Accueil / T Y P E S / Articles / France : Le Pr?sident de la R?publique ne sait plus?

A bien y réfléchir, martyr, c’est la solution pour se faire un nom et lorsque l’on n’en a pas autant mourir pour ses rêves.

France : Le Pr?sident de la R?publique ne sait plus?

DEMIAN WEST:
En France, le Pr?sident de la R?publique et son gouvernement r?sistent au Peuple qui les a ?lus. C’est une situation in?dite qui ne saurait durer.
Nous voyons aujourd’hui les effets secondaires du Sarko bashing, qui avait atteint une virulence tr?s injuste. Et il est normal et attendu que le Peuple de droite prenne sa revanche sous une Pr?sidence de gauche. Cette dialectique manifeste que le Peuple de gauche s’est radicalis? durant le quinquennat de Sarkozy. Et la droite est d?sormais en r?le de d?fendre ses libert?s.
Par des lois excessives impos?es ? tous sans respect des consciences, et par des censures et des r?pressions, la gauche voudrait aujourd’hui donner ? son pouvoir une forme totale, et donc vers l’extr?mit? totalitaire et collectiviste. Mais en r?alit?, le gouvernement r?siste ? tel degr? ? la fronde du Peuple, qu’il est conscient de « devoir avancer sous la mitraille » ? la rentr?e. Les opinions favorables chutent si bas, qu’une dissolution serait n?cessaire. Pour permettre une nouvelle donne en guise de sortie de cette crise de pouvoir qui est historique.
Sur les r?seaux sociaux et dans la Presse, on peut lire les termes de « d?mission » ou de « destitution » qui sont des indices explicites de la zone hasardeuse dans laquelle le Pr?sident et son gouvernement se sont jet?s ensemble. Nous allons probablement vers une cohabitation, et vers une abrogation des lois Taubira qui ont allum? la fronde. Et m?me si la droite restait timide, d?sormais, c’est le Peuple politis? ? nouveau qui dicte ses volont?s. Si les d?put?s voulaient garder leurs postes, ils seraient avis?s de suivre les exigences du Peuple. M?me des d?put?s ou des maires socialistes commencent ? le comprendre, puisqu’ils se mettent en contradiction avec le gouvernement et leur parti.
La logique du pouvoir dirait que des d?missions de Ministres en nombre seraient pr?visibles. Car tous craignent les ?lections ? venir. Apr?s les hu?es et les sifflets contre le Pr?sident qui montait les Champs-Elys?es le 14 juillet, tous ont senti le vent du boulet. La r?volution contre Ceaucescu en Roumanie en 1989, n’avait-elle pas commenc? par des sifflets et des hu?es devant le palais pr?sidentiel et contre le Pr?sident en personne ?
Fran?ois Hollande a ?t? manifestement bless? dans sa fonction et dans sa personne. Ce rejet actif du Peuple, et ce jour-l?, provoque certainement une profonde blessure narcissique ? ce plus haut niveau de r?le politique et historique. On n’a jamais vu un Pr?sident serrer les mains d’anciens combattants, pour tourner les talons aussit?t que les sifflets et les hu?es avaient repris. ?Plus encore : l’audience de l’allocution pr?sidentielle t?l?vis?e a ?t? navrante d’indigence. Comme si tous se d?tournaient de cet homme seul et de ses casuistiques au parfum de contre v?rit?s : « il y a une reprise » et  » je n’augmenterai les imp?ts que si c’est indispensable ». Cet homme se parlerait-il ? lui-m?me dans une pratique impudique de la m?thode Cou? ?
Pendant ce temps, Manuel Valls s’est cru oblig? de d?fendre son Pr?sident. Un exercice qui n’a pas manqu? de fragiliser plus encore Hollande. Puisqu’on ne voudrait d?fendre, de cette fa?on ostentatoire et grandiloquente, que le plus faible qui n’aurait pas les moyens ou les comp?tences d’une d?fense, voire un martyr qui refuserait de se d?fendre.
Par ailleurs, l’affaire Cahuzac se pr?cise vers une conclusion connue de tous : Hollande aurait eu connaissance des ?l?ments de l’affaire et il n’aurait pas agi en cons?quence, c’est-?-dire en limogeant le Ministre gravement fautif. Toutes ces dissimulations et manoeuvres sugg?reraient fortement qu’on voudrait endormir le Peuple et, dans le m?me temps, pour satisfaire un clan.
Et comme s’y ajoutent une incapacit? ? am?liorer les conditions d?favorables des Fran?ais et pour au contraire les aggraver, on ne peut plus ignorer que, probablement, le Pr?sident des Fran?ais ne sait pas… Ou, il ne sait plus comment r?tablir une ambiance stable et favorable. Et tous voient qu’il aurait, au contraire, mis le d?sordre dans le poulailler, mieux qu’un renard l’e?t fait. Mais, Hollande y serait parvenu par le moyen de son incomp?tence, c’est probablement pourquoi un grand magazine d’information titrait sur la photo de Hollande en couverture : « L’incapable ». Comme autrefois, on donnait un sobriquet aux Rois, qu’ils devaient porter pour la post?rit? si cruelle et d?finitive.
Hollande para?t d?pass? par un processus qu’il ne ma?trise pas. Puisqu’en un an, il a perdu les trois quarts de son pouvoir. Encore un an, et c’est le d?sastre. A l’?tranger, des rois europ?ens viennent d’abdiquer, et m?me un Pape a d? d?missionner. Comme si les Peuples ?taient si ?clair?s et conduits par eux-m?mes et par le moyen des r?seaux sociaux sur internet, que les dirigeants ne savent plus… D?suets et d?pass?s : ils sont d?masqu?s.
D’ores et d?j?, le chef de l’Etat doit peser les avantages et les d?savantages des issues probables. Soit partir sous le rejet d?finitif du Peuple et rester dans l’Histoire comme le premier Pr?sident de la V?me R?publique qui serait limog? par son Peuple en cours de mandat ? Soit il devrait r?aliser et accepter qu’il n’a plus qu’un r?sidu de pouvoir r?el et estim? ? moins de 26 % d’opinions favorables. Et donc, qu’il devrait le restituer au Peuple ou ? ceux que le Peuple d?signerait pour le repr?senter.
Et l’Histoire retiendrait que ce Pr?sident n’avait probablement pas la carrure taill?e pour cette p?riode de chocs ?conomiques si rudes. Et finalement, l’Histoire retiendrait aussi que Fran?ois Hollande n’a probablement su satisfaire qu’une minorit? marginale de Fran?ais occupant un espace comparable au quartier du Marais ? Paris. Et que ce Boboland-l? ne suffirait jamais pour faire toute la grande Nation Universelle qu’est la France.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le petit monde de Donald (11): le petit Goebbels et l’échalas gay du White Power

De pire en pire a-t-on déjà dit précédemment ? La preuve encore aujourd’hui avec l’individu ...