Accueil / A C T U A L I T É / George Orwell sur la diff?rence entre patriotisme et nationalisme

George Orwell sur la diff?rence entre patriotisme et nationalisme

Par Spencer Delane (Gen?ve), Mecanopolis

La d?finition de ??patriotisme?? et ??nationalisme?? faite par Xavier Schwitzguebel, lors de notre entretien sur la r?union Bilderberg, n?est pas sans rappeler la distinction que George Orwell faisait entre ces deux termes, juste apr?s la deuxi?me guerre mondiale. Extrait.

??J?entends avant tout par ??nationalisme?? cette fa?on d?imaginer que les hommes peuvent ?tre des objets d?une classification semblable ? celles des insectes, et que des millions ou des dizaines de millions d?entre eux peuvent ainsi ?tre, en bloc et avec une parfaite assurance, ?tiquet?s comme ??bons?? ou ??mauvais??.

Il ne faut pas confondre le nationalisme et patriotisme. Chacun de ces termes est habituellement utilis? de fa?on si impr?cise que toute d?finition s?expose ? la critique, car ils recouvrent en fait des notions distinctes et m?me oppos?es. Par ??patriotisme??, j?entends l?attachement ? un lieu particulier et ? une mani?re de vivre particuli?re, que l?on croit sup?rieur ? tout autre mais qu?on ne songe pas pour autant ? imposer ? qui que ce soit. Le patriotisme est par nature d?fensif, aussi bien militairement que culturellement. En revanche, le nationalisme est indissociable de la soif de pouvoir. Le souci constant de tout nationalisme est de conqu?rir le pouvoir et le prestige, non pour lui m?me mais pour la nation ou l?entit? au profit de laquelle il a choisi de renoncer ? son individualit?. ?

Extrait de Notes sur le nationalisme, George Orwell, Editions de l?Encyclop?die des Nuisances

Publi? sur Mecanopolis avec l?autorisation de l??diteur

Reproduction autoris?e avec indication des sources


Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Introspection et réflexion

  Huis-clos (vidéo) Le printemps comme un curieux pied de nez, se pare de ses plus beaux atours. Depuis quelques jours, les oiseaux retrouvent le droit à une parole tandis que la folie humaine leur avait depuis si longtemps ...