Accueil / A C T U A L I T É / Guerre biologique contre le peuple anglais par son propre gouvernement

Guerre biologique contre le peuple anglais par son propre gouvernement

Guerre biologique contre le peuple anglais par son propre gouvernement

En Novembre 2006, la BBC a diffus? un InsideOut sp?cial de 30 minutes intitul? ??Le secret des nuages??. Cette enqu?te ? Porton Down de 1960 parle des ??attaques?? spray de Norfolk (avec la ville de Norwich comme cible principale). Elle r?v?le aussi une s?rie de d?couvertes r?centes de pulv?risations, men?e dans la r?gion de Bedford Cardington au d?but des ann?es 1960, qui comportait l?utilisation de v?hicules clandestins de pulv?risation sp?cialement convertis.
La population ne se doutaient de rien quand l?Est de l?Angleterre a ?t? pulv?ris? en secret avec les compos?s toxiques au moins 76 fois.
Vid?o.
Voici ?galement sur le m?me sujet un article du 22 avril 2002 paru dans le journal britannique The Guardian:
Des millions d?pens?s dans des tests de?guerre bact?riologique
La plus grande partie de la Grande-Bretagne a ?t? expos?e aux?bact?ries r?pandues pendant des tests secrets
Antony Barnett, r?dacteur d?affaires publiques
Dimanche, le 21 avril 2002
Le Minist?re de la D?fense a transform? de grandes?parties du pays en un laboratoire g?ant pour conduire une?s?rie de tests secrets de guerre bact?riologique sur le?public.

