Accueil / T Y P E S / Articles / Forest Ent, le proph?te (6)

Forest Ent, le proph?te (6)

NDLR: Du printemps 2007, quand le soleil luisait encore, ? la fin de 2008 quand le d?luge a vraiment commenc?, un auteur ? Forest Ent ? a d?crit la crise ? venir avec des mois d?anticipation et une pr?cision stup?fiante?. puis s?est retir?. Son identit? n?a jamais ?t? r?v?l?e. Cet article a ?t? publi? ?le 15 juillet 2008. Il suivait ceux du 5 mars, du ?30 juillet, du 1er octobre 2007, du 15 ?janvier ?et du 21mars 2008.

****

2008: ?ann?e noire : le prix du pain

O? les retomb?es de l?explosion de la bulle de cr?dit s?av?rent quelque peu radioactives…

En?avril 2007, ? la suite d?autres sites, Agoravox avait attir? l?attention sur l?excessif endettement priv? des Etats-Unis, et le risque que ferait peser sur l??conomie mondiale une explosion de cette bulle de cr?dit. En?octobre 2007, apr?s les « subprimes », nous avions constat? que le processus avait commenc? et titr??: « C?est une crise ?conomique majeure qui aura des cons?quences politiques. La ??temp?te parfaite?? est en train de s?abattre. » La pr?sidente du Medef, Mme?Parisot, a?lanc? le 30/6 sur RTL un « avis de temp?te » sur l??conomie mondiale. Il semble qu?apr?s un an de d?n?gations diverses, la gravit? de la situation commence ? p?n?trer les esprits. C?est le processus de deuil de la croissance.

Nous assistons ? des changements majeurs dans les affaires du monde. Nous pouvons tenter de discerner les forces sous-jacentes et la logique de leurs affrontements. Cela ne permet pas pour autant de pr?dire le d?roulement des ?v?nements, ni la situation apr?s la crise.

Dans le pr?sent article, nous allons examiner le d?roulement r?cent de cette crise et son fait majeur?: le grand retour de l?inflation. Ceci permettra d?aborder le sujet que nous n?avons pas encore trait? dans notre chronique?: le p?trole. Lors de la derni?re r?union du G8 et lors de la?r?union le 30/6 du World Petroleum Congress, le d?bat a fait rage pour savoir si la hausse du p?trole ?tait due ? « l?insuffisance de l?offre » (point de vue des majors), ou ? « la sp?culation » (point de vue des producteurs). Voyons cela.

L?inflation

Il y a eu tr?s peu d?inflation dans le monde depuis vingt ans. Son r?veil a eu lieu en 2003 et a touch? particuli?rement les mati?res premi?res. Les chiffres suivants sur les mati?res premi?res proviennent du?site de la Banque mondiale. Le prix des m?taux a ?t? multipli? par 3 en US$ de 2001 ? 2005, puis s?est stabilis?. Le prix du p?trole a ?t? multipli? par 4 en US$ de 2001 ? 2007, et acc?l?re. Le prix des produits alimentaires de base a ?t? multipli? par 1,5 en US$ de 2001 ? 2006, puis a ?t? multipli? ? nouveau par 2 depuis un an, et acc?l?re.

Ces augmentations violentes ont un impact sur les autres prix. Cela n?explique pas n?cessairement l?ensemble de l?augmentation r?cente des prix de beaucoup de produits industriels, comme les produits agro-alimentaires, qui ont augment? plus que ce que la part des mati?res premi?res laisserait deviner. Mais c?est en soi un fait majeur. Les produits alimentaires de base sont l?un des premiers postes de d?pense dans les pays « ?mergents » (PVD), et les produits ?nerg?tiques dans les pays industrialis?s. L?inflation moyenne dans les PVD est ainsi pass?e selon la Banque mondiale de 3,5?% en 2000 ? 6?% en 2006 puis 8,5?% en 2008. Il semble que l?inflation soit ?galement en train de se r?veiller en Occident, avec par exemple un rythme actuel voisin de 4?%/an dans la zone euro.

Ce qui est frappant pour les mati?res premi?res est la chronologie?: p?trole et bl? sont en train de s?envoler alors que les m?taux plafonnent.

