Accueil / A C T U A L I T É / Grave contamination marine au Japon r?v?l?e par Greenpeace

Grave contamination marine au Japon r?v?l?e par Greenpeace

Communiqu? de presse de Greenpeace

Montr?al, le 26 mai 2011 ? Greenpeace r?v?le aujourd?hui les r?sultats des analyses effectu?es sur des ?chantillons marins en provenance de la c?te de Fukushima. Le taux de radioactivit? constat? dans les algues, pourtant pr?lev?es en dehors des eaux territoriales japonaises (? plus de 22 km des c?tes), est 50 fois sup?rieur ? la limite autoris?e.

? Ces r?sultats montrent que la contamination se propage sur de longues distances, et que la radioactivit? ne diminue pas par dilution ou dispersion comme le pr?tendent les autorit?s ?, explique Jan Vande Putte, expert en radiation de Greenpeace International qui a particip? ? l?exp?dition scientifique sur le Rainbow Warrior. ? Le gouvernement a fait une grave erreur en supposant que l’absence de donn?es signifiait qu?il n?y avait pas de probl?me. Le Japon doit maintenant prendre ses responsabilit?s et mettre en place un programme de surveillance global et continu de l’environnement marin et rendre l?information accessible ? tous. ?

L
es Japonais doivent savoir

Le Rainbow Warrior, un des trois navires de Greenpeace, a aussi permis de pr?lever des poissons et des coquillages au large de Fukushima. Ces ?chantillons de vie marine sont eux aussi contamin?s.

? Les niveaux de radioactivit? constat?s sont pour la plupart en dessous de la limite conseill?e. Mais, m?me ainsi, la contamination des aliments est l’une des sources les plus dangereuses d’exposition ? la radioactivit? ?, ajoute Shawn-Patrick Stensil, expert nucl?aire de Greenpeace Canada. ? Les Japonais ont le droit de savoir comment la centrale nucl?aire de Fukushima affecte leur vie afin de pouvoir se prot?ger et prot?ger leurs familles. Les autorit?s japonaises doivent ?tre compl?tement transparentes sur la contamination radioactive. ?

La Suisse annonce la sortie du nucl?aire, statu quo au Canada

Hier le gouvernement suisse a recommand? au parlement de ne pas remplacer les cinq r?acteurs nucl?aires du pays au terme de leur dur?e d?exploitation et de d?velopper les ?nergies renouvelables. La Suisse sera donc sortie du nucl?aire en 2034.

? Apr?s l?Allemagne, c?est la Suisse qui d?cide d?entamer une transition vers un syst?me ?nerg?tique moderne et durable ?, conclut Shawn-Patrick Stensil. ? Le Canada pour qui il n?est pas question de remettre en cause le choix du nucl?aire devrait suivre l?exemple de ces deux pays ?.

Pour de plus amples informatoins, veuillez communiquer avec :
Catherine V?zina, Greenpeace Canada, Communications, 514-212-5749
Shawn-Patrick Stensil, Greenpeace, Expert nucl?aire, Greenpeace, 416-884-7053

Image Flickr par L2F1

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les enseignants saignés

Les enseignants seraient les grands perdants dans la réforme voulue par le gouvernement, basée sur ...