Accueil / T Y P E S / Articles / Faut-il sauver le soldat Rachida Dati ?

Faut-il sauver le soldat Rachida Dati ?

Cela commencerait-il ? sentir le roussi pour Rachida Dati ?

Son image personnelle continue de se d?grader, la r?v?lation de sa liaison avec l’un des grands patrons du CAC 40, n’aidera probablement pas ? conforter la l?gende de petite fille pauvre, juste travailleuse et m?ritante (allez savoir pourquoi, d’ailleurs…). Les journalistes people continueront sans doute ? v?rifier une biographie officielle qui comporte quelques incoh?rences, mais ce n’est pas l’objet de cet article.

C’est surtout la gestion calamiteuse de son minist?re qui a fait quasiment l’unanimit? contre elle.

On se souvient des d?missions en s?rie de ses plus proches collaborateurs, de l’annonce r?cente d’une franchise sur l’aide juridictionnelle d?mentie par F. Copp?e, de la brutalit? de la f?minisation des procureurs sans aucunement tenir compte des situations personnelles des magistrats encore en activit?.

Mais c’est ?videmment la mise en place de la nouvelle carte judiciaire qui soul?ve un toll?, y compris dans les rangs de la majorit?. Outre les critiques r?sum?es dans mon article pr?c?dent, il apparait de plus en plus que suppressions et maintiens de tribunaux d’instance se font au gr? d’accointances politiques, violemment d?nonc?es par A. Montebourg dans son intervention visible ici.

Des informations r?v?l?es par des sources diverses indiquent qu’il y a, semble-t-il, une volont? particuli?re du pouvoir de prot?ger R. Dati.

On apprend ainsi, par le Nouvel Observateur, que des fonctionnaires des renseignements g?n?raux ont rendu visite ? des magistrats afin de les dissuader de participer ? la journ?e de mobilisation du 29 novembre… [1] Le media du Web, Bakchich, r?v?le que la F?d?ration UMP des m?tiers du droit et de la justice a adress? un mail ? ses adh?rents pour qu’ils interviennent lors du passage de la Garde des Sceaux ? l’?mission de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC, jeudi 22 novembre, en posant de mani?re « masqu?e » de bonnes questions, bien orient?es, du genre « Que comptez-vous faire pour les d?linquants sexuels ? ou « Les manifestations de magistrats sont-elles bien compatibles avec leur statut ? ». L’auteur de l’article pr?cise que les « amis » de R. Dati ne se sont pas bouscul?s…

Les caciques de l’UMP continuent officiellement, et les dents serr?es, de lui assurer leur soutien ind?fectible. M?me le »patron » vient de lui donner un coup de main ?vident en choisissant la date de la gr?ve des personnels judiciaires pour ses annonces relatives au pouvoir d’achat, mani?re de rel?guer le mouvement au deuxi?me plan m?diatique…

« On » cherche bien ? sauver le soldat Dati envers et contre tout, peut-?tre pas seulement en raison de sa proximit? personnelle avec le chef de l’Etat.

Il y a, en effet, un enjeu politique et symbolique essentiel derri?re cela. Il serait en effet catastrophique que les ministres choisies pour leur jeunesse, leur appartenance au sexe dit « faible » et pour « repr?senter la diversit? » se r?v?lent toutes incomp?tentes. Ce serait d’une gravit? extr?me car, d’une certaine mani?re, on prouverait, symboliquement, exactement le contraire de ce que l’on voulait d?montrer, ? savoir que les personnes issues de l’immigration africaine et nord-africaine ont toute leur place au sein de la R?publique, y compris aux plus hauts postes de l’Etat…

