Accueil / T Y P E S / Articles / Il est minuit moins une, m?sieur Charest

Il est minuit moins une, m?sieur Charest

NDLR . Le 24 novembre 2011, ? 18 h 48 ?234 000 personnes avaient sign? la p?tition demandant la d?mission du Premier Ministre

Publi? le 20 novembre, 2010 ? 12:42 par Pierre Morin

La volte-face de la FTQ qui r?clame maintenant une commission d?enqu?te sur l?industrie de la construction vient d??liminer le dernier alli? du gouvernement de Jean Charest dans son refus obstin? dans ce dossier.

Isol?s, les lib?raux ne peuvent plus justifier l?injustifiable, la tenue d?une commission d?enqu?te est la seule issue ? la crise politique que traverse le Qu?bec.

D?j?, les d?clarations de l?ex-ministre p?quiste de la s?curit? publique, l?actuel d?put? bloquiste Serge M?nard et celles du d?put? lib?ral de Vimont, Vincent Auclair, ont permis de rompre l?omert? qui entoure le roi de Laval, Gilles Vaillancourt. L?appel du pr?sident de la FTQ ne peut demeurer sans r?ponse.

Je souligne aussi le silence de mort qui a entour? la proposition du militant Drapeau, lors du dernier conseil g?n?ral du PLQ. Un acte manqu? qui co?tera cher aux lib?raux lors du prochain scrutin g?n?ral.

Les enqu?tes

? leur d?fense, il faut quand m?me rappeler que les lib?raux n?ont jamais ferm? la porte ? la tenue d?une commission d?enqu?te, ils s?en tiennent ? la m?me ligne depuis le d?but. Une commission si n?cessaire, mais apr?s la fin des enqu?tes polici?res. L?escouade Marteau est effectivement au travail, mais le cas de Laval nous d?montre les limites des enqu?tes polici?res.

Mais de voir le premier ministre se poser en victime ne fait plus rire personne, m?me dans son propre caucus. Bien entendu qu?il est la cible de l?opposition, c?est lui le chef du gouvernement qui reste sourd.

Les Qu?b?cois ont entendu et jug? la cause, ils r?clament une commission d?enqu?te, les ?lus de l?opposition ? Qu?bec aussi ont entendu la cause et jug?, la soci?t? civile a entendu et jug? la cause et r?clame, elle aussi, une commission d?enqu?te. M?me l?Union des municipalit?s du Qu?bec, pr?sid?e par le maire ?clabouss? de Saint-J?r?me, a r?clam? une enqu?te.

Les lib?raux de Jean Charest, isol?, ont d?j? perdu la bataille de l?opinion publique, ? moins de vouloir perdre le pouvoir, ils n?ont d?autres choix que de priver Pauline Marois et ses troupes du seul os qu?ils rongent goulument jour apr?s jour.

Comme le disait ? l?Assembl?e nationale le d?put? ind?pendant des Chutes-de-la-Chaudi?re, Marc Picard, Jean Charest a d?cid? que les rumeurs faisaient moins mal ? son gouvernement que la v?rit?.

Peut-il voir plus grand?

Je doute que Jean Charest puisse s?en sortir m?me en mettant sur pied une telle commission, le mal est fait pour lui. Les prochaines semaines nous permettrons toutefois de voir s?il est capable de faire passer les int?r?ts de l??tat avant les siens et, ? la limite, ceux de son propre parti avant les siens et ainsi laisser ? son successeur un minimum de marge de man?uvre pour tenter de sauver les meubles.

Le temps n?est plus aux enqu?tes polici?res et de toute mani?re le travail des policiers n?a jamais ?t? incompatible avec la tenue en m?me temps d?une commission d?enqu?te.

***

Articles reli?s

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Prince Philip (1921-2021) : à l’ombre d’Élisabeth

Par ses origines familiales et « ses » religions, Philip Mountbatten, duc d’Édimbourg, fut à lui tout ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Rare que je vais vous dire ça Pierre, mais bravo.

    Un bel article sans partialité trop manifeste.

    Sincèrement.

  2. avatar

    « Je doute que Jean Charest puisse s’en sortir même en mettant sur pied une telle commission, le mal est fait pour lui. »

    par contre, là n’est pas la question. La question est : Quel mal est-il constamment fait …pour nous?

    Actuellement la question est « l’infiltration d’intérêts particuliers dans TOUT le système politique actuel »; quel que soit le parti au pouvoir. L’identification de l’ennemi est toujours: l’autre parti, quel qu’il soit. Ça n’est pas du tout la question.

    Avons-nous un système vraiment démocratique ou sommes-nous embarqué dans un système « collectivisme » décrit par l’article de olivierbach de ce matin? C’est exactement le problème auquel on fait face.

    Amicalement

    André Lefebvre