Accueil / A C T U A L I T É / « Grand débat » : Macron se tend un piège !

« Grand débat » : Macron se tend un piège !

L’annonce du Grand débat national, son cadrage par Macron dans sa « Lettre aux Français », et ses modalités d’organisation, rien ne trouve grâce aux yeux des caciques du Rassemblement National, de Debout la France et de la France Insoumise. En ouvrant la voie à cette initiative inédite sous la Ve République, le président vient pourtant de mettre en place un piège potentiellement redoutable pour… lui-même.

Comme l’on pouvait s’y attendre, l’annonce du Grand débat et le texte jupitérien qui l’a accompagné en ce début de semaine sous la forme d’une « Lettre aux Français » ont été accueillis par de nombreuses et virulentes critiques, tant du côté des partis de l’opposition qualifiée de « populiste » par les médias mainstream que dans les rangs des Gilets jaunes les plus radicalisés. Aux accusations d’« enfumage » ou même de « piège à cons » se sont ajoutées des consignes de boycott.

Rien là de très surprenant de la part de personnalités politiques qui, depuis l’émergence des Gilets jaunes, n’ont eu de cesse de tenter de récupérer ce mouvement dans l’espoir de provoquer la chute de Macron ou, à défaut, la dissolution de l’Assemblée nationale. Des espoirs jusque-là déçus et qui risquent d’être ruinés par le lancement de ce Grand débat grâce auquel nos compatriotes vont avoir la possibilité inédite de s’exprimer quasiment sans tabous sur tous les sujets qui leur tiennent à cœur en matière de gouvernance du pays.

Ce boycott a-t-il des chances de fonctionner ? On peut en douter. Hormis le Rassemblement National, Debout La France et La France Insoumise, toutes les formations politiques, du Parti Communiste aux Républicains modérés appellent en effet à participer à cet ample débat démocratique qui est d’ores et déjà observé avec beaucoup de curiosité et d’intérêt dans les autres pays occidentaux. Nombre de Gilets jaunes se déclarent eux-mêmes prêts à déposer leur contribution, et il suffit de prendre connaissance des « doléances » déjà exprimées dans les mairies pour s’en convaincre.

Les participants croient-ils pour autant en la sincérité de Macron et de ses amis ? Non, bien sûr car les Français ne sont pas dupes de la stratégie élyséenne. Celle-ci vise à l’évidence à gagner du temps et à imposer tacitement dans l’opinion publique l’idée que le mouvement des Gilets jaunes n’a plus de légitimité tant que la démarche entreprise n’est pas allée au bout du processus et que des annonces n’auront pas été faites, une fois digérées par l’exécutif les contributions de nos compatriotes.

Dès lors, il est facile de comprendre ceux qui appellent au boycott pour ne pas cautionner une initiative qui, selon eux, ne débouchera sur rien, ou au mieux sur des mesurettes sans rapport avec les légitimes attentes des classes populaires. Mais il est clair qu’on est là sur un procès d’intention. Certes ! les gouvernements successifs ont souvent trompé les Français en leur faisant miroiter la possibilité d’avancées socio-économiques ou institutionnelles, et il n’est pas étonnant qu’une partie d’entre eux puisse réagir comme le « chat échaudé » du proverbe.

En refusant de participer à cet exercice démocratique, nos compatriotes commettraient pourtant une énorme faute stratégique ! Au-delà de la parole libérée que cette démarche induit dans la population, le Grand débat pourrait effectivement devenir une arme redoutable contre l’exécutif. Et, pour peu qu’un large consensus populaire se dégage sur plusieurs points (par exemple l’ISF* et le RIC*), se révéler un piège potentiel pour Macron contraint, du haut de son Olympe, de choisir entre la reddition sur quelques-unes des revendications emblématiques de la France des « oubliés » ou, conformément aux pratiques de l’« ancien monde », le recours à des annonces vides de contenu.

Dans le premier cas, le pays devrait sans trop de difficultés recouvrer son calme, même si le feu ne sera pas totalement éteint sous la cendre, eu égard à la très grande défiance des Français à l’égard de l’exécutif. Dans le deuxième cas, les classes populaires, s’estimant une fois de plus flouées par le gouvernement, pourraient durablement, et de manière beaucoup plus violente que lors des semaines passées, basculer dans une insurrection dont Macron aurait créé les conditions par sa surdité et son aveuglement.

