Accueil / T Y P E S / Articles / France : majorit? pr?sidentielle, l’?clatement attendu de l’UMP

France : majorit? pr?sidentielle, l’?clatement attendu de l’UMP

Ce matin vers 9 heure 30, c’est au Sofitel Saint-Jacques de Paris, que l’ancien Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin a lanc? la nouvelle. Un nouvelle qui va bouleverser le paysage politique fran?ais.

Entour? des anciens ministres Pierre M?haignerie, vice-pr?sident de l’UMP comme lui et pr?sident de la Commission des affaires ?conomiques ? l’Assembl?e Nationale, et de Fran?ois Goulard, d?put?-maire de Vannes, Jean-Pierre Raffarin a annonc? la cr?ation d’un nouveau parti, l’Union des D?mocrates Populaires (UDP).

La conf?rence de presse de Jean-Pierre Raffarin

Fort du soutien de plusieurs dizaines de d?put?s et de s?nateurs, Jean-Pierre Raffarin a expliqu? qu’il ?tait difficile, pour de nombreux parlementaires de la majorit?, de travailler au sein de l’UMP enti?rement vou?e ? la promotion exclusive du Pr?sident Nicolas Sarkozy.

Jean-Pierre Raffarin a lu devant la presse la chartre commune de l’UDP qui aura vocation ? servir de point de d?part pour un congr?s fondateur pr?vu ? l’automne 2008.

D’une part, l’UDP se d?fend d’?tre dans l’opposition, mais revendique le pluralisme de la majorit? pr?sidentielle.

Confirmant donc clairement son soutien au gouvernement de Fran?ois Fillon, l’UDP r?affirme une loyaut? sans faille ? Nicolas Sarkozy mais avec l’autonomie d’action demand?e par de nombreux parlementaires.

Cette loyaut? sera aussi pleinement en action lors des prochaines ?ch?ances ?lectorales avec une alliance d?s le premier tour avec l’UMP sauf dans les cas o? une primaire n’engagerait aucun risque ? la majorit? pr?sidentielle. L’UDP souhaite notamment des listes communes aux europ?ennes et aux r?gionales qui auront lieu en 2009 et 2010.

D’autre part, surfant sur l’impopularit? de Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Raffarin a justifi? ce d?part de l’UMP par de nouvelles circonstances, tr?s diff?rentes du contexte d’avril 2002 qui avaient vu Jean-Marie Le Pen acc?der au second tour de l’?lection pr?sidentielle.

« D?sormais, le Front National est en mort clinique, et un visage multiforme de la majorit? pr?sidentielle n’est plus un danger ?lectoral pour la d?mocratie » a expliqu? l’ancien Premier Ministre qui a ?galement ajout? que « le MoDem n’est plus non plus une menace pour la majorit? » apr?s les nombreuses d?faites (Paris, Lyon, Marseille, Pau…) que le parti de Fran?ois Bayrou a subies aux municipales de mars 2008.

Soutenu officiellement par l’ancien Pr?sident du S?nat Ren? Monory, ce nouveau parti a pour ambition de replacer les r?formes pr?sidentielles dans un cadre plus social.

Cependant, Jean-Pierre Raffarin a insist? sur deux points : qu’il ne s’agissait pas de ressusciter l’archa?que clivage UDF-RPR des ann?es 1980-1990, ?tant donn? que son initiative ?tait aussi soutenue par d’anciens RPR, ni de maintenir un clivage entre jupp?istes ou villepinistes contre sarkozystes, ?galement anachronique depuis l’?lection de Nicolas Sarkozy.

Jean-Pierre Raffarin a d’ailleurs confirm? avoir re?u un mot d’encouragement de la part de l’ancien Pr?sident de la R?publique Jacques Chirac ainsi que de ses anciens Premiers Ministres Alain Jupp? et Dominique de Villepin, m?me si ces deux derniers n’ont aucune pr?tention ? reprendre une action nationale.

En effet, Dominique de Villepin, qui reste encore mis en examen dans l’affaire Clearstream, a clairement laiss? entendre qu’il ne souhaitait pas « rentrer dans la politique politicienne » mais qu’il avait « mal pour son pays » et Alain Jupp?, dont la confortable r??lection ? Bordeaux d?s le premier tour, a indiqu? qu’il resterait « exclusivement au service des Bordelais » m?me s’il ?tait « un observateur ?clair? de la vie politique nationale ».

