Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / Non classé / Histoire encore ? suivre (h?las)

Histoire encore ? suivre (h?las)

Pr?somption d?innocence, secret de l?instruction, protection des personnes, respect des victimes, d?roulement de l?autopsie, conservation des pi?ces ? conviction, reconstitution du meurtre? L?affaire Gr?gory a viol? tous les principes d?un bon fonctionnement de la justice.

Aujourd?hui, il aurait eu presque trente ans, le petit Gr?gory. Joueur, rieur, bon vivant. Fils encore unique d?une famille qui aurait d? ?tre sans histoire. Une famille rattrap?e par la jalousie, la m?chancet?, l?aigreur d?un certain entourage? puis par les exc?s de la presse, les maladresses de la justice, la passion de l?opinion publique.
?
C??tait il y a vingt-cinq ans. Ceux qui ?taient en ?ge de comprendre ? l??poque ne peuvent pas l?avoir oubli?. Le 16 octobre 1984 ? vingt et une heure quinze, on retrouvait le corps d?un gamin de quatre ans et demi ligot? dans une rivi?re, la Vologne. C?est le d?but de l?affaire Gr?gory, une terrible, horrible histoire judiciaire.
?
?
Le contexte
?
Tout s?est pass? pr?s de Bruy?res, dans les Vosges, dans un petit triangle entre ?pinal, Saint-Di? et G?rardmer. Depuis 1981, un agent de ma?trise, Jean-Marie Villemin, suscitait des jalousies. Il avait vingt-trois ans, mari? ? une femme de vingt et un ans, et il avait mieux r?ussi que d?autres, qui ?taient rest?s ouvriers. Oncles, beaux-fr?res, belle-famille? bref, beaucoup de monde n?acceptait pas qu?il pouvait avoir un train de vie confortable (mais pas ostentatoire ni arrogant) qui lui avait permis d?acheter une maison, d?avoir un pr?t etc.
?
Depuis 1981 donc, un couple de corbeaux, un homme et une femme qui n?ont toujours pas ?t? identifi?s en 2009, ne cessaient de harceler et de menacer Jean-Marie ainsi que son p?re.
?
La catastrophe arriva le 16 octobre 1984. Une vengeance motiv?e sans aucun doute par cette jalousie.
?
L?affaire fut alors tr?s mal trait?e par toutes les parties impliqu?es?: la justice qui fit n?importe quoi par l?interm?diaire d?un jeune juge peu exp?riment? d??pinal, Jean-Michel Lambert (32 ans et quatre ans d?exp?rience)?; la police de Nancy charg?e de l?enqu?te sous la direction du commissaire Jacques Corazzi apr?s le dessaisissement de la gendarmerie qui avait fait pourtant du bon boulot sous la direction du capitaine ?tienne Sesmat, une police qui s?acharna contre des innocents?; des avocats qui faisaient courir des informations sans fondement?; enfin, la presse qui ?tait devenue comme des « rats » devant un bout de lard, n?h?sitant pas pour certains journalistes (pas tous) ? colporter les rumeurs, ? d?faire des r?putations pour faire du sensationnel d?autant plus attendu que l?affaire a passionn? les gens.
?
Sur la base du t?moignage de sa belle s?ur, un cousin de Jean-Marie Villemin, Bernard Laroche fut suspect?. La belle s?ur se r?tracta une fois l?emprisonnement de Bernard le 5 novembre 1984. Mais c??tait trop tard, la m?canique arriva.
?
?
Un deuxi?me meurtre qui aurait pu ?tre ?vit?
?
Le juge le lib?ra le 4 f?vrier 1985 en pensant que le procureur l?en aurait emp?ch? (il restait sous contr?le judiciaire) et refusa toute protection malgr? des menaces pr?cises.?Quelques jours apr?s, le 29 mars, apr?s avoir h?sit? d?j? ? plusieurs reprises, le p?re de l?enfant assassin? tua ? bout portant celui qu?il croyait ?tre l?assassin de son fils.
?
Il le regretta d?s les minutes qui suivirent et se constitua prisonnier. Il n?avait pas accept? que les rumeurs se portassent d?s le 12 mars sur sa propre ?pouse, Christine, inculp?e le 5 juillet 1985 mais suspect?e d??tre le corbeau par de pr?tendus experts en graphologie d?s le 25 mars, soit quatre jours avant le meurtre.
?
Parmi les documents int?ressants ? consulter, il y a l?arr?t de la requ?te en r?habilitation qui explique en d?tail l??tat d?esprit de Jean-Marie Villemin au moment du meurtre de son cousin Bernard Laroche?: ??Il (?) disait avoir ?t? pouss? ? passer ? l?acte « par les journalistes qui s?acharnaient sur son ?pouse et par le fait qu?il ne faisait plus confiance ? la Justice »??. Par ailleurs, ??un examen m?dico-psychologique mentionnait que le requ?rant [i.e. Jean-Marie Villemin], malgr? une intelligence et une personnalit? normales, pr?sentait une immaturit? affective, une impulsivit? et une vuln?rabilit? aux blessures narcissiques. Ces dispositions et son profond d?sarroi cons?cutifs ? la perte de son enfant et ? la mise en cause de son ?pouse expliquaient, pour les experts, sa conduite homicide??.
