Accueil / A C T U A L I T É / Hommage à Arsène Tchakarian, dernier membre du groupe Manouchian

Hommage à Arsène Tchakarian, dernier membre du groupe Manouchian

L’ancien résistant Arsène Tchakarian est mort le 4 août dernier à l’âge de 101 ans. Il était le dernier survivant du  » groupe Manouchian « , un groupe de résistants devenu célèbre pendant la Seconde Guerre mondiale.

Constitué d’immigrés italiens, polonais, espagnols ou encore arméniens, ce réseau de résistance a effectué de nombreuses actions coups de poings contre le régime de Vichy…

Le 21 février 1944, 23 membres du  » groupe Manouchian  » sont condamnés à mort puis exécutés au fort du Mont-Valérien. Les 22 hommes sont fusillés et la seule femme de ce mouvement de résistance, Olga Bancic, guillotinée quelques mois plus tard, conformément au manuel du droit criminel de la Wehrmacht qui interdit alors de fusiller les femmes.

Le  » groupe Manouchian  » s’est notamment illustré en parvenant à abattre, le 28 septembre 1943, le colonel SS Standartenführer Julius Ritter, responsable de la mobilisation de la main-d’oeuvre du Service de Travail Obligatoire en France. Un des membres du groupe responsable de l’attentat, Marcel Rayman, était alors filé par la police française qui parvint finalement à arrêter 23 des membres du groupe en novembre 1943.

L’Affiche rouge

Le 20 février 1944, à  la veille de l’exécution de ces 23 résistants communistes, plus de 15 000 affiches rouges sont placardées en France :  » Des libérateurs ? La libération par l’armée du crime ! « 

L’affiche rouge placardée à Paris et à Lyon, censée justifier les exécutions, n’aura pas l’effet escompté et deviendra un emblème de la Résistance, les membres du  » groupe Manouchian  » étant vus comme martyrs.

En 1948, Paul Eluard, consacra son poème  » Légion  » à la mémoire de vingt-trois terroristes étrangers torturés et fusillés à Paris par les Allemands  » :

C’est que des étrangers comme on les nomme encore

Croyaient à la justice ici-bas et concrète

Ils avaient dans leur sang le sang de leurs semblables

Ces étrangers savaient quelle était leur patrie

En 1955, Louis Aragon composera le poème  » Strophes pour se souvenir « , dans lequel il leur rend hommage :

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent

Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps

Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant

Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir

Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant

Aragon s’inspire de la dernière lettre que Missak Manouchian, le leader du groupe, adresse à sa femme et qu’il écrit le jour de son exécution :

Je meurs à deux doigts de la victoire et du but. Bonheur à ceux qui vont nous survivre et goûter la douceur de la Liberté et de la Paix de demain. Je suis sûr que le peuple français et tous les combattants de la Liberté sauront honorer notre mémoire dignement. Au moment de mourir, je proclame que je n’ai aucune haine contre le peuple allemand. (…) Bonheur ! à tous ! J’ai un regret profond de ne pas t’avoir rendue heureuse, j’aurais bien voulu avoir un enfant de toi, comme tu le voulais toujours. Je te prie donc de te marier après la guerre, sans faute, et avoir un enfant pour mon honneur et pour accomplir ma dernière volonté, marie-toi avec quelqu’un qui puisse te rendre heureuse.

En 1959, Léo Ferré en fera une chanson,  » L’Affiche Rouge « .

En 1969, la Comédie-Française donnera à entendre, lors d’une soirée intitulée Poésie et politique, une interprétation de ce poème.

En décembre 1989, l’émission  » L’Histoire en direct  » consacra un numéro au FTP-MOI, où des membres de ce mouvement de résistance revenaient sur leurs actions passées. Claude Lévy, membre de la 35ème brigade des FTP-MOI de Toulouse, se rappelait de l’affiche rouge :

Historiquement, il a été montré que les Allemands n’ont pas pu aller plus loin dans la politique de répression justement parce qu’il a été démontré que ça n’arrêterait pas le processus de lutte armée, au contraire. (…) Nous étions pour beaucoup d’entre nous d’abord des réfugiés géographiques, souvent, et ensuite nous étions totalement démunis, puisque nous n’avions pas de moyens de subsistance, nous étions souvent illégaux malgré nous, et nous étions très souvent sans famille, avec des familles internées ou dispersées. Et c’est là où j’avais pris l’exemple des jeunes du groupe Manouchian, fusillés, et qui dans leurs dernières lettres ne pouvaient pas écrire à leurs parents (…). Je crois qu’une lettre particulièrement émouvante commence par « Madame, si mes parents reviennent vous leur remettrez cette chemise et cette lettre… ». Quelques autres étrangers du groupe, même espagnols, écrivent à leur femme ou leur mère. Tandis que les petits juifs de cette époque-là, déjà à 50 %, n’avaient plus de nouvelles de leurs familles…

Adieu Arsène et merci pour ton valeureux combat au nom de la liberté et de la paix !

Arsène sera enterré mardi 14 août 2018 à 14H45 au cimetière parisien d’Ivry, près  » du carré  » des fusillés du Mont Valérien.

 

Albert Ricchi

Commentaires

commentaires

A propos de Albert Ricchi

avatar
Journaliste citoyen, mon blog est consacré à la politique, la démocratie, l'économie, l'environnement ainsi qu'à plusieurs réformes essentielles à entreprendre aujourd'hui afin de réconcilier les citoyens avec la République et la justice sociale.

Check Also

Coke en stock (CCXXV) : la découverte et la chute des fournisseurs d’avions (54)

Le Brésil est comme le Paraguay pourri jusqu’à la moelle. Les gangs y sévissent impunément ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.