Provisoirement, Jean-Pierre Raffarin devient donc le pr?sident de cette nouvelle structure, Pierre M?haignerie son secr?taire g?n?ral et Fran?ois Goulard, qui avait depuis plusieurs semaines travaill? en ce sens, devrait prendre la pr?sidence du nouveau groupe UDP ? l’Assembl?e Nationale. Raffarin a ?galement annonc? qu’il ne pr?siderait pas l’UDP apr?s son congr?s fondateur.

Commentaires

Issu du Parti R?publicain et des Jeunes Giscardiens, Jean-Pierre Raffarin a ce matin os? franchir le Rubicon.

Et pour cela, il a multipli? les clins d’œil ? ses anciens comp?res de l’UDF et m?me du MoDem, ne serait-ce que par le lieu, o? se tenaient habituellement, il y a une dizaine d’ann?es, les conseils nationaux de l’UDF, ou par l’appellation, qui reprend non seulement le ‘populaire’ de l’UMP et du PPE (Partit Populaire Europ?en regroupant entre autres la CDU allemande et les Conservateurs britanniques), mais aussi celui de ‘d?mocrates populaires’ contenu dans le tr?s ancien PDP (parti d?mocrate-chr?tien d’avant-guerre), anc?tre du MRP puis du Centre d?mocrate de Jean Lecanuet et enfin du Centre des d?mocrates sociaux pr?sid? par… Pierre M?haignerie de 1982 ? 1994 (auquel avait succ?d? Fran?ois Bayrou).

D’apr?s les premiers d?comptes de Fran?ois Goulard et Pierre M?haignerie, 36 d?put?s UMP ont d?cid? de franchir le pas, ce qui va avoir un effet d?sastreux pour l’UMP qui perdrait ainsi sa majorit? absolue ? l’Assembl?e Nationale (281 au lieu des 289 pour la majorit? absolue).

C’?tait ce travail souterrain pour convaincre les parlementaires UMP qui a n?cessit? tant de mois, mais qui a connu le succ?s gr?ce en partie ? la d?faite ?lectorale de l’UMP aux derni?res municipales et cantonales et ? l’impopularit? de Nicolas Sarkozy qui est devenu donc moins invincible.

D?j? le 21 mars 2008, 20 d?put?s UMP men?s par Pierre M?haignerie avaient publi? une tribune de d?fiance aux ?chos en ?crivant : « Nous soutenons la volont? de r?forme du gouvernement, mais nous restons tr?s vigilants vis-?-vis du contenu des r?formes, qui ne peuvent se faire sans esprit de justice. » et : « Trouver le bon ?quilibre en deux exigences : plus d’efficacit? et davantage de justice » [NB : efficacit? ?conomie et justice sociale, ce sont les deux dadas de Pierre M?haignerie depuis trente ans !].

Un groupe UDP devrait ?galement voir le jour au S?nat o? Jean-Pierre Raffarin continue d’avoir de grandes ambitions, m?me si la situation est encore assez confuse.

Deux ministres actuels ont os? approuver Jean-Pierre Raffarin : le Secr?taire d’?tat charg? des Transports Dominique Bussereau, ami de longue date, et le Secr?taire d’?tat charg? du Commerce Herv? Novelli. La Ministre de l’Int?rieur Mich?le Alliot-Marie serait pr?te ? faire le pas et son compagnon Patrick Ollier (ancien Pr?sident de l’Assembl?e Nationale) l’a d?j? fait.

Parmi les parlementaires qui ont adh?r? ? la d?marche, on peut citer entre autres le maire de Troyes Fran?ois Baroin (ancien Ministre de l’Int?rieur), l’ancien Ministre des Entreprises Renaud Dutreil (qui a compl?tement ?chou? ? Reims), l’ancien Ministre des Affaires ?trang?res Herv? de Charrette, l’ancien Ministre de la Justice Pascal Cl?ment (battu aux cantonales, pourtant pr?sident de conseil g?n?ral sortant), ainsi que le d?put? Lo?c Bouvard (Morbihan), le d?put?-maire de Vienne Jacques R?millet, ainsi qu’un autre d?put? is?rois, Georges Colombier, le ‘troisi?me d?put? MoDem’ Thierry Beno?t (Ille-et-Vilaine), et l’ancien ‘dissident’ souverainiste Nicolas Dupont-Aignan (d?put? de l’Essonne).

