Accueil / A C T U A L I T É / Gary Moore a rejoint Phil Lynott? les gar?ons ne redescendront plus en ville

Gary Moore a rejoint Phil Lynott? les gar?ons ne redescendront plus en ville

Retrouv? mort dans sa chambre d?h?tel, ce week-end en Espagne, ? Estepona, Gary Moore rejoint son vieux comp?re Phil Lynott, avec qui il avait pos? sur un superbe maxi ??Out in the Fields??. 25 ans apr?s, ? un mois pr?s, la gueule cass?e du hard-rock pass? ses derni?res ann?es au blues sera regrett?, pour s?r, pour la qualit? de son son de guitare, puissant et m?lodique ? la fois. Mort ? 58 ans, d?une vie d?exc?s, c?est s?r, mais c?est une disparition qui para?t bien trop rapide, ? avoir vu ses derniers concerts, tous empreints de la fougue qui le caract?risait. Sa triple carri?re (il est pass? successivement du rock progressif au hard rock pour finir par du blues) en fait un personnage ? part du rock, c?est ?vident. C??tait aussi ??une gueule??, cet irlandais qui sera pass? par tous les looks possibles ou imaginables (son look impayable dans le clip d?Out in The Fields?!), ballot? par les effets de mode, il avait ? plusieurs reprises commis des albums d?routants, plein d?effets sonores, pour finir par trouver une pl?nitude ?vidente dans un blues anglais dont l?hommage ? la note pr?s qu?il avait offert ? Peter Green est le symbole le plus ?vident. C?est toujours un peu plat de dire qu?on vient de perdre une idole, mais c?est le cas, et ?a fait mal en effet?: ce son l?, lourd, chaud, habit?, avait ma pr?dilection depuis 30 ans maintenant. Comment vous en parler, me suis-je dit?: en vous le faisant ?couter, tout simplement? tous les liens conduisent ? ?a?: ? souhaiter que vous aussi vous allez le regretter.

Je ne peux que le remercier, ce Gary, de m?avoir autant enchant?, et m?avoir fait faire sur Fr?quence Nord, la radio d?centralis?e de Radio-France, de belles ?missions de hard-rock gr?ce ? ses albums?: la premi?re fois que je suis tomb? dessus, c??tait pour l?album ??Corridors of Power??, o? il y avait une version ? tuer de Wishing Well, dont j?adorais l?interpr?tation de Blackfoot. Il le jouera en 1984 en live, avec ses tr?molos guitaristiques dont il avait le secret. Le morceau ?tait d?j? monumental au d?part, il l?avait transcend?, notamment lors de son c?l?bre ??pont??, qui n??tait qu?une rampe de lancement ? ses exploits dans les aigus. Renversant. A l??nergie, habill? encore une fois dans un improbable costume ? la Flash Gordon. Le morceau ?tait d?j? un standard?: c??tait le m?connu Paul Rodgers qui l?avait cr???avec Free, apparu? en 1968 (ici jou? avec Queen comme groupe d?accompagnement, Brian May n??tant pas un manche non plus?!).

La premi?re claque pass?e, il y en avait eu une suivante avec l?album ??Victims of the Future?? de 1983, ou ?tait nich? une vraie perle. ??Empty Rooms??, superbe morceau lyrique, dans lequel beaucoup verront l?un des plus beaux solos de sa carri?re. Servi par une vid?o en noir et blanc, le clip vid?o, aujourd?hui bien surann?, montrait une Gary Moore capable d??crire de fort jolies m?lodies, mais ?galement devenu excellent chanteur. Sur sc?ne, ?a prenait une toute autre dimension, Moore ?tant vraiment fait pour les planches. L?une de ses plus belles interpr?tations de son standard personnel se fera en 89 ? Belfast, en terre irlandaise conquise d?avance. Ou le rus? ?tirera l?intro pour faire saliver davantage son auditoire. Intro magique avant le d?cha?nement des d?cibels, sa marque de fabrique. Il faut admirer ses effets se manche pour obtenir ce vibrato si difficile ? capter?. Une chanson sur la solitude chant?e des centaines de fois devant des spectateurs par milliers, quel beau paradoxe. Moore, ?tait bien devenu chanteur, ayant appris les le?ons d?un Phil Lynott qui s?y connaissait en la chose?: il avait commis les deux plus beaux et surprenants albums solos qu?un hard-rockeur ait pu faire (ceux-ci de vrais bijoux chacun, Solo in Soho et The Phil Lynott Album avec le sensationnel ??Kathleen ? ?crite pour sa fille de 4 ans?!).

