Accueil / A C T U A L I T É / Faute de mieux, la Chine investit dans les d?ficits mondiaux

Faute de mieux, la Chine investit dans les d?ficits mondiaux

L?annonce faite par les autorit?s Chinoises d?investir 5 milliards dans la dette portugaise a eu au moins un effet qui est celui d?exciter les neurones des experts financiers et de quelques journalistes. Parmi les titres les plus all?chants, ? La Chine rach?te l?Europe ?, ce qui sous-entend que la communaut? avait d?j? ?t? vendue, sans toutefois pr?ciser ? qui.

En dehors de cette m?diatisation d?une annonce dont la port?e est tr?s relative pour les b?n?ficiaires, on peut se demander ce qui pousse ainsi les dirigeants chinois ? investir dans un trou sans fond. Bons du Tr?sor U.S, dette Grecque ou Portugaise, la Chine n?a en effet que tr?s peu de chances de r?cup?rer sa mise, du moins ? court ou moyen terme. En disant vouloir pr?server ses r?serves de change libell?es en Euro et en Dollar, les responsables chinois montrent avant tout deux choses qui sont loin d??tre ? l?avantage de l?Empire du Milieu.

La premi?re est que ce pays est pris ? son propre pi?ge en se retrouvant dans l?obligation de soutenir l??conomie de ses clients afin qu?ils continuent d?acheter ses produits. ? titre d?exemple, imaginez un fournisseur payant les factures courantes d?un de ses acheteurs afin que celui-ci puisse continuer ? fonctionner. Ce syst?me n?a d?autre effet de d?responsabiliser le destinataire du fait que les fonds ne proviennent pas de son propre budget, mais d?une aide ext?rieure. C?est exactement ce qui s?est pass? avec la Gr?ce, l?Irlande et aujourd?hui le Portugal, ces pays ayant ?t? d?importants b?n?ficiaires des fonds europ?ens. Si la Chine pense que gr?ce ? ces interventions elle va donner une image de ? bon fr?re ? aidant les plus d?munis, elle se trompe lourdement. Son ascension ?conomique, son r?gime politique sont ? eux seuls des barri?res infranchissables dans l?esprit de nombreux dirigeants politiques qui voient d?un mauvais ?il le fait qu?un pays ? parti unique vienne faire de l?ombre ? leur carri?risme d??lu. Continuer de faire croire que la majorit? des probl?mes proviennent de l??mergence de pays comme la Chine a d?j? de plus en plus de mal ? ?tre cr?dible. Si la mise en parall?le d?un syst?me diff?rent a la f?cheuse tendance ? ternir l?image de marque des monarques d?mocrates, ceux-ci ne peuvent en accepter davantage, survie politique oblige.

Le deuxi?me ?l?ment n?gatif est que ces interventions semblent indiquer que les dirigeants ont bien plus confiance dans les march?s ext?rieurs que dans le sien. La demande locale a certes ?volu? gr?ce ? la classe sociale moyenne de plus en plus importante, mais cela a provoqu? dans les faits plus de d?g?ts que d?effets positifs. L?envol?e des prix de l?immobilier, les ventes en quantit? de v?hicules automobiles qui polluent ensuite les villes, les hausses de salaire, ces trois ?l?ments sont pour une part importante dans l?augmentation du taux d?inflation. Or, en rapport des efforts et des sommes investies, le compte n?y est pas et la stabilit? sociale du pays n?a jamais ?t? aussi fragile.

? une ?poque o? le march? chinois fait briller les yeux de bien des soci?t?s occidentales, le gouvernement chinois doute quant ? lui de la v?racit? de son existence. Plut?t que d?investir dans son propre pays, la Chine choisit donc de soutenir les ?conomies de nations plus petites, mais o? les effets sont bien plus visibles que dans ce tonneau sans fond que sont bien des r?gions chinoises.

? trop vouloir jouer les bons samaritains, les dirigeants jouent un jeu dangereux, car certains ne manqueront pas de mettre en parall?le d?une part ce qu?ils consid?rent ?tre une ing?rence financi?re dans les pays europ?ens et d?autre part les probl?mes rencontr?s par encore un grand nombre de Chinois. Ces aides donnent de plus l?impression de ne plus croire en une ?volution notable de ses classes sociales les plus pauvres, ce qui s?av?re risqu? pour son propre avenir politique. Il suffit de constater comment ces interventions sont interpr?t?es pour comprendre que la Chine restera encore pour longtemps le vilain canard noir d?un monde parfaitement tenu en laisse. Les cinq milliards donn?s au Portugal ne sont rien en comparaison des plus de mille milliards de d?ficits publics fran?ais dont on parle bien moins. C?est pourtant de cette somme dont il est question, peu nombreux ?tant ceux qui ?voquent les raisons de ces pertes abyssales. La finalit? de ce silence est simple, il ya d?un c?t? les ?lus et leur syst?me, et de l?autre c?t? la Chine.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les milices au Michigan, une vieille histoire… d’extrême droite (7)

Des bras cassés alcooliques ou drogués, des voleurs à l’étalage, des fracassés de la vie ...