Accueil / T Y P E S / Articles / Faut-il être solférinien pour privatiser les barrages ?

Faut-il être solférinien pour privatiser les barrages ?

Faut-il être solférinien pour privatiser les barrages ?

La réponse est évidemment « oui ».

 

L’Europe a récemment obligé la France à ouvrir ses concessions hydro-électriques à la concurrence en excluant EDF des appels d’offres. Au nom d’une logique imbécile mais concoctée depuis longtemps : puisqu’EDF n’est plus une entreprise nationale mais une société anonyme, elle doit s’ouvrir au secteur privé. A-t-on, ces dernières années, entendu des politiques français, de droite comme de gauche, protester contre ces nouveaux boulevards ouverts au secteur privé ? Pas vraiment !

 

Les barrages fournissent un peu plus de 10% de notre électricité. Depuis presque un siècle, la collectivité nationale assure les investissements et l’entretien d’édifices aussi imposants que sensibles. J’ai encore personnellement en mémoire le souvenir de la rupture du barrage de Malpasset (je ne me souvenais plus en revanche de la bière Marx) :

 

Le 2 décembre 1959, 50 millions de mètres cube déferlèrent en pleine nuit, en une vague de 40 mètres de haut, sur 70 km jusqu’à la mer. 423 morts.

 

Malpasset_degtas

 

Lorsque nos barrages seront privatisés, comment les actionnaires se payeront-ils ? Les représentants du peuple seront-ils associés à la gestion ? Qu’adviendra-t-il des 6 000 employés affectés à l’entretien ? Pourront-ils garder leur statut ?  La gestion des barrages comprend les ponctions effectuées pour irriguer les cultures et la régulation des lâchers d’eau pour les activités de loisir. Certains barrages sont des réserves d’eau potable. Tous ces services sont actuellement gratuits. On peut douter qu’ils le demeurent. Combien coûtera le refroidissement d’une centrale nucléaire ?

 

Dans le “ Programme national de réformes ” envoyé à la Commission européenne en 2014, la soumission au privé des Solfériniens était totale : « Un renouvellement par mise en concurrence des concessions d’exploitation des installations hydroélectriques sera privilégié. Le périmètre des lots de barrages, le calendrier et les modalités selon lesquels ces lots seront concédés, notamment les modalités de participation des personnes publiques aux entités concessionnaires, sont à l’étude.  Renouvellement après mise en concurrence des concessions hydroélectriques. –  En cours –  Renouvellement progressif par mise en concurrence des concessions d’installations hydroélectriques. »

 

Pour sa part, l’Allemagne a résisté à Bruxelles.

 

Il faut dire que le gâteau est alléchant. Grâce aux investissments payés par plusieurs générations de contribuables français, grâce au savoir-faire des techniciens, l’excédent brut des concessions est de 2, 5 milliards d’euros par an. La rente dépasse 1, 25 milliard d’euros annuellement.

 

Selon Delphine Batho, renvoyée du gouvernement pour cause d’hostilité aux pattes crochues du privé, il aurait été possible d’exclure les barrages lors de la discussion de la directive européenne sur les concessions. Batho ne fut soutenue par aucun de ses collègues solfériniens.

 

Aucun autre pays ne brade son parc hydraulique de manière aussi servile que la France. En Suède, les barrages sont publics, ce qui ne les empêche pas de convoiter les barrages français privatisés. Les Suédois sont décidément très forts : après nos cliniques accaparées par leurs fonds de pension, notre hydroélectricité.

Bernard Gensane

Commentaires

commentaires

A propos de CP

avatar
Média citoyen

Check Also

ALPA se réjouit de l’investissement en francisation du MIDI

ALPA —Accueil Liaison Pour Arrivants se réjouit de voir le gouvernement du Québec investir des ...