?
On lira aussi avec int?r?t les deux articles relatifs ? la presse (le couple Bezzina ? Nancy qui touchait douze millions de lecteurs et d?auditeurs chaque jour) et ? la justice (le juge Jean-Michel Lambert qui reste encore tr?s r?serv? sur cette affaire).
?
Parmi les ?l?ments majeurs qui auraient pu guider correctement l?enqu?te, il y a aussi le rapport sur les corbeaux qui s?vissaient d?s 1981 et le t?moignage d?une experte de l?analyse graphologique qui aurait d? mener aux corbeaux.
?
?
Une m?re injustement accus?e d?avoir tu? son enfant
?
Apr?s avoir ?t? emprisonn?e pendant onze jours alors qu?elle ?tait enceinte de deux jumeaux (l?un d?eux est mort en cours de grossesse), Christine Villemin a d? attendre le 3 f?vrier 1993 pour ?tre totalement lav?e de tout soup?on (non-lieu pour absence totale de charge, ce qui est sans pr?c?dent?: ??La cour dit et juge qu?en l??tat il n?y a pas de charges contre Christine Villemin d?avoir assassin? son fils Gr?gory Villemin.??). Il n?y a donc pas eu de proc?s pour elle.
?
Christine Villemin a ?t? innocent?e surtout parce qu?un routier l?avait aper?ue dans sa voiture derri?re lui lorsque le corbeau avait appel? au t?l?phone. En 1984, on ne pouvait pas conduire et t?l?phoner ? la fois?: autre temps, autre ?poque.
?
?
Des carences pas inutiles
?
Tout a ?t? mauvais dans cette affaire qui fut trop m?diatis?e.
?
Beaucoup de choses ont ?t? am?lior?es par la suite, notamment la pr?somption d?innocence dans la l?gislation (trois lois ont ?t? vot?es?: loi n?93-2 du 4 janvier 1993, loi n?2000-516 du 15 juin 2000 et loi n?2002-307 du 4 mars 2002) et la prise de conscience des journalistes de leurs propres responsabilit?s vis-?-vis des protagonistes des affaires criminelles.
?
L?affaire Gr?gory a eu aussi des cons?quences sur les enqu?tes criminelles puisque selon Laurence Lacour, alors journaliste ? Europe 1 qui a r?dig? le livre r?f?rence sur le sujet « Le B?cher des innocents » (?d. Les Ar?nes) publi? en 1993, les ?garements de l?affaire auraient encourag? la cr?ation de l?Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale (IRCGN).
?
Une experte en graphologie expliquait par exemple qu?il y avait une machine en Allemagne qui aurait pu conclure ? l??poque sur les comparaisons d??critures gr?ce aux traits qui n??taient pas visibles mais appuy?s. H?las, elle ne savait pas que cette observation n??tait plus possible une fois pass?e la poudre servant ? d?tecter les empreintes digitales. On est loin des « Experts » de Miami.
?
?
La vie a continu?
?
En f?vrier 2004, les ?poux Villemin ont fait discr?tement exhumer puis incin?rer le corps de leur enfant pour emporter ses restes pr?s d?eux en r?gion parisienne o? ils r?sident maintenant. Leur maison dans les Vosges a ?t? revendue deux fois depuis.
?
Condamn? ? cinq ans de prison, Jean-Marie Villemin a demand? une r?habilitation (c?est-?-dire l?effacement de son crime sur son casier judiciaire). Il avait montr? ses regrets, pay? ce qu?il devait, n?a ?t? ? l?origine d?aucun autre incident, mais la cour d?appel de Paris a rejet? sa demande le 3 juillet 2007 consid?rant que la m?diatisation ? laquelle il avait lui-m?me particip? en publiant un livre choquerait la famille de Bernard Laroche en cas de r?habilitation de son meurtrier.
?
?
On ne conna?tra jamais le(s) coupable(s)??
?
Le 11 avril 2001, la cour d?appel de Dijon a clos d?finitivement l?instruction de l?affaire Gr?gory en raison d?analyses ADN impossibles ? conclure. La prescription fut donc fix?e au 11 avril 2011.
?
Sauf que le 3 d?cembre 2008, cette m?me cour d?appel a rouvert l?instruction pour profiter des nouvelles technologies de reconnaissance ADN. ? deux ans pr?s, ?a aurait ?t? trop tard.
?
Des analyses sont maintenant en cours pour tenter d?exploiter le peu de salive sous le timbre de l?enveloppe du corbeau ou des restes de peau retrouv?s dans l?enveloppe. Le 7 mai 2009, les pi?ces ? conviction (? Dijon) ont en effet ?t? transf?r?es au laboratoire Biomnis (« leader fran?ais de la biologie sp?cialis?e », ex-labo. M?rieux) ? Lyon.
?
Rien n?est encore perdu donc pour conna?tre un jour les v?ritables coupables de l?assassinat du petit Gr?gory.
?
?
?
Sylvain Rakotoarison (16 octobre 2009)
?
?
Pour aller plus loin?:
?
?
?
(Cr?dit photo?: www.gregoryvillemin.free.fr)

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCCX) : réseau, logistique et des tas d’avions

Nous décortiquons toujours dans cet épisode le gros dossier du clan Rocha. C’est toute une ...