Accueil / T Y P E S / Articles / G?niale Artemisia

G?niale Artemisia

Malgr? les r?ticences et les freins culturels, la parit? hommes/femmes est en passe d??tre r?alis?e dans nos soci?t?s occidentales, et cela jusque dans la tr?s frileuse classe politique. Une ?volution qui a pourtant bien du mal ? s?imposer dans les milieux artistiques traditionnels?: peinture, musique et sculpture. S?raphine?de Senlis, l?h?ro?ne ?ponyme du film de Martin Provost sorti en 2008 sur les ?crans, est l? pour t?moigner de la condescendance dont ont toujours souffert les femmes peintres. S?raphine ne fut pas la seule, loin de l?, ? ?tre ?cart?e d?une gloire m?rit?e. Parmi ces oubli?es du panth?on des arts, la g?niale Artemisia?

Artemisia Gentileschi est n?e ? Rome le 8 juillet 1593. Fille du peintre caravagiste toscan Orazio Gentileschi, elle ?tudie la peinture dans l?atelier de son p?re en compagnie de ses fr?res cadets. Tr?s dou?e, la jeune fille r?alise ? 17 ans un premier tableau, Suzanne et les vieillards, qui la place d?embl?e parmi l??lite des peintres de son ?poque. Pas question pour autant d?entrer aux Beaux-Arts?: l?acc?s en est formellement r?serv? aux gar?ons. Orazio confie alors Artemisia au peintre mani?riste Agostino Tassi.

Peu apr?s survient le drame qui va marquer la vie?d?Artemisia?: elle est viol?e par son pr?cepteur. Somm? d??pouser la jeune fille, Tassi promet dans un premier temps puis se d?robe. Orazio Gentileschi saisit le tribunal papal. S?ouvre alors une p?riode difficile pour Artemisia, soumise ? une v?ritable inquisition par les enqu?teurs puis, sept mois plus tard, ? un humiliant examen gyn?cologique durant le proc?s de Tassi. Le violeur est condamn? ? un an de prison puis ? l?exil.

La d?capitation d?Holopherne

Quelques mois plus tard, Artemisia ?pouse, en accord avec son p?re, le peintre Pietro Stiattesi. Ce mariage lui permet de recouvrer dans la soci?t? un statut d?honorabilit? ?corn? par la fl?trissure et le proc?s public.

Artemisia n?en reste pas moins marqu?e par les humiliations et oriente son art, ? la mani?re du Caravage, vers un r?alisme cr? et charg? de violence. En t?moigne notamment sa d?capitation d?Holopherne par Judith de 1613, tableau o? le visage du g?n?ral de Nabuchodonosor n?est autre que celui de? Tassi. Artemisia reprendra d?ailleurs ce th?me en 1621 dans une seconde d?capitation saisissante de r?alisme o? Holopherne retrouve les traits de Tassi tandis qu?Artemisia se repr?sente elle-m?me en Judith.

Durant les ann?es qui suivent, Artemisia vit ? Rome, ? Naples, ? Venise, mais surtout ? Florence, au gr? des commandes ou ? la recherche de lieux o? elle peut exercer son art et en vivre. C?est ? elle que le neveu de Michel-Ange confie la r?alisation d?un tableau destin? ? d?corer le plafond de la salle des peintures de la maison du Ma?tre, le palais Buonarroti. Connue sous l?appellation d?All?gorie de l?Inclination, cette ?uvre met en sc?ne une jeune femme nue munie d?une boussole?; d?une grande beaut?, le mod?le n?est autre qu?Artemisia elle-m?me.

En 1638, s?par?e de son mari, elle accompagne son p?re ? Londres o? elle est re?ue ? la cour de Charles 1er. Malade, Orazio Gentileschi d?c?de l?ann?e suivante. Durant son s?jour en Angleterre, Artemisia r?alise des peintures murales, des plafonds et de nombreux portraits de femmes de l?aristocratie. En 1642, elle quitte l?Angleterre alors que le climat social devient de plus en plus tendu. Peu apr?s ?clate la r?volution (English Civil War) qui vaudra ? Charles 1er d??tre d?capit?.

De retour en Italie, Artemisia s??tablit ? Naples o? elle continue de peindre. Elle meurt en 1653, ? l??ge de 60 ans.

