Accueil / A C T U A L I T É / Fausses repr?sentations dans le b?n?volat
Les diff?rentes facettes du b?n?volat B?n?voles abus?s et vol d’id?es Abus de pouvoir, tyrannie, fausses repr?sentations, « cheap labour », favoritisme… les remises en question du b?n?volat. Par Marie-H?l?ne Proulx?? Dossiers B?n?volat ?J?ai l?impression que mon organisme abuse de ses b?n?voles. Pourtant … Lire la suite

Fausses repr?sentations dans le b?n?volat

Les diff?rentes facettes du b?n?volat

B?n?voles abus?s et vol d?id?es

Abus de pouvoir, tyrannie, fausses repr?sentations, ??cheap labour??, favoritisme? les remises en question du b?n?volat.

Par Marie-H?l?ne Proulx?? Dossiers B?n?volat

?J?ai l?impression que mon organisme abuse de ses b?n?voles. Pourtant il y a des jeunes qui s?y impliquent de bon c?ur et qui auraient besoin de se faire orienter et encourager. Au lieu de cela, ils se font voler leurs id?es par quelques tyrans trop habitu?s ? tout contr?ler!?? raconte Jojo, pourtant elle-m?me membre du conseil d?administration. Malgr? tout, Jojo continue de participer ? son projet. En s?impliquant, elle t?che de r?aliser un r?ve de jeunesse: des communaut?s o? l?on cherche, pour chacun, une place qui lui convienne.

Des histoires comme celle-l?, j?en ai entendu plusieurs. Des pires aussi, comme celles d?organismes priv?s qui ?engagent? des stagiaires comp?tents pendant des mois pour leur faire plier des enveloppes. Tout cela en ?change d?une simple lettre de reconnaissance ?d?exp?rience de travail?.

Fausse repr?sentation

Isabelle Lapointe est responsable des services aux organismes pour la? Soci?t? des B?n?voles de l?Est de Montr?al (SBEM). Elle doit parfois clarifier la situation avec des b?n?voles qui r?vent que leur b?n?volat se transformera en travail r?mun?r?. Elle se dit d?ailleurs surprise d?apprendre que certaines entreprises laissent planer de tels espoirs. ?Il ne faut quand m?me pas confondre b?n?volat et fausse repr?sentation!?

Dans certains cas, les projets issus du b?n?volat permettent de cr?er des postes d?encadrement permanents et les b?n?voles se font d?gager de leurs responsabilit?s.

Plus populaire que jamais

Cette manne de b?n?voles est accueillie avec grande joie par les organismes communautaires o? les besoins vont toujours en s?accroissant. Cette ressource est trop pr?cieuse pour que les organismes n?gligent de leur assurer une formation, une ?coute et un encadrement appropri?s.

La Coalition pour le maintien dans la communaut? (COMACO) s?est dot? d?un code d??thique. ?Lorsque cela va bien, pr?cise son coordonnateur, Serge ?mond, on n?a pas besoin de s?y r?f?rer mais c?est lorsqu?on est confront? ? un probl?me qu?il devient utile.?

Pour ?viter les positions embarrassantes, le favoritisme ou les malentendus entre salari?s et b?n?voles ou entre les b?n?voles eux-m?mes, le code propose d??tablir des r?gles claires. Il incite ? demander aux b?n?voles de d?clarer les cadeaux, les amiti?s avec les b?n?ficiaires et les rapports qui risquent de d?passer la relation d?aide. La spontan?it?, la r?ciprocit? et le hasard ne sont plus r?gis selon les m?mes r?gles qu?avant.

Le SBEM ?tablit des balises claires ? propos des organismes qui d?sirent b?n?ficier de son service de recrutement. Ils doivent s?engager ? offrir un bon accueil, un encadrement et un soutien conform?ment au Code canadien du b?n?volat.

Quels devoirs l?organisme a-t-il face ? quelqu?un que l?on reconna?t comme vuln?rable, qui ne parvient pas ? r?pondre aux attentes de l?organisme ? Sur ce point, les intervenants ne semblent pas s?entendre.

Nouvel environnement

La d?sinstitutionalisation, le virage ambulatoire et les politiques de gestion des fonds publics ont cr?? de nouvelles charges pour les aidants naturels et des attentes face au milieu communautaire. Les changements d?mographiques am?nent aussi de nouveaux besoins. La soci?t? qu?b?coise doit d?j? g?rer son ratio de 5 personnes en ?ge de travailler pour 2 personnes. ?Avant, les gens quittaient leur travail vers 67 ans et avaient une esp?rance de vie de 70 ans. Maintenant, on peut arr?ter de travailler ? 55 ans et mourir beaucoup plus vieux.?

Claudia Bonenfant est coordonnatrice ? Coup de pouce Jeunesse. Elle raconte que plusieurs jeunes en r?gion sentaient qu?? travers le r?seau familial ou informel, ils avaient un r?le significatif ? jouer. En ville, ils ressentent un certain d?s?uvrement qui les pousse parfois ? chercher un organisme pour les accueillir.