Pour expliquer cela, on trouve par exemple dans la presse les hypoth?ses suivantes. L?inflation serait caus?e par?:

– la baisse du dollar?;

– l?augmentation de la demande des pays ?mergents?;

– l??puisement des ressources naturelles?;

– la sp?culation.

Nous allons discuter chacune de ces hypoth?ses.

La baisse du dollar

Il y a au moins consensus sur la cause de la baisse du dollar?: il y en a eu trop de fabriqu?s, sous forme de cr?dits. Pendant la p?riode concern?e, le cours du dollar, qui est la monnaie d??change mondiale dans laquelle les prix sont libell?s et r?gl?s, a effectivement baiss? relativement ? d?autres monnaies comme l?euro. Ainsi, le dollar a perdu 30?% relativement ? l?euro depuis cinq ans.

Mais ?a n?explique pas tout. Ainsi, le p?trole a doubl? en US$ depuis 2005, alors que l?US$ n?a perdu que le cinqui?me de sa valeur en euros. Cela fait que le p?trole a quand m?me augment? dans la p?riode de 60?% en euros. La baisse du dollar explique environ une moiti? des hausses, mais il en reste une moiti? ? expliquer.

L?augmentation de la demande des pays ?mergents

Cette hypoth?se, qui est ?videmment valide sur le long terme, est contredite par les faits en termes de chronologie. Il y a bien eu une augmentation de la demande, mais avant 2006. Depuis, elle a tendance ? stagner, en particulier sous l?effet du d?but d?augmentation en 2003 des prix du p?trole et l?anticipation d?une baisse de l?activit?. Selon la Banque mondiale, la demande globale en produits p?troliers et alimentaires n?augmente depuis deux ans que d?1?% par an. Rien qui puisse expliquer l?explosion des prix en 2007 et 2008.

Il est n?anmoins int?ressant de relever ce qu?une telle hypoth?se implique. En effet, si une augmentation mod?r?e de la demande des PVD pouvait faire tripler les prix, cela signifierait au fond qu?il n?est pas possible de la satisfaire, donc que le d?collage ?conomique des PVD ?tait en pratique impossible.

L??puisement des ressources naturelles

Il n?y a pas eu particuli?rement de baisse de la production alimentaire, ni de raison de penser qu?elle s??puise. La Banque mondiale attribue l?augmentation des prix alimentaires au fait que les Etats-Unis aient commenc? ? utiliser massivement ces produits pour la production d?essence (par exemple, ma?s/?thanol), ou ? l?augmentation du prix des engrais, constitu?s surtout de p?trole. Ce serait dans ce cas une cons?quence indirecte de l??puisement du p?trole. Seulement il n?y a pas eu non plus de baisse de la production p?troli?re, ni de consensus sur le fait qu?elle s??puisera plus t?t que pr?vu.

Il est bien ?vident que le p?trole s??puisera un jour, et que ses prix sont destin?s ? augmenter tendanciellement sur le long terme. Mais l?augmentation r?cente est beaucoup plus rapide qu?une tendance de long terme.

Supposons n?anmoins que le p?trole ne soit effectivement plus disponible en assez grande quantit?, et que cela implique indirectement un triplement des prix alimentaires. Cela signifierait ? nouveau que le d?collage des PVD est impossible.

La sp?culation

Si l?on imagine une manipulation de cours par quelques acteurs purement financiers, elle est tr?s peu probable sur des march?s aussi diversifi?s. Il ne me semble pas possible que quelques investisseurs avis?s puissent jouer et r?ussir un coup secret qui a autant d?impact sur la plan?te et emb?te autant tout le monde.

Si par « sp?culation » on entend par contre le fait d?investir dans un produit dont on pense que la valeur est destin?e ? augmenter ? moyen terme, tout au moins en termes relatifs, alors tout placement est sp?culatif, et tout cours est r?sultat de sp?culations. ?a n?apporte aucun ?clairage, et ?a ne dit toujours pas pourquoi tous les investisseurs se sont d?cid?s r?cemment ? penser que les mati?res premi?res ?taient un bon placement.

Un simple placement

Toutes les hypoth?ses examin?es ont une part de v?rit?, et ne sont pas contradictoires entre elles, mais aucune ne suffit ? expliquer l?ampleur ni la chronologie du ph?nom?ne.

