Accueil / A C T U A L I T É / Gentilly II; est-ce vraiment un si gros probl?me!!!

Gentilly II; est-ce vraiment un si gros probl?me!!!

Nous sommes le lendemain de l?assermentation des ministres. Une voix sp?ciale se taille une place, plus importante que jamais, dans notre nouveau gouvernement?; celle du ??d?veloppement ?cologique!!!??.? Ce m?me jour, tombe une d?cision dramatique?:

?Gentilly II sera ??d?class? (ce qui est un terme d?licat pour annoncer sa fermeture).

Il faut dire que Hydro Qu?bec envisage cette ??fermeture?? depuis 2001. On ne peut donc dire que ce fut une d?cision b?cl?e.

Explose alors, ce m?me jour, un branlebas de combat pour ??sauver?? Gentilly II. Suite au ??travail?? des m?dias, la population se divise de plus en plus, encore une fois, sur le sujet. Le sempiternel argument insignifiant, toujours le m?me, est celui de la ??finance??, qui est radot? de fa?on la plus s?rieuse possible par les ??sp?cialistes?? de tout acabit. ?S?ajoutent ? ceux-l?, ceux qui aiment tant faire pleurer les ??m?res lapins??.

On se demande?: Qu?est-ce qui est ??pr?f?rable?? financi?rement? Est-ce de faire la ??r?fection?? ou le ??d?classement?? de Gentilly II? La fermeture fera dispara?tre 800 emplois. Ces pertes d?emploi effaceront des milliers de dollars de l??conomie r?gionale. 800 familles de la r?gion perdront leur moyen de survivre, etc?Comme toujours, on aborde le probl?me sans se servir de sa t?te.

La vraie question ? se poser est?:

EST-CE QUE LE QU?BEC A BESOIN DU NUCL?AIRE POUR FAIRE DE L??LECTRICIT??

C?est l?, la seule question logique possible. De sorte que la seule r?ponse coh?rente est?: NON! NOUS N?EN AVONS PAS BESOIN DU TOUT; SURTOUT PAS AU QU?BEC O? NOUS PRODUISONS D?J? ?UN SURPLUS D??LECTRICIT? HYDROLIQUE!

La question suivante devient?:

COMBIEN DE TEMPS SERA N?CESSAIRE ? LA DISPARITION DES 800 EMPLOIS DE GENTILLY II?

On ne le sait pas vraiment; mais le ??d?classement?? de la centrale fran?aise de Brennilis, ferm?e en 1985, n?est pas encore termin?e. Ce qui indique une dur?e de plus de 27 ans.

C?est donc dire que les disparitions d?emplois ?se feront GRADUELLEMENT au cours des 27 prochaines ann?es. Pertes d?emplois beaucoup moins drastiques que celle d?AVEOS, SHELL ou autres fermetures d?usines qui se font en de?? d?une semaine ? quelques mois.

La troisi?me question qui s?impose est?:

EST-CE QUE LE GOUVERNEMENT EST CAPABLE DE REMPLACER CES EMPLOIS AU FUR ET ? MESURE DE LEUR DISPARITION?

Et la r?ponse ? cette derni?re, est?: si le gouvernement n?est pas capable de remplacer les quelques emplois perdus graduellement ? Gentilly II, comment peut-il affirmer ? chacun des citoyens qu?il peut minimiser, au Qu?bec, l?impact de la crise financi?re qui frappe le monde entier?

Tuons dans l??uf l?argumentation financiere et soyons logique pour une ??cenne?? (sic).

Le co?t de la fermeture de Gentilly II sera autour de 500 millions de dollars. Le co?t de sa r?novation sera d?au moins 2 milliards 500 millions de dollars. La fermeture produit donc une ?conomie de 2 milliards de dollars. Est-il possible de cr?er 800 tr?s bons nouveaux emplois sur 25 ans avec 2 milliards de dollars? Demandez ? Legault si vous le voulez, mais la r?ponse va de soi. De plus, l??lectricit? produite ? Gentilly II co?te plus cher que son prix de vente. Allez M. Legault ?et cie; faites-nous pleurer.

La fermeture de Gentilly II n?est pas du tout une question financi?re; c?est une question ?cologique. Il n?est m?me pas n?cessaire d?encourager la peur de futures catastrophes. Il ne suffit que de constater les faits que l?on retrouve ? toutes les centrales nucl?aires existantes?: AUCUNE n?est vraiment s?curitaire et TOUTES produisent des d?chets radio actifs mortels. C?est d?ailleurs pourquoi les deux tiers des commandes pour cr?er des centrales nucl?aires ont ?t? annul?es depuis 1970. Des pays comme l’Allemagne, la Belgique, la Suisse et Ta?wan, ont annonc? leur sortie du nucl?aire. La Chine a gel? ses projets et l?Italie les a laiss? tomb?. Le Japon a d?cid? d??tre sorti du nucl?aire pour 2030; ainsi de suite. Moi, je veux bien que le Qu?bec abrite une ??soci?t? distincte?? mais il ne faut quand m?me pas ambitionner sur le ??pain b?ni??.

