Accueil / T Y P E S / Articles / Ha?ti regorge de mati?res premi?res: p?trole, or, iridium…

Ha?ti regorge de mati?res premi?res: p?trole, or, iridium…

En cherchant un peu sur le web, on peut trouver un grand nombre d?indicateurs qui expliquent que Ha?ti, la plus petite partie de Hispaniola (l?autre, et plus grande partie de l??le, ?tant la R?publique Dominicaine ou Saint-Domingue) repr?sente un potentiel ?norme en ressources p?troli?res, aurif?res, mais ?galement en Iridium (m?tal rare du groupe du Platine qui est actuellement utilis? dans l?industrie militaire : missiles nucl?aires, mais aussi dans le d?veloppement de l?industrie li?e ? la conqu?te de l?espace : fus?es, syst?me de mise en orbite, etc…).

A la lumi?re de ces ?l?ments, on pourrait facilement en d?duire que la volont? et l??nergie d?ploy?es par Washington pour d?ployer rapidement entre 12 et 15.000 soldats sur le sol ha?tien dans une mission qui, comme l?annonce le haut commandement militaire US, se prolongera dans le long terme.

Dans les ann?es 70 des travaux g?ophysiques ont ?t? entrepris en divers points d’Ha?ti. Les forages ont signal? la pr?sence d’huile et de gaz r?v?lateurs de l’existence de p?trole. Des r?servoirs de p?trole ont ?t? localis?s dans les s?diments marins entre 6000 ? 7000 m?tres de profondeur dans le Canal de la Gon?ve et sp?cifiquement dans la Baie de Rochelois ? l’Ile de la Gon?ve.

Parmi les zones d’int?r?t potentiel, citons le Plateau Central, la partie terrestre de la Plaine du Cul-de-Sac et la Grande Ca?mite. « L’?tat actuel des connaissances accumul?es sur le potentiel p?trolier ha?tien est suffisamment satisfaisant pour attirer des investissements. » conclut le rapport No 3 du Bureau des mines d?Ha?ti.

Mais pourquoi ne peut-on pas exploiter le p?trole d’Ha?ti et soulager la mis?re du Peuple ha?tien ?

La raison est d’ordre politique. Ha?ti est consid?r?e comme l’arri?re-cour du Grand Voisin (les USA bien sur). Le p?trole ha?tien est inclus dans leurs r?serves au cas d’une p?nurie mondiale caus?e par la Guerre ou l’?puisement de cette ressource naturelle non renouvelable sur les autres Continents.

En 1949, le Gouvernement de Dumarsais Estim? avait d?j? tent? d’exploiter les gisements p?trolif?res ha?tiens en faisant appel ? la ? Atlantic Reffining Company ? (ATRECO). Les travaux de forage ont ?t? ex?cut?s avec l’assistance du Minist?re de l’Agriculture et des Ressources Naturelles et du D?veloppement Rural sous la supervision de l’Agronome Jean David.

Encore aujourd?hui, si l’on se rend sur la localit? de Caradeux, entre l’A?roport International et P?tion-Ville, on peut voir les traces des Derricks qui ont oeuvr? dans la zone. La bouche du puit est scell?e avec une plaque en cuivre portant la date de forage et le nom de la ATRECO.

L’ordre formel fut donn? par Washington de cesser imm?diatement les travaux, ATRECO fut d?dommag?e. Adieu p?trole ha?tien!

Il n’est pas superflu de mentionner qu’en 1975 le Gouvernement de Jean Claude Duvalier a fait appel ? la Crux Limited pour l’exploration des dites ressources p?troli?res rep?r?es dans la rade de Port-au-Prince pr?s de la Gon?ve, aussi bien qu’? Grande Saline.

L’INAREM ou Institut National des Ressources Mini?res dont le Coordinateur fut Henri P.Bayard a entam? des recherches pendant pr?s de 6 mois de Port-au-Prince jusqu’? la fronti?re dominicaine comme l’aire possible du forage entrepris par la ATRECO dans la Plaine du Cul-de-Sac.

Ce puit se trouverait sur la route vicinale qui sort de Caradeux pour aller ? la chapelle Ste Marie de P?tion-ville.