A partir de cet album, tous comprendront des joyaux pour amoureux de guitare ?lectrique ? gros son?:?sur le suivant, ??Dirty Fingers??, viendra se nicher la reprise de ??Don?t let be me misunderstood?? (quelle attaque de solo?!), l? aussi reconnaissable d?s le d?but par son intro et que seule ? l??poque une version venue d?allemagne d?Eric Burdon, qui l?avait fait conna?tre, pourra rivaliser (ici aux USA avec Robby Krieger des Doors, en mode reggae).?Puis sortiront ??Run for Cover??, et la reprise d???Empty Rooms??, revu et corrig? et ce?? Out of the Fields?? qui sera une des derni?res associations avec Phil?: quand sort le suivant, ??Wild Frontier??, un de ces tous meilleurs, son comp?re a d?j? ?t? emport? par une overdose. ??Over the hills??, ?tonnant morceau de tradition irlandaise assur?e et assum?e?tournera en boucle sur les radios, comme le titre ?ponyme de l?album, ou figurera une reprise ?tonnante de Friday on my mind, qui en live deviendra apocalyptique. L?album de 89, After the war commencera cependant ? montrer les limites du guitar hero?: Gary Moore l?a bien compris, qui effectue l?ann?e suivante un virage musical ? 90 degr?s (le hard-rock de Led Zep est l?h?ritier direct du blues, ce ne peut ?tre?? 180??!) pour retrouver des racines inavou?es, qu?il ne va plus que rarement quitter?: c?est la p?riode blues, avec le fleuron ??Still Got The Blues?? qui dit bien ce qu?il veut dire. Beaucoup vont d?couvrir un Gary Moore nouveau, qui joue le blues avec une ferveur non dissimul?e?: si ??Still Got The Blues?? est encore de la veine de ??Parisienne Walkays??, sa version d???As Years Go Passing By?? tient la route. Appara?t aussi en fin d?album son premier hommage ? Peter Green?: ce ne se sera pas le dernier. Avec cet album, Moore devient d?embl?e un nouveau roi?: le ??King of the Blues?? ; tout simplement. Une ?ni?me claque pour l?amateur de distorsion et de moulinets. Une section de cuivre digne de Stax pour emballer le tout et c?est gagn??! A Montreux, ce sera une version ? tomber ? genoux. Albert King peut ?tre ravi. Moore saura lui rendre hommage?: en 1990, ? l?Hammersmith, le grand, le tr?s grand Albert verra un Moore d?marrer pareil que lui, avec sa ??petite?? LesPaul face ? l??norme Flying V du ma?tre gaucher?: grand moment de respect mutuel?! En clip, ils s?amuseront beaucoup ? jouer ??Pretty Woman???! Comme sur sc?ne, d?ailleurs... A signaler que la pochette du disque est un r?gal de mise en sc?ne sur les deux c?t?s (les ann?es 60-70 et les ann?es 90 !).

Moore jouera aussi avec deux autres grands?: BBKing, pour un tr?s beau duo sur ??Thrill is Gone??, l?un des plus beaux de l?autre ma?tre et avec Albert King, qu?il croisera ? plusieurs reprises sur sc?ne. Notamment ? Montreux pour une version ? tomber de ??Cold Cold Feeling???: Collins avait un style tr?s d?li?, que Moore ne pouvait qu?admirer. Un style coul? qui n?excluait pas l??nergie, comme le d?montre ce duo sur ??Further Up The Road??, emprunt? ? Clapton (une autre version solo est audible ici). Moore s??tait approch? des plus grands?: tr?s certainement?: il pouvait sans honte s?attaquer aussi ? Hendrix, sans m?me rougir. Sa version de ??Red House?? n?a rien de ridicule, tout au contraire.

La sc?ne, sera aussi le lieu d?expression privil?gi? de Moore, o? il ne cessera de rendre hommage ? son vieil ami disparu, autre tr?s grand m?odiste?: ??Don?t believe a word?? de Lynott est un pur chef-d??uvre, c?est une ?vidence. Avec Phil c??tait d?j? magique (quelle intro de basse?!) m?me avec Snowy White ? la guitare, l?, sous la magie des doigts de Gary, ?a devenait c?leste, cette cavalcade apr?s ce qui est une belle d?claration d?amour, en d?finitive. Sans oublier le morceau f?tiche?: cette ??Parisienne Walkways?? que certains attribueront parfois ? Carlos Santana, tant le style en ?tait d?li?. Magnifique morceau, par l?association d?une telle puissance d?amplification pour une m?lodie somme toute bien classique et sans trop d?imagination?: ce qui compte, c?est l?envol?e ? chaque couplet, cordes bloqu?es et effet larsen assur?. ?a, ou un autre titre phare de Lynott, son hymne des d?buts?:??The Boys Are Back In Town?? (ici avec Scott Gorham). Voire le tout premier ??hit?? de Lynott?: ??Whiskey in the Jar???(avec Eric Bell ou le tr?s beau Black Rose... en forme d?hymne. Sans oublier le ??Still in Love with You??, autre bijou de Lynott, version avec Brian Robertson. Moore adorait la sc?ne et les d?sormais standards du rock?