Cette fa?on de produire de l??lectricit? consiste ? se servir de la fission nucl?aire pour produire de la chaleur, qui elle produit de la vapeur d?eau afin d?entrainer la rotation d?un g?n?rateur produisant, finalement, de l??lectricit?. Donc n?importe quoi qui ne produit pas de d?chets mortels, en faisant bouillir de , est mieux que la fission nucl?aire.? L?id?al est de faire tourner le g?n?rateur par d?autres moyens que la fission ou la combustion. Pour l?instant existent le photovolta?que et l??olienne. Des recherches bas?es sur autre chose que le ??rendement financier?commercial? de la production ?lectrique devraient donner des r?sultats ?tonnant au niveau du rendement d?efficacit? suffisante ? l?utilisation individuelle.

Mais sommes-nous pr?t ? ??fabriquer?? ce dont nous avons besoin au lieu d?aller l?acheter ? un fournisseur? Certainement pas selon la psychologie sociale actuelle o? on pr?f?re manger des ??tomates de bois?? venant du Mexique, plut?t que de s?installer deux plants de tomates qu?il faut entretenir dans sa cour.

Nous avons perdu ce go?t d??tre autonomes individuellement. Nous pr?f?rons ?tre ??d?pendants??, c?est plus ??IN??. La seule ??d?pendance?? que nous combattons est la d?pendance au tabac. Pourquoi? Parce que les impacts FINANCIERS du tabagisme, dans une soci?t? o? le syst?me de sant? est GRATUIT, deviennent trop co?teux. C?est de se leurrer que de croire que les autorit?s combattent le tabagisme par altruisme humanitaire; elles le font strictement par ???conomie?? sur les co?ts de la sant?. Quant au co?t de la Sant?, comme le service est GRATUIT, il est ?vident qu?il doit co?ter plus cher; donc il faut travailler ? minimiser les co?ts. C?est l?, la logique ??financi?re??.

La solution devient ?donc de rendre gratuit le syst?me de distribution en ?lectricit?; de sorte qu?on s?efforcera rapidement de mettre en place des moyens pour en faire dispara?tre le co?t.

La GRATUIT? deviendrait alors PAYANTE. Faudrait peut-?tre y r?fl?chir un peu; ?m?me si, au d?part, ?cela n?est qu?une blague.

Andr? Lefebvre

 

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Des neutrinos à la pierre de Rosette

Des neutrinos à la pierre de Rosette : une seconde révolution quantique en vue ? ...

12 Commentaire

  1. avatar

    Et voilà que nous retournons dans l’obscurantisme, gracieuseté des multinationales de la peur comme Greenpeace ou encore de groupe ‘écologiste’ financé par la Ford Foundation et l’industrie pétrolière.
    Ainsi les ‘Friends of the earth’, Les amis de la terre, furent financés dans les années 70 par Robert O.Anderson du Atlantic Richfield Oil Co. alors président du Aspen Institute, et le groupe lança toute la campagne contre le nucléaire en Allemagne fin des années 70; il ne s’agit pas simplement d’une rivalité de l’industrie pétrolière contre le nucléaire, très réelle, mais bien de l’oligarchie anglo-américaine qui depuis la fin des années 60 a adopté une politique anti-développement, incluant la globalisation financière et les politiques du FMI, lança toutes les campagnes contre la supposée surpopulation, surtout dans les pays où les gens n’ont pas la peau blanche bien sûr… Mais pour tout ceux pour qui la vie intéresse, comme je présume tout ‘écologiste’, à moins bien sûr que vous soyez antihumain et partagiez la nouvelle religion environnementale du Prince Philip, le mari de la reine, et oui, c’est lui le fondateur du fameux World Wide Life Fund financé par le Club des 1001, qui inclut tout le gratin des multinationales anglo-américaine comme Shell et des amis en Europe, vous devrez admettre que la première cause de mortalité, le plus grand risques, est des vivre dans la pauvreté et sans énergie.

    Bien sûr, lorsque nous tâcherons d’évaluer rationnellement les risques, de comparer avec les autres formes d’énergies, de simplement connaître ce qu’est la radiations (si à ce seul mot vous frissonnez, vous êtes déjà probablement intoxiqué par les campagnes de peur et vous devriez vous rappelez que rien est à craindre, tout est à comprendre; si je dis ‘mercure’, ‘sélénium’ (qui peut être dans vos imprimantes), personne ne panique, pourtant c’est une substance encore plus toxique que les déchets nucléaires (produites en très petites quantités, autres choses qu’on vous mentionnent jamais), et qui plus est, sont éternelles (et on les retrouves près de chez-vous au centre environnemental de St-Michel à Montréal, en pleine surface…) alors que la toxicité des ‘déchets’ nucléaires disparait avec le temps (et ce n’est pas des millions d’années, car à cette date c’est en deçà de la radioactivité naturelles… et oui, nous vivons dans une soupe de radioactivité et votre banane en contient, mais pas de panique!!! On y revient! Comme on dit, tout est poison, rien n’est poison, seule la dose fait le poison; et on sait exactement à partir de quelle dose de radioactivité a des effets sur la santé : si vous ne savez laquelle, investiguer avant de criez au loup!)

