Accueil / A C T U A L I T É / « Hé oh la gauche » au secours on va couler… !

« Hé oh la gauche » au secours on va couler… !

Comme une bouée de sauvetage, comme un SOS ou une bouteille à la mer, le PS vient d’inventer « Hé ho la gauche » pour mobiliser des troupes, crier stop au Hollande bashing et défendre le bilan socialiste. Lorsqu’un bateau risque de couler, un capitaine courageux doit tenir bon la barre et tenter l’impossible pour éviter le naufrage, mais certains passagers ont décidé de fuir pour sauver leur peau ou pour des valeurs qu’ils estimaient bafouées, d’autres encore ont été jetés à la mer sans ménagement. Comme les Montebourg, Filippetti, Hamon, Taubira, Duflot, Batho, Pellerin, Cahuzac, et la liste n’est pas exhaustive. Heureusement vous ne trouverez pas les corps des migrants du gouvernement, morts sur une plage turque ; mais plus sûrement cet été dans une station balnéaire chic.

« Oui ça va mieux » a déclaré François Hollande dans l’émission « Dialogues citoyens ». Une affirmation que l’inévitable Macron qui n’était pas invité à la faculté Paris-Descartes pour la première réunion de « Hé oh la gauche », a rectifié en considérant que le pays va seulement moyennement mieux et pas pour tout le monde.

Le quotidien « Le Monde » tempère également l’optimisme hollandais dans sa rubrique « Les Décodeurs ». 

Une belle brochette de ministres et secrétaires d’Etat était sur le gril pour ce rassemblent qualifié parfois de « farce », pour un inventaire couleur rose bonbon devant 400 adhérents. Un autre meeting est déjà prévu le 17 mai à Lille.

Avant la réunion de ce lundi, Cambadélis a bien tenté de haranguer ses troupes dépitées pour les remobiliser, « cessez de pleurer… nous n’avons pas à rougir de notre bilan », mais qui l’écoute encore.

Certes le bilan des socialistes est contrasté, comme le déclare le premier secrétaire du parti. D’ailleurs il faudrait expliquer le contraste aux 900 000 chômeurs supplémentaires et aux quelques millions d’autres qui attendent toujours de monter dans le train poussif de l’emploi.

ps-he-oh

Certes la charge de Hollande contre son ennemi la finance n’a pas été cruelle et le monstre financier à plusieurs têtes peut continuer à spéculer tranquillement.

Mais le pire ennemi de François Hollande n’est-il pas moi Président. Le Chef d’Etat élu par défaut après les frasques sexuelles de DSK, est reconnu comme un habile tacticien mais a le charisme d’une huitre. L’héritier de la mitterrandie est capable de transformer l’or en plomb sur un plateau de télévision, car si toutes les réformes n’ont pas été mauvaises, François Hollande n’a jamais su les vendre aux Français. Seule exception à sa gaucherie habituelle ; son comportement après les attentats où il a su se mettre au niveau de la fonction présidentielle.

Car ne pas tenir ses promesses est un grand classique, il fallait une sacrée dose de naïveté ou d’aveuglement pour croire que Hollande, tel un chevalier blanc, allait combattre et vaincre la finance, et suivre son programme à la lettre. Quant à sa promesse d’inversion de la courbe du chômage avec sa boite à outils, c’était Hollande qui marche sur l’eau, et les citoyens n’aiment pas qu’on se moque d’eux. Enfin, sa social-démocratie molle ressemble plus à une fuite face aux difficultés qu’à l’art du consensus.

Si on pèse le pour et le contre, les Français sont contre à plus de 80%. Reste un argument choc à Hollande et son gouvernement… Un, au secours on va couler les acquis sociaux si la droite revient au pouvoir.

Encore un an au Président et à son équipage, pour ramer vers un avenir incertain.

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Coke en Stock (CCLVII) : par bateaux, aussi…

Aujourd’hui, exceptionnellement, et les jours suivants, on va parler bateaux.  Et surtout voiliers.  Lors du ...