Il reste alors une interpr?tation simple et qui ne pr?suppose aucun ?l?ment surnaturel?: il s?agit d?un placement normal apr?s l?explosion de la bulle de cr?dit.

Depuis un an, la capitalisation boursi?re mondiale a baiss? d?environ 10 000 milliards US$. Il serait hasardeux de penser que l?ensemble de cette somme s?est d?plac?e vers d?autres secteurs, dans la mesure o? la plus grande partie n?a jamais exist?, par exemple, dans le cas d?une action qui n?a pas chang? de propri?taire depuis cinq ans. Mais il est clair que beaucoup de sous se sont retir?s des actions. ?a peut surprendre dans la mesure o? les actions sont maintenant faiblement valoris?es, de l?ordre de 11 ou 12 fois les b?n?fices. C?est donc une anticipation d? une forte baisse de ceux-ci dans une perspective de r?duction globale d?activit?. De m?me, l?activit? de LBO est plus ou moins gel?e depuis un an. Et il est probable que beaucoup de sous se soient ?galement retir?s du financement d?entreprises hors des march?s d?actions. Les pr?ts aux m?nages, dans l?immobilier ou la consommation, sont ?galement en chute libre.

Il n?y a donc aucune surprise ? ce que de nombreux investisseurs se soient report?s vers les mati?res premi?res. C?est un r?flexe traditionnel en cas de crise mondiale?: on investit dans ce qui s?ach?tera quelle que soit la situation.

Cette interpr?tation explique la chronologie?: l?inflation a vraiment explos? apr?s la crise financi?re. Cela explique aussi pourquoi les m?taux n?ont pas suivi?: leur utilisation est surtout industrielle, et le comportement des investisseurs montre qu?ils ne croient plus ? la croissance.

On peut voir cela comme une forme de sp?culation, et cette hypoth?se n?est pas r?fut?e par notre interpr?tation. L?hypoth?se de rar?faction du p?trole n?est pas non plus r?fut?e?: les investisseurs, dans leur strat?gie qui semble maintenant enti?rement d?fensive, iront d?autant plus volontiers vers une mati?re premi?re qu?elle est rare et n?cessaire en toutes circonstances. L?hypoth?se d?augmentation de la demande a ?t? r?fut?e par les faits, mais n?est pas r?fut?e par notre interpr?tation?: les investisseurs peuvent imaginer que cette demande est de toute fa?on destin?e ? augmenter ? terme. Finalement, toutes les hypoth?ses en circulation ont une part de v?rit?, sont compatibles entre elles, et compl?tent harmonieusement notre interpr?tation principale?: l?explosion de la bulle de cr?dit am?ricain.

R?sum?

L?inflation s?explique enti?rement par l?explosion d?une bulle mon?taire, se traduisant pour l?instant en moiti? par une baisse du dollar, et en moiti? par un retour d?actifs assez virtuels dans l??conomie r?elle.

Les sous qui s?investissaient dans les actions, la pierre, la finance, les quittent d??us et reviennent dans les biens de consommation, o? ils esp?rent trouver de meilleures perspectives. Ind?pendamment du syst?me mon?taire, il y a en termes relatifs une revalorisation des biens mat?riels et une d?valorisation des actifs financiers.

Il y a simultan?ment un choc d?flationniste pour les actifs et inflationniste pour les biens de consommation. Les profits financiers ont ?t? surestim?s parce qu?ils ne s?investissaient pas dans la r?alit?, et que le co?t de la vie a ?t? facilement sous-estim? au regard de la quantit? d?actifs en circulation. Cela a pu durer vingt ans gr?ce ? ce que Greenspan appelait « l?effet d?sinflationniste de la mondialisation », et que nous avons largement d?velopp? dans notre??pisode pr?c?dent. La consommation occidentale, et surtout am?ricaine, a ?t? une vaste bulle de cr?dit, dans laquelle on ne payait pas les biens mat?riels ? leur valeur, et les actifs avaient un rendement ?norme, mais virtuel.

Un r??quilibrage va se produire?: les gains financiers vont revenir vers la croissance r?elle, et effacer vingt ans de profits surestim?s. Le niveau de vie va revenir vers les revenus r?els, et rattraper vingt ans d?inflation en retard. Cela va faire significativement baisser la demande, donc l?activit?. Et ceci va se produire dans un bref laps de temps, sans doute dans les deux ann?es qui viennent. Un tel choc ?conomique ne se produit que fort rarement.

