Accueil / A C T U A L I T É / Fillon l’imposteur : un candidat illégitime

Fillon l’imposteur : un candidat illégitime

François Fillon est un imposteur, un tartuffe de la pire espèce. Et pour n’avoir pas tiré en temps utile les conséquences de la duplicité de son candidat, c’est la droite traditionnelle qui court le risque d’une brutale sortie de route le 23 avril. Avec un socle d’électeurs sourds et aveugles aux choquantes turpitudes de son candidat, Fillon n’a pourtant pas perdu toutes ses chances. Mais en cas de victoire le 7 mai, c’est la France qui, avec à sa tête un président corrompu, serait gravement bafouée car notre pays se trouverait de facto ravalé au rang d’une république bananière…

En quelques décennies de vie publique, le Sarthois François Fillon avait réussi, sur la droite de l’échiquier politique, à se construire une image de catholique austère aux allures rassurantes de notaire de province. Une image faite de sérieux, de sérénité affichée, et de probité revendiquée sur laquelle il s’appuyait pour asséner ici et là des leçons de moralité, et le cas échéant porter des coups de griffe à ses adversaires réputés moins vertueux. On se souvient notamment de cette phrase prononcée à La Baule le 3 septembre 2016 : « Je dis que l’exemplarité est nécessaire pour gouverner notre pays ». Ou bien encore cette apostrophe qui visait Nicolas Sarkozy lors de la primaire LR-UDI : « Imagine-t-on le général de Gaulle mis en examen ? »

 

Tout ce bel édifice de moralité, qui avait fait de François Fillon le « Monsieur Propre » de l’alliance LR-UDI, a volé en éclats avec la parution le 25 janvier et les deux semaines suivantes d’éditions du Canard enchaîné qui nous ont appris l’existence de plusieurs emplois d’assistants parlementaire de Penelope Fillon et de deux de ses enfants, alors simples étudiants en droit. Des emplois dont, en France comme à l’étranger, quasiment plus personne ne doute aujourd’hui du caractère fictif, eu égard à l’incapacité pour les enquêteurs du parquet financier de recueillir le moindre justificatif d’un travail réel.

Rappelons que Penelope Fillon – rémunérée jusqu’à 4 fois le salaire d’un assistant parlementaire expérimenté ! –, ne disposait à l’Assemblée nationale ni d’un bureau, ni d’un badge d’accréditation, ni d’un compte de messagerie professionnel. Rien à Paris. Rien non plus dans la Sarthe. Malgré des recherches approfondies, tant dans la capitale qu’au Mans et à Sablé, les enquêteurs n’ont en effet, nous dit Le Canard enchaîné, pas même trouvé la trace du plus petit SMS en rapport avec la prétendue activité parlementaire de l’épouse du candidat LR. Il est vrai que les policiers, transformés pour l’occasion en ghostbusters, n’avaient pas la moindre chance d’établir l’existence d’un emploi d’assistante parlementaire. Ce que Penelope Fillon avait elle-même confirmé en déclarant spontanément lors de l’interview d’une journaliste britannique du Daily Telegraph en 2007 « Je n’ai jamais été son assistante ou quoi que ce soit de ce genre. » Difficile de faire plus dévastateur !

Dès lors, on comprend qu’Éliane Houlette, la procureure du Parquet national financier, ait décidé de ne pas classer sans suite l’enquête visant François Fillon, son épouse Penelope et deux de ses enfants, suspectés eux aussi d’avoir bénéficié d’emplois d’assistants parlementaires tout aussi fictifs, et de surcroît rémunérés à prix d’or pour de simples étudiants. Fillon pourrait en outre, au vu des éléments récemment publiés par les journalistes de Médiapart – notamment un accablant fac-similé de chèque – devoir répondre d’un autre chef d’accusation dans le cadre d’une affaire de détournements de fonds publics au Sénat pour laquelle 6 sénateurs UMP ont d’ores et déjà été mis en examen.