    Lorsque ont est dans le trouble ou en cas de doute, courrez en rond, criez, chahutez et ignorez systématiquement les faits : voilà qui pourraient décrire l’attitude de bien des activistes environnementalistes ou de fanatiques anti-nucléaires; ainsi je n’espère même pas convaincre, ou ne serait-ce que semer un germe d’attitude calme et de recherche rationnelle, c’est peine perdue. Mais, pour ceux qui ne cèdent pas aux sirènes de la peur, du catastrophisme, qui sont curieux de connaître une science fascinante (incluant ses risques, notamment la production de bombe) qui permet de voir à l’intérieur des corps (les rayons X, les scanners dans les hôpitaux, les tests d’iodes : c’est de la radiation et ce que vous ne dit jamais Greenpeace et co, c’est qu’on reçoit plus de radiation dans un hôpital que des centrales nucléaire et des déchets, mais de grâce, ne paniquez pas!!! sert aussi pour vérifier les matériaux d’avions par exemple, pour détecter des fissures), de guérir (traitement de cancer avec des doses très élevé de radiation, stériliser les instruments médicaux…), de connaître notre histoire (les isotopes du carbone 14, radioactif), permet l’exploration spatiale (Curiosity fonctionne grâce à un pile atomique, beaucoup plus fiable qu’un panneau solaire!), à produire de l’énergie massivement et peu cher (et surtout, les centrales d’aujourd’hui, ce n’est pas le nec le plus ultra de la chose… les centrales de 4e génération qui physiquement ne peuvent pas sauter, peuvent produire de la haute température permettant de dessaler l’eau de mer ou encore de générer de l’hydrogène à partir de l’eau), etc.

    J’aimerai d’abord mentionner une irrationalité pure véhiculée par Québec Solidaire (pour lequel parti j’ai néanmoins voté, bien qu’il manque ‘progrès’ à son solidaire…) : il mentionnait dans son programme que pour attaquer le changement climatique, supposément causé par la production du C02 de l’industrie humaine, il proposait, en autres, de fermer la centrale nucléaire… Qu’on soit contre le nucléaire par peur des déchets, explosions, radioactivités, etc. ok. Mais là, c’est vraiment dire n’importe quoi et absolument rien connaître au nucléaire : ça ne produit aucun CO2!!! (et pas plus à la construction que du solaire ou photovoltaïque….). D’ailleurs l’un des pères de l’écologisme, James Lovelock, inventeur du concept ‘Gaia’ repris, hélas, par les nouveaux religieux, défend aujourd’hui à fond le nucléaire pour diminuer l’émission de CO2. On pouvait lire dans le Devoir qu’une coalition sur le changement climatique saluait la fermeture de Gentilly… Obscurantisme…

    «Le coût de sa rénovation sera d’au moins 2 milliards 500 millions de dollars. La fermeture produit donc une économie de 2 milliards de dollars.»

    Pour être honnête, je ne sais pas si l’investissement à Gentilly II vaut la peine (une nouvelle centrale, ou plutôt de la recherche dans les nouveaux types de central serait peut-être mieux; et effectivement, au Qc, nous avons la chance de l’hydro; mais même chose, c’est ridicule de développer l’éolien super subventionné qui nous coute cher pour rien, hydro ne le fait que pour satisfaire le lobby environnementalisme; certains dirons, c’est pour développer nos capacités pour exporter; je dis de même pour le nucléaire! ), mais admettez, que votre argument ici est incomplet. Si je vous dis qu’un barrage hydroélectrique coute au delà de un milliard : direz-vous que si on ne le construit pas, on sauve 1 milliard??? N’importe qui sait qu’il s’agit d’un investissement et que le barrage rapporte de l’argent avec l’énergie produite. Il s’agit donc de faire un calcul entre le cout d’investissement et ce qu’on gagnera avec la production électrique. Pensez-vous qu’on retape la centrale pour rien produire??? Si c’est le cas, effectivement, ça vaut pas la peine. Par contre, si la durée de vie utile est de 20,25 ou 30 ans, il faudra calculer combien d’énergie produite et voir si l’investissement en vaut la chandelle; là vous parlerez sérieusement et ne ferez pas que répéter le type du journal La presse qui se dit immédiatement prêts à faire fonctionner la centrale de Bécancour au gaz… (et je remarquerais qu’une seule centrale utilisant à peine 1 km2 produit entre 2 et 3% de l’électricité du Qc!! Combien d’espace un barrage? J’ai aucun problème avec les barrages, c’est notre principale force! Mais l’équivalent en éolien??? On parle dans le 1500 à 2000 km2; car si environ 600 éoliennes donnent la même puissance, cela est à condition qu’il est du vent 24 sur 24; on parle en générale d’environ le triple, et encore, il faut une production au charbon ou au gaz pour assurer…).

