Accueil / T Y P E S / Articles / Fils de l?Un ou Fils de l?Autre ?

Fils de l?Un ou Fils de l?Autre ?

Il s’est publi?, sous le pseudo Barabbas, un excellent roman de religion fiction dans lequel on fait prendre au ? Fils de l?Autre ?, c?est-?-dire au Fils de Satan, le contrepied de l??vangile du ? Fils de l?Un ?, qu?on appelait en son temps ? Fils de Dieu ? ou ? Fils de l?Homme ?, J?sus de Nazareth. D?monstration humoristique mais rigoureuse de ce que serait le monde o? l?esprit ?vang?lique d?humilit?, de d?tachement, de service, serait remplac? par l?amour de l?argent et la recherche du Succ?s. Ce qui n?est pas loin d??tre le cas dans un monde o? tout est volont? de puissance, commerce et profit.

Ce livre donne donc ? r?fl?chir, comme en son temps ? 1984 ? de George Orwell, en poussant les choses ? l?extr?me et en r?v?lant par l? leur vraie nature! Mais il se trouve que l??vangile de J?sus, ? Fils de l?Un ?, porte en lui une ? r?volution copernicienne ? ?? laquelle on porte g?n?ralement peu d?attention et qui m?rite r?flexion.

En effet, la religion ne concerne pas que nos relations avec Dieu : elle d?termine nos relations, nos liens, avec les autres hommes, avec notre ? prochain ?. Or la question : ? Qui est mon prochain ? ? qui se pose imm?diatement, suppose qu?il faille choisir entre plusieurs, ?qui seraient proches ou lointains, plus ou moins proches ou plus radicalement lointains. Et c?est cela que r?cuse le Proph?te de Galil?e, par le d?tour d?une parabole. Ce ne sont pas les autres qui seraient plus ou moins ?loign?s, c?est?moi qui dois ?tre proche.

Il s?agit de?ma proximit? et non pas de la leur. Il n?y a pas ? choisir. Pas de discrimination. Il s?agit d??tre, de savoir ce que je suis. Et mon comportement est mon seul juge. Il ne s?agit pas de savoir si l?autre est plus ou moins loin selon ses qualit?s et ses m?rites (les ? bons pauvres ?), mais si moi je suis pr?s et disponible. Rappelons ce texte fondateur.

La parabole du bon Samaritain

?vangile selon saint Luc, chap. 10.

25 Un enseignant de la?Loi se leva et posa une question ? J?sus pour lui tendre un pi?ge.

– Ma?tre, lui dit-il, que dois-je faire pour obtenir la vie ?ternelle ?

26 J?sus lui r?pondit :

– Qu’est-il ?crit dans notre Loi ?

27 Comment la comprends-tu ?

Il lui r?pondit :

– Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, de tout ton c?ur, de toute ton ?me, de toute ton ?nergie et de toute ta pens?e, et ton prochain comme toi-m?me.

28 – Tu as bien r?pondu, lui dit J?sus : fais cela, et tu auras la vie.

29 Mais l’enseignant de la Loi, voulant se donner raison, reprit :

– Oui, mais qui donc est mon prochain ?

30 En r?ponse, J?sus lui dit :

– Il y avait un homme qui descendait de J?rusalem ? J?richo, quand il fut attaqu? par des brigands. Ils lui arrach?rent ses v?tements, le rou?rent de coups et s’en all?rent, le laissant ? moiti? mort.?31 Or il se trouva qu’un pr?tre descendait par le m?me chemin. Il vit le bless? et, s’en ?cartant, poursuivit sa route.?32 De m?me aussi un l?vite arriva au m?me endroit, le vit, et, s’en ?cartant, poursuivit sa route.?33 Mais un Samaritain qui passait par l? arriva pr?s de cet homme. En le voyant, il fut pris de piti?.?34 Il s’approcha de lui, soigna ses plaies avec de l’huile et du vin, et les recouvrit de pansements. Puis, le chargeant sur sa propre mule, il l’emmena dans une auberge o? il le soigna de son mieux.?35 Le lendemain, il sortit deux pi?ces d’argent, les remit ? l’aubergiste et lui dit : ? Prends soin de cet homme, et tout ce que tu auras d?pens? en plus, je te le rembourserai moi-m?me quand je repasserai. ?

36 Et J?sus ajouta :

– ? ton avis, lequel des trois s’est montr? le prochain de l’homme qui avait ?t? victime des brigands ?

37 – C’est celui qui a eu piti? de lui, lui r?pondit l’enseignant de la Loi.

– Eh bien, va, et agis de m?me, lui dit J?sus.

? partir de l? c?est toute une morale individuelle et par voie de cons?quence toute une morale collective, sociale, nationale, universelle qui se d?finit. R?volution copernicienne par rapport ? la morale (si l?on peut employer ce terme) qui pr?side ? l??vangile de l?Autre.

D?o? merci encore ? celui qui a pris nom de Barabbas pour remuer notre conscience.

Pierre Le Baut

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les funérailles d’un chaud lapin

Entre la pandémie de Covid-19, la crise économique et les turpitudes du personnel politique, l’actualité ...