Le d?put? de Nancy Laurent H?nart (ancien secr?taire d’?tat) est ?galement de la partie, alors qu’il sera le probable successeur de Jean-Louis Borloo ? la t?te du Parti radical valoisien, ce dernier ayant cependant critiqu? l’id?e d’une « d?sunion dans une p?riode o? il faut rassembler ». Sa coll?gue nanc?ienne Val?rie Rosso-Debord l’a ?galement suivi malgr? la mission que lui a confi?e le Ministre du Travail Xavier Bertrand.

En revanche, initialement approch?s, l’ancien ministre Herv? Mariton (villepiniste), et les d?put?s Marc-Philippe Daubresse et Bruno Le Maire (ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin) ont refus? de participer ? cette aventure, pr?f?rant inaugurer leurs nouvelles responsabilit?s au sein de l’UMP.

Dans les parlementaires de la premi?re heure, il y a aussi la s?natrice Fabienne Keller, ancienne maire de Strasbourg (largement battue en mars 2008).

Parmi les non-parlementaires, cette initiative a ?t? approuv?e par l’ancien ministre et ancien maire d’Amiens Gilles de Robien ainsi que par l’ancien d?put?-maire de Rouen Pierre Albertini, l’ancien maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, l’ancien maire d’Angoul?me Philippe Mottet, l’ancien d?put?-maire de Pac? Philippe Rouault (Ille-et-Vilaine), l’ancien d?put? grenoblois Richard Cazenave et le conseiller municipal de Grenoble Matthieu Chamussy (ces deux derniers voyant dans la cr?ation de l’UDP un ?chappatoire ? Alain Carignon qui contr?le l’UMP de l’Is?re).

Ce qui a fait dire perfidement au secr?taire g?n?ral de l’UMP Patrick Devedjian que « l’UDP [?tait] le rassemblement des ex- et des anciens notables ». ajoutant qu’il ne manquerait plus que Philippe Douste-Blazy pour que tout le monde soit au complet.

Dans les coulisses…

Cette conf?rence de presse a fait appel donc ? un peu d’audace de la part de quelques responsables UMP.

Mais apparemment, ce qui a ?t? l’?l?ment d?clencheur fut le discret encouragement du Premier Ministre Fran?ois Fillon qui a ?t? tr?s en col?re de la r?organisation de l’UMP r?alis?e le 28 mars 2008 avec l’arriv?e, pour ?pauler Patrick Devedjian, des ministres Nathalie Kosciusko-Morizet et Xavier Bertrand, ce dernier ?tant le v?ritable rival de Fran?ois Fillon.

Officiellement, Fran?ois Fillon a ?videmment condamn? dans un communiqu? « toute tentative de d?sunion de la majorit? » mais a souhait? que « les amiti?s et la loyaut? restent pr?sentes » pour poursuivre les grandes r?formes pr?sidentielles.

Un autre ?l?ment a favoris? ?galement la dissidence : Jean-Pierre Raffarin a eu la confirmation que Nicolas Sarkozy ne souhaitait pas son ?lection ? la Pr?sidence du S?nat et qu’il ferait tout pour lui faire barrage par un soutien massif soit ? Jean-Claude Gaudin, r??lu laborieusement maire de Marseille, soit ? G?rard Larcher qui se pr?pare au poste depuis un an.

La cr?ation de l’UDP permettrait de cr?er un groupe au S?nat (ce qui n’est pas encore acquis) qui pourrait renforcer la position de Jean-Pierre Raffarin face ? d’autres rivaux pour la succession de Christian Poncelet.

R?actions

Toute la matin?e, de nombreuses r?actions se sont fait conna?tre surtout ? droite et au centre de l’?chiquier politique.

Pour Fran?ois Bayrou, pr?sident du MoDem , la cr?ation de l’UDP montre ? l’?vidence qu’il avait raison d?s f?vrier 2002 lorsqu’il avait brav? l’assistance (7 000 personnes) pour s’opposer ? la cr?ation de l’UMP. Cependant, il a exclu toute alliance possible avec l’UDP qui « restera inf?od? ? l’UMP et ? Nicolas Sarkozy pour les investitures et le financement et n’aura qu’une autonomie de fa?ade ». Fran?ois Bayrou a r?affirm? l’ind?pendance du MoDem qui « doit rester un parti libre ».