Une primaire faussée par une tromperie sur l’offre

François Fillon endossait volontiers le costume du chevalier blanc de la sphère politique pour donner des leçons de morale et d’éthique à ses pairs. Or, voilà que s’est dessiné en quelques semaines le portrait d’un homme aux antipodes du modèle de vertu que le candidat LR prétendait incarner : celui d’un individu malhonnête et sans honneur. Un portrait d’autant plus hideux qu’il se cachait derrière le masque trompeur d’un dévot plutôt bienveillant et respectueux de la morale chrétienne. Beaucoup, dans l’électorat Les Républicains, sont tombés de haut en découvrant la tartufferie de cet homme âpre au gain et prêt à de scandaleuses dérives pour s’enrichir sur le dos des contribuables français. C’est notamment le cas de nombreux chrétiens de droite qui ont eu le sentiment de voir celui qu’ils croyaient des leurs violer sans vergogne les valeurs essentielles de la religion catholique : Fillon n’était pas au service de Dieu, mais à celui de Mammon !

Pour autant, le socle électoral de Fillon reste solide, une part importante des électeurs de droite faisant taire ses scrupules moraux pour se ranger derrière l’argument de légitimité avancé par le candidat pour justifier sa fuite en avant et son rejet de tout « plan B ». Une légitimité qui, ose-t-il avec un aplomb cynique, découle du « mandat qui [lui] a été donné par 4,4 millions de nos concitoyens ». Or, rien n’est plus faux ! Certes, Fillon a bel et bien gagné cette primaire – et de belle manière – mais sur la base d’une offre faussée qui en rend le résultat totalement caduc. Qui peut croire sérieusement qu’en connaissance du véritable profil de Fillon – un intrigant fourbe et cupide – l’électorat de la primaire l’eût choisi comme candidat ? À l’évidence personne de sensé.

François Fillon étant de facto illégitime, il appartenait aux cadres du parti d’en tirer les conséquences en écartant le plus rapidement possible, et avec une détermination sans faille, ce candidat sulfureux pour le remplacer par un homme ou une femme plus présentable aux yeux des électeurs français. Une action de salubrité publique nécessaire dans un pays gravement abîmé par la corruption du monde politique et qui se doit d’éradiquer définitivement des pratiques d’autant plus haïssables lorsqu’elles ne visent qu’un trivial enrichissement personnel sur détournement de fonds publics.

Les caciques de LR ont préféré rester sourds et aveugles à l’effet dévastateur de ce scandale, au risque de payer très cher cette attitude indigne. Etre complice du maintien de la candidature de Fillon, ce délinquant propre sur lui mais si crasseux à l’intérieur, c’est en effet insulter la France et adresser un bras d’honneur à sa population, très majoritairement constituée de compatriotes honnêtes qui travaillent dur et gagnent souvent peu.

Honte sur Fillon l’imposteur ! Et honte sur ceux qui, bafouant l’éthique la plus élémentaire, soutiennent ce candidat corrompu !

Commentaires

commentaires

A propos de Fergus

avatar
Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Check Also

Finance: la danse du dollar

L’argent n’est pas à prendre à la légère : ce n’est pas une denrée quelconque ...

6 Commentaire

  1. avatar

    Merci Fergus pour ce texte roboratif

    Il va effectivement le payer cher, pour deux raisons :
    1) pour lui-même, car il va perdre l’élection parti comme c’est là.
    2) pour son parti, qui pouvait espérer tranquillement l’emporter, à la place de Juppé.

    une fois renvoyé en justice, ce sera pire pour lui pour être candidat, et il le sait. Il vient donc de jouer à l’imbécile complet, en se plantant lui et son propre parti avec.

    votre résumé, « un individu malhonnête et sans honneur » dit bien la chose.