After Hours r?cidivera la donne Bluesy, avec davantage encore de perles, tout en commen?ant par un ??journ?e froide en enfer? d?un rythme plut?t sountenu?: la section de cuivres est toujours l?. Et la guitare de Gary arrache toujours autant. ??Story of the Blues?? venant ponctuer l?album d?un morceau digne de? Phil Lynott?! ??Separate Ways?? restant sur la m?me veine?: ??Parisienne Walkays?? n?est jamais tr?s loin, mais le morceau de bravoure ? la guitare toujours prenant. Quel touch?, et quelle utilisation de tous les modes, r?glages discrets de micros compris?! C?est certes d?monstratif, mais quel son?! Quand sort Blues Alive, en 1993, l?affaire est conclue?: Gary Moore joue dans la cour des grands du blues. Et commence d?j? beaucoup ? laisser pointer une admiration exclusive pour Peter Green, dont la reprise de ??Jumpin At Shadows?? est pure merveille?! La version originale n?est pas loin. Mais ce n?est pas Green qui l?a sign?e?: c?est le regrett? Duster Benett, bien trop vite disparu?!

On le sentait donc venir, et l?album d?boule en 1995?: c?est ??Blues for Greeny??, en hommage ? Peter Green qu?on tente bien de remonter sur sc?ne mais qui passe plus de temps ? l?h?pital psy que sur les planches?: le LSD l?a ravag?. L?album de Moore est une pure merveille?: il a le m?me son ou presque que Peter Green. Le titre phare, extrait du 45 tours qui avait fait d?coller Peter Green?s Fleetwood Mac, ??Need your love so bad??, est jou? ? l?identique?: parfois, m?me sur sc?ne, on ira lui chercher de v?ritables violons, comme sur la prise originale de Blue Horizon??: l?enregistrement parfait. Le son ? l?identique, audible sur ??Long Grey Mare, notamment. ??Stop Messin Round?? idem?: c?est tr?s tr?s proche du deuxi?me album du Mac?? (celui avec Mike Fleetwood presqu?? poil sur la pochette double). La pi?ce de choix ?tant un magnifique ??If you be my baby??, au son d?intro difficile ? recopier. Tout y passera?: ??i loved another woman??, jou? ? la BBC et qui avait estomaqu? Moore, ce qu?il n?h?sitera pas ? dire au micro, criant son admiration ? qui voulait l?entendre?. un son de cristal, un tempo moyen, de la guitare cisel?e?. fabuleux?! En concert, dans la m?me tourn?e, Moore saluera au passage un autre tr?s grand guitariste?: Duane Allman, avec une belle reprise de ??You don?t love me???.

Les albums suivants seront plus d?cevants, Moore revenant dans ??Dark Days in Paradise?? et ??A Different Beat?? ? ses vieux amours du hard, o? les synth?s ou la batterie ?lectronique feront anachroniques. ??Scars??, en 2002 fera un peu mieux?; mais ??Power of The Blues?? de 2004 remettra les choses en place. Il se hasardera alors ? reprendre un ??I can?t quit you baby?? qui nous plongera dans l??poque du premier album de Led Zeppelin. Le ??Why?i Play the Blues for You ? ?tant du pur Moore, entre ballade et blues?: le tempo ?tant marqu? par une batterie moins lourde que de coutume. La recette marchera davantage avec ??Old New Ballads Blues???. avec une reprise ? tomber de All Your Love?: ? Montreux, en 2009, ce sera d?mentiel comme reprise. Moore est au sommet de son art cette ann?e l?. L?intro de l?album ? elle seule valant le d?tour, ? jouer avec la st?r?o comme on n?ose plus le faire?. Puis il y aura l?album du renouveau?: ??Close as You Get??, l?un de ses tous meilleurs, avec une prise de son ? la hauteur de son talent. La surprise ?tant la reprise muscl?e de ??Thirty Days??? de Chuck Berry, jou?e sur un tempo d?enfer. L?album commen?ant par du lourd...?? If The Devil Made Whisky??, pas vraiment une chanson f?ministe? mais Moore est ? la slide, cette fois. Le ??EyeSight to the Blind?? ?tant l?inverse de la pr?c?dente?: sa nana pouvant redonner la vue ? un aveugle?: le langage m?me du blues, son essence m?me. Le dernier en date de 2008 ?tant ??Bad for you baby??, avec toujours des reprises? dont ??Walkin thru the Park??, et une incursion dans le R&B r?ussie avec ??Holding?On??. Le morceau de bravoure ?tant un blues lent, ??Did You Ever Feel Lonely??. Trouble Ain?t Far Behind n??tant pas en reste. Le dernier morceau de Moore ?tant un blues de facture traditionnelle, ? la guitare s?che (??Picture on The Wall??)?: tout un symbole.

Une belle carri?re, dont il est difficile de choisir un disque. Pour ma part, je passe souvent en boucle chez moi un coffret assez fabuleux de 5 CDs, enregistr? sur plusieurs ann?es ? Montreux, dont je vous ai truff? cet hommage. L?album, paru en juin 2009, est ici?:

http://www.gibson.com/Files/aaFeatu?

http://musique.fnac.com/a2674634/Ga?

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Non aux OGM déguisés !

Grâce à une campagne de longue haleine menée par Greenpeace et d’autres organisations il y ...

One comment

  1. avatar

    Bonjour à tous,

    Désolé trés prenant ce Festival du Court Métrage, nous rentrons tard, certaines prises de vues seront éliminées mais en l’instant du live, voici les derniers clichés mits en ligne ce jour.
    http://www.panda-france.net/filmfest_2011/2011/gallery3/

    Le Panda

    Patrick Juan

    😀 (G)