Accueil / T Y P E S / Chroniques / Guy M?quet… r?sistant ?

Guy M?quet… r?sistant ?

La lettre de Guy Moquet fait couler bien de l’encre (virtuelle ou non) pour un hommage d?tourn? de tout son sens selon quelques uns, par le changement du mot « camarade » en « compagnon », ce qui , il est vrai, est assez scandaleux dans le traitement de l’Histoire. Guy M?quet ?tait communiste nous rappelle-t-on ici et l?, et il se retournerait aujourd’hui dans sa tombe, s’il savait que Sarkozy le r?cup?re. Sur les journaux s’?tale le visage de ce jeune homme souriant et charmant, avec des l?gendes qui le mettent en valeur… mais des professeurs d’histoire s’inqui?tent aussi du manque de traitement de l’histoire du communisme ? cette ?poque.

C’est le monde qui a lanc? le pav? dans la marre, par un article de Jean-Marc Berli?re (professeur d’histoire contemporaine ? l’universit? de Bourgogne, chercheur au Cesdip (CNRS/minist?re de la justice) et de Sylvain Boulouque (doctorant en histoire ? l’universit? de Reims), qui affirme que l’histoire du jeune homme est pour le moins arrang?e :  » on a vu ressurgir ? cette occasion les st?r?otypes et clich?s d’une « histoire » de la R?sistance et du PCF qu’on croyait d?finitivement rang?e au magasin des mythes et l?gendes. » « Faire de Guy M?quet et de ses vingt-six camarades des « r?sistants de la premi?re heure » rel?ve de la t?l?ologie, puisque la plupart d’entre eux ont ?t? arr?t?s en un temps o? le PCF, pris dans la logique du pacte germano-sovi?tique, ?tait tout sauf r?sistant » C’est en 1939 que le parti communiste avait ?t? interdit par Daladier , ainsi que le journal l’Humanit? pour intelligence avec l’ennemi, ? la suite du pacte de non-agression entre l’Allemagne nazi et l’URSS, pacte qui laissera les mains libre ? l’Allemagne pour envahir l’Europe de l’Ouest, et d?s le pacte le parti communiste adoptera la ligne du parti, avant de se retourner apr?s que le pacte entre les deux puissances soit rompu. Le p?re de Guy Moquet, Prosper Moquet, d?put? communiste en 1939, aurait ?t? arr?t? pour « intelligence avec l’ennemi allemand », il sera jug? et condamn? ? cinq ans de prison. Guy Moquet lui-m?me aurait distribu? des tracts qui ?taient dans la lign?e du parti en 1940, et c’est la raison pour laquelle il sera arr?t? ?galement. Si les Allemands demandent des otages ? fusiller, c’est qu’un soldat allemand a ?t? tu?, par des civils communistes, ce qui leur donne le droit ? cette ?poque de r?clamer des otages, ce qui sera fait. En plus des otages d?sign?s pour ?tre abattus, des civils bretons seront fusill?s. De fait Guy Moquet n’aurait jamais ?t? r?sistant, mais tout au contraire militant pour le respect du pacte et si ? la sortie de la guerre, le parti communiste revendique 70 000 fusill?s, Maurice Druon rappelle dans son livre « La France aux ordres d’un cadavre » qu’il n’y eut que 20 000 fusill?s en tout, sans qu’il ne s’agisse uniquement de communistes. Bien s?r parmi les communistes de l’?poque, les uns ont suivi le parti, mais pas n?cessairement tous. De plus les attentats commis envers les soldats allemands g?n?rent des otages, automatiquement fusill?s, selon les lois de l’?poque, ce qui rend le parti communiste particuli?rement responsable de ces ex?cutions.

Il est donc tout ? fait malvenu que cette lettre soit lue ? tous les lyc?ens, sans un v?ritable enseignement de ce que fut l’Histoire avec ses zones d’ombre. Il suffit de lire Georges Orwell pour se rendre compte de la manipulation de l’URSS durant la guerre, et particuli?rement durant la guerre d’Espagne, dans « Hommage ? la Catalogne » et le dernier chapitre dans la version fran?aise : l’URSS retourne sa veste, et condamne ou aide ? condamner ses alli?s d’hier, combattants sinc?res du mouvement r?publicain… Il est donc un peu hatif de voir en Guy M?quet une victime du patronat fran?ais. Mais peut-?tre apportons-nous trop de conclusions morales ? l’Histoire, pour des ?poques que nous n’avons pas connues… ?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La langue des oiseaux

La langue des oiseaux. Il était une fois un pays prospère au bord de sa ...