    Bon, pour la finance, ça reste à voir et peut-être que vaut pas la peine. Mais je reviens dans le prochain sur les aspects du nucléaire et des risques qu’il y a, POUR TOUTES LES FORMES d’énergie produite.

  2. avatar

    L’un des trucs classiques des anti-nucléaires, c’est d’analyser le nucléaire ‘en soi’ , sans jamais faire de comparaison avec les autres formes d’énergies et les autres risques (car il y en a beaucoup!!incluant venant de la gentille nature…)… mais pire, c’est de faire jouer toute la gamme des émotions de la peur… ouh ouh ayez peur, des radiations!!!! Radiations mortelles qu’on ne peut ni voir ni sentir… Rien est à craindre tout est à comprendre. Voit-on les microbes et les virus? Non. Il nous faut des instruments pour les apercevoir, de même pour la radiation, nous avons des instruments pour la mesurer et, mieux, on connaît les échelles auxquelles elle est nocive et quand elle est sans problème.

    Radiation :
    Les échelles : l’unité de mesure pour calculer les effets sur la santé humaine est le Sievert.
    La moyenne globale de radioactivité au niveau de la mer est d’environ 2,4 mSv.
    Car plus vous montez haut, plus il y en a (les rayons venants de l’espace).
    D’où vient-elle? En plus de l’espace, il y a les atomes radioactifs naturelles qu’on trouve dans l’environnement, allant du radon au potassium de vos bananes ou encore le carbonne 14 ou l’uranium qu’on retrouve un peu partout en petite quantité (notamment dans le charbon : plus de radiations furent émis dans l’air en brulant du charbon partout sur la planète que toutes les centrales nucléaires; mais ne paniquez pas, les doses de radiations sont inoffensives!) , thorium , etc.(ie qui se désintègre spontanément et on différente intensité : c’est la demi-vie d’un atome : après combien de temps la moitié d’un gramme se désintègre? Plus c’est court, plus la radiation est intense, plus c’est long, moins la radiation est forte. Il y a des atome qui on des demi-vies de quelques secondes, très dangereux pour quelques secondes jusqu’à des milliards d’années, jamais dangereux car très faible la radiation et tous les atomes entre les deux).
    Mais il y d’importante variation au niveau planétaire avec des plages aux Brésil et en Iran ayant plus d’une centaine de mSv (plus que dans les environs de Tchernobyl ou de Fukushima : on attends les antinucléaires pour allez dire à ces populations de quitter des lieux où ils vivres pour des centaines d’années! de même pour fermer tous les hôpitaux… et tous les études montres que non seulement pas plus de cancer, mais moins en général. C’est que le corps humain est constamment bombardé et à des mécanismes de défense pour se reconstruire; s’il est trop bombardé, bien sûr, la défense est surpassée et là, il y a problème.
    Vous trouverez ici les sources de radioactivité que les tous les gens reçoivent :
    http://www.energypulse.net/images/articles/Sutherland3.6.gif
    http://www.energypulse.net/images/articles/Sutherland3.7.gif La radioactivé dans la société (remarquer dans l’échelle les réacteurs et déchets : très bas…)
    Sur la santé : important de savoir que pas la même chose de recevoir une dose rayonnement intense d’un seul coup que la même dose à petite dose sur plus longtemps.

    Sur les déchets, qui n’ont tués personnes jusqu’ici, qui n’a aucune raison de tuer à l’avenir, dont on pourrait, dès aujourd’hui, recycler 95% (les ‘déchets’ sont en fait beaucoup d’énergie non utiliser : même si stupidement on les enterre aujourd’hui, ce sera de l’énergie pour le future!) :
    http://www.polymtl.ca/nucleaire/docs/documents/BAPE_DR_V2.pdf D’un prof de polytechnique, mais bien sûr, c’est un méchant scientifique à la solde du lobby nucléaire qui n’a pour but dans la vie que de tuer tout le monde pour faire de l’argent, c’est bien connue. Contrairement à la propagande médiatique, on sait quoi faire avec les déchets. Et non, on ne peut pas prévoir dans 1 millions d’années, mais ça n’a aucune importance : la radioactivité aura tellement baissé que moindre que la naturelle. De plus, on parle de quantité négligeable : plus de 100 fois moins de déchet que les produits toxiques chimiques (pour la France) aussi nocif pour la santé, mais de cela, tout le monde s’en fou! Pourquoi? E=MC2, si vous ne saviez pas d’où vient, et pourquoi l’énergie nucléaire est si intéressante, c’est que lors de la fission (ou de la fusion, l’avenir), le poids initial est plus grand que le poids final de toutes les constituantes : ie de la matière c’est transformé en énergie!!! 1 g d’Uranium vaut 3 tonnes de charbon : ie c’est 3 millions de fois plus intense! Donc, avec une très petite quantité d’énergie, on produit une grande quantité d’énergie, et par conséquent, très peu de déchet contrairement à ce que la doxa écolo prétend. En fait, en brûlant le charbon, on répand plus d’uranium dans l’atomosphère…
    En anglais : les ‘déchets’ : une mine d’or!
    http://www.energypulse.net/centers/article/article_display.cfm?a_id=724

