Accueil / A C T U A L I T É / Halte au d?veloppement durable!

Halte au d?veloppement durable!


Image Flickr par pasc007

Le concept du ??d?veloppement durable ?, exhum? des propos de Ren? Dumont qui l?employa le premier lors de sa? campagne aux ?lections pr?sidentielles de 1974, conna?t, depuis les ?pisodes m?diatiques de Stockholm, Nairobi, ?Johannesburg et Rio-de-Janeiro, sans oublier celui du protocole obsessionnel de Kyoto contre le r?chauffement climatique, un succ?s g?n?ral plan?taire qui ne semble pas devoir ?tre contest?, hormis par d?horribles capitalistes sans scrupules? ou par des simples d?esprits notoires.

Cette parfaite harmonie r?unissant sous une m?me banni?re au nom de la ??d?fense de la plan?te?? des individus de tendances politiques adverses, de niveaux sociaux diff?rents ou de confessions oppos?es, constitue la preuve rassurante qu?il existe encore des th?mes susceptibles d?ob?rer les clivages de toutes sortes et des causes capables de mobiliser l??nergie de chacun pour le bien de tous.

Toutefois, sans ?tre un imb?cile fini ni vendeur de semences OGM chez Monsanto, il para?t loisible d??mettre une note discordante dans cette m?lop?e du bonheur futur en mettant en cause le d?tail des ingr?dients de la recette qu????on?? nous propose. En effet, il s?av?re que nous avons bien ? faire, en l?occurrence, ? ce fameux ??on??, celui l? m?me qui pr?side, par exemple, aux destin?es de? la foule sentimentale de notre bon Souchon.

Voici donc les questions qu?un individu ordinaire et non conditionn? par les m?dias est en droit de se poser?:

  1. Le terme ??d?veloppement durable?? ne comporte t-il pas en lui m?me une contradiction puisque rien, en ce bas monde, n?est durable, que tout d?bute un commencement, continue par un d?veloppement (pr?cis?ment?!) et se termine par une fin??
  2. La composante ??d?veloppement?? du concept n?est elle pas l?g?rement trop optimiste dans la mesure o? tout indique que l??nergie, source de notre civilisation industrielle, est en voie de rench?rissement (au mieux) et/ou de rar?faction (au pire) ce qui tendrait ? d?finir notre marche en avant plut?t en terme de ??stagnation durable?? (pour ne pas dire ??r?gression probable??)??
  3. Cette ??Grande Cause?? d?clin?e en chapitres ronflants (Sauvegarde de la plan?te, Commerce ?quitable, Malbouffe, etc?) n?est-elle pas en fait qu?un artifice du capitalisme pour d?tourner l?attention des masses du seul vrai probl?me qui se pose ? lui?: la fin prochaine des ressources fossiles??
  4. La civilisation industrielle ?tant n?e avec l??nergie fossile (charbon, puis p?trole, puis gaz), son d?veloppement n?est-il pas irr?m?diablement condamn? sans elle??
  5. Finalement le ??d?veloppement durable?? n?est-il pas qu?un hochet m?diatique fourni par ??Papa Capital?? ? son ??B?b? Masse??, dont l?agitation inconsid?r?e aurait n?anmoins la vertu reconnue de calmer son anxi?t? face ? l?avenir?

Au del? de ces questions objectives, rappelons nous que, depuis toujours, l?une des strat?gies militaires les plus efficaces consiste ? d?tourner une offensive ennemie dans une impasse, ou ? envoyer un projectile inamical s??craser sur une fausse cible construite ? cet effet. Or, par comparaison et apr?s l?analyse qui va suivre, nous pourrions fort bien arriver ? la conclusion que cette affaire de ??d?veloppement durable?? n?est un gigantesque leurre expos? sur la place publique mondiale par le capitalisme, pour s??viter de prendre en pleine figure un missile fatal ? sa propre durabilit?. Afin de d?montrer cela, sondons m?ticuleusement et en profondeur les diff?rents piliers de cette grande cause.