Un injuste oubli

Volontaire, opini?tre, courageuse, Artemisia laisse derri?re elle une ?uvre remarquable, caract?ris?e par un r?alisme en filiation directe de la mani?re du Caravage et de son propre p?re. Au-del? des visages, particuli?rement expressifs, le souci du d?tail est omnipr?sent dans ses tableaux, ? tel point que l?on consid?re le soyeux de ses ?toffes ou l??clat de ses bijoux comme des r?f?rences en la mati?re. Mais ce r?alisme est aussi ? et surtout?? porteur de la r?bellion des femmes devant les injustices de leur condition. En cela, Artemisia s?est montr?e une f?ministe avant l?heure.

H?las?! l?Histoire est injuste et les milieux artistiques terriblement misogynes?: insidieusement, Artemisia est rel?gu?e dans les greniers poussi?reux de la m?moire, comme le sera plus tard chez nous ? mais ? un degr? moindre?? la tr?s grande artiste que fut Elisabeth Vig?e-Lebrun.

Depuis, les choses ont ?volu? et les femmes peintres trouvent peu ? peu leur place dans le panth?on des arts. Mais certainement pas ? l??gal des hommes. Et si Tamara de Lempicka tire son ?pingle du jeu, Adela?de Labille-Guiard, Anne Vallayer-Coster, Berthe Morisot, Rosa Bonheur ou Suzanne Valadon, pour ne citer que celles-l? parmi les plus grandes, restent dans l?ombre de leurs homologues masculins.

Le cin?ma a mis S?raphine de Senlis en lumi?re, mais pour combien de temps?? En 1998, le tr?s beau film Artemisia d?Agn?s Merlet avait ?t? nomm? pour les C?sars de la photographie et des costumes ainsi que pour le Golden Globe du meilleur film ?tranger. Qui se souvient aujourd?hui de ce film et de son sujet?? Bien peu de monde, h?las?! C?est pourquoi il ?tait important de rendre hommage ? cette grande figure de la peinture mais aussi de la condition f?minine que fut Artemisia. Avec une pens?e particuli?re pour le roman que lui a consacr? Alexandra Lapierre et la biographie de Susan Vreeland. Deux livres tr?s diff?rents, la premi?re ayant ax? son propos sur la rivalit? artistique entre Orazio et sa fille tandis que la seconde s?int?ressait avant tout au point de vue f?ministe.

Artemisia, premi?re femme peintre de premier plan de l?Histoire de l?Art. Une vie ? (re)d?couvrir?!

Vid?os?:

Artemisia, film d?Agn?s Merlet, extraits

Artemisia Gentileschi, court-m?trage de Marta Bifano

Galerie de tableaux, Web Gallery of Art

Bibliographie?:

Artemisia, par Alexandra Lapierre, ed. Robert Laffont

La Passion d?Artemisia, par Susan Vreeland, ed. L?Archipel

************************************

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Covid-19 et pathologie immune : problèmes importants pour l’élaboration d’un vaccin efficace

Covid-19 et pathologie immune : problèmes importants pour l’élaboration d’un vaccin efficace   1) La ...

46 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour.

    La tableau qui a été mis en illustration de cet article n’est pas le très violent « Judith décapitant Holopherne », tableau de 1613 conservé aux Offices de Florence, mais le beaucoup plus soft et moins représentatif « Jaël et Sisara », une oeuvre de 1620 conservée au Musée des Beaux-Arts de Budapest.

    Personnellement j’avais fait le choix du premier car peint dès l’âge de 20 ans et plus représentatif de la psychologie d’Artemisa après son viol par Tassi.

  2. avatar

    « mais mon but n’était pas d’apporter une contribution universitaire plus fouillée sur le personnage d’Artemisia Gentileschi, mais de faire connaître cette femme et artiste remarquable »

    Merci pour le partage, je ne la connaissais pas et je suis actuellement en train de faire des recherches sur elle.

    • avatar

      Merci, Saby, d’apporter de l’eau à mon moulin.

      Vous comme moi ne sommes à l’évidence pas nés la culture infuse comme Demian West. Issu d’un milieu rural et tôt sorti de l’école, à 20 ans, je ne connaissais rien (ou presque) en peinture et en musique classique. Je me suis soigné en visitant les expositions et les musées d’une part, en écoutant des milliers de vinyles puis de CD d’autre part. C’est ainsi que j’ai découvert des artistes formidables qu’il me plait de faire connaître à ceux qui n’ont pas eu la chance de les rencontrer dans leur vie.

      Je vous souhaite une très bonne journée.

  3. avatar

    Mr West, pourquoi ne pas écrire des articles vous aussi sur ses femmes hors du commun ? vous avez l’air d’être un puit de science dans le domaine.