Des ?chantillons ont ?t? pr?lev?s et analys?s dans le laboratoire du Bureau des mines. Les ing?nieurs ont ?tabli l’existence d’une nappe de p?trole sous-marine contigu? aux gisements p?trolif?res du Venezuela (la capacit? de cette nappe est estim?e par certains, 5 fois sup?rieure ? celle de son voisin continental). Une fois de plus, la Compagnie Crux Limited a ?t? forc?e d’abandonner les travaux d’exploration, pour les m?mes raisons qu’ATRECO en 1949 .

Quelques ann?es plus tard, un ing?nieur g?ologue ha?tien, ministre des Mines a tent? de reprendre les travaux de concert avec les autorit?s v?n?zu?liennes, et si ce n?est gr?ce ? la vigilance de la police v?n?zu?lienne, il serait mort suite ? une tentative d?assassinat dans la chambre d’h?tel o? il se trouvait lors de son s?jour au Venezuela pour mettre les accords au point.

De plus, l’ex-pr?sident de la Raffinerie Dominicaine de P?trole (REFIDOMSA), Leopold Espaillat Nanita, a expliqu? que l’une des solutions pour que l’Etat ha?tien puisse sortir de cette dette externe sans fin, mais aussi, afin de r?soudre ses probl?mes socio-?conomiques, se trouverait dans l?exploitation de ces gisement aurif?res ainsi que ceux d’autres min?raux que poss?de le territoire voisin de la R?publique Dominicaine.

Espaillat Nanita a r?v?l? que les ?tudes et les recherches g?ologiques r?alis?es sur le sol ha?tien indiquent que cette nation poss?de conjointement avec Saint-Domingue, possiblement le terrain aurif?re non exploit? le plus grand du monde.

De m?me, il existe un gisement (en seconde position apr?s l?Afrique du Sud, le principal fournisseur mondial), d?un minerai peu connu : l’Iridium, utilis? dans la construction de navettes spatiales, missiles tactiques et autres engins. Ces deux ressources sont suffisantes pour all?ger la « pauvret? » du peuple ha?tien…

Espaillat Nanita, qui est ?galement architecte, d?nonce le fait que ces ressources sont peu connues en raison d?une ? conspiration ? des multinationales, qui pr?tendent enlever aux Ha?tiens leurs richesses naturelles.

L’ex-pr?sident de REFIDOMSA a dit que dans cette ? conspiration ?, sont impliqu?s certains holdings pro-USA mais aussi des fonctionnaires d’Etat qui se d?dient ? entretenir la pauvret? et l?indigence en Ha?ti.

Dans ce sens, il appuie les d?clarations du tout r?cent Premier ministre d?sign?, Jean-Max Bellerive, sur la recherche de nouvelles alternatives qui faciliteront la cr?ation d’emplois et attireront des investisseurs ?trangers dans le plus petit des deux pays qui se partagent l’?le d’Hispaniola au lieu de compter exclusivement sur la R?publique Dominicaine.

Espaillat reconna?t qu’il existe en Ha?ti une classe nationaliste form?e principalement d’hommes politiques et d’intellectuels – ? laquelle appartient Bellerive (D?sign? Premier ministre le 30 octobre 2009 par le pr?sident Ren? Pr?val) – int?ress?e ? ce que les probl?mes d’Ha?ti trouvent des solutions sur son propre territoire et non dans une autre partie du monde, comme par exemple chez son voisin (Saint-Domingue).

L’ex-fonctionnaire de l’?nergie a fait ces d?clarations au cours d’un entretien r?alis? par le programme de radio « Dejando huellas » sur Dominicana FM.

Sources : Jean Erich Ren? et Espacinsular.org Traduction et mise en forme : Chevalier Jedi pour Mecanopolis

Jean Erich Ren? est originaire d’Ha?ti. Il est n? dans la ville de J?r?mie o? il a accompli ses ?tudes primaires et secondaires. Il a explor? divers domaines scientifiques notamment: – Agronomie ? la Facult? d’Agronomie de Damien (Ha?ti) 1970-1974 – Gestion et Hautes Etudes Internationales ? l’Institut National d’Administration (Ha?ti)1990-1994 – Administration ? l’Universit? d’Ottawa (Canada) 1995-1998 – Economie ? l’Universit? d’Ottawa (Canada)1998-2001

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Wall Street: comment achever la bête immonde?

Quelle est la raison profonde – intime –des crises financières ? Comment sont provoqués les ...