Accueil / A C T U A L I T É / France – Agriculture: Défendre les agriculteurs et non les accords de libre-échange…

France – Agriculture: Défendre les agriculteurs et non les accords de libre-échange…

Le 55ème salon International de l’Agriculture, qui s’est tenu à Paris en février dernier, a vu le passage, dès le premier jour, du Président de la République visitant tous les stands et dégustant les spécialités régionales devant l’ensemble des micros et caméras.  

Emmanuel Macron a battu le record de présence avec plus de 12H30 passées au salon, record détenu précédemment par François Hollande avec 12H00, mais les questions essentielles n’ont reçu de sa part que des réponses évasives…

La crise actuelle de l’agriculture est avant tout structurelle. Elle est le symptôme de la faillite d’un mode de développement productiviste qui a ravagé peu à peu l’agriculture familiale et paysanne en France, en Europe et dans les pays du Sud. Le système actuel est allé au bout de sa logique en faisant disparaître massivement les paysans à chaque crise agricole. Il y avait 2 300 000 exploitations agricoles en 1950 et il y en a plus que 450 000  aujourd’hui.

Les agriculteurs, éleveurs ou pas, sont d’abord victimes d’un manque criant d’anticipation et de clairvoyance des décideurs politiques.  Comment ne pas être déçu quand on sait que depuis la mise en place de la politique agricole commune (PAC) à la fin des années 50, les responsables politiques de tous bords ont développé le produire plus, la modernisation et les économies d’échelles. A chaque crise, la réponse a été identique : il faut grossir, augmenter la taille de son élevage, ce qui entraîne automatiquement une surcharge de travail, la mécanisation pour compenser, l’emprunt pour financer.

Cette politique a même été accompagnée pendant toutes ces années avec bienveillance par la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), principal syndicat agricole. D’après la confédération paysanne, la FNSEA soutient l’industrialisation des exploitations, l’exploitation animale, l’utilisation de pesticides dans un but de rentabilité, de productivité et de compétitivité. Elle s’oppose régulièrement aux normes et contraintes environnementales par l’organisation d’importantes manifestations et lobbying comme on l’a vu récemment à propos du glyphosate.

Le suicide des agriculteurs

Par la multiplication des contraintes administratives et environnementales, le système du  » toujours moins cher « , la politique des travailleurs détachés payés 3 € de l’heure, notamment dans les abattoirs allemands, le développement des fermes usines et le dogme intangible de l’ouverture des frontières défendus par la commission de Bruxelles et approuvé par toute la classe politique, de plus en plus de paysans ne savent plus comment survivre et mettent fin à leurs jours.

Un membre de l’association  » Solidarité paysans en Ille-et-Vilaine  » raconte :  » Il y a deux semaines, on a appris, pour une famille, qu’une dame brûlait toutes ses factures. Son mari, ses frères, personne ne se doutait de rien, tout semblait aller bien. Et puis, la dame a vu paraître, dans un journal agricole, l’avis de liquidation de leur ferme. Elle s’est suicidée. « 

L’association a vu aussi un autre agriculteur très dépressif :  » Son lait n’est plus collecté, mais il ne veut pas arrêter. Il avait mis de l’argent de côté, donc pour le moment, il reste avec ses animaux, mais il ne vend plus rien. Ca ne pourra pas durer longtemps comme ça. Je ne sais pas comment il va faire.  »

Des histoires comme celles-là, il y en a beaucoup mais curieusement on n’en parle pas ou très peu dans les médias. Pourtant, elles ne relèvent plus de l’anecdotique car 400 à 500 agriculteurs se suicident chaque année en France, d’après des chiffres provenant des Caisses de la Mutualité sociale agricole (MSA) et de l’Institut national de veille sanitaire (inVS). Mais le nombre réel est sans doute supérieur aux statistiques et certains observateurs parlent même de 600 suicides par an.

Que fait Emmanuel Macron ?

Le plan d’urgence proposé par le gouvernement est considéré par de nombreux agriculteurs au mieux comme une rustine pour traiter un mal très profond, au pire comme un plan de licenciement des petites et moyennes exploitations.