Certains ont des id?es pr?cises sur le sc?nario ? venir. Je n?en ai pas. Je sais simplement que l?on aboutira ? un nouvel ?quilibre entre prix, monnaie, offre et demande, dans lequel les prix des biens de consommation seront plus ?lev?s qu?avant, et le volume de consommation, l?activit? industrielle, les revenus des actifs et la valeur des monnaies li?es au dollar seront moins ?lev?s qu?avant. Mais le march? t?tonnera encore beaucoup pour trouver son ?quilibre, ? coup de hausses de prix et de baisses de demande. De plus, si l?hypoth?se de rar?faction relativement rapide du p?trole est exacte, cet ?quilibre risque bien de ne pas ?tre durable.

Il est m?me possible que les prix r?els soient actuellement d?j? plus ?lev?s que leur tendance de moyen terme, et que le p?trole se stabilise finalement en dessous des 15 ?/b. Je n?en sais strictement rien. Je suis par contre persuad? du fait que le dollar doit baisser encore, au moins un peu, car la plus grande quantit? d?actifs qui se d?verse actuellement est libell?e en US$.

Cons?quences possibles

Le fait qu?il y ait eu pendant vingt ans des hausses d?connect?es sur les actifs et les salaires a cr?? d?immenses in?galit?s masqu?es par la bulle de cr?dit. Le mouvement inverse auquel nous assistons maintenant ne les fera pas dispara?tre. Les m?nages les moins ais?s seront les plus directement frapp?s par l?inflation. Ce ne sera pas compens? par la baisse des prix du logement, car les salaires et les loyers ne bougeront pas ? la m?me vitesse, et le co?t du cr?dit augmentera. On peut pr?dire dans les ann?es qui viennent une explosion de la pauvret? mesurable, et quelques famines dans les pays importateurs de nourriture, les autres ayant tendance ? verrouiller leur production.

Cela contribuera ? la baisse de la demande, donc ensuite de l?activit?. Les PVD seront frapp?s ? la fois par la baisse de leurs d?bouch?s et l?augmentation des prix de leurs importations. La « th?orie du d?couplage » (cf. ?pisodes pr?c?dents) a de moins en moins de chances de se r?aliser. Il semble en tout cas que plus grand monde n?y croie, puisque si c??tait le cas les indices asiatiques auraient ?volu? plus favorablement que les occidentaux, or Shanghai a d?j? perdu 56?% (SSEC) et Hong Kong 30?% (HSI), quand le DJI n?a perdu « que » 20?%. Avec la th?orie du d?couplage vont s??crouler les justifications de la mondialisation telle qu?elle ?tait pratiqu?e?: permettre le d?collage ?conomique des PVD et assurer la croissance globale.

Il est d?ailleurs frappant de constater que, quelle que soit l?hypoth?se que l?on choisit pour expliquer l?inflation, elle condamne le d?veloppement des PVD. Ces vingt ans de d?s?quilibres vont y laisser une situation bizarre. L?activit? des PVD est tourn?e vers l?exportation, alors que les ?changes vont ralentir et que l?autosuffisance alimentaire deviendra un souci plus criant. Ils constatent de plus que leur travail a ?t? pay? en bonne partie dans une monnaie de singe, qui ne leur permet pas d?acheter ce qu?ils avaient imagin?.

Le contr?le des mati?res premi?res, et en particulier du p?trole, principale importation occidentale qui emp?che de laisser dispara?tre la valeur des monnaies d??change, va redevenir la seule chose qui compte en mati?res d??changes internationaux.

A supposer que l?analyse ci-dessus soit exacte, que je l?aie faite il y a cinq ans, et que j?aie eu ? l??poque un job annexe comme pr?sident des Etats-Unis, j?aurais pu imposer des ?conomies d??nergie qui auraient f?ch? Exxon et General Motors. Mais si j?avais ?t? un tantinet plus cynique et aventureux, il me semble que j?aurais d?cid? d?envahir l?Irak.

Forest Ent

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Pour Trump, un soldat peut assassiner sans vergogne !

La petitesse d’esprit du dirigeant de la plus forte armée au monde n’est pas une ...