    Sur la ‘dangerosité’ du nucléaire : qu’en est-il des autres sources d’énergie? Mortelles ou non? Zéro personne est morte du nucléaire en France, pourtant 423 morts du à la rupture du barrage Malpassat en 1959 : doit-on interdire les barrages? Car doit mentionner qu’à Fukushima, c’est plus de 15 000 morst à cause de…. Dame nature, et oui! Zéro ou 1 (employé tombé…) à cause du flanchage des centrales. Et Tchernobyl? 31 directement, plus les cancers, moins de 5000 (et souvent de la thyroide : 90% se soignent) : mais qui veut un Tchernobyl près de chez soi?? Personne! Car contrairement à l’autre légende promut par les obscurantistes, on sait exactement ce qui se passa à Tcherno et la catastrophe, loins d’être imprévisible et le fait d’apprenti frankeinstein jouant avec la Sainte Nature : d’abord, centrale militaire et civile : elle n’avait aucun enceinte de béton, ce qui aurait arrêté l’explosion de vapeur (jamais ce n’est une explosion nucléaire, impossible). Secondo, les autorités, va savoir pourquoi, firent fonctionner la centrale dans un état sous-critique (et ils savaient que c’étaient instable) et résultat ce qui devait arriver. Sans compter bien d’autres problèmes, mais aurait pu être éviter. À Three Miles Islands : l’enceinte fonctionna, zéro mort, zéro problème, sauf une bonne frousse, augmenter par les médias. Japon : catastrophe naturelle : les réacteurs ont même plus résister que prévu! Les six réacteurs ont tenu le coup au tremblement de terre, mais le tsunami est venu en mettre 3 knock out : des moyens techniques possibles auraient pu éviter cela. Mais voilà, quasi zéro mort, n’en déplaise aux fanatiques (mais des morts bien réelles du fait du tsunami, mais ça, on s’en fou, la nature est gentille et si elle décide de tuer, et bien, c’est dieu, il faut la laisser faire, n’est-ce pas?). Qui se rappelle du barrage Banquio en Chine? Personne???? Pourquoi pas une fête annuelle? C’est 171 000 morts (plus que tous les accidents nucléaires et de loin), 11 MILLIONS de personne déplacé en 1975. On interdit les barrages, il y a toujours un risque aussi.

    Alors : les risques par énergie : on peut calculer tous les morts par énergie produite (et oui, le charbon sa tue : son lots de mineurs, les écolos s’en foute, de toute façon, c’est des bouches à nourrir moins, non?), mais aussi par la contamination de l’air. De même le pétrole. Même les éoliennes : on meurt en travaillant, en tombant (c’est pas beaucoup, mais le nucléaire, c’est encore moins!).
    Voici la liste des morts par énergie :
    http://nextbigfuture.com/2011/03/deaths-per-twh-by-energy-source.html
    Oui, la vie est un risque. Ce risque, on peut le mesurer, le calculer. Ensuite, on peut tâcher de réduire autant ce faire que peu les risques (mais en oubliant pas que sans science et industrie, sans énergie et agriculture, l’espérance de vie chute dramatiquement et que c’est en fait le plus gros risque de tous). Alors, le nucléaire si dangereux? Si vous ne parlez pas du risque des autres énergies, vous n’êtes pas sérieux.
    D’accord, c’est pas l’apocalypse prévu des anti-nucléaires, mais quand même, dans le futur, c’est centrale? D’accord, alors poussons pour les réacteurs de 4e génération qui physiquement ne peuvent pas exploser , notamment au thorium : voir ici : http://www.agorapol.net/2012/08/adapter-nucleaire-combustible-thorium.html?spref=tw

    ah oui, pour votre des pays sur le nucléaire: vous dites que la Chine a gelé son programme: revoyez vos infos: si dire cela dans l’immédiat de la castrophe, sont reparti de plus belle, et surtout, font beaucoup de recherche dans les nouveaux types de central: si l’occident mena le progrès scientifique pendant longtemps, voilà que le nouvel obscurentiste anti-science (on lira L’éducation et la vie de Maurice Tubiana) nous fera plonger en arrière… à nos risques et périls…

    Pour en savoir plus :
    Écologiste pour le nucléaire : http://www.ecolo.org/base/basefr.htm
    En anglais :
    http://www.nuclearfaq.ca/ (dans la section Link : tous les sites sur la question, incluant les antinucléairs : vous remarquerez que jamais les ‘anti’ ne donnent des références pour les ‘pro’. D’ailleurs, serait intéressant que quand Radio-Canada ou les journaux appellent un type de Greenpeance, ils invitent en même temps un prof de poly (ou autre institution) pour qu’il y est un vrai débat. Car sinon, disent n’importe quoi et personne pour contredire.