8 Commentaire

  1. avatar

    Blaise

    C’est ce même Maurice Druon qui déclarait, en entrevue au Figaro : « C’est une lettre d’un garçon d’à peine dix-sept ans qui va mourir pour son pays. Il n’a d’ailleurs pas été le seul. On m’a récemment envoyé une lettre magnifique écrite pendant la guerre par un jeune homme sur le point d’être fusillé. Pourquoi s’y opposer ? Parce qu’il ne faut pas dire que nous avons été occupés de manière infâme ? Il ne faut pas dire qu’il y avait des résistants qui ont combattu cela ? Ou alors, est-ce contre le gouvernement ? Mais les professeurs sont des employés de l’État et ils doivent faire ce que le gouvernement leur demande ».

    Pierre R.

  2. avatar

    Bonjour,

    Je vous avais fait une longue réponse, et j’ai eu une coupure internet !

    Merci pour ce lien, je ne savais pas qu’il s’était exprimé sur le sujet. Je ne le citais que pour exemple, concernant les fusillés, mais je ne suis pas surpris de ses propos.

    L’année prochaine, cette journée devrait devenir une journée de commémoration pour la résistance.

    Bravo pour votre article sur la France en ce moment, superbement bien écrit, même si je suis pas entièrement d’accord.

    Bien à vous

    Blaise

  3. avatar

    Blaise

    Bien désolé pour cette panne. Rassurez-vous, je ne citais Druon qu’à titre d’information en raison de l’intérêt qu’a suscité chez votre article. Merci de votre commentaire relatif à l’article sur la France.

    Pierre R.

  4. avatar

    «  » » De plus les attentats commis envers les soldats allemands génèrent des otages, automatiquement fusillés, selon les lois de l’époque, ce qui rend le parti communiste particulièrement responsable de ces exécutions. «  » »

    Est ce que c’est moi qui comprends mal, ou est ce que c’est vous qui êtes entrain de dire : c’est les actions de la resistance qui sont responsables des exécutions d’otages ?

  5. avatar

    Bonjour Fares,

    Non, vous comprenez très bien, c’est bien cela. Les armées avaient le droit de fusiller des civils lorsqu’un attentat était commis envers les leurs.

    En fait il y avait plusieurs façons de résister, renseignement, sabotage… Mais le meurtre d’un soldat donnait en effet lieu à ce genre de représaille.

    Certains Historiens disent aussi que si Ouradour Sur Glane a donné lieu à un tel acharnement, c’est lié au fait que tout le village résistait, tout le monde y a été fusillé, bien qu’en fait ils n’aient pas commis d’attentat !

    Mais tuer un soldat allemand en tant que civil, je le répète, équivalait à faire fusiller des otages.

    Ce n’est pas un jugement de valeur sur la résistance que de dire cela.

    Bien cordialement

    Blaise

  6. avatar

    Dire « ce qui rend le parti communiste particulièrement responsable de ces exécutions », je trouve cela particulièrement déplacé. Qui choisi l’identité des otages à fusiller ?
    http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=30631

    Pourquoi ne pas dire : « la droite collaborationniste est particulièrement responsable de ces exécutions » ?

  7. avatar

    Bojour Fares,

    Mais non, c’est parce que le soldat allemand a été tué par des communistes que le parti est responsable, il ne faut pas prendre les choses comme ça…

    La « droite collaborationniste » est une autre histoire. Je n’ai pas trouvé votre article, mais la critique de la droite est encore différente pour cette époque, et ferait appel à un plus long débat. Je devine que vous êtes de gauche et je sais qui a désigné les otages.

    Dans tous les cas je ne souhaite pas faire de politique…

    Puis je toutefois vous inviter à lire un de mes articles ? Le voici :

    Le communisme a vraiment été une des plaies du 20ème siècle, c’est ainsi. c’est une question d’Histoire avant d’être une question de politique.

    Bien cordialement

    Blaise

  8. avatar

    Salut Blaise 🙂

    « Droite collaborationniste » est une expression utilisée dans l’article dont je vous ai donné le lien. Pour y accéder, je pense qu’il faut supprimer l’espace qui précède le ’ ?’.
    Je me permets d’insister un peu : même s’il adopte un ton assez radical, je pense que c’est l’article le plus intéressant que j’ai lu sur ce sujet jusqu’à présent.

    http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=30631

    Votre article est intéressant. Mais je pense que les exactions qui ont été commises en Union Soviétique sont avant tout à mettre sur le compte du culte du chef, indépendamment de la doctrine économique sur laquelle ce culte s’appuie.

    Ca incite à se poser deux questions :

    - est ce que le communisme s’accompagne nécessairement du culte du chef et de son autorité inconstée/incontestable ?

    - est ce que notre système (capitaliste libéral) est une garantie contre une dérive autoritaire qui imposerait le culte du chef ?

    Je ne crois pas… J’ai envie de répondre « non » à l’une comme à l’autre de ces deux questions.