Les besoins des b?n?voles

Malgr? ces r?gles, personne n?attend du b?n?volat un pur don de soi totalement d?sint?ress?. Au contraire, on s?attend ? ce que les b?n?voles y viennent pour r?pondre ? des besoins qui leur sont propres. Selon Mme Lapointe, cet ?l?ment est essentiel ? la continuit? d?une activit? b?n?vole. Si quelqu?un ne se sent pas ? l?aise dans ce qu?il fait, il y a peu de chance qu?il veuille y rester.

La SBEM aide chaque candidat ? clarifier ses besoins. Plusieurs viennent avec l?objectif de redonner un peu de ce qu?ils ont re?u de la vie. ?Cependant, derri?re cette g?n?rosit?, on d?couvre souvent des ?tres qui connaissent une p?riode d?isolement, des difficult?s passag?res ou r?alisent que leur travail actuel ne remplit pas enti?rement leur vie?, rapporte Mme Boucher, qui ?uvre ?galement au SBEM.

Nouveau profil

On note un changement dans le profil des b?n?voles de la derni?re d?cennie. Ce qui fut autrefois un loisir un peu plus engag? devient aujourd?hui un domaine o? les gens ayant ensemble des besoins ? combler cherchent des moyens de collaborer. Cela est plus ?vident dans le cas des jeunes et des ch?meurs, qui s?impliquent de plus en plus.

Cette constatation oblige pourtant les organismes ? tenir compte du fait qu?ils ne suffit plus de g?rer la disponibilit?. Il faut assurer la satisfaction d?une partie des besoins des b?n?voles.

L?entraide chez les jeunes

Pourtant Coup de Pouce jeunesse, ? Montr?al-Nord, montre qu?il existe d?autres mani?res de penser le b?n?volat. On y invite les jeunes ? collaborer aux activit?s de groupes ayant des besoins particuliers. Ainsi, ces collaborations permettent de r?pondre ? certains besoins tout en pr?venant la d?linquance. C?est aussi une fa?on de r?duire les pr?jug?s au sein de ces groupes.

Selon Mme Bonenfant: ?Souvent, les jeunes qui veulent le plus changer les choses ont connu intimement une forme de mis?re, qu?elle soit ?conomique, intellectuelle ou psychologique, et cela nourrit leur ambition de cr?er un environnement o? ils peuvent s??panouir. Dans certains cas, nous devenons m?me un compl?ment ? la famille.?

En outre, on doit clarifier la situation avec les jeunes qui ont des attentes irr?alistes ou non-coh?rentes avec la vocation de l?organisme. Sans oublier le choc de la confrontation au spectacle de la souffrance. ? Coup de pouce jeunesse, il faut tenir compte des jeunes qui se passionnent pour un projet mais s?en d?sint?ressent parfois rapidement. Les ?ducatrices doivent recruter d?autres jeunes et intervenir pour d?dramatiser les situations o? ils se butent ? leur inexp?rience. Il faut leur laisser exprimer leurs appr?hensions et expliquer quoi faire pour g?rer la situation de mani?re plus autonome la prochaine fois.

Claudia Bonenfant admet que la gestion des impr?vus, des malentendus et l?apprentissage des m?thodes de gestion de conflits font partie du lot quotidien. Les jeunes qui voient les intervenantes agir directement sur le terrain peuvent ainsi b?tir une solide exp?rience qui leur servira dans le travail.

Remise en question

Quels que soient son ?ge, sa condition et son niveau d?autonomie, la personne qui s?implique librement dans une organisation garde le devoir de d?noncer ce qui lui semble injuste. M. ?mond met cependant un b?mol. ?Pour que nous arrivions ? bien travailler ensemble, il ne faut pas que chaque nouveau b?n?vole essaie de bouleverser la structure de son ?quipe!?

?Le b?n?volat, c?est comme la vie, on peut essayer de cr?er de nouvelles r?gles, mais encore faut-il se faire accepter dans un poste, avec ses id?es?, pr?cise Mme Lapointe.

Autres textes sur le B?n?volat

T?moignage sur l?implication b?n?vole

benevolat-benevole-implication-jeune La r?compense ? Regard sur des gens de c?ur
Documentaire sur l?implication b?n?vole.
-D?couvrir sa communaut?, donner un sens ? sa vie?
-Briser son isolement et celui d?autrui.
-D?couvrir de nouveaux amis.
-Prendre part ? la vie sociale et de quartier.
-Une source de contact et d??change.
-L?acquisition de nouvelles connaissances.
-Une occasion d?exp?rimenter et mieux se conna?tre.
S?impliqer c?est trippant et ?a m?rite d??tre v?cu. 25$

Par t?l?phone: (514) 256-9000, en r?gion: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/videos.html
Par la poste: Reflet de Soci?t? 4233 Ste-Catherine Est Montr?al, Qc. H1V 1X4.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCCXXX) : les avions saisis l’été 2020

On arrive donc à notre saisie annoncée. Il y a de tout, comme modèles, comme on a affaire ...