Un rapport gouvernemental r?cemment d?class? fournit?pour la premi?re fois une histoire officielle compl?te des?tests d?armes biologiques de la Grande-Bretagne entre?1940 et 1979. Beaucoup de ces tests ont impliqu? de?r?pandre des produits chimiques potentiellement?dangereux et des micro-organismes sur de vastes pans de?la population sans que le public ne soit avertit.
Pendant que les d?tails de quelques tests secrets ont??merg? ces derni?res ann?es, le rapport de 60 pages?r?v?le de nouvelles informations sur plus de 100?exp?riences class?es secr?tes. Le rapport r?v?le que le?personnel militaire ?tait form? pour dire ? tout ?? enqu?teur?curieux ?? que les tests faisaient partie de projets de?recherche sur le climat et la pollution de l?air. Les tests,?r?alis?s par les scientifiques gouvernementaux ? Porton Down, ont ?t? con?us pour aider le Minist?re de la D?fense?? ?valuer la vuln?rabilit? de la Grande-Bretagne si les?Russes r?pandaient des nuages bact?riologiques mortels?sur le pays.
Dans la plupart des cas, les tests n?ont pas utilis? d?armes?biologiques, mais des alternatives dont les scientifiques?pensaient qu?elles simuleraient une guerre bact?riologique?et que le Minist?re de la D?fense consid?reraient comme?inoffensifs. Mais des familles dans certaines r?gions du?pays ayant des enfants avec les anomalies cong?nitales?demandent une investigation publique.
Un chapitre du rapport, ?les tests de Particules?Fluorescentes?, r?v?le comment entre 1955 et 1963 des?avions vol?rent du nord-est l?Angleterre jusqu?au bout de?Cornwall le long des c?tes sud et ouest, en r?pandant?d??normes quantit?s de sulfure de cadmium de zinc sur la?population. Le produit chimique a d?riv? des miles ??l?int?rieur des terres, sa fluorescence permettant ??l??pandage d??tre localis?. Dans un autre test avec du?sulfure de cadmium de zinc, un g?n?rateur a ?t? remorqu??le long d?une route pr?s de Frome dans Somerset et o? il a?d?vers? le produit chimique pendant une heure. Alors que?le Gouvernement a insist? sur le fait que le produit?chimique ?tait sans danger, le cadmium est reconnu?comme une cause de cancer du poumon et pendant la?Deuxi?me Guerre mondiale a ?t? consid?r? par les Alli?s?comme une arme chimique.
Dans un autre chapitre, ?les Grands Tests d??pandage?r?gionaux?, le Minist?re de la D?fense d?crit comment?entre 1961 et 1968 plus d?un million de personnes le long?de la c?te sud de l?Angleterre, de Torquay jusqu?? New?Forest, ont ?t? expos?es aux bact?ries incluant l?e.coli et le?bacillus globigii, qui imite l?Anthrax. Ces ?pandages?venaient d?un navire militaire, l?Icewhale, ancr? vers la c?te?Dorset, qui a r?pandu les micro-organismes dans un rayon?de 8 ? 16 Km. Le rapport r?v?le aussi des d?tails des tests?de DICE dans le sud de Dors entre 1971 et 1975. Des?scientifiques militaires du Royaume-Uni et des Etats-Unis?impliqu?s r?pandant des quantit?s massives de bact?ries?serratia marcescens par voies a?riennes, avec un substitut?? l?Anthrax et du Ph?nol.
Des bact?ries semblables ont ?t? r?pandues dans ?les Test?de Sabotage? entre 1952 et 1964. Ceux-ci ?taient des tests?pour d?terminer la vuln?rabilit? de grands b?timents?gouvernementaux et de transport public en cas d?attaque.
En 1956 les bact?ries ont ?t? r?pandues dans le M?tro de?Londres ? l?heure du d?jeuner le long de la Ligne du Nord?entre Colliers Wood et Tooting Broadway. Les r?sultats?montrent que les bact?ries ont ?t? dispers?es sur environ?16 Km. Des tests semblables ont ?t? conduits dans les?tunnels passant sous les b?timents gouvernementaux dans?le Whitehall. Les exp?riences conduites entre 1964 et 1973?ont consist? ? joindre des bact?ries aux fils de toiles?d?araign?es dans les bo?tes pour ?valuer comment les?germes survivraient dans de diff?rents environnements.
Ces tests ont ?t? r?alis?s dans une douzaine d?endroits ??travers le pays, incluant l?extr?me Ouest de Londres,?Southampton et Swindon. Le rapport donne aussi des?d?tails de plus d?une douzaine de petits essais sur le?terrain entre 1968 et 1977. Ces derni?res ann?es, le?Minist?re de la D?fense a charg? deux scientifiques de?reconsid?rer la s?curit? de ces tests. Tous les deux ont?d?clar? qu?il n?y avait aucun risque pour la sant? publique,?bien que l?un ait sugg?r? que les personnes ?g?es ou des?personnes souffrant de maladies respiratoires pouvaient?avoir ?t? s?rieusement touch?es s?ils avaient inhal? des?quantit?s importantes de bact?ries. Cependant, certaines?familles dans les r?gions qui ont port? le poids de ces tests?secrets sont convaincues que les exp?riences sont?responsables des maladies cong?nitales, des handicaps?physiques et des difficult?s d?apprentissage de leurs?enfants.
David Orman, un officier militaire de Bournemouth,?demande une enqu?te publique. Sa femme, Janette, est?n?e dans l?Est de Lulworth ? Dorset, pr?s des lieux o??beaucoup de tests furent pratiqu?s. Elle a eut une fausse?couche,et a donn? naissance ensuite ? un fils avec une?infirmit? motrice c?r?brale. Les trois soeurs de Janette,?aussi n?es dans le village pendant que les tests ?taient?r?alis?s, ont donn? naissance aussi ? des enfants avec les?probl?mes inexpliqu?s, tout comme un certain nombre de?leurs voisins. L?autorit? de sant? locale a d?ni? le fait qu?il y?ait une corr?lation, mais Orman pense autrement. Il dit : ?jesuis convaincu que quelque chose de terrible est arriv?. Le?village ?tait une communaut? ?troitement unie et avoir tant?d?anomalies cong?nitales sur un laps de temps si court doit??tre plus qu?une simple co?ncidence.? Les gouvernements?successifs ont essay? de maintenir le secret sur les d?tails?des tests de guerre bact?riologique. Pendant que les?rapports d?un certain nombre de tests ont ?merg? au cours?des ann?es du Bureau des Dossiers Publics, ce dernier?document du Minist?re de la D?fense ? qui a ?t? publi? par?le d?put? de d?mocrate Lib?ral Norman Baker ? donne la?version officielle la plus compl?te ? ce jour des tests de?guerre biologique. Baker a d?clar? : ?je f?licite le fait que le?Gouvernement ait finalement publi? ces renseignements,?mais je me demande pourquoi il a pris autant de temps. Il?est inacceptable que l?on ait trait? le public comme des?cobayes sans qu?ils en aient connaissance et je veux ?tre?s?r de la v?racit? des affirmations du Minist?re de la?D?fense comme quoi ces produits chimiques et bact?ries?utilis?es ?taient sans danger. ?
Le rapport du Minist?re de la D?fense retrace l?historique?de la recherche du Royaume-Uni dans la guerre?bact?riologique comme remontant ? la Deuxi?me Guerre?mondiale quand Porton Down a produit cinq millions de?doses d?alimentations bovines remplis des spores?mortelles d?Anthrax qui auraient ?t? envoy?es en?Allemagne pour tuer leur b?tail. Il donne aussi des d?tails?des inf?mes exp?riences d?Anthrax ? Gruinard sur la c?te??cossaise dont l??le fut si contamin? qu?on ne pouvait plus y?habiter jusqu?? la fin des ann?es 1980.
Le rapport confirme aussi l?utilisation d?Anthrax et d?autres?bact?ries mortelles sur des test ? bord de navires dans les?Cara?bes et la c?te ?cossaise pendant les ann?es 1950.
Les documents d?crivent : ?l?approbation tacite pour les?tests de simulation, o? le public devait ?tre expos?, ?tait?fortement sous l?influence des consid?rations du minist?re?de la d?fense visant ?videmment ? restreindre la?connaissance public. Une des raisons ?voqu?es ?tait le?besoin d??viter l?affolement et l?inqui?tude du public au sujet?de la vuln?rabilit? de la population civile lors d?une attaque?de guerre biologique?.
Sue Ellison, le porte-parole de Porton Down (Porton Down est un parc scientifique militaire), a d?clar? : ?Des rapports?ind?pendants de scientifiques ?minents ont montr? qu?il n?y?avait aucun danger pour la sant? publique de ces tests et??pandages qui ont ?t? r?alis?s pour prot?ger le public.? Elle?a aussi ajout? : ?Les r?sultats de ces test sauveront des?vies, au cas o? le pays ou nos forces feraient face ? une?attaque d?armes chimiques et d?armes biologiques.? A la?question si de tels tests ?taient encore effectu?s, elle a?r?pondu : ?ce n?est pas notre politique de discuter des?recherches en cours.?
antony.barnett@observer.co.uk
Source:?guardian

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

S’endetter, oui, mais pour faire quoi ?

A la suite de Keynes, voilà des années que j’en parle et que j’en détaille ...

4 Commentaire

  1. avatar

    Heureusement que les anglais sont complètement différents des autres humains, et que les autorités anglaises n’ont pas les mêmes priorités que les autorités des autres pays, dont le nôtre.

    Ces faits sont évidemment des situations cocasses « hors normes » qui n’ont absolument pas eu lieu dans d’autres pays.

    Nous savons tous que nos autorités sont là pour nous protéger.

    Tout va très bien Madame la Marquise!

    Amicalement

    Elie l’Artiste