    Pour ceux voulant en savoir plus, des livres :
    http://www.edition-sciences.com/nucleaire.htm , notamment lui:
    http://www.edition-sciences.com/nucleaire-pas-panique.htm

    À ne pas manquer :
    Les 10 plus gros mensonges sur le nucléaire
    http://www.journaliste-enqueteur.com/attachments/File/Crousier_ENPC.pdf
    http://www.journaliste-enqueteur.com/10Mensonges.php

    Et bien d’autres, mais j’ai pas le temps ici!

    Au plaisir des insultes et calomnies!

  3. avatar

    Pour ne m’en tenir qu’à un seul de vos arguments:

    « Il s’agit donc de faire un calcul entre le cout d’investissement et ce qu’on gagnera avec la production électrique. »

    L’électricité produite coûte plus cher que son prix de vente. Il n’est donc pas nécessaire d’échelonner l’étude sur 25 ans. Cela devrait clore le débats. Non?

    Le problème réel est la production de déchets toxiques qui disparaissent souvent on ne sait pas vraiment où. Il faut laisser tomber cette notion d’accepter le « moindre mal ». Il serait temps d’exiger le « bon ».

  4. avatar

    «L’électricité produite coûte plus cher que son prix de vente. Il n’est donc pas nécessaire d’échelonner l’étude sur 25 ans. Cela devrait clore le débats. Non?»
    e.. votre source?
    Et pas claire:
    Il faut échelonner ça sur 25 ans! C’est le même calcul pour n’importe quel barrage!!! Sinon, on ne ferait pas aucun barrage!!! On peut venir à affirmer que coutera plus cher que le prix de vente, si on sait le dit produit de vente et le coût total de l’investissement initial (et les frais de maintenance, etc.).
    Pour déterminer ce coût de vente, il faut: Production total sur le nombre d’annnée (par exemple, si on produit 1000 MWh durant 85% de l’année et qu’on la vend à 0,059$ KWh durant 20,25 ou 30 ans ) – (le coût total de l’investissement initiale+ coût du combustible, + coût de défaire la centrale, qui devrai être fait de toute façon, etc.). Seulement là on peut déterminer si rentable ou non. J’attends vos calculs (ou votre source): moi, j’en ai pas, donc je ne peux rien affirmer. J’imagine qu’hydro a fait quelque études là-dessus: ça serait un bon point de départ. On pourra critiquer leurs chiffres, mais au moins on partira sur du solide et non pas sur des affirmations, jusqu’à maintenant, sans fondement ou sans preuve.

    «Le problème réel est la production de déchets toxiques qui disparaissent souvent on ne sait pas vraiment où. »
    Totalement vrai pour la plupart des déchets industriels comme le mercure, sélénium, plomb, cyanure, etc. (et vous pourrez consulter le document du type de polytechnique et vous découvrirez que nombre de produits toxiques furent enfuient sans aucune précaution en plein milieu de Mtl!!) Par contre, pour les ‘déchets’ (dont on pourrait recycler la majeure partie car il s’agit en fait d’énergie non utilisée) du nucléaire, à tout le moins aux USA, Fr, Canada, Allemagne: c’est l’industrie la plus réglementer de la planète!!! C’est la seule industrie où quand un fusible pète à la centrale, elle doit le diffuser publiquement et toute la meute anti-nucléaire ne manque pas de le diffuser et d’amplifier un problème mineur. Tous les déchets doivent rester constamment sous surveillance, être contrôlé, répertoriées, etc. C’est la seule industrie de la planète soumis à autant de contrôle.
    Vous pouvez, si vous n’avez pas peur, aller demander vous mêmes aux travailleurs de Gentilly (je vous assure, ce ne sont pas des monstres) qu’ils vous expliquent ce qu’ils font avec les déchets nucléaires et comment ils sont traités. Au Canada, ceux en charge: http://www.nwmo.ca/home?language=fr_FR

    Au revoir!

    • avatar

      « En 2005, un responsable de la division nucléaire d’Hydro-Québec affirmait que le coût de production à la centrale de Gentilly-2 s’élevait à 6 cents le kilowatt-heure »

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire_de_Gentilly

      « En cas de panne du réseau électrique, les services auxiliaires de Gentilly-2 doivent être réalimentés en moins de 30 minutes afin de garantir la sûreté de la centrale et de protéger le matériel de production lors de pannes prolongées….Cependant, les deux pannes générales du réseau électrique québécois survenues en 1988 ont démontré que ce scénario était irréaliste. L’alimentation par d’autres centrales hydroélectriques ou thermiques situées à proximité n’offrant pas le niveau de fiabilité requis28, Hydro-Québec a construit une centrale thermique de 381 mégawatts29 à 450 m du coeur de la centrale30, sur un terrain qui a servi à l’entreposage lors de la construction de Gentilly  »

      « Hydro-Québec soutenait que l’électricité produite à Gentilly-2 après la réfection aurait un prix de revient de 7,2 cent le kilowatt-heure  »

      « Deux incidents survenus en juin48 et en août 2011, ont forcé l’exploitant à procéder à la fermeture du réacteur pendant presque quatre mois.

      Une fuite d’eau lourde est survenue le 26 avril 2012 sur le réacteur de Gentilly-2, contaminant deux employés du site ».