1er pilier?: La plan?te est en danger. Faux?! La plan?te pourrait tr?s bien survivre par une temp?rature moyenne de +50?C, balay?e par d?incessants vents radio actifs et de continuelles pluies acides, peupl?e de colonies d?amibes perverses dans des poches d?eaux putrides et de cancrelats lubriques dans des steppes d?sertiques, ou, au choix, par une temp?rature moyenne de ?50?C, sans effet de serre ni Gulf Stream, recouverte de neige et de glace, et peupl?e de gros ours blanc rieurs et de petits manchots blagueurs, ou, encore, totalement recouverte par des eaux riches d?une magnifique flore luxuriante et color?e ainsi que d?une faune aquatique ?volu?e n?ayant rien ? envier ? l?ex-esp?ce humaine en terme de conservation durable des ?cosyst?mes. N?en d?plaise aux ?minents sp?cialistes anthropiques (c?est ? dire ceux qui ?tudient les effets de l?activit? humaine sur les ?quilibres naturels), et au risque d??corner l?orgueil sans limite des scientifiques ??dompteurs de nature??, nous devons bien nous rendre ? l??vidence que l?homme n?a, et n?aura jamais, le pouvoir de? ??d?truire?? la plan?te. De plus, il est probable que notre plan?te qui a une ?me (Mais oui?! Pourquoi pas?? L?immense majorit? des terriens croit bien en l?existence d?une pr?sence divine, qu?y aurait il donc de si aberrant ? ?tre intimement convaincu que la plan?te est un ?tre pensant et dou? de raison?? OK?! Bien, fermons la parenth?se et continuons), notre m?re nourrici?re, donc, qui pense et qui nous regarde (si?!si?!) doit bien rigoler en constatant notre vanit? et franchement se gondoler les c?tes oc?aniques en nous observant tenir conf?rences et colloques permanents dans le but de mesurer l?effet possiblement n?faste sur elle de nos mis?rables petits pets naus?abonds.

2?me pilier?: La sant? de l?homme est en danger. Voil? qui est d?j? un petit peu moins pr?somptueux, mais largement aussi contestable?! les activit?s modernes de l?homme g?n?rent un certain nombre de pollutions, c?est ? dire une diss?mination de produits et d??l?ments toxiques dans l?environnement (air, eau, aliments,?). Ceci, est vrai, mais dire que cela affecte la sant? de l?homme est objectivement faux?! En effet, depuis l??re industrielle l?esp?rance de vie des hommes a ?t? multipli?e par 3 et ne cesse encore de s?am?liorer. Et ce ph?nom?ne est plus important dans les pays ??d?velopp?s?fa?on non durable??, c?est ? dire les grands pays industriels, que dans les pays ??d?velopp?s fa?on durable??, c?est ? dire les pays dits du tiers-monde dont l?activit? anthropique et tr?s faible voire nulle. Dire que les diverses pollutions (et notamment celles g?n?r?es par l?agriculture intensive) mettent la sant? de l?homme en danger est un raisonnement certes recevable, voire sympathique, mais il est ?minemment subjectif, car il n?aboutit ? aucune conclusion irr?futable, alors que dans le m?me temps tous les indicateurs montrent que la sant? humaine s?est consid?rablement am?lior?e avec l?av?nement de la civilisation industrielle. Mais il est possible que ces messieurs-d?veloppement-durable? pr?f?rent subir des ?pid?mies de variole et de peste noire plut?t que? de se voir infliger des chimio- et tri-th?rapies polluantes. Apr?s tout c?est un point de vue comme un autre?..

3?me pilier?: Le r?chauffement climatique menace l?homme. Voil? le grand th?me porteur?! Cette gigantesque tarte ? la cr?me fera ? elle seule l?objet d?un prochain article d?taill?, dont nous nous contenterons de donner ici le d?coupage?:

  1. Les activit?s industrielles de l?homme (principalement les transports et les centrales thermiques) produisent des ?missions de gaz ? effet de serre (CO2)?: ph?nom?ne incontestable
  2. Le relev? global des temp?ratures depuis le d?but du 20?me si?cle indique un l?ger r?chauffement?(0,7?C) : donn?e incontestable
  3. L?accumulation des gaz ? effet de serre, fait augmenter ce m?me effet de serre, qui est donc responsable de l?augmentation de 0,7?C constat?e depuis 1900 et de celle probablement plus forte ? venir si les ?missions carbon?es continuent?: Th?orie du GIEC (Groupement International pour l?Etude du Climat), organisme onusien noyaut? par le lobby AlGoriste, qui r?unit un faisceau important de probabilit?s, mais aucunes preuves certaines. C?est tout ? fait comparable ? l?action d?un juge et d?un jury qui condamne un individu sur la base du principe de ??l?intime conviction??, au risque accept? d?une erreur judiciaire.
  4. Cette ?l?vation pr?dite de la temp?rature terrestre devrait avoir des effets d?vastateurs?si elle se produisait : ?l?vation du niveau des mers, engloutissement de territoires entiers, s?cheresses d?truisant les r?coltes agricoles, cataclysmes naturels divers (cyclones, tornades, tsunamis, etc..)?: ceci n?est pas prouv?, dans la mesure o? une faible augmentation de la temp?rature d?j? constat?e par le pass?? n?a pas produit ces effets
  5. De nombreux scientifiques, moins m?diatis?s que ceux du GIEC parce que soutenus par aucun lobby, pr?disent au contraire un refroidissement, d? notamment ? l?arr?t du Gulf Stream cons?cutif ? l?incidence des ?missions de CO2 sur l?acidit? des oc?ans.
  6. Le th?me du r?chauffement climatique est indispensable au bon fonctionnement du ??Green Business?? et ? l?enrichissement des capitalistes verts, dont le plus ?minent repr?sentant est Mr. Al Gore, ancien vice-pr?sident de B. Clinton, battu par son successeur G. Bush Junior, ruin? par ses d?penses de campagne, redevenu milliardaire gr?ce ? son package multim?dia ??Une v?rit? qui d?range?? (Film, CD, livre, conf?rences, etc?), sa soci?t? Generation Investment Management LPP, fond d’investissements ? long terme dans l’?conomie durable, son activit? de n?goce de certificats d’?missions de CO2 issus du protocole de Kyoto, intervenant influent ? l?ONU, etc?, etc?.

Nous ne contestons pas toutefois que le chemin du d?veloppement durable soit pav? de bonnes intentions, mais nous pr?tendons qu?il est sans issu, inutile et, tel l?arbre qui cache la for?t, qu?il cache un autre chemin qu????on?? ne veut pas nous montrer.

Malgr? les antith?ses volontairement pol?miques que nous venons d?exposer, il est bien ?vident qu?un programme de soci?t? se proposant de diminuer la pollution industrielle et agricole, d??conomiser les ressources naturelles ou de les pr?server afin que les g?n?rations futures n?en soient pas priv?es, de ne pas massacrer la nature, de commercer ?quitablement avec les pays les plus d?munis, et de faire vivre les hommes en harmonie malgr? leurs diff?rences , ne peut qu??tre jug? favorablement par tout humaniste, m?me de fa?ade.