La plus virulente de l’ UMP est sans doute la nouvelle Secr?taire d’?tat charg?e de la Famille, Nadine Morano, qui a violemment protest? contre « ces f?lons qui trahissent le Pr?sident de la R?publique » et a demand? ? l’UMP de retirer tout soutien, politique et financier, ? « ces ?lus carri?ristes qui n’ont pas accept? de ne plus ?tre au gouvernement ». Elle s’est aussi moqu? de Jean-Pierre Raffarin, « roi de la manœuvre » qui « met en p?ril l’union de la majorit? pour ses basses ambitions s?natoriales ».

Le Ministre de l’?cologie, Jean-Louis Borloo, ?galement pr?sident du Parti radical valoisien , s’est d?clar? « tr?s affect? » par l’id?e de ses amis et a esp?r? leur « retour rapide au bercail » invoquant l’enfant prodigue. Pour Jean-Louis Borloo, l’heure est ? la r?unification des radicaux, s?par?s depuis l’union de la gauche en 1971, et a annonc? qu’une « initiative commune » serait prochainement lanc?e avec Jean-Michel Baylet, pr?sident du PRG (radicaux de gauche), sans en dire plus.

Du c?t? du Nouveau Centre , le pr?sident du groupe NC ? l’Assembl?e Nationale Fran?ois Sauvadet et le Ministre de la D?fense Herv? Morin (pr?sident du NC) ont refus? de commenter publiquement. Le d?put?-maire de Drancy, Jean-Christophe Drancy, soucieux de son autonomie, a d’ors et d?j? regrett? une « initiative isol?e et sans concertation » tandis que Charles de Courson ne serait pas hostile ? une « fusion n?goci?e du NC dans l’UDP » afin de devenir une « v?ritable force de frappe capable d’imposer ses id?es face ? l’UMP ». De son c?t?, le d?put?-maire de Ch?tellerault Jean-Pierre Abelin a laiss? entendre qu’il rejoindrait l’UDP.

Imposer ses id?es, mais quelles id?es ? a sembl? r?torquer le pr?sident du groupe UMP ? l’Assembl?e Nationale Jean-Fran?ois Cop?, ambitieux d?put?-maire de Meaux et ancien jupp?iste, qui a accus? le coup en ?voquant une « v?ritable agression de l’int?rieur ». Son groupe, en effet, n’aura d?sormais plus la majorit? absolue et devra n?gocier avec l’UDP. Jean-Fran?ois Cop? a ironis? sur une « tentative vou?e ? l’?chec » car « sans unit? id?ologique », citant la pr?sence du souverainiste Dupont-Aignan aux c?t?s du pro-europ?en M?haignerie par exemple, et rappelant opportun?ment l’?chec de la tentative des r?novateurs en avril 1989.

Au Parti socialiste , si les ?l?phants n’ont pas cach? quelques sourires, rares sont ceux qui se sont exprim?s ouvertement. Laurent Fabius a par exemple salu? « le courage politique de Jean-Pierre Raffarin » qui a d?cid? de « sortir de l’emprise de Sarkozy et de son parti monolithique » tandis que Fran?ois Hollande a estim? que la situation ? droite n’?tait « pas boulevers?e, puisque l’UDP [restait] ump-?is?e ». S?gol?ne Royal a rejet? l’id?e de faire des alliances avec l’UDP mais a affirm? que cette clarification ?tait n?cessaire et que le PS devrait aussi clarifier rapidement.

Une majorit? ?clat?e, une impopularit? croissante, un ?chec ?lectoral…

Avec cette cr?ation de l’UDP, l’ann?e 2008 risque bien d’?tre une ‘annus horribilis’ pour Nicolas Sarkozy qui doit faire face ? de nombreux d?fis dont le premier est la pr?paration de la pr?sidence fran?aise de l’Union europ?enne, premi?re v?ritable ?preuve du feu depuis le d?but de son mandat.

De quoi faire sourire l’opposition et en particulier le Parti socialiste…

Mais saura-t-il profiter de ces circonstances si propices ?

Pour aller plus loin :

L’int?gralit? de la conf?rence de presse de Jean-Pierre Raffarin du 1er avril 2008.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Trump à la Maison Blanche, un tableau… surréaliste

Le déchaînement du harcèlement de Donald Trump à l’encontre d’un lanceur d’alerte ayant constaté qu’il ...

One comment