Accueil / A C T U A L I T É / Hamon et Mélenchon sont-ils des irresponsables ?

Hamon et Mélenchon sont-ils des irresponsables ?

Il semble maintenant clairement acté qu’il n’y aura pas d’accord électoral entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Avec pour conséquence l’élimination inéluctable des deux candidats lors du 1er tour de la présidentielle. Une attitude incompréhensible pour de très nombreux électeurs de gauche…

Incompréhensible et même irresponsable. Car aux yeux de ces électeurs orphelins en l’état actuel des choses, d’un candidat capable de faire triompher les valeurs de progrès dans le débat présidentiel, ce repli des deux duettistes sur leur pré carré va laisser de facto le champ libre à la droite et favoriser la victoire d’un Fillon ou d’un Macron face à Le Pen. Et cela alors que Hamon et Mélenchon, chacun dans un style différent, se prévalent, la main sur le cœur, du sort des classes populaires au service desquelles ils ont, affirment-ils, placé leur engagement politique.

Comment croire Hamon et Mélenchon alors que leur antagonisme électoral risque fort, pour cause de blocage à bien des égards puéril, de permettre aux tenants du libéralisme décomplexé de continuer à plumer cette volaille populaire qu’ils méprisent et dont le seul intérêt est de produire les richesses dont profite l’oligarchie la plus cynique ? Le « peuple de gauche » a-t-il mérité cette affligeante guerre picrocholine d’ego qui fera roi un Fillon, malgré ses nauséabondes casseroles, ou un Macron, enfant gâté des banques aux allures de trader, qui n’est qu’un clone des libéraux au pouvoir depuis des décennies ?

Est-ce vraiment cela que nous voulons, nous les électeurs de gauche ? Si la réponse est oui, laissons faire et préparons-nous à revivre le 23 avril 2017 un remake du 21 avril 2002. Si la réponse est non, faisons pression avec détermination sur les appareils de la France Insoumise et de l’aile progressiste qui a pris le pouvoir au Parti Socialiste lors de la primaire afin qu’un accord de gouvernement soit trouvé. Une hypothèse qui n’a rien de honteux : lorsqu’on n’est pas suffisamment fort pour faire triompher seul ses idées, c’est au pragmatisme et à l’art du compromis qu’il convient de faire appel.

Fort de ce constat, l’alternative qui est posée à tous ceux qui se revendiquent du « progrès social » – qu’ils soient étiquetés FI ou PS – est la suivante : a) Faut-il, comme le NPA et LO, rester rivés sur un corpus idéologique figé et attendre le « Grand soir » durant des décennies ? b) Faut-il, a contrario, essayer de promouvoir plus de justice sociale dans le pays sur la base d’un compromis de gouvernement avec ceux dont on est le moins éloigné afin de mettre en œuvre, en cas de victoire, une partie des engagements de progrès qu’attendent les classes populaires ?

Beaucoup plus de convergences que de différences

Certes, il y des différences importantes entre le projet de Hamon et celui de Mélenchon, nul ne peut le nier, principalement sur le « revenu universel » et les relations avec l’Union européenne. Mais il y a également des points de convergence – bien plus nombreux – sur lesquels il est possible de bâtir un accord de gouvernement de nature à induire l’adhésion d’un très grand nombre d’électeurs en rupture avec la politique libérale qui a prévalu durant les derniers mandats présidentiels.

Parmi ces points de convergence figurent notamment :

  • Le refus déterminé du CETA, et bien entendu du TAFTA
  • La remise en cause du pacte de stabilité européen afin de dynamiser l’économie
  • La mise en place d’une transition énergétique (malgré quelques divergences surmontables) et l’instauration d’une taxe carbone
  • La remise en cause du 49.3, l’instauration du vote blanc, l’instauration du droite de vote des étrangers aux élections locales, la limitation drastique du cumul des mandats et la mise en place d’une dose significative de proportionnelle aux législatives
  • L’abrogation de la loi El Khomri et la rédaction d’une nouvelle loi ne gardant que les aspects positifs du texte (exemple : le Compte personnel d’activité)
  • La mise en place d’un système visant à éradiquer les rémunérations délirantes
  • L’augmentation des effectifs de la police et de la justice, ainsi que la restauration d’une police de proximité
  • La légalisation du suicide assisté, l’ouverture de la PMA aux femmes et l’opposition totale à la GPA
  • La reconnaissance de l’État palestinien

 

  • La protection effective des lanceurs d’alerte
  • La légalisation du cannabis

N’y a-t-il pas là matière à se parler et à jeter les bases d’un programme de nature à rendre aux électeurs de gauche l’espoir d’une politique véritablement sociale et non plus subordonnée aux diktats économiques des puissants groupes industriels et financiers ?

À l’évidence oui. Encore faudrait-il que Hamon et Mélenchon placent l’intérêt du peuple français au-dessus de leur pathétique ambition personnelle. En sont-ils capables ? Les récents échanges entre les deux hommes en font malheureusement douter, et c’est consternant !