À l’évidence, il y a avec ce Grand débat une chance à saisir par tous ceux qui souffrent. Nul doute à cet égard qu’une part importante des Français s’emparera de ce débat sans tabous ni pathétiques réserves politiciennes pour exprimer des attentes longtemps méprisées et mettre ainsi l’exécutif au pied du mur.

Rappelons-nous Stéphane Hessel. Lorsqu’il a écrit « Indignez-vous ! », tout le monde a applaudi ce texte et salué son auteur. Or, dans le contexte actuel de graves tensions sociales, ce Grand débat est enfin, et sans recours à la violence, l’occasion de verbaliser cette indignation si largement partagée par nos compatriotes, et notamment par ceux de la « ruralité », petites villes comprises, et de la « France périphérique ».

On ne peut sans cesse réclamer d’être entendu et refuser, le moment venu, de s’exprimer lorsque cette possibilité est offerte !

ISF : Impôt de Solidarité sur la Fortune ; RIC : Référendum d’Initiative Citoyenne

Commentaires

commentaires

A propos de Fergus

avatar
Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Check Also

Disparition d’Emiliano Sala : un rapport nébuleux, mais des découvertes explosives (3)

Au fil des recherches, certains incidents survenus dans les environs de la zone footballistique et ...

One comment

  1. avatar

    Il y a un loup dans votre analyse, Fergus : vous commencez en affirmant que le débat est un piège pour Macron, et vous finissez en affirmant que finalement, un débat sans expression de violence sera bénéfique à la nation… et donc aussi à son président. Car le bénéficiaire, au vu de sa prestation de 7 heures est bien Macron… elle a été saluée et applaudie par tous les maires présents…

    Les gilets jaunes, qui ne votent pas et ne sont ps syndiqués pour la majeure partie, se sont fait noyauter partout par des extrémistes de droite comme de gauche, toujours à l’affût pour dénigrer et ne jamais construire de monde nouveau. Comme revendication ils veulent la Lune, tout et son contraire, et sur la Lune des habitués de la manip ont su les conduire.

    Et là dedans, des politiciens des deux bords extrêmes ont monté dans leur train confus: l’extrême droite rompue à la manipulation et à la destruction de l’Etat, revancharde d’un débat où sa chef s’est montrée ridicule et crétine, et même de l’autre coté Mélechon le récupérateur, ou ses sbires : en dernière intervention, celle de Clémentine Hautain, qui hier parlait toujours de « renverser le gouvernement ». La même, il y a quelques semaines, interrogée sur le cas de Maduro n’avait rien trouvé d’illégitime à ce dictateur… Si c’est ça son modèle, pas besoin d’Assemblée en effet !!! Elle souhaite ici un autre Maduro, la coco défroquée ?

    Je plains son papa, en ce moment… lui qui chantait si bien ceci :

    On est de ce pays
    Sans foi ni lieu ni lèvres
    La langue du profit
    Ne fait jamais crédit
    On est de ce pays
    Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige
    Le ciel est toujours gris
    C’est jamais de la vie

    {Refrain:}
    Le ciel n’est jamais clair
    Et Dieu nous parle peu
    Le paradis trop cher
    On est des gens de peu

    On porte les valises
    On porte le chapeau
    On porte la cerise
    Sans toucher au gâteau
    Et ceux qui nous méprisent,
    C’est cousu de fil blanc,
    Attendent la reprise
    Pour nous mettre dedans

    {au Refrain}

    On se paye de mots
    Et c’est monnaie de singe
    Notre cœur en lambeaux
    Tombe toujours de haut
    On se paye de mots
    Mais la récolte est mince
    On donne tout, on donne
    Pas cher de notre peau

    {au Refrain}

    On est de ce pays
    Sans foi ni lieu ni lèvres
    La langue du profit
    Ne fait jamais crédit
    On est de ce pays
    Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige
    On campe jour et nuit
    En pays ennemi

    On se lève aux aurores
    Dans un train de banlieue
    On roule pas sur l’or
    Mais y a plus malheureux
    Ceux qui perdent le nord
    Ceux qui ont de bons yeux
    Peuvent y croire encore
    Et rêver de ciel bleu

    Une chanson que les gilets jaunes auraient dû entonner …

    Avec de tels crétins contre lui, Macron pour encore tenir longtemps… qu’on l’apprécie ou pas.

Répondre à ghostofmomo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.