Malheureusement cette soci?t? idyllique, o? les ?quilibres biologiques seraient enfin atteints, les ?cosyst?mes d?finitivement stabilis?s, l?urbanisation? parfaitement ma?tris?e, l?agriculture tranquillement raisonn?e (etc?) tient de la franche utopie, venant du grand public, doubl?e d?une r?elle hypocrisie, venant de ??ceux qui savent??. En attendant, le d?veloppement durable fait le bonheur des technocrates, planificateurs et r?glementaristes de tous poils qui se d?ploient en bon ordre, group?s en colonnes de colloques, batteries de s?minaires, paquets de livres et revues, r?giments de discours. Ces intellectuels purs ??faiseurs de soci?t? et ??redresseurs de d?rives?? n?ont bien entendu jamais tenu le moindre outil industriel ou artisanal dans leurs mains, mais r?vent de construire une soci?t? id?ale r?gie par des centaines de milliers de lois, d?crets et r?glements portant sur les moindres aspects de l?activit? humaine afin qu?elle devienne conforme aux normes ISO qu?ils ?dictent. Entra?n?s par leur ?lan bureaucratique, ils ?chafaudent l?urbanisation durable sous l??gide de la loi SRU (Solidarit? renouvellement urbain), ? condition d??tre compatible avec le SCOT (Sch?ma de coh?rence territorial), tout en tenant compte du PLU (Plan local d?urbanisme) et des orientations du? PADD (Projet d?am?nagement et de d?veloppement durable), nonobstant la pr?emption possible de la SAFER (Soci?t? d?am?nagement foncier et d??tablissement rural), sous r?serve d?exclusion par le PPRN (Plan pour la pr?vention des risques naturels) ou du PPRT (Plan de pr?vention des risques technologiques), ? moins bien entendu que le PSMV (Plan de sauvegarde et de mise en valeur) ne se substitue au PLU en vertu de l?art.L.313-1 ? 313-3 du Code de l?urbanisme. Et il en va ainsi pour tous les autres secteurs d?activit?, certains devant subir encore plus de contraintes. Ajoutons que les exemples d?crits ici ne concernent que la situation existante, et que chaque avanc?e dans le d?veloppement durable implique le rajout d?une couche suppl?mentaire de? r?glementation. Il va sans dire que cette inflation l?gislative voit son mouvement accompagn? par un accroissement? homoth?tique de taxes, imp?ts et contributions diverses, et d?un gonflement ??durable?? des effectifs techno-bureaucratiques de concocteurs de lois, de contr?leurs d?applications et d?encaisseurs de taxes.

La r?alit? est que tout ce joli monde s?agite pour rien?! Comme nous l?avons d?j? dit plus haut, le chemin est malheureusement sans issu, car ce qui nous attend ne s?appelle ??d?veloppement durable??, mais ??r?gression industrielle??. A d?faut d??tre utopiques, si ces braves gens voulaient se contenter d??tre? simplement un tout petit peu optimistes, ils devraient au minimum requalifier leur d?veloppement durable en ??stagnation durable??. Leur t?che resterait certes encore tr?s ardue, mais elle conserverait un semblant de r?alisme de bon aloi.

En fait, cette affaire de d?veloppement durable pourrait passer pour une aimable plaisanterie si elle n??tait relay?e par les m?dias et les politiques du monde entier, et son manque de cr?dibilit? est encore soulign? par le fait qu?un th?me aussi fondamental que celui de l??puisement prochain des ressources fossiles ne constitue pas le socle, ni m?me un quelconque pilier du concept. Or, s?il est incontestable que la soci?t? industrielle est apparue et s?est d?velopp?e ? partir et avec l??nergie fossile, il peut para?tre probable (en tout cas pas impossible) que cette m?me soci?t? industrielle disparaisse (ou du moins r?gresse tr?s sensiblement) avec la disparition de ces ressources. En tous cas, il pourrait sembler logique que le d?veloppement durable prenne en compte ce petit probl?me. Or, ni le ph?nom?ne de la d?pl?tion (diminution progressive et in?luctable des volumes de production apr?s que ceux-ci aient franchi un pic maximal), ni celui du croisement des courbes de l?offre et de la demande de p?trole (moment o? la demande mondiale montante exc?dera la capacit? de production descendante), ni les ?ch?ances de fin de vie des ressources et minerais ? consommation constante (??durable??), ne sont analys?s ou pris en compte, sauf par touches discr?tes ou ?vocations furtives. A tel enseigne que dans aucun des deux excellents ouvrages intitul?s ??Le d?veloppement durable??, celui de G. Wackermann (Ellpises) ou celui de F. Mancebo (A. Colin), nous ne trouvons le moindre chapitre consacr? ? l??ventuelle possibilit? d?une r?gression industrielle due ? la d?pl?tion fossile, ni m?me ? une simple analyse de cette donn?e g?ologique.

Tous ces ?l?ments concourent ? d?montrer que le ??d?veloppement durable?? est bien un concept par lequel le capitalisme instrumentalise et manipule des individus, souvent de bonne foi, afin de jeter un ?cran de fum?e politiquement correct devant la r?alit? inavouable du d?clin prochain et in?luctable de notre civilisation industrielle.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le petit monde de Donald (12) : « the politics of boobs »

Le cas du jour peut résumer à lui seul ce qui est décrit dans le ...