Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Argent / Finance: la danse du dollar

Finance: la danse du dollar

L’argent n’est pas à prendre à la légère : ce n’est pas une denrée quelconque ou une pâte que l’on modèle selon les besoins du moment. Ce n’est pas non plus un lubrifiant. L’argent est très probablement l’institution la plus déterminante de notre système capitaliste. Seul et unique instrument de mesure du travail accompli, de la chose produite ou de l’objet échangé, il est au cœur de notre dispositif social. Comme il est naturel qu’un tel système monétaire soit aux mains de l’État – garant de la bonne marche des affaires publiques –, toutes les tentatives de scission entre la création d’argent et l’économie réelle sont vouées à l’échec. Il est en effet impossible de séparer la vie économique de la vie politique car la courroie de transmission entre ces deux mondes est l’argent, lui-même exclusivité de l’État, donc du politique.

La seule définition d’un objectif ou d’un couloir d’inflation par une banque centrale est en soi un acte politique, dans le sens où il répond aux exigences ou sert les intérêts d’un groupe. Car il est tout à la fois naturel et légitime que l’État use de l’argent comme levier vis-à-vis de l’activité économique, pour subvenir aux besoins de certains groupes sociaux, pour faire payer (ou contribuer) d’autres ou pour monopoliser des ressources. Cet acte lourd et fondamental de « monétisation » est donc omniprésent dans l’expression de l’État : c’est effectivement en termes d’argent que la redevance sociale et que les subsides gouvernementaux sont fixés ou que les amendes et même les peines sont libellées. Comme c’est l’État qui bénéficie du monopole d’imprimer l’argent, c’est également lui qui fixe les règles du jeu ainsi que les conditions auxquelles il consent à le distribuer.

Du reste, nos sociétés ont totalement intégré ce pouvoir qu’elles reconnaissent comme exclusivement du ressort de l’État en acceptant de payer des impôts, de s’endetter ou de consentir des crédits : autant d’actions toutes exprimées dans une seule et même unité de compte dont la création n’appartient qu’à l’État. Au demeurant, les très lourdes peines infligées en France aux faux-monnayeurs – ébouillantage au Moyen Âge et guillotine jusqu’en 1832 – reflètent bien la manière dont étaient sanctionnés ceux qui remettaient en cause ce privilège absolu de l’État. Crime de lèse-majesté à l’époque et contre la République aujourd’hui, il est toujours puni de mort en 2018 dans certains pays !

Les problématiques fondamentales de nos sociétés liées à l’argent contiennent toutes en creux la notion de manque d’argent, c’est-à-dire du défaut de paiement. Les monétaristes, comme Friedman et consorts, ont du reste toujours été embarrassés par la fonction qu’ils attribuaient à l’argent car ils ont systématiquement évacué – ou zappé – la seule hypothèse de faillite d’un établissement financier, et encore moins d’un pays souverain. Pourtant, une crise s’accompagne toujours d’une ruée vers les actifs les plus sécuritaires, le premier d’entre eux étant l’argent, sachant que cette recherche intensive d’argent revalorise sa valeur subjective pendant qu’elle dévalorise (mécaniquement) les autres actifs.

En période de crise, seul l’État peut donc nager à contre-courant en affichant plusieurs lignes de défense. Sa banque centrale peut ainsi accorder des prêts sans limite aux établissements financiers qui subissent une dévalorisation de leurs investissements et des retraits massifs de leurs dépôts. En outre, la banque centrale agit à un autre niveau qui consiste à racheter les actifs à risques et ceux dont plus personne ne veut, jusque-là détenus par les banques et par les entreprises. Le but étant d’éviter le mal absolu qu’est la «déflation par la dette» décrite par Irving Fisher (1867-1947). L’utilisation par la banque centrale de sa monnaie prévient la vente généralisée des actifs, des titres et autres valeurs de la part d’opérateurs en mal de liquidités. Ventes qui provoqueraient une spirale baissière affectant toute la classe des investissements. La banque centrale peut enfin mettre à disposition du Gouvernement les sommes pour assurer la relance de la demande agrégée, avec un impact bénéfique sur la croissance. Seule cette «danse du dollar», pour reprendre l’expression significative de Fisher, étant à même d’assurer la reprise économique.

 

Michel Santi

Commentaires

commentaires

A propos de Michel Santi

avatar

Check Also

Voter avec ses pieds

Quelles sont les raisons qui font qu’un électeur choisit un candidat plutôt qu’un autre ? ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.