Accueil / T Y P E S / Articles / Gouvernement Harper contr?l? par M. Ignatieff

Gouvernement Harper contr?l? par M. Ignatieff

Budget F?d?ral 2009-2010 – Un sursis pour le gouvernement Harper

michael ignatieff

Michael Ignatieff a un style moins flamboyant et d?magogique que le nouveau pr?sident Obama mais il est aussi intelligent d’apr?s ses derni?res d?clarations que j’ai ?cout?. Apr?s Bush Junior et Harper le cowboy en culotte courte, voila que la classe politique en Am?rique du Nord se bonifie s?rieusement. Non pas que la masse soit plus intelligente mais elle a probablement compris qu’on met pas n’importe qui au pouvoir juste pour des promesses de baisses d’imp?ts qu’on va payer tr?s cher plus tard.

Avec un nouveau budget teint? plus Lib?ral de cette ?quipe conservateur, le chef lib?ral a remarqu? les progr?s importants du budget par rapport au pr?c?dent mais ne s’est pas g?n? pour souligner les erreurs pr?judiciables du pass?. Il a indique qu’il mettait ce gouvernement sous probation dans un pays ou la population n’est pas habitu? a ce qu’une coalition majoritaire renverse un gouvernement minoritaire comme cela se fait dans plusieurs autres pays. Il a parl? de contr?ler la performance du gouvernement sur ce qu’ils ont propos? plut?t que de proposer et ajouter d’autres amendements. C’est finement jou?. Tel un gestionnaire, il va encadrer cette ?quipe gouvernementale et la renverser si elle est m?diocre comme on peut le pr?voir vu les gaffes qu’elle a d?j? commises. Si les canadiens ?taient davantage habitu?s a des coalitions majoritaires au commande, je trouverai que c’est une perte de temps mais dans le contexte actuel c’est une attente sage. Tel le boa constricteur, il va terminer sa proie lentement ? l’?touffement.

Les journalistes se font parfois les portes voies de la b?tise humaine et il a bien r?pondu presque comme un professeur courtois qui expliquent les choses ? des ?tudiants dissip?s et m?diocres dans leur raisonnement. Il a parl? de philosophie du Parti Lib?ral et de sa volont? de d?faire le gouvernement conservateur. Je suis ? pr?sent davantage fier d’?tre canadien que fran?ais ou am?ricain m?me si je ne partage pas certaines de ses prises de position dans le pass? en mati?re de politique internationale.

Bonne chance Michael et pas de piti? pour les mauvais. Ecrasez-les et ridiculises-les pour qu’ils aient honte de se representer devant des camera de t?l?vision. L’opposition est salutaire dans une d?mocratie mais je souhaite que le parti conservateur selectionne un peu mieux ses ministres et son leader que cette ?quipe de clown qui a des objectifs tres partisans.

article original

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La brume violette de Jimi Hendrix

« La brume violette est tout autour de moi Je ne sais pas si je remonte ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Je pense que ce budget et tout ceux qui l’appui ne comprenne pas réellement ce qui ce passe. Je vais laisser ce professeur en économie vous expliquer pourquoi:

    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=12076

    Canada: Opération «Relance économique», 200 milliards pour les banques

    La face cachée du budget Flaherty

    par Michel Chossudovsky

    Mondialisation.ca, Le 28 janvier 2009
    L’aut’journal

    Les médias ont fait grand cas du déficit de 85 milliards sur cinq ans du budget Flaherty, mais ils ont complètement passé sous silence le montant faramineux de 200 milliards $ (12 pour cent du PIB) prévu dans ce que le gouvernement appelle un « Cadre de financement exceptionnel » pour venir en aide aux institutions financières canadiennes. En soi, ce transfert monétaire auprès des banques est la principale cause du déficit budgétaire et de l’endettement du gouvernement fédéral.

    Déjà, le gouvernement Harper avait débloqué en catimini un premier montant de 25 milliards $ le 10 octobre dernier, puis un autre de 50 milliards le 12 novembre, pour racheter des prêts hypothécaires des institutions financières. Malgré l’importance des montants en jeu, ni les partis d’opposition, ni les médias n’ont crû bon de poser des questions au gouvernement, d’analyser les implications de cette « aide » aux grandes banques canadiennes.

    —————–

    Le gouvernement finance son propre endettement

    Les bénéficiaires du renflouage bancaire sont également les créanciers du gouvernement fédéral. Les banques à charte sont les courtiers de la dette publique fédérale. Elles vendent des bons du Trésor et des obligations au nom du gouvernement. Elles détiennent aussi une portion de la dette publique.

    Ironiquement, les banques prêtent de l’argent au gouvernement fédéral pour financer le plan de sauvetage et grâce à l’argent récolté par la vente d’obligations et de bons du Trésor, le gouvernement finance le plan de sauvetage par le biais de la Société centrale d’hypothèque et de logement. C’est un processus circulaire. Les banques sont à la fois les bénéficiaires du renflouage et les créanciers de l’État. Dans un sens, le gouvernement fédéral finance son propre endettement.

    ———————–

    Les fusions et les acquisitions

    Nous ne sommes pas face à un déficit budgétaire de style keynésien, lequel stimule les investissements et la demande de biens de consommation et mène à une augmentation de la production et de l’emploi.

    Alors que le plan de sauvetage des banques constitue une composante des dépenses publiques, il ne servira pas à relancer l’économie. Le plan de sauvetage est un « cadeau » auprès des banques.

    Les banques à charte canadiennes utiliseront l’argent du renflouage à la fois pour consolider leur position et financer l’acquisition de plusieurs institutions financières américaines « en difficulté ».

    ——————————–

    La déstabilisation de la structure fiscale fédérale

    Il s’agit de la plus sérieuse crise de la dette publique dans l’histoire du Canada.

    Le plan de sauvetage déstabilise la structure fiscale fédérale incluant la péréquation (transferts aux provinces). Il entraîne une montée en flèche du déficit budgétaire, lequel doit être financé aux dépens des contribuables. C’est toute la structure des finances publiques qui en affectée.

    Le renflouage de 200 milliards de dollars sera d’une part financé par l’augmentation de la dette publique et d’autre part par des coupures dans le dépenses incluant les transferts aux provinces.

    On peut s’attendre à un mélange de compressions budgétaires combinées à une hausse de la dette publique. La plupart des catégories de dépenses publiques (excluant la Défense) en seront probablement affectées.

    La structure fiscale fédérale est compromise. La montée en flèche du déficit budgétaire finance le plan de sauvetage bancaire.

  2. avatar

    Bonjour Francois,
    J’ai approuvé hier ton commentaire qui était je ne sais pour quelle raison considérée comme suspect (« pending ») par WordPress ? Les admins de CP semblent parfois en vacances et j’ai demandé des droits admin pour corriger des petits problemes de cet ordre.

    C’est assez complexe le nombre de parametres qui rentrent en jeu. Sur le plan financier, ton économiste a raison d’indiquer mais ils biaisent en oubliant ou ignorant d’autres données. Les banques privées pretent aussi aux entreprises et particuliers. Je connais pas dans le détail le plan financier a part ce que j’en ai lu des médias.

    Le budget était lié a un vote de confiance aussi. Pas évident de gouverner à 3 non plus. Ignatieff a une partie tres délicate à jouer.