres: tuez les tous, dieu reconnaîtra les siens !

  3. avatar

    @ Frugeky (du 20 à 14 h 46)

    On en est heureusement plus à cette consigne simpliste (qui n’a d’ailleurs été utilisée que très exceptionnellement sous cette forme dans un passé lointain).

    Mais bien des croyants monothéistes continuent d’accepter que l’institution qui dirige leur religion leur demande de croire ENCORE AUJOURD’HUI que Dieu A BIEN COMMANDE des « bons » massacres.

    C’est particulièrement scandaleux dans le catholicisme, où les dirigeants TRAHISSENT ainsi manifestement Jésus et son message pacifiant contenu dans les Evangiles.

    • avatar

      En fait c’était manière de me moquer, pas trop gentiment, il est vrai, de ceux qui, sous couvert de religion, sont prêts aux extrémités les plus sordides.
      Quant aux « commandements » de dieu, forcément rapportés dans les « le » Livre, ils sont dus à des rédacteurs biens humains et souvent hallucinés.
      Qu’on puisse y voir une parole divine à prendre au mot m’apparaît comme la négation la plus complète d’une foi quelconque.
      Suis persuadé que les vrais croyants n’ont pas besoin de mots et donc, encore moins, d’appels au meurtre, même par ricochet, en reconnaissant une légitimité aux crimes passés.
      Toutefois je comprend votre colère devant l’aveuglement des dirigeants de l’Eglise à entendre la parole donnée au Christ.
      Saluts.

  4. avatar

    « ENCORE AUJOURD’HUI que Dieu A BIEN COMMANDE des « bons » massacres.

    C’est particulièrement scandaleux dans le catholicisme, où les dirigeants TRAHISSENT ainsi manifestement Jésus… »

    Sauf que:
    1) Jésus n’a jamais été Dieu, (même les apôtres refusaient ce concept)
    2) Jésus n’a jamais voulu « créer » de religion. Il était « juif » et suivait l’enseignement de Moïse. (Laissez tomber « l’interprétation de St-Paul , le « self-made » apôtre).

    Amicalement

    Elie l’Artiste

  5. avatar

    @ LARTISTE (du 21 à 7 h 21)

    Bonjour. Je suis heureux de vous retrouver ici.

    Quand je dis que les dirigeants du catholicisme (le pape, les membres du magistère et toute la hiérarchie) « trahissent Jésus » je ne dis pas qu’ils trahissent « le Dieu Jésus ». Pour moi en effet, comme pour vous il ne l’était pas, il était un prophète juif. Mais c’est une croyance devenue pour moi sans importance.

    Ce que je trouve important (grave, révoltant) c’est que ceux qui croient qu’il était Dieu, et pacifique, bienfaiteur de l’humanité, croient parallèlement – et, pour les dirigeants enseignent – que « le même Dieu » (un autre membre de la Trinité : le Père) a commandé des massacres de peuples entiers (ou encore se réjouissait quand le « bon prophète Elie » égorgeait 450 faux prophètes ! pour ne prendre que quelques exemples parmi cent).

    Dans mon texte précédemment publié ici, « Benoît XVI, premier responsable de la violence religieuse » j’ai essayé ainsi de comprendre cette folie. Copié collé :

    « La trahison presque deux fois millénaire, par les chrétiens, du prophète juif dont ils se prétendent – et probablement se croient réellement – les disciples, me paraît facilement explicable. En se constituant, leur église décida que Jésus n’était pas seulement un religieux exemplaire, un modèle à suivre, un réformateur dont la réforme devait être poursuivie et perfectionnée. Elle décida qu’il était lui-même Dieu, une composante du Dieu trinitaire qu’elle inventait pour l’occasion.

    Etant Dieu, Jésus était donc parfait. Il ne pouvait pas avoir eu des limites, s’être trompé, être resté ambigu, fut-ce sur des points secondaires parfaitement explicables dans le contexte. Il ne pouvait pas avoir accepté plus ou moins consciemment, confirmé et retransmis, certaines croyances délétères des prophètes antérieurs. Il ne pouvait pas avoir laissé son enseignement inachevé, sa réforme perfectible.

    Et l’église, imprégnée de cette conception, se mit à refuser tout appel à la raison pour continuer son œuvre. Elle s’opposa délibérément à la libre philosophie en prétendant en avoir reçu une autre de Dieu, de beaucoup supérieure et – plus grave que tout – elle prétendit échapper à la responsabilité et à la justice humaines. Elle mit un frein brutal au « jésuïsme », elle lui tourna le dos en mettant en place – à sa place – le christianisme.

    Et elle se mit à fabriquer des croyants schizophrènes, dont beaucoup se mirent à maltraiter, tuer, massacrer massivement au nom du Dieu d’amour. »

    Il y a encore bien pire que ça : la reprise, 15 siècles plus tard, de cette folle interprétation et l’affirmation qu’elle est la bonne, par le pape Benoît XVI. En confirmant et réanimant ainsi cette conception criminogène de Dieu, et même si c’est indirectement et partiellement, il se rend responsable des violences aujourd’hui toujours commises au nom de Dieu par des islamistes.

    Et il empêche les musulmans pacifiques de détruire leurs propres croyances criminogènes sacralisées dans leur Coran, alors que c’est là l’un des plus grands besoins de l’humanité – croyante ET athée – du présent et du futur. Je dis « l’humanité croyante ET athée » parce que les athées, eux, ne demandent rien aux religions. Ils ne font que SUBIR la mise en application de leur croyance en une prétendue violence voulue par Dieu.

    Bien cordialement. P.R.

    • avatar

      D’accord avec vous Pierre.

      Par contre, il est bien évident que lorsque ceux qui se pourlèchent les babines face au pouvoir à portée de la main, s’il ne trouvent plus Dieu pour se justifier, ils trouveront quelqu’un, ou quelque chose d’autre.

      Ce sera ainsi aussi longtemps qu’il y aura un individu qui se croira plus brillant, plus connaissant, plus sage ou plus rusé que les autres.

      Hommage à mon vidangeur qui fait bien son travail. Il mérite ma reconnaissance beaucoup plus que n’importe quel membre de l’élite de la société qui se croit plus important que mon vidangeur.

      Amicalement

      Elie l’Artiste