Accueil / A C T U A L I T É / Hollande en Kanata

Hollande en Kanata

 

Le nom Canada provient du mot?iroquois???kanata?? (??village??, ???tablissement?? ou ??terre??

.??Je souhaite que la France puisse continuer ? mettre en valeur les immenses richesses du Nord-Ouest canadien, que ce soit dans les techniques d?exploitation, de transformation, d?acheminement des hydrocarbures ou que ce soit dans la construction d?infrastructures?, a d?clar? le chef de l??tat, saluant ?les entreprises fran?aises particuli?rement bien plac?es? dans ce domaine, ? l?instar de Total. ?Le Figaro

Si ce n??tait pas s?rieux, on se tordrait de rire. M. Hollande s?en va en chambre d?lirer un discours au parfum de schizophr?nie, fragment?:?il insiste sur le r?le du Canada dans la lutte contre le changement climatique ? du r?chauff?- et les int?r?ts ?conomiques des sables bitumineux de l?Alberta.?On entend les ovations manuelles ? clap! clap!, ?des paumes des paum?s. (1) .

Beaver Club, (2)??version 21 e si?cle: Le temps des bouffons (3)?

On se croirait dans le Beaver Club ( d?sol?, pas de version fran?aise) du club s?lect de la bourgeoisie anglo-saxonne qui a ?pluch? le castor du Canada ? l?or poil? du temps de la conqu?te anglaise- pour arracher tout ce qu?on pouvait arracher de richesses au pays et se payer une fois par an un beau banquet.

On est au Qu?bec en 1985. Chaque ann?e, la bourgeoisie coloniale se rassemble au Queen Elizabeth Hotel pour le banquet du Beaver Club. Ici, pas de poss?d?s, juste des poss?dants. A la table d?honneur, avec leur fausse barbe et leur chapeau en carton, les lieutenants gouverneurs des 10 provinces, des hommes d?affaires, des juges, des Indiens de centre d?achats, des rois n?gres ? peau blanche qui parlent bilingue. Comme au Ghana, on c?l?bre le vieux syst?me d?exploitation britanique. Mais ici, c?est ? l?endroit. Ici, les ma?tres jouent le r?le des ma?tres, les esclaves restent des esclaves. Chacun ? sa place!?Le temps des bouffons?? ( Pierre Falardeau)

Le castor: le p?trole ?vivant du Canada?

Le castor, on nous l?avait cach?, ?c??tait le p?trole du XVIIIe si?cle.

Si c??tait encore ? la mode, l?Otan viendrait nous prot?ger des m?chants, ?et Brigitte Bardot serait s?rement devenue une Jeanne d?Arc, morte, atomis?e myst?rieusement par la CIA. Bref, on lui aurait fait la peau?

Lorsque les premiers explorateurs europ?ens se rendirent compte que le Canada n??tait pas l?Orient regorgeant d??pices qu?ils recherchaient, les millions de castors qui s?y trouvaient devinrent le principal attrait commercial du pays. A la fin du XVIIe si?cle et au d?but du XVIIIe, la mode du jour ?tait aux chapeaux confectionn?s ? partir de peaux de castor. C?est ainsi que la demande pour les fourrures de castor s?accrut ? mesure que ces chapeaux devenaient de plus en plus populaires.

Le roi de France, Henri IV, vit dans la traite des fourrures l?occasion d?aller chercher les revenus dont il avait tant besoin et d??tablir une colonie fran?aise en Am?rique du Nord. Bient?t, les commer?ants en fourrures anglais et fran?ais vendirent en Europe leurs peaux de castor vingt fois plus cher qu?ils ne les avaient pay?es.

La traite des fourrures ?tait tellement un commerce lucratif, que?la Compagnie de la Baie d?Hudson d?cida d?honorer le petit animal aux incisives pro?minentes en l?incorporant dans ses armoiries en 1678. Sir William Alexander, ? qui la Nouvelle-?cosse fut conc?d?e en 1621, fut le premier ? inclure le castor dans des armoiries.Patrimoine canadien

Le temps des bouffons, version mondialiste?

Il ne faut surtout pas se m?prendre sur la blanchisserie moderne des politiciens serviles toujours repr?sentants du nouveau club des investisseurs qui se r?galent de la globalisation. Jadis, les vendeurs d?assurance faisaient du porte ? porte. Maintenant, ils font du ??pays ? pays??. C?est la raison pour laquelle si vous remplacez un politicien par un autre, il n?y a pas de changement. La pauvret? plan?taire am?nent les migrants par la pauvret? que l?on a cr??e ?en cultivant et ?tendant un poign?e de riches, une poign?e de compagnies tentaculaires, invisibles auxquelles nous sommes maintenant ? la merci.