  4. avatar

    Tout le monde se rappelle , il y a quelques années la somptueuse gourance d’un prétendu connaisseur .
    Près de 2000 ans d’erreurs, on entend encore les échos des éclats de rire même après plus de 2 ans.

    Ne soyons pas inquiet pour l’aplomb de notre artiste officiel autoproclamé. Il a conservé sa prétention et sa suffisance.

    On comprend qu’il soit venu objecter à l’article de Fergus, qui, lui, est toujours compréhensible et toujours passionnant.

    • avatar

      Un grand merci pour votre soutien, Dailaibil. Cela dit, rassurez-vous, les commentaires de Demian West ne réussiront pas à me déstabiliser ni à me faire dévier de ma démarche.

      Je vous souhaite une excellente journée.

  5. avatar

    Salut Fergus !

    Merci de cet intéressant article qui – il faut y voir une chance – déchaîne les passions et met en lumière cet artiste méconnu. (Y) 🙂

    Bien sûr, je ne connaissais pas du tout Artesmisia qui a pourtant un nom prédestiné pour passer sur Arte.

    Dommage que ce site ait cru bon de censurer l’oeuvre qui illustrait cet article. On se croirait aux temps de l’Inquisition. Le journalisme citoyen façon CentPapiers ou comment redevenir moyenâgeux… (N) 🙁

    • avatar

      Salut, Paul, et merci de la visite et du soutien.

      Pour ce qui est du tableau, il est possible qu’il y ait eu un problème technique, désormais résolu.

      Cordiales salutations.

    • avatar

      @Taverne des poètes.
      Comment ça censurer?
      Je n’ai rien censuré. C’est juste que pressé je n’avais pas mis le « bon » tableau.
      Drôle de censure…
      Bon! Je m’en retourne à ma souffleuse à neige!

  6. avatar

    Manifestement Demian West confond le film « Artemisa » d’Agnès Merlet, diffusé dans des salles d’Art et d’Essais et vu par un nombre (hélas !) peu élevé de spectateurs avec « la vérité si je mens », voire « Bienvenue chez les Ch’tis » !!!

  7. avatar

    @Fergus : encore merci pour les pauvres ignorants que nous sommes 🙂
    Quand à tout ces blablatages de soi-disant artistes à la noix qui zonent dans les galeries ou en rêvent, ils ont une habilité à toujours parler pour ne rien dire, un idiot ne perd jamais son temps, il perd toujours celui des autres, c’est en étant dans le milieu artistique que je l’ai compris.
    Bonne journée à vous !

    • avatar

      Bonjour, Saby.

      Eh oui, ainsi en va-t-il des « pauvres ignorants » que nous sommes lorsqu’ils sont confrontés au « vrai savoir », à la Lumière, devrais-je écrire, d’experts auto-proclamés et suffisants.

      Il n’y a d’aileurs pas que sur les sites internet que de telles personnes manifestent leur supériorité. Ayant un peu peint(mon avatar est une toile que j’ai réalisée en 1999), j’ai été membre, à la demande d’un couple de peintres de mes amis, d’une association finistérienne où se mêlaient amateurs et professionnels. J’ai pu y constater à quel point certains se poussaient du col, au point de tenir des propos d’un incroyable mépris sur les oeuvres de maîtres pourtant reconnus de manière indiscutable. Ainsi va la vie ! J’ai évidemment quitté l’association, imité par mes amis qui, eux, possédaient un talent bien réel mais emprunt d’une saine humilité.

      Merci de votre soutien.
      Cordiales salutations.

  8. avatar

    @ Marc Lafontaine

    Je ne l’autorise pas. Je fais sauter cette information – souvent fausse d’ailleurs, mise pour faire sortir la vraie – aussitôt que je la débusque. Je vais au four; j’étais au moulin.

    V.E

  9. avatar

    A force de courir au four et au moulin, ça crame des deux bords…

  10. avatar

    Bon! Je m’en retourne à ma souffleuse à neige!

  11. avatar

    @PJC Allard : une chance que le monde est monde et qu’il y a le décalage horaire ! Il n’y a que le soir (pour le canada) ou on peut parler entre gens sensés sur CentPapiers, les West and Co Zizistia dorment…pour notre plus grand plaisir.

    • avatar

      @ Saby,
      C’est drôle. J’ai comme pas envie de contredire…
      Je « feel » souffleuse à neige…
      On annonce une tempête pour demain. Je demanderais aux hyper intello de ne pas s’habiller en blanc.
      Ah! Pis oui….
      Je ne « feel » pas contradiction… 😉