    Le plus sidérant ce n’est même pas lui, mais bien son propre parti, qui fonce dans le mur alors que ce devait être une promenade de santé… on a vu déjà le LR se soumettre à l’autorité d’un fou de pouvoir appelé Sarkozy, revoilà que le parti recommence avec celui qui a été son subalterne. Ils ont un sacré problème de rapport à l’autorité, ces dégourdis-là…

    • avatar

      Bonsoir, Momo

      Merci pour votre commentaire.

      Sincèrement, j’aimerais croire que Fillon va se planter. Mais les circonstances risquent, malgré ces casseroles, de lui être favorables, entre une gauche éclatée et un centre qui risque de l’être tout autant si Bayrou vient concurrencer Macron.

      Néanmoins, par les temps qui courent, tout peut survenir. Alors, attendons…

      Quoi qu’il en soit, une chose est sûre : si Fillon réussit quand même à se faire élire, le bruit de ses casseroles n’a pas fini de pourrir sa gouvernance.

  2. avatar

    « si Fillon réussit quand même à se faire élire, le bruit de ses casseroles n’a pas fini de pourrir sa gouvernance ».

    celui qui l’agite le plus s’appelant le nouveau dirigeant d’un groupe hôtelier…

    l’ancien employeur du collaborateur, ravi de l’aubaine… humilier les autres ça le fait vivre, là il revit-là en effet…

    le souci du pays ils ne l’ont ni l’un ni l’autre… leurs thunes, voilà ce qui les motive. et RIEN d’autre. Des égotistes, des egoïstes, allant jusqu’à bouffer sur le dos de leurs propres collaborateurs, pour Fillon, dont la dame a dépecé le salaire de l’assistant du mari. Une honte, comme vous l’avez écrit.

    Ce qui me fait sourire, c’est tout ce peuple catho qui ne jure que par couper son manteau en deux, qui se veut si social quand ce sont les dames patronnesses qui offrent leur aumône et rien d’autre (faut qu’elle restent à leur place, pas de révolution ouvrière malsaine pour eux), ces gens pleins de contrition pour les autres qui soutiennent ce véritable barbare social. Comme quoi la religion est vraiment une plaie… !!!

    • avatar

      Bonjour, Momo

      Il est évident que le jeu de Sarkozy auprès de Fillon doit être des plus troubles tant il exulte à voir les difficultés de celui l’a évincé et qui, surtout, se prévalait d’une moralité sans faille.

      Pour ce qui est des cathos, si la plupart de ceux qui votent à droite – en fait, la majorité – ferme pudiquement les yeux sur les manquements de Fillon à la probité et à la morale chrétienne, il en est quand même qui ne digèrent pas la tartufferie de cet individu. Il y a là des voix qui manqueront incontestablement le moment venu. Mais il ne faut pas se faire d’illusions, les défections seront minoritaires chez les dévots. Après tout, 3 Pater et 2 Ave suffisent à effacer les taches, comme sur une ardoise magique !

    • avatar

      @ Momo

      Je viens de voir cela. Mais force est de reconnaître que cela peut fonctionner dans l’état de déliquescence où se trouve la droite empoisonnée par Fillon, et à défaut d’alliance à gauche.

      Je publierai d’ailleurs sans doute dès demain un article sur Hamon et Mélenchon auquel je viens d’ajouter un paragraphe sur ce renoncement de Bayrou et la main tendue à Macron qui, en cas de victoire, doit avoir prévu de rendre l’ascenseur au prêcheur béarnais. Ce pourrait être le perchoir, ou un poste au Conseil constitutionnel, et pourquoi pas un ministère d’Etat. Reconnaissons que Bayrou joue pas mal le coup : lui qui n’était plus rien au plan national trouve là le moyen d’exister à nouveau. Enfin, peut-être si Macron ne multiplie pas les sottises…

      Quoi qu’il en soit, voilà qui change la donne et qui ne fait rire ni à droite, ni à gauche où les candidatures éparpillées sont synonymes de cuisantes défaites.

      Ajoutons à cela qu’une victoire de Macron signerait sans doute la fin en l’état du PS et de LR.

      Décidément, cette campagne est étonnante à bien des égards.