Seuls les riches peuvent se payer la d?mocratie?

Hollande en ??passage ?troit?? ?

Demain, je crois, Monsieur Hollande viendra visiter la ville de Qu?bec (?K?bec??tant un mot?algonquin?signifiant ??l? o? le fleuve se r?tr?cit??). Il entendra ? probablement sans trop comprendre- le langage bizarre que ?Thierry Ardisson qualifiait de ??langage du 17 e si?cle?? et aux saveurs de Provence d?un certain Duteil?

Et de l??le d?Orl?ans jusqu?? la Contrescarpe?
En ?coutant chanter les gens de ce pays?
On dirait que le vent s?est pris dans une harpe?
Et qu?il a compos? toute une symphonie

Eh! oui! C?est de la po?sie? Mais l?Homme ne remplit pas sont r?servoir d?auto de po?sie. Au diable et aux Zam?ricains la chaleur humaine! ?Nous sommes aux prises avec des affairistes patent?s.

Ce sont les qu?b?cois ??les voyageurs?(4)- , qui ont ??d?velopp? ?le Canada, ?de ?force ?et de mis?re, ?pour endiguer par ??hasard?? l?avance des am?ricains qui, vers le Nord, s?avan?aient pour avaler l?Ouest Canadien. Bref, c?est ce que la France a abandonn? ici, qui se sont d?brouill?s pour reconstruire une petite forteresse fran?aise du Qu?bec jusqu?? la Louisiane. Vendue ensuite aux ?tasuniens?

La formule serait ?de dire que c?est une ??autre histoire??. Mais le contexte actuel cimente l?orientation suicidaire des pays appauvris par ses ??propres?? amis. Nous ne parlons pas de la France, mais des manipulations d?un pays de cowboys pour qui, maintenant, nous sommes les vaches. ?En fait, tout pays est une vache ? traire. Mais le syst?me est si attrayant et la peur si ?bien transmise que quoique nous vendions et ayons ? offrir ? Plan Nord, p?trole, fromages-, nous sommes tous ??utiles?? et na?vement f?briles dans les attentes.

Toute l?Histoire est celle de colonisations par avidit?. Les territoires ? avaler?

Le colonialisme ??moderne?? est une sorte de culture souterraine de ??snipers ?lus??.

Toute rencontre protocolaire est maintenant une vente et achat.

De sorte que l?avidit? rend visite ? l?avidit?.

Et nous sommes les castors? Tant qu?on sera assez poilus pour faire des chapeaux de ?la race des affairistes, on aura de la valeur. ? Sous le chapeau se trouve le cerveau?.

? se demander si toute cette mascarade ??moderne?? n?est pas une forme de ?cannibalisme-techno?

?volution et progr?s? Nous sommes dans une ???Une soci?t? au pas?Moonwalk???(5)?? Nous avan?ons ? reculons?

Ga?tan Pelletier?

4 novembre 2014

*********************************

1-?1394 part. pass?paum???se dit du bois d?un cerf en forme d?une paume de main?

2-?Beaver Club

3- Le temps des bouffons:??https://www.youtube.com/watch?v=0STEvvYZtY0?

4- ?Les voyageurs ?taient engag?s par une compagnie de fourrure. Ils travaillaient donc pour cette compagnie. Le voyageur qui travaillait pour la Compagnie du Nord-Ouest (de Montr?al) s?appelait le ??Canadien??. Quant au voyageur qui travaillait pour la Compagnie de la Baie d?Hudson (de l?Angleterre), il s?appelait ??Orkneyman??.

Les voyageurs ?taient des canoteurs canadiens fran?ais qui passaient entre 14 -16 heures par jour ? pagayer ? bord de leur canot. Parfois ils devaient faire du portage quand c??tait trop difficile de continuer sur la rivi?re. Pendant un portage, le voyageur devait transporter sur son dos deux ou trois paquets de 40 kilogrammes chacun. Sa journ?e de travail commen?ait ? trois heures du matin et se terminait ? neuf heures le soir. En moyenne, il parcourait 120 kilom?tres par jour. Ces hommes ?taient forts. Ils ?taient d?ailleurs fiers de leur force et de leur endurance. Ils ne pouvaient pas faire ce travail toute leur vie. Vers l??ge de 40 ans, le voyageur prenait sa retraite.?Voyageurs

5- ?Dans ce mouvement de danse, le danseur se d?place ? reculons tout en cr?ant l?illusion par ses mouvements corporels qu?il est en train de marcher vers l?avant. Ce paradoxe visuel (individu marchant vers l?avant, mais se d?pla?ant en arri?re) donne l?impression qu?il flotte. Wiki. (?La Vidure)?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Destruction des radars et « prix du sang »

  Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, est très en colère. ...