vendredi, février 12, 2016
Home » A C T U A L I T É » Florence Cassez ou les exc?s de la communication politique
Florence Cassez

Florence Cassez ou les exc?s de la communication politique

Florence Cassez

??Florence Cassez, c?est un peu un prix Goncourt du combat pour la justice??, ?crit aujourd?hui-m?me un r?dacteur sur le site AgoraVox.? Ah bon ?? Je vois, pour ma part, son cas sous un angle tr?s diff?rent?

 

Que Florence Cassez soit lib?r?e, c’est indiscutablement une tr?s bonne chose pour elle-m?me et pour sa famille. Mais si la jeune femme est libre d?sormais, elle le doit sans doute nettement plus aux vices de forme qui ont ?maill? son parcours judiciaire qu’? une innocence ?tablie de mani?re indiscutable.

 

Je ne veux pas affirmer par l? qu’elle ?tait complice de son compagnon, Israel Vallarta Cisneros, qui croupit dans un quartier de haute s?curit? mexicain pour une s?rie d?enl?vements et de meurtres. Mais en acceptant de vivre (sur un pied plut?t luxueux) avec un criminel dont tout le monde savait ? quelles activit?s il se livrait, Florence Cassez s’est au minimum rendue coupable de ??recel d’activit?s criminelles??, m?me si elle n’a jamais particip?, de pr?s ou de loin, au moindre enl?vement et a fortiori ? la moindre ex?cution.

 

Sept ans pass?s, dans ces conditions, dans les prisons mexicaines, repr?sentent une peine ?videmment suffisante, et nous aurions sans dout? ?t? choqu?s, pour la majorit? d?entre nous, que l?incarc?ration de Florence Cassez soit prolong?e. Mais il est sans doute r?ducteur et inappropri? de brosser d?elle le portrait d?une jeune fille imprudente et na?ve dans la mesure o? sa relation avec Vallarta a ?t? suffisamment longue pour que Florence Cassez ne puisse ?tre rest?e totalement ignorante de la mani?re dont son compagnon avait organis? ses exactions avec ses complices.

 

Subsistent, en marge de cette lib?ration, des questions sur l’attitude des autorit?s fran?aises. Qu’elles se soient mobilis?es depuis l?arrestation de la jeune femme en 2005 pour une ressortissante fran?aise confront?e ? des proc?dures judiciaires dans un pays ?tranger est normal, et nulle critique ne peut ?tre ?mise sur ce plan. Mais avec l?affaire Cassez on est sans doute all? tr?s?loin, et sans doute au-del? du raisonnable, notamment avec Nicolas Sarkozy qui, comme d?habitude, en a fait beaucoup trop, allant jusqu?? provoquer une brouille avec Felipe Calderon qui a entra?n? l?annulation de ??L?ann?e du Mexique en France?? et sans doute nui ? notre compatriote du fait de violent ?clairage m?diatique qui s?en est suivi et qui a contribu? ? cristalliser la col?re de l?opinion mexicaine.

 

Ce type d?affaire se g?re dans la discr?tion la plus totale, et il ne fait gu?re de doute qu?un traitement plus appropri? e?t sans doute permis ? Florence Cassez d??tre rapatri?e plus rapidement dans une prison fran?aise en vue d?une rapide lib?ration. Mais on ne peut ?videmment pas r??crire l?histoire?

Cette affaire n?en met pas moins le projecteur sur le sort de ces compatriotes incarc?r?s dans des prisons ?trang?res. Ils sont, para?t-il, au nombre de? 2215?! La plupart sont sans doute coupables des faits qui leur ont valu d??tre condamn?s. Mais il est probable ?galement que quelques-uns ont ?t? victimes de jugements arbitraires ou de peines disproportionn?es en regard des fautes commises. Tous ces Fran?ais b?n?ficient-ils de la m?me sollicitude des autorit?s?? On aimerait le croire, mais il est ?vident que la r?ponse est n?gative. Certains parmi eux sont sans doute totalement innocents,?mais ils ne b?n?ficient ni de la pr?sence ? leur c?t? d?un avocat vedette comme Frank Berton, ni du calcul de caciques politiques d?sireux de soigner leur image?!

Commentaires

commentaires

About

avatar

Check Also

gorille 3

SOS Gorilles des montagnes en Ouganda !

Les gorilles sont les êtres vivants les plus proches de l'homme, après le bonobo et le chimpanzé, puisque leur ADN est de 98 % à 99 % identique à celui des humains.
 
Une des deux espèces de gorille vivant actuellement en Afrique, les gorilles des montagnes (Gorilla beringei) sont en voie d'extinction. Menacés par la guerre, le braconnage et la déforestation, ces grands singes ne peuvent survivre que dans des forêts strictement protégées...


Les gorilles des montagnes vivent dans l’est de la République démocratique du Congo dans le parc des Virunga, au Rwanda dans le parc des Volcans et en Ouganda dans le parc national de Mgahinga et dans celui de la forêt impénétrable de Bwindi. 

