Accueil / A C T U A L I T É / Freud n?est pas mort ? h?las
Yan Barcelo, 8 mai 2010 Une nouvelle controverse est apparue en France autour de la mort de Freud, mort ? annonc?e ? par la parution du livre du philosophe Michel Onfray, ?Le cr?puscule d?une idole : l?affabulation de Freud ?. Dans cet ouvrage, que je n?ai pas lu, l?auteur fait une critique de Freud sur [...]

Freud n?est pas mort ? h?las

DownloadedFileYan Barcelo, 8 mai 2010

Une nouvelle controverse est apparue en France autour de la mort de Freud, mort ? annonc?e ? par la parution du livre du philosophe Michel Onfray, ?Le cr?puscule d?une idole : l?affabulation de Freud ?. Dans cet ouvrage, que je n?ai pas lu, l?auteur fait une critique de Freud sur trois plans, dont voici un r?sum? tir? du magazine L?Express :
En premier lieu, Freud aurait eu un comportement malhonn?te. En deuxi?me lieu, sa th?rapie n?a pas fait ses preuves. Progressiste ou r?volutionnaire, Freud ? En aucun cas, objecte Michel Onfray, qui tient ? le mettre ?galement en cause sous l?angle politique. C??tait un fieff? conservateur, gardien des bonnes moeurs et partisan de r?gimes autoritaires.
Dans les milieux intellectuels en Am?rique du Nord, surtout aux ?tats-Unis, voici belle lurette que Freud a ?t? enterr?, terrass? par les attaques d?un grand nombre de critiques. On peut donc s??tonner que la France ne fasse que commencer ? prononcer ses obs?ques. Car, apr?s les ?lucubrations d?un Lacan qui ont hypnotis? toute la g?n?ration intellectuelle du post-modernisme, Freud et la psychanalyse occupent une place consid?rable dans l?espace intellectuel fran?ais.
Je r?p?te que je n?ai pas lu le livre d?Onfray, mais il me semble faire une attaque qui ne touche qu?? la p?riph?rie de Freud : le p?re de la psychanalyse est un charlatan, un shaman en habits scientifiques; sa th?rapie n?a aucune efficacit? av?r?e; et il est un conservateur misogyne crasse.
J?ai fait une partie de ma th?se de doctorat en philosophie sur Freud, en me concentrant sur ce que je crois ?tre l?essentiel de ses ?crits : son livre Cinq Psychanalyses. C?est ici que Freud nous livre ? la fois sa ? science ?, sa m?thode et sa fa?on de les op?rer.
Or, ma proposition pour d?boulonner Freud est plus simple et directe que celle d?Onfray. Peu m?importe l?homme Freud, peu m?importe sa ? saveur ? th?rapeutique, si on s??tait occup? de simplement lire les ?crits de Freud, on aurait constat? qu?il s?agit d?un immense canular scientifique, et d?une superbe r?alisation de fiction litt?raire. Dans ma th?se je me suis concentr? sur sa ? fameuse ? psychanalyse de ? l?homme aux rats ?. Voici ce qu?on peut en r?sumer :
Le concept d?inconscient que Freud dit avoir ? d?couvert ? est une pure fabrication fictive. Son propos est que l?inconscient est un complexe d?images-mots-affects qui ? irradie ? dans la sph?re consciente, ? distance, pour d?router celle-ci. Le point de d?part de ce complexe tient toujours ? une sc?ne de traumatisme originelle ayant un contenu sexuel quelconque. Dans le cas de l?homme aux rats, il s?agit d?un moment o? le p?re aurait s?v?rement ch?ti? le patient au moment o? celui-ci s?adonnait ? quelque m?fait d?ordre masturbatoire (? 6 ans !), ?pisode dont le patient ne se rappelle jamais lui-m?me et qu?il tient de souvenirs racont?s par sa m?re ? qui assignait l??pisode ? l??poque o? le patient avait 3 ou 4 ans?
? travers un montage extraordinairement touffu et farfelu de mots et de glissements de sens d?un mot ? l?autre, d?une image psychique ? l?autre, cette sc?ne primordiale agissait, selon Freud, dans la sph?re consciente de l?homme aux rats totalement ? son insu pour lui infliger une n?vrose en bonne et due forme. Or, en lisant bien le texte de Freud, on constate quelques donn?es tr?s malcommodes : a) ? aucun moment, la sc?ne traumatisante primordiale ? l?origine inconsciente de la n?vrose, ne parvient-elle ? la m?moire du patient; celui-ci, ? aucun moment, n?en a la rem?moration. b) Freud s?acharne avec une insistance tr?s peu scientifique ? rep?rer cette sc?ne primordiale dans les souvenirs de son patient, pourtant ce souvenir ne se mat?rialise jamais. c) Bref, l?inconscient si essentiel ? la th?orie freudienne, de m?me que la mati?re sexuelle qui le compose, sont de pures fabrications de la part de Freud. Jamais ? jamais! ? un quelconque contenu inconscient que Freud tente d?sesp?r?ment de lire dans le psychisme de son patient, et dont Freud a cruellement besoin pour ? fonder ? sa th?orie, ne se d?voile-t-il. d) Ces constations tiennent pour les quatre autres psychanalyses du livre de Freud qui, toutes, op?rent selon le m?me sch?ma.
Bref, les deux concepts fondateurs du freudisme (l?inconscient et lorigine sexuelle des traumatismes)sont des impostures ou, plus pr?cis?ment, des fabulations.
Par ailleurs, Freud r?clame la paternit? conceptuelle d?une foule de m?canismes qu?il attribue ? l?inconscient et qu?il dit ?tre de nature ? ?nerg?tique ?. En fait, ces m?canismes (d?placement, transfert, sublimation, etc.) sont les m?canismes m?me du psychisme conscient. Pourquoi cr?er du ? myst?re ? l? o? il n?y en a pas et assigner ? un concept tr?s fumeux ? d?inconscient ? toute une m?canique qu?on ne saurait en aucun lieu lui assigner puisqu?on ne le rencontre jamais. (Notez que je ne nie pas l?existence l?gitime d?inconscient, mais il s?agit d?une dimension autrement plus vaste que le petit concept ?triqu? que Freud met de l?avant).
Certes, en cherchant un peu, on peut assigner quelques originalit?s ? Freud, par exemple, sa d?couverte de la sexualit? infantile. Mais l? encore, il impr?gne ? un ph?nom?ne mieux identifi? sous le nom d??rotisme infantile son obsession sexuelle particuli?re.
Finalement, je caract?rise Freud comme un pygm?e intellectuel et scientifique dont le cadavre a ?t? pour moi enterr? il y a belle lurette. Mais il y a deux questions-cl? que soul?ve le ? ph?nom?ne Freud ? : pourquoi cette fable freudienne a-t-elle eu une telle faveur, dont l?ampleur est inversement proportionnelle ? la richesse scientifique de ses ?lucubrations? Et surtout, pourquoi les concepts et les id?es freudiennes continuent-elles d?op?rer encore ? notre ?poque encore, m?me si le corpus th?orique de Freud a ?t? si abondamment d?savou?. Car les id?es de Freud ont impr?gn? tous les niveaux de notre organisation sociale et continue d?y op?rer d?une fa?on invisible et souterraine. Quelles sont ces influences encore si virulentes?
Ce sont des questions auxquelles je tenterai de r?pondre la semaine prochaine. Entre temps, j?invite les r?ponses et les propositions de ceux qui me liront.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Contrôle routier inopiné

Il est bien loin le temps où un gendarme qui arrêtait un véhicule, gratifiait ses ...