Dans tous les cas, le compte n’y est pas. Alors que les agriculteurs sont au bord du gouffre, les annonces gouvernementales et tables rondes se succèdent. Tout le monde clame haut et fort qu’il faut sauver l’élevage, que les grandes surfaces doivent augmenter les prix, que l’on doit manger français, etc.

Mais face à ce désarroi, Emmanuel Macron et son ministre de l’agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert, soutiennent les accords de libre-échange avec l’Amérique du Nord comme le TAFTA (accord UE-Etats-Unis) ou le CETA (accord UE-Canada) qui vont détruire à jamais la production de viande bovine en France et mettre à rude épreuve les autres filières d’élevage. C’est le cas du porc canadien dont le contingent d’importations va passer progressivement d’environ 6 000 tonnes/an (en poids de carcasse), taxées de 0,23 euro/kg à 0,43 euro/kg, à 81 000 tonnes/an taxées à 0%…

Pire, à propos d’un autre accord international de libre-échange actuellement en cours de négociation entre l’Union Européenne et 4 pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay), Emmanuel Macron a vigoureusement réaffirmé son soutien au projet devant les agriculteurs. En réponse aux critiques, il s’est seulement contenté de dire que cet accord prendrait effet que dans 5 ans comme si ce délai était la solution au  problème de l’arrivée prochaine sur le marché européen de 70 000 à 100 000 tonnes de viande bovine dispensées de droits de douane ! L’abaissement des tarifs douaniers prévu dans l’accord Mercosur sera huit fois plus important que ce qui a été acté dans le CETA !

 » Il n’y aura jamais de bœuf aux hormones en France « , a-t-il promis encore tout en assurant qu’il travaillerait à ce qu’il y ait des possibilités de  » bien contrôler aux frontières la traçabilité et les normes environnementales et sociales « . Une telle hypocrisie est confondante alors que chacun sait que l’importation massive de viande à bas coût venue d’Amérique du Sud va introduire des produits à la qualité douteuse et que les élevages de bovins, porcs et volailles sud-américains sont essentiellement nourris à base d’OGM, en particulier de soja transgénique !

Concernant le glyphosate, Emmanuel Macron a répété ce qu’il avait dit précédemment sur Twitter :  » J’ai demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l’utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans 3 ans « .

Mais au-delà de ce pur effet d’annonce, le président de la République sait pertinemment qu’il ne pourra pas faire grand-chose dans les trois années qui viennent au risque de voir la France poursuivie par la commission européenne pour non-respect des règles de concurrence. Face au dogme de la libre circulation des marchandises, la France sera impuissante pour s’opposer à l’entrée sur son territoire de produits contenant du glyphosate venant des autres pays européens, du canada ou des Etats-Unis !

Finalement, comme son prédécesseur François Hollande, Emmanuel Macron tient en permanence un double discours et ne semble pas encore avoir compris que l’agriculture intensive est dans le mur, qu’il faut faire le choix clair d’une autre agriculture qui valorise l’environnement au lieu de le détruire, crée de l’emploi, vivifie les territoires, relocalise la valeur ajoutée accaparée par les multinationales de l’agroalimentaire et les milieux financiers.

Il faut rétablir des mécanismes publics de stockage, de stabilisation des prix et de maîtrise de l’offre aux niveaux national et régional, favorisant les exploitations familiales et garantissant un revenu stable aux agriculteurs et des prix raisonnables aux consommateurs. Il faut aussi s’attaquer à la spéculation sur les produits agricoles et arrêter les accaparements de terre par des pays étrangers, notamment la Chine qui installe ses holdings foncières aux Pays-Bas, en Belgique ou au Luxembourg pour éviter toute pression fiscale en France.

Devant cette grave crise agricole et les centaines de suicides de paysans qu’elle  entraîne chaque année, un énième plan d’urgence ne suffira pas si on ne change pas de logiciel…

 

Albert Ricchi

Commentaires

commentaires

A propos de Albert Ricchi

avatar
Journaliste citoyen, mon blog est consacré à la politique, la démocratie, l'économie, l'environnement ainsi qu'à plusieurs réformes essentielles à entreprendre aujourd'hui afin de réconcilier les citoyens avec la République et la justice sociale.

Check Also

Macron, le président carabistouille

Les mois d’exercice du pouvoir du nouveau président font la démonstration cruelle qu’il fait souvent ...