Il ne reste aujourd’hui que 700 gorilles des montagnes. 400 d'entre eux environ vivent actuellement à l’intérieur du Parc national de Bwindi en Ouganda mais la destruction de la forêt voisine de Kafuga changerait la donne car cette zone forestière sert de tampon au Parc national et sa disparition pourrait menacer les gorilles…

La culture du thé ne doit pas mettre en cause la survie des gorilles

Véritable paradis naturel, la forêt de Kafuga abrite des centaines d’espèces d’oiseaux, de papillons, de petits rongeurs, de chimpanzés ainsi que deux cents espèces d’arbres, dont certaines endémiques. Cette zone boisée de 250 hectares, entourée de plantations de thé et de cultures vivrières, est aussi essentielle aux populations locales qui s’y approvisionnent en fruits, bois de chauffage et plantes médicinales.

 
Mais cette forêt semble vivre ses dernières heures. « Certains planteurs de thé ont déjà acheté des haches et des machettes » alerte Robert Tumwesigye Baganda, le directeur de l’organisation Probicou (Pro-biodiversity Conservationists in Uganda) pour étendre les surfaces cultivées. Les défrichements pourraient commencer en mars prochain avec la saison des pluies et faire ainsi de nouvelles terres agricoles.

 
La forêt de Kafuga pourrait donc disparaitre très bientôt et forcer les habitants à se procurer leurs moyens de subsistances à l’intérieur du Parc national voisin, la forêt Impénétrable de Bwindi, un des derniers refuges des gorilles des montagnes. Bien que ne faisant plus partie intégrante du Parc national, cette forêt joue encore aujourd’hui un rôle de tampon en tenant à distance les humains de l’habitat des gorilles.


 
Les militants de Probicou étaient sur le point de planter 30 000 arbres d’essences locales à l’intérieur et autour de la forêt de Kafuga afin d’assurer le futur de la forêt et des habitants juste avant que le projet de déboisement soit connu.

 
Les spécialistes estiment que les grands singes auront disparu d’ici 10 à 15 ans si rien n’est fait pour enrayer la destruction de leur habitat, d’autant plus que les braconniers continuent de chasser le gorille, pour sa viande, ses mains et son crâne qui rapportent énormément d’argent.

 
Quand on sait que le gorille est également victime de maladies telles que la pneumonie, la grippe ou d’autres maladies de l’homme qui lui sont mortelles, il reste peu de temps pour sauver les gorilles de montagne. C’est pourquoi il est urgent de demander au ministre de l’environnement ougandais et aux administrations locales de préserver la forêt de Kafuga...

  
Monsieur le Ministre,     

Madame, Monsieur,

 
L’Ouganda abrite un trésor inestimable : 400 gorilles des montagnes, parmi les derniers de la planète, qui vivent dans le Parc national de la Forêt Impénétrable de Bwindi. La surveillance et la protection de l’habitat des gorilles sont indispensables à leur survie. L’action menée par l’Ouganda est en ce sens exemplaire.

La forêt de Kafuga, dans le district de Kisoro, joue le rôle de tampon pour la Forêt Impénétrable de Bwindi. Sur place, les écologistes lui attribuent ainsi un rôle central dans la protection du Parc national.

Mais la forêt de Kafuga est menacée, et à très court terme. Des planteurs de thé veulent défricher la forêt pour y mettre en place leurs cultures.

Le thé est assurément un important produit d’exportation pour l’Ouganda. La survie des gorilles ne doit néanmoins pas être sacrifiée au nom du développement économique.

Nous vous exhortons à empêcher le déboisement de la forêt de Kafuga, afin de ne pas mettre en péril le trésor de votre pays, le gorille.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Ministre, Madame, Monsieur, l’expression de notre haute considération. 

 
Albert Ricchi

 


> Signer la pétition ICI



Lire toutes les infos du blog :  

> Les 25 derniers articles


> Tous les articles  




2 comments

  1. avatar

    Vous poivrez d’un peu de cynisme et du gros bon sens bien nécessaire à la faire avaler, cette potée indigeste de l’injustice qui est toujours là. Ce que l’on fait pour l’une avec grands effets de manches ne sert, helas, qu’à faire oublier ce qu’on ne fait pas pour tous. Un peu l’affaire Ingrid Betancourt. On veut nous dire qu’on gagne la guerre parce qu’on a sauvé le soldat Ryan. Aujourd’hui, la France a sans doute tué un enfant malien. On ne saura jamais son nom.

    PJCA

  2. avatar

    Bonsoir, Pierre.

    Vous parlez de « potée indigeste », et je trouve que cette image est juste pour qualifier le cirque médiatico-politique autour de cette femme dont nul ne peut être aujourd’hui certain qu’elle est exempte de reproches. Comble de la mascarade, Florence Cassez a déjeuné ce jour avec Sarkozy et Carla Bruni. Ces gens ont décidément perdu la raison.

    Malheuruesement, c’est à peu près sur tous les sujets pouvant faire l’objet d’une récupération que cette « potée indigeste » nous est servie. Le Mali y compris, comme vous le soulignez dans votre commentaire. Hélas ! les morts n’ont pas tous le même poids médiatique.

    Cordialement.