Or si R. Dati fait l’objet de toutes les critiques, Rama Yade vient de subir un camouflet invraisemblable en n’?tant pas invit?e ? accompagner le chef de l’Etat en Chine au motif ? peine dissimul? qu’elle risquait d’y commettre des bourdes (l?, ce n’est pas le Darfour, il ne s’agit pas de rigoler, il y a des achats d’Airbus ? la cl?…). Quant au « plan anti-glandouille » de F. Amara, pas de chance, les jeunes de Villiers-le-Bel ont, h?las, montr? qu’ils pouvaient trouver tous seuls de quoi s’occuper. Cette affaire vient au plus mauvais moment rappeler qu’il y a urgence et que l’on attend toujours de savoir en quoi le fameux plan pour les banlieues va consister.
Si l’on prend le cas d’une autre femme ministre, Christine Lagarde, (la sp?cialiste des notes de service r?dig?es en anglais ? ses collaborateurs), et qui n’est plus, parait-il, en odeur de saintet?, on comprend bien que sa disgr?ce ?ventuelle n’aurait pas du tout la m?me valeur symbolique que celle de R. Dati, R. Yade ou F. Amara.
Alors, faut-il sauver le soldat Dati pour sa valeur symbolique ? C’est une hypoth?se.

Il en est une autre, plus tordue : R. Dati dont on connait ? la fois les liens personnels avec Sarkozy et le caract?re vindicatif, sait « beaucoup de choses ». Cela ?clairerait d’un jour nouveau son parachutage dans le 7e arrondissement de Paris : une compensation de son ?viction future du gouvernement ?

Mais ce n’est qu’une construction totalement romanesque et toute ressemblance avec des personnages ayant exist?, etc, etc, etc….

http://tempsreel.nouvelobs.com/

http://www.bakchich.info/article2037.html

http://www.agoravox.tv/article.php3 ?id_article=19325

http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=31990

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le jour où j’ai rencontré un esclave

Il y a une bonne trentaine d’années, j’ai séjourné assez longuement au Sénégal. J’ai été ...

6 Commentaire

  1. avatar

    Merci, Léon, pour cet article et ses liens intéressants !

    Mais la photo était inutile, amis de Cent Papiers : Mme Dati ne risque pas de tourner à gauche.

    Amicalement

    Philippe Renève

  2. avatar

    Au poil ! Rien à dire de plus

    Amicalement

  3. avatar

    Léon

    Bravo. À propos de mesdames Dati et Yade, des rumeurs ont circulé que l’une ait évincé l’autre dans le cadre du voyage en Chine. Il semblerait qu’une certaine rivalité entre les deux femmes ministres se traduise par des petits coups bas.

    Rachida Dati aurait renoncé à juger les « fous ». La rétention de sûreté et la déclaration d’irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental, marotte de Nicolas Sarkozy, n’aurait pas franchi l’étape du Conseil d’Etat. Que dire enfin du rapport de force que veulent installer magistrats, avocats et personnels de justice qui se sont mobilisent par milliers pour protester contre la réforme de la carte judiciaire qui prévoit la suppression de plus de 300 juridictions d’ici à 2011. Vous l’avez fort bien signalé dans votre analyse.

    D’autre part, ce jeudi même, la presse française annonce que la cote de confiance du président français Nicolas Sarkozy, confronté à une tension sociale et aux inquiétudes croissantes des Français sur leur pouvoir d’achat, est passée pour la première fois sous la barre des 50% dans un sondage d’opinion, s’établissant à 49% dans une enquête TNS-Sofres.

    Force est de conclure que ça bouge en France. À suivre. Merci de cette analyse éclairée.

    Pierre R.

  4. avatar

    Bonjour,Pierre.
    Merci de votre commentaire.
    Concernant la réforme de la carte judiciaire, il commence à y avoir quelques évaluations financières sur son coût : les seuls que l’on puisse déterminer avec une certaine précision concernent l’immobilier,beaucoup des déménagements obligeant à laconstruction de nouvelles cités judiciaires . Si on ajoute à cela les « compensations »dont le montant est encore inconnu, cette réforme risque d’être ruineuse,alors qu’elle était supposée « rationaliser les moyens ».

  5. avatar

    Tiens, j’ai été repéré comme « inconnu » j’ai dû oublier de cocher quelque chose !

  6. avatar

    Ca y est j’ai compris.. Je débute sur cent papiers !