      On peut toujours continuer à faire du bla-bla sur le sujet, mais je pense que c’est inutile.

    • avatar

      J’oubliais: le prix de vente est de .05 cent à l’exportation.

  5. avatar
    Carolle Anne Dessureault

    @Lartiste

    Voilà un texte d’une très grande concision qui reflète une saine réalité.

    J’abonde en tous sens à vos propos.

    Merci de ce texte intelligent et pertinent.

    Carolle A. Dessureault

  6. avatar

    Bon! Merci beaucoup!! Voilà qui devient plus concret!

    Bien que j’irai plus pour de nouveau type de central nucléaire, ne serait-ce que pour maintenir les capacités scientifiques et ne pas devenir dépendants dans le temps (si on pense le temps long, est-ce que toutes les rivières seront suffisantes pour une augmentation démographique, je parle de 50-100ans? Nous devrions nous mettre dans les recherches pour les nouvelles centrales 4e génération: non seulement le réacteur ne peut pas physiquement fondre, mais en plus, pas besoin des coûteux appareils de sûreté! et moins de ‘déchet’, déjà très peu produit, , etc.; mieux, nous avions un centre de recherche pour la fusion nucléaire mais Landry le ferma sous la pression du Sierra Club… il préférait les jeux vidéos… ):

    Je prends note: il faut immédiatement qu’hydro-Qc arrête d’acheter l’éolien qui est un vrai gaspille des fonds publiques, puisque paille entre 8,3 sous à 10,5 sous le KiloW. D’autant plus, comme vous le dites, qu’il y a surplus d’électricité… c’est ici, vraiment, la puissance de l’irrationnelle du lobby environnementaliste: on veut du solaire, on veut du vent, qu’importe l’inefficacité de cette techno, reposant sur les aléas du vent et du prix (mais bien sûr, c’est les premier à crier contre les subventions du nucléaire… alors que l’éolien, sans subvention n’existerait et les hauts prix, n’existerait nul part… EDF en France qui paie super cher: il peut le faire seulement parce que les centrales nucléaires une énergie pas cher (d’ailleurs, c’est parmi les prix les moins cher d’Europe, où personne n’a autant d’hydro qu’au Qc) (j’ai rien contre le vent pour de l’appoint, mais en faire l’achat massivement au Qc, c’est ridicule et lamentable…).

    Ah, tient, Hydro voulait construire La Romaine à 10 sous le KW…

  7. avatar

    « Bien que j’irai plus pour de nouveau type de central nucléaire,… »

    Soyez sérieux et dirigez-vous plutôt vers de nouveaux moyens de produire de l’énergie. Ce n’est pas plus difficile.

    « on veut du solaire, on veut du vent, qu’importe l’inefficacité de cette techno,… »

    Évidemment, on peut améliorer la techno du nucléaire mais pas du photovoltaïque et du éolien. Bravo pour la logique.

    « alors que l’éolien, sans subvention n’existerait et les hauts prix, n’existerait nul part… »

    Je pourrais avoir du éolien sur le toit de ma maison accouplé au photovoltaïque et Hydro Québec pourrait vendre tout l’électricité qu’elle veut à …d’autres.

    Sortez de votre dépendance.

    • avatar

      Je pourrais avoir du éolien sur le toit de ma maison accouplé au photovoltaïque. Sans oublier la fusion froide et l’énergie libre qui font un retour dans l’actualité??? Une autre forme de production est à l’étude présentement, il s’agit de l’hydrolienne, grosso-modo se sert de la force des courants marins pour s’alimenter. Le lien de l’article à se sujet ( http://www.politicoglobe.com/?s=hydrolienne)

  8. avatar

    Dépendance? Et quoi, vous fabriquez vous-mêmes vos cellules photovoltaïques et vos éoliennes?? (sinon, vous êtes dépendants des producteurs; mais en plus, vous êtes très dépendant de dame nature..). On peut bien couper son bois derrière chez soi et/ou cultiver son lopin de terre, ça n’empêchera un système politique de pouvoir vous contrôlez ou vous taxez…

    Toute application technologique (reposant sur la faculté créatrice humaine!), a fortiori une multitude comme aujourd’hui, nécessite un bon degré de division du travail impliquant nécessairement une société humaine suffisamment nombreuse où chaque membre profite de la plus grande liberté d’action et plus grande indépendance face aux forces de la nature que lui offre les technologies et l’association des humains, mais bien sûr, il devient ‘dépendant’ de la dite société.

    Exemple: prenons la voiture: j’ai une liberté de déplacement individuel et de vitesse de déplacement sans précédant dans l’histoire: j’ai fait à pied 7 km en 1h15… on voit l’avantage de la voiture. Pourtant, seul au fin fond des bois, je ne pourrais jamais me permette cette liberté individuelle de déplacement: je suis dépendant de la société, non seulement pour l’essence (ou l’électricité, super, aujourd’hui j’ai essayé ma première voiture entièrement électrique!), mais pour tout le réseau routier: je suis donc ‘dépendant’ de la collectivité, de la société. Et tant mieux pour les transports en commun, mais cela ne fait que renforcer mon point!