Hamon et Mélenchon sont-ils des irresponsables ? Réponse dans les prochains jours.

Dernière nouvelle : François Bayrou ne sera pas candidat et propose à Emmanuel Macron d’unir leurs forces, une hypothèse que j’avais évoquée dans un article du 10 janvier intitulé Macron-Bayrou : vers un couplé gagnant ? Dans de telles conditions, il n’y a plus d’autre solution pour les candidats de gauche : soit ils s’unissent eux aussi, soit ils courent au désastre !

Commentaires

commentaires

A propos de Fergus

avatar
Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Check Also

Homard et à bientôt

La farce n’aura duré que quelques jours, la pression trop forte, et lâché de toutes ...

4 Commentaire

  1. avatar

    Entièrement d’accord avec cet article, y en a marre de cette bataille d’égos, ce n’est pas ça que nous attendons de la part d’hommes politiques qui se disent responsables. Les élections ne doivent pas servir une personne, mais le peuple que cette personne représente. A ce titre peu importe que ce soit Hamon ou Melenchon qui soit LE représentant, nous ne devons avoir qu’un seul candidat de gauche, personne ne comprend cette attitude suicidaire, et égoïste, sans compter le risque de faire élire une extrémiste.

    L’élection présidentielle est aussi à réformer parce qu’on vote pour une personne et pas pour des idées ou un système, et cela pervertit complètement la règle du jeu.

    Si ça continue comme ça, je pense que je finirai par voter à contrecoeur Macron au 1er tour, par pure stratégie, la stratégie du moins pire, afin d’éviter Fillon et/ou Le Pen.

    • avatar

      Bonjour,
      Le problème n’est pas la bataille d’egos que le parti socialiste veut nous faire avaler via les medias. Le problème est le parti socialiste qui a mené une politique libérale et même plus pendant 5 ans. Monsieur Hamon est minoritaire dans son parti, et les autres, ceux qui on fait une politique libérale pendant ces 5 années sont toujours là et ils seront reconduits pour des places de députés. Si monsieur Hamon a été choisi c’est parce que des électeurs de gauche ont voté pour lui afin d’éliminer Valls. Ceux qui voteront Hamon voteront pour une politique libérale car il ne faut pas croire que le parti laissera Hamon faire ce qu’il veut. Voter Macron c’est voter ultra libéral car n’oubliez pas que Macron est un banquier d’affaires affidé au Medef. Si vous voulez vraiment voter à Gauche oubliez le PS et votez France Insoumise, il n’y a plus que cette solution. Qui d’après leur programme est un bonne alternative.

    • avatar

      Bonjour, TeeJee

      Un accord électoral n’est peut-être pas possible entre les deux hommes, mais au moins convient-il d’essayer. Et cela sans prétention de domination d’un parti sur l’autre.

      C’est pourquoi je souhaiterais que l’accord éventuel puisse se faire autour d’un socle de propositions communes qui existe déjà très largement.

      Un accord qui ne pourrait, à mes yeux, voir le jour que sur un candidature commune non estampillée PS. Par exemple sous l’appellation « Union de la Gauche de Progrès ». Une étiquette qui porterait tout à la fois les logos du PS et de la France Insoumise.

      D’accord avec vous sur les institutions françaises. je souhaiterais que soit abandonné le régime présidentiel, facteur de trop nombreuses dérives, pour un régime parlementaire.

  2. avatar

    Entièrement d’accord avec vous Fergus sur un accord non estampillé PS.. Je trouve qu’il y a du bon dans les 2 programmes et il faudrait que les 2 puissent se synthétiser en ressortant le meilleur. Le point d’achoppement est peut-être sur l’Europe, où le désaccord est plus compliqué mais je pense qu’il y a moyen de s’en sortir.

    Encore une fois, il faut arrêter de se regarder le nombril et viser haut. Qu’est ce qu’on veut pour nous ? l’urgence est d’abord d’éviter une Le Pen, un Fillon ou un Macron. et tant qu’on n’aura pas fait une Union des 2 candidats, et bien le vainqueur de la présidentielle se trouve obligatoirement dans l’un des 3 noms cités..

    A Jean Loup, j’ai toujours voté socialiste depuis que je suis en âge de le faire, mais comme beaucoup de monde, je me suis senti trahi par ce gouvernement surtout avec la loi travail. Après le nom du parti je m’en fous, ce qui m’intéresse, c’est le programme. J’ai bien écouté les propositions de Benoit Hamon, et je me retrouve dans une partie de son programme tout comme dans celui de Mélenchon. Mais je suis aussi réaliste, je peux voter pour un des 2 le 23/04, mais je suis très pessimiste qu’un des 2 puisse passer au second tour.
    Quand tu discutes avec les gens, personne ne comprend pourquoi ils ne se mettent pas d’accord..

    J’ai bien peur que ce soit la chronique d’une défaite annoncée. J’espère que Pierre Laurent pourra faire le lien, lui a bien compris se situait l’intérêt collectif. Il faut arrêter de jouer petit..