    Pourtant, il n’existe pas d’état pure de liberté d’hier à demain: ce n’était pas mieux avant: on était dépendant de la nature, laquelle est beaucoup plus impitoyable que ne l’imagine le citadin d’un pays riche ou le fermier ultra hightech en région ou même le valeureux vivant dans les bois (qu’il se coupe réellement des produits de la société: bonne chance! ), notamment grâce à la quantité d’énergie disponible par habitant.
    À la révolution française, c’était une espérance de vie de 25 ans, on mourrait de n’importe qu’elles maladies qu’on considère aujourd’hui bénigne; on souffrait la disette de manière régulière et 1 siècle et demi avant c’était la famine une année sur 4, plus de 80% des gens devaient se consacrer à produire de la nourriture sous peine de mourir de famine; aujourd’hui c’est moins de 3% de la population canadienne, etc. et etc. Jamais on ne vécu, en occident aussi longtemps et aussi bien(et on pourrait faire vivre aussi bien l’Afrique, Am du Sud, etc. si ce n’était des politiques néocoloniales du FMI et co qui explicitement vise le non développement de ces pays) , mais tous sont convaincu qu’il a tellement de pollutions de la méchante société industrielle (alors que plus y a de développement, plus on peut faire propre et mieux gérer les déchets et contaminant et plus on vit longtemps et mieux: je le rappelle: la pauvreté et le non-développement sont les pires catastrophes pour la vie humaine) qu’on meurt plus aujourd’hui… oubliant que les premières causes de cancer sont le tabac, alcool, obésité, trop de soleil, microbes et virus et on estime à 1 à 2 % pour la pollution externe (une ville comme Montréal était autrement plus dangereuse et polluée fin 19e: ie on chauffait au charbon, pas de système de tout à l’égout ni de filtration de l’eau, souvent les toilettes dans la cours avec des épidémies de choléra à répétition, etc.) C’est à dire que la majorité de ces cancers sont le fait de comportement individuel (sans parler des morts excessives des sports extrêmes, de la route, des suicides qui causent bien plus de mort que la pollution, mais on préfère avoir des lunettes déformantes des faits de notre société), mais on préfère accuser la société… et combien d’écologistes (surtout en Californie!!) qui hurlent à entendre des mots comme pesticides, ogm, etc. n’hésitent pas à prendre des drogues les plus nocives pour le corps humain??! (allant de la mari aux LSD et co..), combien d’écolo français n’hésitent pas à prendre des pilules antidépresseurs (record mondial!) ou encore à prendre des substances chimiques comme les pilules anticontraceptives (je n’ai rien contre elle!! je fais simplement souligné que c’est du pure chimique… et en plus, cause des problèmes, notamment dans la tamise à Londres: trop de femmes la prenant, ils se retrouvent de ses substances dans l’eau qui affectent le cycle de reproduction de certains poissons! pas besoin d’interdire, mais vivement de meilleurs système de filtration!).

    Tant mieux si vous pouvez vous produire de l’énergie comme cela; mais si je mets une éolienne sur le toit de mon bloc à Montréal, je vais geler ben raide en hiver (surtout que plus il fait froid, moins il a du vent..). Et pour le solaire, il n’y en aura pas assez pour tout le bloque.. Surtout me coûte moins cher hydro! Mais même si je pouvais me fournir pour ma petite maison: peut-on faire fonctionner une société industrielle avec cela???? Savez-vous combien d’énergie cela nécessite pour fabriquer de l’aluminium? de l’acier? etc., etc.

  9. avatar

    « On peut bien couper son bois derrière chez soi et/ou cultiver son lopin de terre, ça n’empêchera un système politique de pouvoir vous contrôlez ou vous taxez… »

    Et voilà une « dépendance » (taxes) qu’il vous faut contrôler encore plus que la précédente; mais là on change de sujet.

    « À la révolution française, c’était une espérance de vie de 25 ans, on mourrait de n’importe qu’elles maladies qu’on considère aujourd’hui bénigne; on souffrait la disette de manière régulière et 1 siècle et demi avant c’était la famine une année sur 4,… »

    Vous semblez en être convaincu. Par contre, pour moi, c’est un peu différent. Car mes ancêtres, depuis 1689 ont tous vécu au moins jusqu’à 70 ans. Seul mon grand-père est décédé à 59 ans. Vos chiffres viennent de statistiques qui inclus les décès à la naissance, ce qui fausse vos statistiques.

    « Mais même si je pouvais me fournir pour ma petite maison: peut-on faire fonctionner une société industrielle avec cela???? »

    Disons que la société industrielle fonctionne très bien même si vous mâchez vos bouchés de viande vous-mêmes. Elle fonctionne très bien même si vous vous habillez vous-même. Évidemment si la société vous donne un service consistant à mâcher votre nourriture pour vous, ou à vous habiller le matin, vous vous y obligerez pour ne pas empêcher la société industrielle d’alors, de mal fonctionner.

    Je vous comprend donc et vos arguments sont très réfléchis.